J U S T E L     -     Législation consolidée
Fin Premier mot Dernier mot Modification(s) Préambule
Travaux parlementaires Table des matières 108 arrêtés d'exécution 23 versions archivées
Erratum Signatures Fin Version néerlandaise
 
belgiquelex . be     -     Banque Carrefour de la législation
Conseil d'Etat
ELI - Système de navigation par identifiant européen de la législation
http://www.ejustice.just.fgov.be/eli/loi/2006/07/20/2006022888/justel

Titre
20 JUILLET 2006. - Loi relative à la création et au fonctionnement de l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé.
(NOTE : Consultation des versions antérieures à partir du 08-09-2006 et mise à jour au 23-07-2021)

Source : SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT
Publication : 08-09-2006 numéro :   2006022888 page : 45714       PDF :   version originale    version consolidée
Dossier numéro : 2006-07-20/78
Entrée en vigueur :
08-09-2006 (ART. 15)     (ART. 18)     (ART. 20,L2)     (ART. 20,L3)     (ART. 23)     (ART. 3)     (ART. 8)
01-01-2007 A16


Ce texte modifie les textes suivants :1993000447        1991003014        1954031601       

Table des matières Texte Début
CHAPITRE Ier. - Disposition générale - Définitions.
Art. 1-2, 2/1
CHAPITRE II. - Des compétences et des missions de l'Agence.
Art. 3-4, 4/1, 4/2, 4/3, 5-7, 7bis, 7ter
CHAPITRE III. - De l'administrateur général et des membres du personnel.
Art. 8-9
CHAPITRE IV. - Du Comité consultatif, du Comité scientifique et du Comité de transparence.
Art. 10-12
CHAPITRE V. - Du financement et des moyens de l'Agence.
Section 1re. [1 - Les moyens de l'Agence]1
Art. 13, 13/1, 14
Section 2. [1 - Dispositions administratives.]1
Art. 14/1
Section 3. [1 - Impôts.]1
Sous-section 1re. [1 - Redevances sur le chiffre d'affaires.]1
Art. 14/2, 14/3, 14/4, 14/5, 14/6
Sous-section 2. [1 - Contribution sur le conditionnement d'un médicament autorisé.]1
Art. 14/7, 14/8
Sous-section 3. [1 - Contribution annuelle des opérateurs économiques.]1
Art. 14/9
Section 4. [1 - Impôts en fonction du compte d'exécution.]1
Art. 14/10, 14/11, 14/12
Section 5. [1 - Contributions.]1
Art. 14/13
Section 6. [1 - Rétributions.]1
Art. 14/14, 14/15, 14/16
Section 7. [1 - Intérêts.]1
Art. 14/17
Section 8. [1 - Modalités de paiement.]1
Art. 14/18
Section 9. [1 - Indexation.]1
Art. 14/19
Section 10. [1 - Recours administratif et recouvrement.]1
Art. 14/20
Section 11. [1 - Surveillance et dispositions pénales.]1
Art. 14/21, 14/22, 14/23
Section 12. [1 - Prescription.]1
Art. 14/24, 14/25
CHAPITRE VI. - Dispositions modificatives et abrogatoires.
Art. 15-17
CHAPITRE VII. - Dispositions transitoires, finales et d'entrée en vigueur.
Section première. - Dispositions transitoires.
Art. 18-21
Section 2. - Dispositions finales et entrée en vigueur.
Art. 22-23
Annexe.
N1-N7 [2 Annexes 1 à 8.]2

Texte Table des matières Début
CHAPITRE Ier. - Disposition générale - Définitions.

  Article 1. La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution.

  Art. 2.[1 § 1er.]1 Sauf stipulation contraire, on entend pour l'application de la présente loi par :
  1° " ministre " : le ministre qui a la Santé publique dans ses attributions;
  2° " loi sur les médicaments " : la loi du 25 mars 1964 sur les médicaments;
  3° " médicaments " : ceux visés par l'article 1er, § 1er, 1), de la loi sur les médicaments;
  4°[3 dispositifs médicaux et accessoires ":
   - ceux visés à l'article 2, 1) et 2), du règlement (UE) 2017/745 du Parlement européen et du Conseil du 5 avril 2017 relatif aux dispositifs médicaux, modifiant la directive 2001/83/CE, le règlement (CE) n° 178/2002 et le règlement (CE) n° 1223/2009 et abrogeant les directives du Conseil 90/385/CEE et 93/42/CEE,
   - les produits n'ayant pas de destination médicale visés à l'annexe XVI du même règlement ;
   - ceux visés à l'article 2, 2) et 4), du règlement (UE) 2017/746 du Parlement européen et du Conseil du 5 avril 2017 relatif aux dispositifs médicaux de diagnostic in vitro et abrogeant la directive 98/79/CE et la décision 2010/227/UE de la Commission]3;
  5° [1 "matière première" : toute substance, simple ou composée, qui, sans être en soi un médicament au sens de l'article 1er de la loi du 25 mars 1964 sur les médicaments, est acquise par un pharmacien d'officine en vue de la délivrer en l'état ou après division, ou de l'incorporer dans une préparation magistrale ou officinale;]1
  6° " sang " : le sang tel que défini à l'article 1er, de la loi du 5 juillet 1994 relative au sang et aux dérivés du sang d'origine humaine;
  7° (" matériel corporel humain " : le matériel corporel humain tel que visé dans la loi du ... relative à l'obtention et à l'utilisation de matériel corporel humain destiné à des applications médicales humaines ou à des fins de recherche scientifique;) <L 2008-12-19/44, art. 40, 007; En vigueur : 01-12-2009 (voir AR 2009-09-28/06, art. 14)>
  8° " produits de santé " : les produits visés sous 4°, 5°, 6° et 7°;
  9° " Agence européenne " : l'Agence européenne des médicaments telle que définie à l'article 1er, § 1er, 33), de la loi sur les médicaments;
  [1 10° "le chiffre d'affaires" : le chiffre d'affaires réalisé sur le marché belge tel que fixé conformément aux dispositions fixées par et en vertu de l'article 92 du Code des sociétés mais limité à la livraison de biens que surveille l'AFMPS;
   11° "livraison" : le transfert du pouvoir de disposer d'un bien corporel comme un propriétaire, tel que visé à l'article 10, § 1er, du Code de la taxe sur la valeur ajoutée;
   12° "service" : une prestation de services telle que visée à l'article 18, § 1er, alinéas 1er et 2, 7°, du Code de la taxe sur la valeur ajoutée;
   13° "la personne soumise à déclaration" : la personne physique ou morale qui a été désignée par la présente loi, chargée de l'exécution des modalités de déclaration et du paiement;
   14° "le redevable" : le redevable de la redevance, de la contribution ou de la rétribution;
   15° "le compte d'exécution" : le compte d'exécution du budget de l'Agence tel que visé au titre II, chapitre III, de la loi du 22 mai 2003 portant organisation du budget et de la comptabilité de l'Etat fédéral;
   16° "médicament commercialisé" : un médicament qui est effectivement sur le marché tel que visé à l'article 6, § 1sexies, de la loi du 25 mars 1964 sur les médicaments;
   17° "coûts" : le montant de l'indemnité accordée aux inspecteurs pour la fonction exercée à l'étranger, destinée à compenser les frais de voyage et les charges exceptionnelles qu'ils supportent dans l'exercice de leur fonction;
   18° "chiffre d'affaires total" : le montant total de la base d'imposition de la livraison de biens et de prestation de services effectuées par le redevable et pour lesquels la TVA est devenue exigible pendant l'année précédant celle pour laquelle l'impôt est dû, tel que prévu conformément aux dispositions du Code de la taxe sur la valeur ajoutée;
   19° "détaillant" : toute personne physique ou morale qui fournit des dispositifs à des consommateurs, à savoir toute personne physique qui acquiert ou utilise des dispositifs exclusivement à des fins non professionnelles;
   20° "utilisateur final" : toute personne physique ou morale, autre qu'un distributeur, qui utilise un dispositif médical dans le cadre de ses activités professionnelles;]1
  [2 21° "PME": une petite ou moyenne entreprise telle que visée à l'article 2/1;
   22° "grande entreprise": toute personne physique ou morale à l'exception des PME;]2
  [4 23° "investigation clinique non commerciale": toute investigation clinique dont:
   a) le promoteur est soit une université, soit un hôpital visé par l'article 4 de la loi du 10 juillet 2008 relative aux hôpitaux et aux autres établissements de soins, soit un hôpital visé par l'article 7, 2°, g), 2° de l'arrêté royal du 25 avril 2002 relatif à la fixation et à la liquidation du budget des moyens financiers des hôpitaux, où sont effectuées à la fois des prestations chirurgicales et médicales exclusivement pour enfants ou en rapport avec les tumeurs, soit le Fonds national de la Recherche scientifique, soit le "Fonds voor Wetenschappelijk Onderzoek" ou un fonds de recherche qui dépend d'un de ces deux organismes soit un service d'un hôpital qui est agréé à cette fin selon les modalités fixées par le Roi lorsque ce service est un centre d'excellence dans son domaine d'activité, soit un autre organisme agréé à cette fin en application des dispositions de l'article 31 de la loi du 7 mai 2004 relative aux expérimentations sur la personne humaine;
   b) le détenteur du brevet de la marque déposée d'un dispositif médical sur lequel porte l'investigation clinique n'est, ni directement, ni indirectement, le promoteur de l'investigation;
   c) le promoteur exerce les droits de propriété intellectuelle sur la conception de l'investigation clinique, sa réalisation et les données scientifiques qui en résultent;
   24° "investigation clinique commerciale": toute investigation clinique qui n'est pas une investigation non commerciale au sens du § 1er, 23°.]4
  [1 § 2. Le Roi peut fixer les coûts tels que visés au paragraphe 1er, 17°. Si le Roi n'a pas fait usage de cette délégation, les coûts sont prévus conformément aux dispositions correspondantes applicables aux fonctionnaires dépendant du Service public fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au développement.]1
  ----------
  (1)<L 2018-03-11/08, art. 2, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  (2)<L 2019-04-07/22, art. 5, 020; En vigueur : 30-05-2019>
  (3)<L 2020-12-22/40, art. 107, 022; En vigueur : 26-05-2021>
  (4)<L 2021-05-09/07, art. 5, 023; En vigueur : 26-05-2021>

  Art. 2/1. [1 Pour l'application de la présente loi, une entreprise est une PME si elle répond aux conditions de l'annexe VIII tel qu'attesté par un réviseur d'entreprise.
   L'attestation visée à l'alinéa 1er ne peut, au moment de la soumission de celle-ci, dater de plus d'1 an.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2019-04-07/22, art. 6, 020; En vigueur : 30-05-2019>
  

  CHAPITRE II. - Des compétences et des missions de l'Agence.

  Art. 3. Il est créé sous la dénomination " Agence fédérale des médicaments et des produits de santé ", ci-après dénommée l' " Agence ", un organisme d'intérêt public doté de la personnalité juridique, classé dans la catégorie A visée dans la loi du 16 mars 1954 relative au contrôle de certains organismes d'intérêt public.

  Art. 4.(§ 1er.) <L 2008-12-22/32, art. 178, 1°, 006; En vigueur : 08-01-2009> L'Agence a pour mission d'assurer, de leur conception jusqu'à leur utilisation, la qualité, la sécurité et l'efficacité des médicaments à usage humain, des médicaments à usage vétérinaire, en ce compris les médicaments homéopathiques et à base de plantes, des dispositifs médicaux et accessoires, des préparations magistrales, des préparations officinales, des matières premières destinées à la préparation et à la production des médicaments.
  L'Agence a également pour mission d'assurer, de leur prélèvement jusqu'à leur utilisation, la qualité, la sécurité et l'efficacité de toutes les opérations effectuées avec le sang, (et le matériel corporel humain). <L 2008-12-19/44, art. 41, 1°, 007; En vigueur : 01-12-2009 (voir AR 2009-09-28/06, art. 14)>
  En particulier, elle est chargée de :
  1° en matière de recherche et développement : contrôler les risques auxquels le patient est soumis lors de la phase de développement d'un médicament ou d'un produit de santé :
  a. en évaluant les demandes d'autorisation pour la réalisation d'essais cliniques, y compris la coordination des inspections Bonnes Pratiques cliniques;
  b. (en traitant les demandes d'essais cliniques;) <L 2008-12-22/32, art. 178, 2°, 006; En vigueur : 08-01-2009>
  c. en assurant le suivi et le contrôle des essais cliniques;
  d. en formulant des avis scientifiques au demandeur;
  2° en matière de mise sur le marché :
  a. d'évaluer les nouvelles demandes d'autorisations de mise sur le marché;
  b. d'évaluer les dossiers relatifs aux modifications et aux demandes de prolongation des autorisations initiales de mise sur le marché;
  c. (en traitant les demandes d'autorisations de mise sur le marché;) <L 2008-12-22/32, art. 178, 3°, 006; En vigueur : 08-01-2009>
  3° en matière de vigilance : de collecter et d'évaluer toute l'information pertinente concernant les produits visés à l'alinéa 1er, dans le but de déceler, de réduire et d'éviter les effets indésirables pour l'utilisateur en :
  a. centralisant et en évaluant les notifications d'effets indésirables ou d'incidents effectuées par les professionnels des soins de santé et les patients ainsi que les rapports de vigilance;
  b. contrôlant les obligations de vigilance des titulaires d'autorisations de mise sur le marché ou des fabricants;
  c. collaborant avec l'Agence européenne, les instances compétentes des autres Etats membres de l'Union européenne et les titulaires d'autorisations de mise sur le marché;
  d. mettant en place des interventions en cas de risques;
  e. traitant les " rapid alerts de vigilance ";
  4° en matière de production et de distribution : de contrôler la fabrication, la distribution et la délivrance des produits visés à l'alinéa 1er, en vue de l'octroi d'autorisations, d'agréments et de certificats pour la fabrication, la distribution, le contrôle et la délivrance de ces produits, ainsi que de lutter contre la fraude en :
  a. inspectant les entreprises de fabrication des produits visés à l'alinéa 1er;
  b. inspectant les entreprises pharmaceutiques ou autres instances qui prélèvent, importent, exportent, entreposent et/ou distribuent des, produits visés à l'alinéa 1er;
  c. inspectant les entreprises dans le cadre du contrôle des matières premières pour les préparations magistrales;
  d. inspectant les officines pharmaceutiques ouvertes au public, les pharmacies hospitalières et les dépôts de produits visés à l'alinéa 1er;
  e. (en traitant les demandes d'autorisations en matière d'implantation et de transfert d'officines pharmaceutiques ouvertes au public;) <L 2008-12-22/32, art. 178, 4°, 006; En vigueur : 08-01-2009>
  f. surveillant le commerce des produits spécialement réglementés;
  g. luttant contre la fraude en matière de fabrication, de distribution, de délivrance et d'usage des produits visés à l'alinéa 1er;
  h. (en traitant les demandes d'autorisations, d'agréments et de certificats pour le prélèvement, la conservation, la fabrication, la distribution, le contrôle et la délivrance des produits visés à l'alinéa 1er;) <L 2008-12-22/32, art. 178, 5°, 006; En vigueur : 08-01-2009>
  i. contrôlant les instances accréditées pour accorder le marquage CE aux dispositifs médicaux et accessoires;
  j. traitant les " rapid alerts de qualité ";
  [2 k. contrôlant la qualité des soins pharmaceutiques dans les officines pharmaceutiques ouvertes au public;
   l. inspectant le comportement de prescription des vétérinaires et la fourniture des médicaments aux responsables des animaux;]2
  5° en matière d'information et de communication sur la santé et en matière de publicité et de marketing et ce, en vue d'un usage rationnel et sûr des produits visés à l'alinéa 1er :
  a. d'assurer la diffusion de l'information sur le bon usage des produits visés à l'alinéa 1er;
  b. de diffuser les alertes en matière de pharmacovigilance, de matériovigilance, d'hémovigilance ou autres cas de vigilance concernant les produits visés à l'alinéa 1er;
  c. d'assurer la surveillance et le contrôle de la publicité et des informations sur les produits visés à l'alinéa 1er;
  6° [3 en matière de législation :
   a. de proposer au ministre les réglementations pour les matières relevant des compétences de l'Agence et d'assurer le suivi, l'application, le contrôle des réglementations suivantes liées à ses missions ainsi que de leurs arrêtés d'exécution :
   - la loi du 24 février 1921 concernant le trafic des substances vénéneuses, soporifiques, stupéfiantes, psychotropes, désinfectantes ou antiseptiques et des substances pouvant servir à la fabrication illicite de substances stupéfiantes et psychotropes;
   - la loi du 25 mars 1964 sur les médicaments;
   - la loi du 15 juillet 1985 relative à l'utilisation de substances à effet hormonal, à effet antihormonal, à effet bêta-adrénergique ou à effet stimulateur de production chez les animaux;
   - la loi du 19 décembre 2008 relative à l'obtention et à l'utilisation de matériel corporel humain destiné à des applications médicales humaines ou à des fins de recherche scientifique;
   - la loi du 28 août 1991 sur l'exercice de la médecine vétérinaire en ce qui concerne la fourniture et la prescription des médicaments aux responsables des animaux;
   - la loi relative à l'exercice des professions des soins de santé, coordonnée le 10 mai 2015 en ce qui concerne la délivrance des médicaments;
   - la loi du 5 juillet 1994 relative au sang et aux dérivés du sang;
   - la loi du 7 mai 2004 relative aux expérimentations sur la personne humaine;
   - la loi du 24 janvier 1977 relative à la protection de la santé des consommateurs en ce qui concerne les denrées alimentaires et les autres produits;
   - la loi du 6 juillet 2007 relative à la procréation médicalement assistée et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes, à l'exception des articles 4, alinéa 3, 5, 6, 31, 32, 33, alinéa 2, 66, 67, 68, 71 et 72;
   - [4 ...]4
   - la loi du 15 décembre 2013 en matière de dispositifs médicaux;
  [4 - Le Règlement (UE) 2017/745 du Parlement Européen et du Conseil du 5 avril 2017 relatif aux dispositifs médicaux, modifiant la Directive 2001/83/CE, le règlement (CE) no 178/2002 et le règlement (CE) no 1223/2009 et abrogeant les directives du Conseil 90/385/CEE et 93/42/CEE;
   - Le Règlement (UE) 2017/746 du Parlement européen et du Conseil du 5 avril 2017 relatif aux dispositifs médicaux de diagnostic in vitro et abrogeant la directive 98/79/CE et la décision 2010/227/UE de la Commission.]4
  [5 - la loi du xxx relative aux dispositifs médicaux.]5
   b. de proposer au ministre les réglementations en vue de l'instauration d'un système d'autocontrôle au sein des secteurs relevant de sa compétence en vertu de la présente loi.]3
  7° en matière de vigilance sanitaire : de collaborer et de participer aux travaux de la cellule de vigilance sanitaire visée à l'article 37bis, de l'arrêté royal n° 78 du 10 novembre 1967 sur l'exercice des professions de soins de santé.
  (§ 2. Les compétences visées au paragraphe 1, sont exercées exclusivement au nom et pour le compte de l'Etat.) <L 2008-12-22/32, art. 178, 6°, 006; En vigueur : 08-01-2009>
  ----------
  (1)<L 2013-03-19/03, art. 103, 009; En vigueur : 08-04-2013>
  (2)<L 2014-04-10/23, art. 126, 011; En vigueur : 10-05-2014>
  (3)<L 2016-06-22/03, art. 34, 014; En vigueur : 11-07-2016>
  (4)<L 2018-10-30/06, art. 74, 018; En vigueur : 26-11-2018>
  (5)<L 2020-12-22/40, art. 108, 022; En vigueur : 26-05-2021>

  Art. 4/1. [1 § 1er. Si la culture du pavot, de plants de coca ou de plants de cannabis est autorisée, l'Agence a la mission d'effectuer les activités requises qui découlent de la Convention unique du 30 mars 1961 sur les stupéfiants.
   § 2. Si les activités visées au paragraphe 1er soumises à la surveillance sont fixées par ou conformément à la législation reprise sous forme de liste à l'article 4, § 1er, alinéa 3, 6°, l'Agence est exemptée de plein droit.
   § 3. Le Roi détermine les modalités pour l'exécution du présent article. Il fixe en particulier les mesures organisationnelles afin de garantir l'indépendance des inspecteurs de l'Agence en ce qui concerne les activités visées au paragraphe 2 ainsi que la manière dont la surveillance est exercée sur ces activités.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2019-04-07/22, art. 24, 020; En vigueur : 30-05-2019>
  

  Art. 4/2. [1 § 1er. Le Roi fixe les conditions et les modalités selon lesquelles l'Agence remet des avis scientifiques et techniques relatifs à la recherche et au développement, au statut ou à la classification d'un produit visé à l'article 2, § 1er, 3° ou 8° en vue de son éventuelle mise sur le marché ou de son éventuelle modification après mise sur le marché.
   § 2. Le Roi détermine également les délais et la procédure de traitement des demandes d'avis ainsi que les conditions pour l'obtention de ces avis.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2019-04-07/22, art. 3, 020; En vigueur : 30-05-2019>
  

  Art. 4/3. [1 Le Roi peut fixer les conditions et les règles dans le cadre desquelles l'Agence donne une interprétation de la législation, pour laquelle elle dispose d'une compétence en vertu de la présente loi, en réponse à des questions concrètes et individuelles.
   Par "interprétation", on entend l'acte juridique dans lequel l'Agence fixe, conformément aux dispositions en vigueur, la manière dont la loi est appliquée à une situation ou opération particulière.
   Une interprétation ne peut être donnée quand:
   1° la question concerne des situations ou des opérations qui sont identiques à celles faisant déjà l'objet d'un recours administratif ou d'un acte judiciaire entre l'Agence ou l'Etat belge et le demandeur;
   2° une interprétation n'est pas indiquée ou est sans effet en vertu des dispositions légales ou réglementaires invoquées dans la demande;
   3° la question concerne l'application d'une mesure imposée par ou en vertu de la présente loi ou l'exercice de l'action publique.
   L'Agence fournit, en tant qu'autorité administrative, l'interprétation. Celle-ci engage l'Agence pour l'avenir, sauf:
   1° si les conditions auxquelles l'interprétation est soumise ne sont pas remplies;
   2° s'il s'avère que la situation ou les opérations sont décrites par le demandeur de manière incomplète ou incorrecte, ou si des éléments essentiels des opérations n'ont pas été réalisés de la manière décrite par le demandeur;
   3° en cas de modification des dispositions des traités, du droit de l'Union européenne ou du droit interne qui s'appliquent à la situation ou opération visée par l'interprétation;
   4° s'il s'avère que l'interprétation n'est pas conforme aux dispositions des traités, du droit de l'Union européenne ou du droit interne.
   En outre, l'interprétation ne lie plus l'Agence quand les conséquences principales de la situation ou des opérations ont été modifiées par un ou plusieurs éléments connexes ou subséquents qui sont directement ou indirectement imputables au demandeur. Dans ce cas, le retrait de l'interprétation produit un effet à partir du jour des faits imputés au demandeur.
   Les interprétations sont publiées sur le site web de l'Agence après suppression des informations commerciales confidentielles.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2019-04-07/22, art. 3, 020; En vigueur : 30-05-2019>
  

  Art. 5. Par arrêté délibéré en Conseil des ministres, le Roi détermine dans le cadre des compétences de l'Agence les tâches pour lesquelles l'Agence peut se faire assister par des tiers ou que l'Agence peut faire exécuter par des tiers et détermine les conditions y liées.

  Art. 6.Le Roi détermine les conditions dans lesquelles chacun des fonctionnaires dirigeants de l'Agence, du Service public fédéral Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement [1 et du directeur général de Sciensano]1 siège dans chacun des autres Comités de direction et/ou Conseils stratégiques dont il ne fait pas partie.
  ----------
  (1)<L 2018-02-25/02, art. 75, 019; En vigueur : 01-04-2018>

  Art. 7.[1 §1.]1 Sans préjudice des autres compétences qui sont accordées en vertu de la présente loi, le Roi peut fixer les conditions selon lesquelles l'Agence peut collaborer au soutien des missions [1 de l'Institut national d'assurance maladie-invalidité]1 du Service public fédéral Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement, y compris de ses organes de consultation, de concertation et d'orientation. [1 ...]1.
  [1 Le Roi peut déterminer les conditions selon lesquelles l'Agence peut collaborer avec les autres organismes de l'Etat, en particulier l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire et l'INAMI, et solliciter des avis d'instances tierces.]1
  [1 §2. [2 ...]2]1
  ----------
  (1)<L 2017-08-11/05, art. 46, 016; En vigueur : 07-09-2017>
  (2)<L 2018-03-11/08, art. 66, 017; En vigueur : 05-04-2018>

  Art. 7bis. <Inséré par L 2008-12-19/51, art. 85; En vigueur : 10-01-2009> L'Agence peut se faire assister par des tiers, personnes morales sans but lucratif, pour l'exécution de ses missions. L'agence couvrira les frais encourus par ces personnes morales dans le cadre de cette assistance par le biais de subsides.
  Les modalités d'attribution des subsides visés à l'alinéa précédant ainsi que leur montant seront déterminées par le Roi. Le montant ne pourra être supérieur aux frais réellement encourus par la personne morale sans but lucratif dans le cadre de l'assistance apportée. Ces frais encourus sont les frais de personnel et de fonctionnement en ce y compris les frais d'investissement informatique. La liquidation du subside se fera par le biais d'avances et d'un solde. Le solde ne peut être libéré qu'après présentation des pièces comptables justificatives des frais encourus. Les sommes des avances ne pourra dépasser 80 pourcent du subside. La périodicité de paiement desdites avances ne pourra être inferieure à un mois.

  Art. 7ter. [1 Sans préjudice de dispositions contraires portant attribution d'une compétence, le ministre peut habiliter des fonctionnaires de l'Agence à signer des actes administratifs individuels pris par lui en vertu de la législation visée à l'article 4, § 1er, selon les conditions qu'il détermine.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2015-07-17/38, art. 74, 012; En vigueur : 27-08-2015>

  CHAPITRE III. - De l'administrateur général et des membres du personnel.

  Art. 8. § 1er. L'Agence est dirigée par un administrateur général, désigné par voie de mandat, pour une durée de six ans renouvelable, selon les modalités fixées par arrêté royal délibéré en Conseil des ministres, après accord du ministre de la Fonction publique.
  Le Roi peut, par arrêté délibéré en Conseil des ministres, après accord des ministres du Budget et de la Fonction publique, fixer d'autres fonctions de management.
  § 2. La gestion journalière est confiée à l'administrateur général. Elle comprend notamment les compétences hiérarchiques concernant les membres du personnel de l'Agence. Le Roi peut en outre attribuer des compétences spécifiques à l'administrateur général.
  [1 L'administrateur général se fait assister par un comité de direction présidé par lui. Ce comité de direction exécute également les compétences du conseil de direction décrites à l'article 16, § 2, de l'arrêté royal du 8 janvier 1973 fixant le statut du personnel de certains organismes d'intérêt public. Le comité de direction comprend l'administrateur général et les autres fonctions de management. Le ministre peut désigner au maximum six autres membres du personnel comme membres du comité de direction, sur la proposition du comité de direction, ceci afin de garantir le caractère pluridisciplinaire parmi les membres du comité de direction. Le comité de direction rédige un règlement d'ordre intérieur, lequel sera soumis pour approbation au ministre.]1
  § 3. Avant son entrée en fonction, tout membre du personnel statutaire ou contractuel de l'Agence déclare les intérêts qu'il a dans un établissement ou une entreprise quelconque relevant de la compétence de l'Agence et s'engage à informer celle-ci de toute modification relative aux intérêts déclarés.
  Le Roi détermine, par arrêté royal délibéré en Conseil des ministres, les conditions dans lesquelles l'Agence organise le service en vue de prévenir tout conflit d'intérêts.
  ----------
  (1)<L 2009-12-10/35, art. 19, 008; En vigueur : 10-01-2010>

  Art. 9. L'Agence est soumise à l'autorité hiérarchique du ministre.
  L'Agence transmet au ministre et au Parlement un rapport annuel sur ses activités, comprenant le bilan des résultats atteints au regard de ses missions.
  Elle dresse pour le 30 avril au plus tard, le compte annuel d'exécution de son budget, ainsi qu'une situation active et passive au 31 décembre de l'année considérée.

  CHAPITRE IV. - Du Comité consultatif, du Comité scientifique et du Comité de transparence.

  Art. 10. Il est institué auprès de l'Agence un Comité consultatif, chargé de la conseiller, autant à l'initiative du Comité qu'à la demande du ministre ou de l'administrateur général, à propos de toutes les matières relatives à la politique suivie et à suivre par l'Agence.
  Ce Comité comprend en tout cas des représentants de l'autorité fédérale, des secteurs concernés par les matières relevant de la compétence de l'Agence, des organismes assureurs ainsi que des présidents des Commissions créées en application des réglementations visées à l'article 4, alinéa 2, 6°.
  Le Roi détermine par arrêté délibéré en Conseil des ministres la composition, les règles relatives à l'exécution des missions du Comité, les modalités de désignation des membres, son fonctionnement ainsi que la date de son installation.

  Art. 11.Il est institué, auprès de l'Agence, un Comité scientifique [1 ...]1.
  Ce Comité constitue l'organe d'expertise scientifique [1 ...]1. A ce titre, il remet des avis, tant de sa propre initiative qu'à la demande du ministre ou de l'administrateur général, sur les matières relevant de la compétence de l'Agence.
  Le Comité est informé des projets de lois ou d'arrêtés royaux relatifs aux matières relevant des compétences de l'Agence.
  Le Roi détermine, par arrêté délibéré en Conseil des ministres, les règles relatives à l'exécution des missions du Comité, [1 sa composition,]1 son fonctionnement ainsi que la date de son installation.
  ----------
  (1)<L 2018-10-30/06, art. 75, 018; En vigueur : 26-11-2018>

  Art. 12. Il est institué auprès de l'Agence un Comité de transparence, composé d'un représentant du ministre, de l'administrateur général, de représentants des secteurs contribuant aux recettes visées à l'article 13, § 1er, 2°, et d'un Inspecteur des Finances désigné par le ministre qui a le Budget dans ses attributions.
  Le Comité de transparence reçoit toutes les informations sur la manière dont les recettes susvisées sont utilisées. Les représentants des secteurs susvisés peuvent y demander tout renseignement qu'ils jugent utile en lien avec la gestion de ces recettes. Le Comité est également compétent pour remettre des avis et des suggestions sur le plan de management.
  Les rapports des réunions du Comité de transparence sont transmis au Comité consultatif.
  Le Roi détermine par arrêté délibéré en Conseil des ministres la composition, les règles relatives à l'exécution des missions du Comité, les modalités de désignation des membres, son fonctionnement ainsi que la date de son installation.
  (Le représentant du ministre et l'Inspecteur des Finances visés à l'alinéa 1er siègent au Comité de transparence avec voix consultative.) <L 2008-12-22/32, art. 179, 006; En vigueur : 08-01-2009>

  CHAPITRE V. - Du financement et des moyens de l'Agence.

  Section 1re. [1 - Les moyens de l'Agence]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 3, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Art. 13.[1 L'Agence est financée par :
   1° les crédits inscrits au budget général des dépenses;
   2° les recettes provenant des redevances et contributions fixées aux sections 3, 4 et 5;
   3° les rétributions fixées par et en vertu de la section 6;
   4° les recettes provenant de l'Union européenne en ce qui concerne les activités de l'Agence;
   5° les sommes d'argent payées en vertu de transactions administratives proposées par l'Agence conformément à la législation applicable;
   6° des donations et legs;
   7° moyennant l'accord du ministre compétent pour les Finances, le produit du placement de réserves financières;
   8° des recettes fortuites;
   9° toutes les autres recettes provenant de l'exécution de ses missions;
   10° un montant annuel, à charge des frais d'administration de l'Institut national d'assurance maladie-invalidité, fixé par le Roi.]1
  ----------
  (1)<L 2018-03-11/08, art. 4, 017; En vigueur : 01-01-2018>

  Art. 13/1.
  <Abrogé par L 2018-03-11/08, art. 5, 017; En vigueur : 01-01-2018>

  Art. 14.[1 § 1er. L'Agence peut acquérir l'équipement et les installations nécessaires à l'exercice de ses missions.
   L'Etat peut mettre, gratuitement ou à titre onéreux, à disposition de l'Agence, les services, équipements et installations appartenant à l'Etat ou à un organisme public qui sont nécessaires pour l'exécution des missions de l'Agence, telles que définies à l'article 4.
   § 2. Moyennant l'accord du ministre compétent pour les Finances, l'Agence est autorisée à contracter des emprunts qui peuvent bénéficier de la garantie de l'Etat.]1
  ----------
  (1)<L 2018-03-11/08, art. 6, 017; En vigueur : 01-01-2018>

  Section 2. [1 - Dispositions administratives.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 7, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Art. 14/1. [1 L'agent statutaire chargé du contrôle du budget et de la gestion, désigné par le ministre, représente l'Agence dans les actes judiciaires et extrajudiciaires pour l'application de la présente loi. Cet agent peut déléguer cette compétence et soumettre cette délégation à des conditions.
   Sauf disposition contraire dans la présente loi, le redevable est également la personne soumise à déclaration.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 8, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Section 3. [1 - Impôts.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 9, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Sous-section 1re. [1 - Redevances sur le chiffre d'affaires.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 10, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Art. 14/2. [1 Une redevance annuelle est due sur le chiffre d'affaires, dont le redevable, les biens et services concernés, le montant et la redevance forfaitaire minimale prévue, sont fixés à l'annexe I de la présente loi.
   Cette redevance est due pour chaque année où le redevable réalise le chiffre d'affaires visé à l'alinéa 1er, y compris l'année pendant laquelle commence l'activité concernée et l'année pendant laquelle l'activité concernée est arrêtée.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 11, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Art. 14/3. [1 La redevance visée à l'article 14/2 est calculée sur le chiffre d'affaires réalisé durant l'année précédant celle pour laquelle la redevance est due. Si, au cours de l'année précédente, aucun chiffre d'affaires visé à l'article 14/4 n'a été réalisé, la redevance forfaitaire minimale prévue est alors due.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 12, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Art. 14/4. [1 Le montant du chiffre d'affaires visé à l'article 14/2 fait l'objet d'une déclaration par la personne soumise à déclaration qui est datée, signée et certifiée sincère et véritable. L'attestation qui a été rédigée conformément à l'article 14/6 est jointe à cette déclaration. Cette déclaration est envoyée à l'Agence au plus tard le 31 mars de l'année suivant celle durant laquelle le chiffre d'affaires a été réalisé. L'Agence envoie un avis de paiement avec le montant à payer. Le versement de la redevance se fait au plus tard 15 jours après la réception de l'avis de paiement par l'Agence conformément à l'article 14/18, § 1er.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 13, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Art. 14/5.[1 Sans préjudice des peines prévues à l'article 14/22, l'Agence peut, à défaut d'une déclaration rédigée conformément à [2 l'article 14/4]2, fixer d'office la contribution sur la base du chiffre d'affaires total du redevable.
   Le redevable est informé par envoi recommandé avec accusé de réception de la fixation d'office avec indication du recours visé à l'article 14/20 ainsi que des formes et délais à respecter.
   L'Agence peut réduire le chiffre d'affaires qui sert de base pour la fixation de la contribution conformément à l'alinéa 1er, en cas de déséquilibre manifeste entre le chiffre d'affaires total et le chiffre d'affaires [2 les biens pour lesquels une redevance est due]2, dans la mesure de ce déséquilibre.
   A la demande de l'Agence, le service compétent au sein du Service public fédéral Finances fournit les informations pour l'application de l'alinéa 1er.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 14, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  (2)<L 2019-04-07/22, art. 7, 020; En vigueur : 01-01-2018>

  Art. 14/6. [1 La personne soumise à déclaration tient chaque année un registre indiquant les biens et services visés à l'article 14/2, la personne physique ou morale à qui des biens et services sont livrés et les conséquences de ce transfert sur le chiffre d'affaires.
   Sur la base du registre visé à l'alinéa 1er, la personne soumise à déclaration fait rédiger une attestation par un réviseur d'entreprise ou un comptable dans laquelle les éléments suivants sont confirmés et dûment certifiés :
   1° le nom du redevable de la redevance visé à l'article 14/2, comme personne physique ou morale, en indiquant la forme juridique et son numéro d'entreprise;
   2° le chiffre d'affaires imposable visé à l'article 14/2.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 15, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Sous-section 2. [1 - Contribution sur le conditionnement d'un médicament autorisé.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 16, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Art. 14/7. [1 Une contribution est due sur le conditionnement de médicaments et matières premières dont le redevable de la contribution, la personne soumise à déclaration, le montant par conditionnement ou le montant par poids de substance active et la périodicité, sont prévus à l'annexe II de la présente loi.
   Le nombre de conditionnements fait l'objet d'une déclaration par la personne soumise à déclaration qui est datée, signée et certifiée sincère et véritable. Cette déclaration est adressée à l'Agence, au plus tard pour la fin du mois qui suit la période concernée par la contribution en même temps que le versement de la contribution, conformément à l'article 14/18.
   Par dérogation à l'alinéa 2, si l'impôt est dû chaque année, l'avance des impôts sur le conditionnement d'un médicament autorisé visés dans le présent article sont dus sur les conditionnements vendus dans l'année précédant l'année de contribution. La déclaration est introduite au plus tard le 30 avril de l'année de contribution. L'Agence envoie un avis de paiement avec le montant à payer. Le redevable dispose d'un délai de paiement de 15 jours après réception de l'avis de paiement par l'Agence, conformément à l'article 14/18.
   Sans préjudice des peines prévues à l'article 14/22, l'Agence peut, à défaut d'une déclaration visée à l'alinéa 1er, fixer d'office la contribution.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 17, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Art. 14/8. [1 Si la contribution visée à l'article 14/7 est exprimée en fonction de la substance active, la contribution par conditionnement mis sur le marché individuellement est fixée en euros jusqu'à la deuxième décimale. Les montants sont arrondis au centime supérieur ou inférieur. Si la fixation entraîne un résultat qui est précisément la moitié d'un centime d'euro, le montant est arrondi au centime supérieur. L'Agence publie sur son site web la liste des contributions visées dans le présent article.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 18, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Sous-section 3. [1 - Contribution annuelle des opérateurs économiques.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 19, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Art. 14/9. [1 § 1er. Une contribution forfaitaire est due par le titulaire dont l'autorisation, le certificat, l'agrément ou l'exemption, la personne soumise à déclaration et la contribution sont repris à l'annexe III. Si c'est prévu, cette contribution est due pour toute entité d'activité économique telle que prévue à l'annexe VI.
   Pour la détermination du nombre total d'autorisations soumises à la contribution forfaitaire visée à l'alinéa 1er, le 1er avril de l'année pour laquelle la contribution est due est pris en compte comme date de référence.
   § 2. L'Agence envoie un avis de paiement indiquant le montant à payer. Le redevable dispose d'un délai de paiement de 15 jours après réception de l'avis de paiement par l'Agence, conformément à l'article 14/18.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 20, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Section 4. [1 - Impôts en fonction du compte d'exécution.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 21, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Art. 14/10.[1 § 1er. Les impôts repris à l'annexe IV sont tributaires d'une partie, prévue dans cette annexe de l'avance hypothétique sur le compte d'exécution. Par dérogation aux articles 14/2, 14/7 et 14/9, le paiement constitue une avance conformément à ces articles.
   Les impôts dus conformément au présent article sont positifs et leur montant ne dépasse pas l'avance visée à l'alinéa 1er.
   § 2. L'avance hypothétique sur le compte d'exécution pour l'application de l'article 14/11, est la différence positive entre les recettes, y compris les avances visées au paragraphe 1er, et les dépenses de l'Agence sans tenir compte des versements et des moyens de l'Etat, effectués et reçus conformément à l'article 7bis de la loi du 5 juillet 1994 relative au sang et aux dérivés du sang d'origine humaine [3 , à l'article 47, § 2, de la loi du 7 mai 2017 relative aux essais cliniques de médicaments à usage humain]3 [2 et l'article 34/2, § 2, de la loi du 7 mai 2004 relative aux expérimentations sur la personne humaine]2 [4 ni des versements et des moyens effectués en exécution de l'article 4/1]4.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 22, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  (2)<L 2018-10-30/06, art. 76, 018; En vigueur : 26-11-2018>
  (3)<L 2019-04-07/22, art. 8, 020; En vigueur : 01-01-2018>
  (4)<L 2019-04-07/22, art. 25, 020; En vigueur : 30-05-2019>

  Art. 14/11. [1 § 1er. Le montant dû d'un impôt visé à l'article 14/10, § 1er, est l'avance payée multipliée par un coéfficient que l'Agence publie sur son site web pour l'impôt concerné. L'Agence rembourse la partie non due de l'avance pour le 31 janvier de l'année qui suit l'année sur laquelle porte l'impôt.
   Par dérogation à l'alinéa 1er, l'Agence compense la partie non due de l'avance par la contribution forfaitaire due pour l'année de contribution en cours si le redevable reste le même.
   § 2. Le coéfficient visé au paragraphe 1er est le quotient de la partie de l'impôt visée à l'article 14/10, § 1er, multiplié par l'avance hypothétique, divisé par les avances dues pour cet impôt pour l'année sur laquelle porte l'impôt.
   § 3. L'établissement de la partie non due de l'avance se fait en euros jusqu'à la deuxième décimale. Les montants sont arrondis au centime supérieur ou inférieur. Si la fixation entraîne un résultat qui est précisément la moitié d'un centime d'euro, le montant est arrondi au centime supérieur.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 23, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Art. 14/12. [1 Après application des articles 14/10 et 14/11, l'Agence verse le solde de l'avance hypothétique tel que visé à l'article 14/10, § 2, au Trésor.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 24, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Section 5. [1 - Contributions.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 22, 017; En vigueur : 05-04-2018>
  

  Art. 14/13. [1 Une contribution, dont le redevable, le fait générateur et le montant sont fixés à l'annexe V de la présente loi, est due. L'article 14/15, alinéa 1er, s'applique mutatis mutandis à cette contribution.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 26, 017; En vigueur : 05-04-2018>
  

  Section 6. [1 - Rétributions.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 27, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Art. 14/14.[1 Une rétribution, dont le redevable, le fait générateur et le montant sont fixés à l'annexe VII de la présente loi, est due.]1
  [2 Si la rétribution a été fixée pour les PME, l'attestation visée à l'article 2/1 doit alors être transmise à l'AFMPS au plus tard au moment du fait générateur. La PME qui transmet tardivement l'attestation est réputée de plein droit être une grande entreprise pour l'application du présent article.]2
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 28, 017; En vigueur : 05-04-2018>
  (2)<L 2019-04-07/22, art. 9, 020; En vigueur : 01-01-2018>

  Art. 14/15.[1 Sauf disposition contraire fixée par ou en vertu de la loi qui s'applique sur la procédure concernée et à l'exception des rétributions qui sont prévues par jour et par inspecteur, la preuve de paiement est jointe à la demande sous peine d'irrecevabilité.
   Les rétributions qui sont prévues par jour et par inspecteur sont payables au moment où le rapport d'inspection est définitif. L'Agence envoie un avis de paiement avec le montant à payer. Le redevable dispose d'un délai de paiement de 15 jours après réception de l'avis de paiement par l'Agence, conformément aux dispositions de l'article 14/18, § 1er.]1
  [2 Le Roi peut désigner les rétributions et les contributions qui par dérogation à l'alinéa 1er sont payables conformément aux dispositions de l'article 14/18, § 1er, après la réception par le redevable de la rétribution, de l'avis de paiement par l'Agence. Le redevable de la contribution dispose dans ce cas d'un délai de paiement de 15 jours.]2
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 29, 017; En vigueur : 05-04-2018>
  (2)<L 2019-04-07/22, art. 10, 020; En vigueur : 01-01-2018>

  Art. 14/16. [1 Le Roi peut modifier les montants visés à l'annexe VII et fixer des modalités relatives à la perception.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 30, 017; En vigueur : 05-04-2018>
  

  Section 7. [1 - Intérêts.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 31, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Art. 14/17.[1 § 1er. Un intérêt de 0,8 % par mois est dû de plein droit quand l'impôt n'est pas payé dans le délai de paiement applicable prévu conformément aux articles 14/4, 14/7, alinéa 2, 14/9, § 2, ou [2 14/13]2.
   L'intérêt est calculé chaque mois sur le total de l'impôt dû, arrondi au multiple de 10 euros immédiatement inférieur. Chaque période d'un mois commencée est comptée pour un mois entier.
   L'intérêt d'un mois est uniquement exigé s'il atteint 2,50 euros.
   § 2. Un intérêt de 0,8 % par mois est dû de plein droit sur les sommes qui doivent être versées en application des articles 14/11, § 1er, et 14/12 à compter de l'échéance du délai prévu dans ces dispositions.
   L'intérêt est calculé chaque mois sur le total du montant à rembourser, arrondi au multiple de 10 euros immédiatement inférieur. Chaque période commencée d'un mois est comptée pour un mois entier.
   L'intérêt d'un mois est uniquement exigé s'il atteint 2,50 euros.
   § 3. Les intérêts moratoires sur les sommes à recouvrir ou à rembourser qui ne sont pas visées aux §§ 1er et 2, sont dus au taux d'intérêt en matière civile et dans le respect des règles en vigueur en la matière.
   § 4. Le Roi peut, quand ceci se justifie en raison des taux d'intérêts appliqués sur le marché financier, adapter les taux d'intérêt visés aux §§ 1er et 2.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 32, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  (2)<L 2019-04-07/22, art. 11, 020; En vigueur : 01-01-2018>

  Section 8. [1 - Modalités de paiement.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 33, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Art. 14/18. [1 § 1er. Les redevances, contributions et rétributions visées aux articles 14/2, 14/7, 14/9, 14/13 et 14/14 sont versées par la personne soumise à déclaration sur le compte que l'Agence publie sur son site web. L'Agence y publie également les informations qui doivent être communiquées lors des virements, et ce afin de permettre le contrôle.
   Le Roi peut fixer les modalités des virements visés au présent article.
   § 2. Sauf si la déclaration papier est imposée par ou en vertu du paragraphe 1er, les déclarations en vertu de la présente loi sont, sous peine de nullité, introduites par voie électronique conformément aux modalités fixées en vertu du paragraphe 1er.
   En cas de déclaration papier telle que visée à l'alinéa 1er, la déclaration est, sous peine de nullité, envoyée à l'Agence par envoi recommandé.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 34, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Section 9. [1 - Indexation.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 35, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Art. 14/19.[3 § 1er.]3 [1 Les montants visés aux articles 14/7, 14/9 et 14/13, la redevance forfaitaire minimale prévue visée à l'article 14/2, et les rétributions visées à l'article 14/14, sont adaptés chaque année à l'évolution de l'indice national des prix à la consommation, en fonction de l'indice du mois de septembre. L'indice initial est celui du mois de septembre [2 2017]2. Les montants indexés sont publiés au Moniteur belge et sont exigibles à partir du 1er janvier de l'année qui suit celle durant laquelle l'adaptation a été effectuée.]1
  [3 § 2. Par dérogation au paragraphe 1er, les montants visés au présent article sont indexés de plein droit pour le reste de l'année au cours de laquelle la contribution, redevance ou la rétribution correspondante est due pour la première fois:
   1° après que la contribution, redevance ou la rétribution a été introduite ou modifiée par la loi;
   2° après que le montant a été adapté en vertu de l'article 14/16.
   L'Agence publie les montants indexés au Moniteur belge dans un délai d'un mois à compter du jour où l'adaptation, la modification ou l'introduction visée au premier alinéa entre en vigueur.]3
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 36, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  (2)<L 2019-04-07/22, art. 12, 020; En vigueur : 01-01-2018>
  (3)<L 2020-12-20/09, art. 34, 021; En vigueur : 09-01-2021>

  Section 10. [1 - Recours administratif et recouvrement.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 37, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Art. 14/20. [1 § 1er. Le redevable visé aux articles 14/2, 14/7 et 14/10, ou le redevable visé à l'article 14/14 si la rétribution n'a pas été fixée sous peine d'irrecevabilité, peut introduire un recours administratif motivé, sous peine de déchéance dans les 30 jours, après la réception de l'avis de paiement. A défaut d'un recours administratif, l'impôt devient définitif.
   Sous peine de nullité, l'acte de recours est adressé à l'administrateur général de l'Agence et comprend :
   1° la signature du redevable ou, dans le cas d'une personne morale, les signatures des personnes qui représentent de droit la personne morale;
   2° l'indication si le redevable souhaite être entendu;
   et
   3° une copie de l'avis de paiement.
   L'administrateur général ou son délégué fixe le montant de l'impôt dans une décision après que le redevable, s'il l'a demandé, a été entendu ou dûment convoqué. Cette décision est notifiée au redevable dans les trois mois après l'introduction du recours.
   A défaut de notification de décision dans les trois mois telle que visée à l'alinéa 3, le redevable peut saisir le tribunal compétent.
   § 2. Si un recours administratif a été introduit conformément au paragraphe 1er, l'impôt devient définitif :
   1° à l'échéance d'un délai de trois mois, si le redevable n'a pas introduit de recours auprès du tribunal compétent après avoir pris connaissance de la décision visée au paragraphe 1er, alinéa 3, ou à l'échéance du délai visé au paragraphe 1er, alinéa 4;
   ou
   2° si l'impôt a été fixé par un jugement ou arrêté avec force de chose jugée.
   § 3. La perception et le recouvrement des impôts devenus définitifs conformément au paragraphe 2 s'opèrent à la demande de l'Agence par l'administration chargée de la perception et du recouvrement des créances non fiscales du Service public Finances par toute voie de droit, conformément à la loi domaniale du 22 décembre 1949.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 38, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Section 11. [1 - Surveillance et dispositions pénales.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 39, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Art. 14/21.[1 § 1er. Sans préjudice des compétences des officiers de police judiciaire, les agents statutaires, ou à défaut contractuels, désignés par le Roi à cette fin, recrutés au moyen d'un contrat à durée indéterminée, de l'Agence exercent la surveillance sur l'application de la présente loi et de ses arrêtés d'exécution, en effectuant, si nécessaire, des inspections inopinées.
   § 2. Sans préjudice des compétences des officiers de police judiciaire, les membres du personnel statutaire ou contractuel visés au paragraphe 1er, munis de pièces justificatives de leurs fonctions peuvent, dans l'exercice de leur mission :
   1° visiter et fouiller, entre 5 heures du matin et 9 heures du soir, sans avertissement préalable, tous les lieux, à l'exception des lieux servant d'habitation, soumis au contrôle de l'Agence, même si ceux-ci ne sont pas accessibles au public et, de manière plus générale, tous les lieux où ils soupçonnent raisonnablement la présence de documents pertinents pour l'application de la présente loi;
   2° procéder à tout examen, contrôle et audition et recueillir toutes les informations qu'ils estiment nécessaires pour s'assurer que les dispositions fixées par et en vertu de la présente loi sont effectivement observées, et notamment :
   a) interroger toute personne dont ils estiment l'audition nécessaire, sur tout fait dont la connaissance est utile à l'exercice de la surveillance;
   b) prendre l'identité de toute personne dont ils estiment l'audition nécessaire pour l'exercice de la surveillance; à cet effet, ils peuvent exiger de ces personnes la présentation de documents officiels d'identité ou rechercher cette identité par d'autres moyens, y compris en faisant des photos et des prises de vues par film et vidéo;
   c) se faire produire, sans déplacement, pour en prendre connaissance, tous livres, registres, documents, disques, bandes ou n'importe quels autres supports d'information pouvant contenir des données dont l'établissement, la tenue ou la conservation sont prescrits par les législations dont ils exercent la surveillance et en prendre des extraits, des duplicata, des impressions, des listages, des copies ou des photocopies, ou se faire fournir ceux-ci sans frais, ou même saisir n'importe quels supports d'information visés par le présent littera contre récépissé.
   En cas de demande écrite d'information sur la base du présent article, le texte de l'article 14/22 est joint sous peine de nullité.
   § 3. Les membres du personnel statutaire et contractuel visés au § 1er, ont le droit de [2 faire toutes les constatations utiles,]2 donner des avertissements et dresser des procès-verbaux.
   § 4. Les membres du personnel statutaire et contractuel visés au § 1er peuvent, dans l'exercice de leur fonction, requérir l'assistance de la force publique.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 40, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  (2)<L 2019-04-07/22, art. 13, 020; En vigueur : 01-01-2018>

  Art. 14/22. [1 § 1er. Sans préjudice de l'article 14/5, l'infraction à l'obligation de déclaration telle que visée à l'article 14/4 et l'article 14/7, alinéa 2, sera punie d'un emprisonnement de huit jours à un mois et d'une amende de 100 euros à 100 000 euros ou de l'une ces peines seulement.
   Sans préjudice de l'article 14/5, la non-tenue d'un registre tel que visé à l'article 14/6, est punie d'un emprisonnement d'un mois à un an et d'une amende de 200 euros à 15 000 euros ou de l'une de ces peines seulement.
   Sont punis d'une amende de 50 euros à 500 euros :
   1° le non-paiement ou le non-paiement partiel d'un impôt ou d'une rétribution, visés aux articles 14/2, 14/7, 14/9, 14/13 et 14/14, sauf si un recours a été introduit à temps conformément à l'article 14/20;
   2° le non-paiement ou le non-paiement partiel d'un impôt définitif visé à l'article 14/20 ou d'une rétribution, visée aux articles 14/2, 14/7, 14/9, 14/13 et 14/14;
   3° le fait de ne pas répondre à une demande écrite d'informations telle que visée à l'article 14/21, alinéa 1er, 2°.
   § 2. Par dérogation à l'article 29 du Code d'instruction criminelle, l'Agence propose à l'auteur présumé de l'infraction une transaction administrative dont le paiement éteint l'action publique à condition que :
   1° s'il s'agit d 'une infraction telle que visée au paragraphe 1er, alinéa 1er, ou au paragraphe 1er, alinéa 3, 1° ou 2° : l'impôt dû est payé dans le délai visé au paragraphe 3;
   2° s'il s'agit d'une infraction telle que visée au paragraphe 1er, alinéa 3, 3° : les informations demandées ont été fournies dans le délai visé au paragraphe 3.
   § 3. La transaction administrative est envoyée à l'auteur de l'infraction dans les trois mois à compter de la date du procès-verbal.
   En cas de paiement de la transaction administrative dans le mois après l'envoi, l'Agence en informe le procureur du Roi et lui transmet le procès-verbal original et une copie de la proposition de transaction administrative. Si un recours est introduit conformément à l'article 14/20, le délai commence à courir au moment où l'impôt devient définitif tel que visé à l'article 14/20.
   Le paiement de la transaction administrative éteint l'action publique, sauf si le procureur du Roi notifie à l'auteur de l'infraction dans le mois à compter de la notification du paiement de la transaction administrative, qu'il entend exercer cette action publique.
   Si l'action publique est exercée après paiement de la transaction administrative et entraîne la condamnation de l'intéressé, le montant de la transaction administrative est alors imputé sur les frais de justice dus à l'Etat et sur l'amende prononcée. L'excédent éventuel est restitué. En cas d'acquittement, le montant de la transaction administrative est restitué.
   En cas de condamnation conditionnelle, le montant de la transaction administrative est restitué après déduction des frais de justice.
   En cas de non-paiement de la transaction administrative dans le mois de l'envoi, l'Agence en informe le procureur du Roi et lui transmet le procès-verbal original et une copie de la proposition de transaction administrative.
   Si l'Agence ne propose pas de transaction administrative, elle transmet le procès-verbal original au procureur du Roi dans un délai de trois mois à compter de la date du procès-verbal. Le procureur du Roi peut renvoyer le procès-verbal à l'Agence pour une proposition de transaction administrative à l'auteur présumé de l'infraction. La transaction administrative est envoyée à l'auteur de l'infraction dans les trois mois à compter du renvoi.
   § 4. Le montant de la transaction administrative ne peut être inférieur au minimum ni dépasser le maximum de l'amende fixée pour l'infraction. Le montant des transactions administratives est majoré des centimes additionnels qui s'appliquent aux amendes prévues dans le Code pénal.
   § 5. La personne à qui la transaction administrative est proposée peut sur demande, à l'Agence, prendre connaissance du dossier concernant l'infraction à sa charge. Cette personne peut faire parvenir par écrit ses remarques ou moyens de défense à l'Agence qui, en cas de non-paiement de la transaction administrative, les transmettra au procureur du Roi avec le procès-verbal qui constate l'infraction.
   § 6. Si l'auteur présumé ne paie pas conformément au paragraphe 3, l'Agence, l'Agence transmet le dossier conformément à l'article 29 du Code d'instruction criminelle.
   § 7. Le droit de proposer une transaction à l'auteur de l'infraction, dont le paiement éteint l'action publique, ne peut être exercé quand le tribunal a déjà été saisi de l'affaire ou quand le juge d'instruction est requis d'instruire.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 41, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Art. 14/23. [1 Toutes les dispositions du Livre 1 du Code pénal, sauf le chapitre V, s'appliquent aux infractions visées dans la présente loi.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 42, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Section 12. [1 - Prescription.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 43, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Art. 14/24. [1 Les impôts fixés par et en vertu de la présente loi se prescrivent par l'écoulement de cinq années à partir de la date à laquelle ils doivent être payés sauf si un recours a été introduit conformément à l'article 14/20, auquel cas les impôts se prescrivent par l'écoulement de cinq années à partir de la date à laquelle ils sont devenus définitifs.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 44, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  Art. 14/25. [1 Si le redevable ne respecte pas ses obligations de déclaration en contravention des articles 14/4 ou 14/7, l'Agence peut fixer l'impôt conformément aux articles 14/5 ou 14/7, alinéa 2, pour au maximum cinq ans pendant lesquels l'impôt a été éludé et précédant l'année de la fixation.
   L'article 14/24 s'applique au recouvrement de l'impôt qui est fixé pour les années précédentes en vertu de l'alinéa 1er.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 45, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  

  CHAPITRE VI. - Dispositions modificatives et abrogatoires.

  Art. 15. A l'article 1er de la loi du 16 mars 1954 relative au contrôle de certains organismes d'intérêt public, sont insérés dans l'ordre alphabétique, dans la catégorie A, les mots " Agence fédérale des médicaments et des produits de santé ".

  Art. 16. L'article 1er, 3°, de la loi du 22 juillet 1993 portant certaines mesures en matière de fonction publique, modifié par les lois des 24 décembre 2002, 7 janvier 2003, 27 février 2003, 3 avril 2003, 27 décembre 2004 et 12 janvier 2006, est complété comme suit : " Agence fédérale des médicaments et des produits de santé ".

  Art. 17. Dans le tableau annexé à la loi organique du 27 décembre 1990 créant des fonds budgétaires, modifié pour la dernière fois par la loi du 27 décembre 2005, la sous rubrique 25-3 " Fonds des médicaments " est abrogée.

  CHAPITRE VII. - Dispositions transitoires, finales et d'entrée en vigueur.

  Section première. - Dispositions transitoires.

  Art. 18. Tant que l'arrêté royal prévu à l'article 8, § 1er, alinéa 1er, n'est pas entré en vigueur, la sélection et la désignation de l'administrateur général sont réalisées selon les modalités suivantes :
  Pour participer à la sélection comparative pour la fonction d'administrateur général, les candidats doivent être titulaires d'une fonction de niveau A ou pouvoir participer à une sélection comparative pour une fonction de niveau A dans un service public fédéral.
  Les candidats à la fonction d'administrateur général doivent posséder une expérience de management d'au moins six ans ou avoir une expérience professionnelle utile d'au moins dix ans. Par expérience de management, il y a lieu d'entendre une expérience en gestion au sein d'un service public ou d'une organisation du secteur privé.
  Les candidats à la fonction d'administrateur général doivent avoir les compétences et les aptitudes relationnelles, d'organisation et de gestion fixées dans la description de fonction et le profil de compétence afférents à la fonction de management à conférer.
  La description de la fonction et le profil de compétence de la fonction d'administrateur général sont détermines par le ministre.
  Les candidatures sont introduites auprès de SELOR - Bureau de sélection de l'Administration fédérale - qui en examine la recevabilité au regard des conditions générales et particulières d'admissibilité.
  Les candidatures déclarées recevables par SELOR - Bureau de sélection de l'Administration fédérale - sont transmises à la commission de sélection.
  Les candidats dont la candidature a été déclarée recevable présentent, devant la commission de sélection, une épreuve orale au départ d'un cas pratique ayant trait à la fonction de management à pourvoir.
  Cette épreuve a pour but d'évaluer tant les compétences spécifiques à la fonction à exercer que les aptitudes requises à l'exercice d'une fonction de management.
  Au terme des tests et de la comparaison des titres et mérites des candidats, les candidats à la fonction d'administrateur général sont inscrits dans le groupe " apte " ou dans le groupe " non apte ". Cette inscription est motivée.
  Dans le groupe " apte ", les candidats font l'objet d'un classement.
  La commission de sélection se compose :
  1° de l'administrateur délégué de SELOR - Bureau de sélection de l'Administration fédérale - ou de son délégué, président;
  2° d'un expert externe en management;
  3° d'un expert externe en gestion des ressources humaines;
  4° de deux experts externes ayant une expérience ou une connaissance particulière des matières spécifiques à la fonction à pourvoir;
  5° de deux agents issus d'un service public fédéral ou d'un service public fédéral de programmation, d'un ministère fédéral, d'une institution publique de sécurité sociale, d'un établissement scientifique fédéral, d'un organisme d'intérêt public fédéral ou, des services des Gouvernements de Région ou de Communauté ou des Collèges des Commissions communautaires, exerçant des fonctions au moins équivalentes à la fonction de management à pourvoir;
  6° d'un suppléant pour chacun des membres visés sous 2° à 5°. Ceux-ci sont désignés en même temps que les membres effectifs.
  La parité linguistique est assurée au sein de chacune des catégories de membres effectifs et suppléants de la commission de sélection visée à l'alinéa 9. Le membre effectif visé à l'alinéa 9, 2°, ainsi que son suppléant sont de l'autre appartenance linguistique que celle du membre effectif visé à l'alinéa 9, 3°, et de son suppléant. L'appartenance linguistique est déterminée, pour ce qui concerne les membres visés à l'alinéa 9, 2°, 3° et 4°, et leurs suppléants, par la langue du certificat ou du diplôme sanctionnant la réussite des études prises en compte pour l'appréciation de la compétence nécessaire à la mission d'expertise. Pour les membres visés à l'alinéa 9, 5°, et leurs suppléants, l'appartenance linguistique est déterminée par le rôle linguistique de l'agent ou en application des articles 35 à 41 de la loi ordinaire du 9 août 1980 de réformes institutionnelles.
  Les profils des membres effectifs de la commission de sélection visés à l'alinéa 9, 2°, 3°, 4° et 5°, ainsi que ceux de leurs suppléants, sont déterminés par SELOR - Bureau de sélection de l'Administration fédérale - en concertation avec le ministre.
  Lorsqu'une fonction de management est ouverte à des candidats des deux rôles linguistiques, le président de la commission de sélection doit soit avoir prouvé la connaissance de la seconde langue conformément à l'article 43, § 3, alinéa 3, des lois sur l'emploi des langues en matière administrative, coordonnées le 18 juillet 1966 soit être assisté d'un agent qui a prouvé cette connaissance.
  Lorsqu'une fonction de management n'est ouverte qu'à des candidats d'un seul rôle linguistique, ou lorsqu'il ne reste que des candidats d'un rôle linguistique à l'issue de l'examen de recevabilité des candidatures par SELOR - Bureau de sélection de l'Administration fédérale -, la commission de sélection est composée d'un seul représentant par catégorie de membres visés à l'alinéa 9, 2°, 3°, 4° et 5°. Ils sont du même rôle ou de la même appartenance linguistique que celui des candidats.
  Le président de la commission de sélection ne doit pas, s'il est de ce rôle ou de cette appartenance linguistique, se faire assister par un agent visé à l'alinéa 12.
  L'administrateur délégué du SELOR - Bureau de sélection de l'Administration fédérale - communique la composition de la commission de sélection, en ce compris les suppléants, au ministre qui a la Fonction publique dans ses attributions. Celui-ci informe sans délai les membres du gouvernement qui disposent d'un délai de sept jours ouvrables pour lui transmettre leurs objections. Dans ce cas, le ministre qui a la Fonction publique dans ses attributions soumet un dossier complet, pour décision, au Conseil des ministres, après en avoir transmis une copie au membre du gouvernement concerné.
  Si le Conseil des ministres, sur base du dossier soumis par le ministre qui a la Fonction publique dans ses attributions, récuse un membre de la commission de sélection, SELOR - Bureau de sélection de l'Administration fédérale - désigne un autre membre; en ce cas, l'alinéa 1er est applicable.
  La commission de sélection ne peut valablement procéder à l'audition des candidats et à la délibération que pour autant que la majorité des membres soit présente, que deux d'entre eux au moins soient du rôle linguistique du candidat et que chaque catégorie de membres visés à l'alinéa 9, 2° à 5°, soit représentée.
  Seuls les membres de la commission qui ont procédé à l'audition de tous les candidats peuvent prendre part à la délibération en vue de l'inscription desdits candidates en groupes " apte " et " non apte ". Aucun membre ne peut s'abstenir.
  En cas de partage des voix, le président décide.
  Les candidats sont informés de leur inscription dans le groupe " apte " ou " non apte " dans les quinze jours ouvrables qui suivent la délibération de la commission de sélection.
  SELOR - Bureau de sélection de l'Administration fédérale - communique le résultat de la procédure de sélection au ministre.
  Un entretien complémentaire est prévu avec les candidates du groupe " apte " afin de les comparer quant à leurs compétences spécifiques, leurs aptitudes relationnelles et leurs capacités à diriger par rapport à la description de fonction et au profil de compétences afférents à la fonction de management à pourvoir. Cet entretien est mené par le ministre.
  Un rapport de chaque entretien est rédigé et joint au dossier de désignation.
  Le candidat choisi est désigné pour une période de six ans par le Roi par arrêté délibéré en Conseil des ministres, sur proposition du ministre.

  Art. 19. § 1er. A partir du 1er janvier 2007, le Service public fédéral Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement est déchargé des missions qui sont désormais confiées à l'Agence.
  § 2. Dès le 1er janvier 2007, l'Agence reprend la gestion de tous les dossiers qui relèvent de sa compétence et qui ont été introduits auprès du Service public fédéral Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement. L'Agence en poursuit l'instruction. Les délais prévus par les procédures introduites auprès du Service public fédéral Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement restent inchangés.
  Il en va de même pour tous les dossiers qui, après le 1er janvier 2007, ont été erronément introduits auprès du Service public fédéral Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement, et ce pendant une période de 60 jours prenant cours le jour qui suit le 1er janvier 2007. Au-delà de cette période, la demande est renvoyée au demandeur et est considérée comme non introduite.
  § 3. Lors de sa création, les biens mobiliers appartenant et/ou mis à disposition de la Direction générale Médicaments du SPF Santé Publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement, sont transférés à l'Agence à titre gratuit.
  § 4. L'Agence succède aux droits et obligations de la Direction générale Médicaments et du Fonds des Médicaments, tel que défini dans le tableau annexé à la loi organique du 27 décembre 1990 créant des fonds budgétaires, en ce compris ses réserves telles que constatées au 31 décembre 2006.
  (L'Agence reprend également les droits et les obligations de la Direction générale Médicaments, y compris les réserves telles que constatées au 31 décembre 2006 des comptes visés à l'article 225 de la loi du 12 août 2000 portant des dispositions sociales, budgétaires et diverses et à l'article 30 de la loi du 7 mai 2004 relative aux expérimentations sur la personne humaine.) <L 2006-12-27/32, art. 234, 003; En vigueur : 07-01-2007>

  Art. 20. En vue de l'exercice des missions attribuées à l'Agence, les membres du personnel - statutaires et contractuels - de la Direction générale Médicaments du Service public fédéral Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement sont transférés d'office à l'Agence.
  Pour les fonctions de soutien, les candidats sont sélectionnés à la suite d'un appel au sein des fonctions de soutien du Service public fédéral Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement et à la suite d'une procédure de sélection organisée par le SELOR ou son délégué.
  Les membres du personnel transférés à l'Agence le seront avec maintien de leur traitement et de leur ancienneté.

  Art. 21. Le Roi peut, par arrêté délibéré en Conseil des ministres, abroger, compléter, modifier, remplacer et coordonner les dispositions légales visées à l'article 4, alinéa 2, 6°, (...) afin de réaliser le transfert de compétences, rendre l'Agence opérationnelle, éviter des conflits de compétences et garantir l'utilisation optimale des moyens disponibles. <L 2006-12-27/32, art. 235, 003; En vigueur : 07-01-2007>
  Les arrêtés royaux pris en exécution de l'alinéa 1er, sont abrogés de plein droit lorsqu'ils n'ont pas été confirmés par le législateur au plus tard dix-huit mois après le 1er janvier 2007.

  Section 2. - Dispositions finales et entrée en vigueur.

  Art. 22. Le Roi détermine, par arrêté délibéré en Conseil des ministres, les règles relatives à l'organisation et au fonctionnement de l'Agence, pour autant que cela n'ait pas été réglé dans la loi du 16 mars 1954 relative au contrôle de certains organismes d'intérêt public ou dans la présente loi. [1 Cependant, l'article 16, § 1er, de l'arrêté royal du 8 janvier 1973 fixant le statut du personnel de certains organismes d'intérêt public n'est pas d'application en ce qui concerne l'Agence fédérale des Médicaments et des Produits de Santé.]1
  L'Agence a son siège social à Bruxelles. Le Roi précise le lieu d'établissement.
  ----------
  (1)<L 2009-12-10/35, art. 20, 008; En vigueur : 10-01-2010>

  Art. 23. La présente loi entre en vigueur le 1er janvier 2007.
  Toutefois, les articles (3, 8, 15, 18, 20 (, alinéas 2 et 3,) et 23) entrent en vigueur le jour de la publication de la présente loi au Moniteur belge. <Erratum, voir M.B. 06-10-2006, p. 53564> <AR 2006-09-24/30, art. 1, 002; En vigueur : 01-01-2007> (NOTE : la L 2006-12-27/32, art. 236, dispose, avec effet au 08-09-2006, que, dans le présent article 23, les mots ", alinéas 2 et 3," sont insérés entre les mots "20" et "entrent".)
  

  Annexe.
  

  N1-N7 [2 Annexes 1 à 8.]2
  
  [2 (Image non reprise pour des raisons techniques, voir M.B. du 20-05-2019, p. 47874-47960)]2
  
  Modifiées par:
  
  <L 2019-04-07/22, art. 14, 020; En vigueur : 01-01-2018>
  <L 2019-04-07/22, art. 15-19, 020; En vigueur : 01-01-2020>
  <L 2019-04-07/22, art. 20, 020; En vigueur : 30-05-2019>
  <L 2020-12-20/09, art. 35, 021; En vigueur : 09-01-2021>
  <L 2020-12-20/09, art. 36, 021; En vigueur : 09-01-2021>
  <L 2020-12-22/40, art. 109, 022; En vigueur : 26-05-2021>
  <L 2021-05-09/07, art. 6, 023; En vigueur : 26-05-2021>
  <L 2021-07-19/02, art. 2-4, 024; En vigueur : 23-07-2021>
  ----------
  (1)<Inséré par L 2018-03-11/08, art. 46-52, 017; En vigueur : 01-01-2018>
  (2)<L 2019-04-07/22, art. 21, 020; En vigueur : 30-05-2019>
  
  
  

Signatures Texte Table des matières Début
   Promulguons la présente loi, ordonnons qu'elle soit revêtue du sceau de l'Etat et publiée par le Moniteur belge.
Donné à Bruxelles, le 20 juillet 2006.
ALBERT
Par le Roi :
Le Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique,
R. DEMOTTE
Scellé du sceau de l'Etat :
La Ministre de la Justice,
Mme L. ONKELINX.

Préambule Texte Table des matières Début
   ALBERT II, Roi des Belges,
   A tous, présents et à venir, Salut.
   La Chambre des représentants a adopté et Nous sanctionnons ce qui suit :
Erratum Texte Début

version originale
2006023026
PUBLICATION :
2006-10-06
page : 53564

Erratum



Modification(s) Texte Table des matières Début
version originale
  • LOI DU 19-07-2021 PUBLIE LE 23-07-2021
    (ART. MODIFIES : N6; N5; N7)
  • version originale
  • LOI DU 09-05-2021 PUBLIE LE 25-05-2021
    (ART. MODIFIES : 2; N7)
  • version originale
  • LOI DU 22-12-2020 PUBLIE LE 18-01-2021
    (ART. MODIFIES : 2; 4; N1)
  • version originale
  • LOI DU 20-12-2020 PUBLIE LE 30-12-2020
    (ART. MODIFIES : 14/19; N5; N7)
  • version originale
  • LOI DU 07-04-2019 PUBLIE LE 20-05-2019
    (ART. MODIFIES : 4/2; 4/3)
    (ART. MODIFIES : 2; 2/1; 14/5; 14/10; 14/14; 14/15; 14/17; 14/19; 14/21; N)
    (ART. MODIFIES : 4/1; 14/10)
  • version originale
  • LOI DU 30-10-2018 PUBLIE LE 16-11-2018
    (ART. MODIFIES : 4; 11; 14/10)
  • version originale
  • LOI DU 11-03-2018 PUBLIE LE 26-03-2018
    (ART. MODIFIES : 2; 13; 14; 14/1; 14/2; 14/3; 14/4; 14/5; 14/6; 14/7; 14/8; 14/9; 14/10; 14/11; 14/12; 14/13; 14/14; 14/15; 14/16; 14/17; 14/18; 14/19; 14/20; 14/21; 14/22; 14/23; 14/24; 14/25; N1; N2; .N3; N4; N5; N6; N7)
    (ART. MODIFIE : 7)
  • version originale
  • LOI DU 25-02-2018 PUBLIE LE 21-03-2018
    (ART. MODIFIE : 6)
  • version originale
  • LOI DU 11-08-2017 PUBLIE LE 28-08-2017
    (ART. MODIFIE : 7)
  • version originale
  • LOI DU 07-05-2017 PUBLIE LE 22-05-2017
    (ART. MODIFIE : 4) Entrée en vigueur à déterminer.
  • version originale
  • LOI DU 18-12-2016 PUBLIE LE 27-12-2016
    (ART. MODIFIE : 13/1)
  • version originale
  • LOI DU 22-06-2016 PUBLIE LE 01-07-2016
    (ART. MODIFIE : 4)
  • version originale
  • LOI DU 26-12-2015 PUBLIE LE 30-12-2015
    (ART. MODIFIE : 13)
  • version originale
  • LOI DU 17-07-2015 PUBLIE LE 17-08-2015
    (ART. MODIFIE : 7ter)
  • version originale
  • LOI DU 10-04-2014 PUBLIE LE 30-04-2014
    (ART. MODIFIE : 4)
  • version originale
  • LOI DU 30-07-2013 PUBLIE LE 01-08-2013
    (ART. MODIFIE : 13)
  • version originale
  • LOI DU 19-03-2013 PUBLIE LE 29-03-2013
    (ART. MODIFIE : 4)
  • version originale
  • LOI DU 10-12-2009 PUBLIE LE 31-12-2009
    (ART. MODIFIES : 8; 22)
  • version originale
  • LOI DU 19-12-2008 PUBLIE LE 31-12-2008
    (ART. MODIFIE : 7BIS)
  • version originale
  • LOI DU 19-12-2008 PUBLIE LE 30-12-2008
    (ART. MODIFIES : 2; 4)
  • version originale
  • LOI DU 22-12-2008 PUBLIE LE 29-12-2008
    (ART. MODIFIES : 4; 12; 13)
  • version originale
  • LOI DU 24-07-2008 PUBLIE LE 07-08-2008
    (ART. MODIFIE : 4)
  • version originale
  • LOI DU 21-12-2007 PUBLIE LE 31-12-2007
    (ART. MODIFIE : 4)
  • version originale
  • LOI DU 27-12-2006 PUBLIE LE 28-12-2006
    (ART. MODIFIES : 19; 21; 23)
  • version originale
  • ARRETE ROYAL DU 24-09-2006 PUBLIE LE 28-09-2006
    (ART. MODIFIE : 23)

  • Travaux parlementaires Texte Table des matières Début
       Documents de la Chambre des représentants : 51-2437 - 2005/2006 : N° 1 : Projet de loi. N° 2 : Amendements. N° 3 : Rapport. N° 4 : Texte adopté par la commission. N° 5 : Amendements. N° 6 : Texte adopté en séance plénière et transmis au Sénat. Compte rendu intégral : 24 mai 2006. Documents du Sénat : 3-1730 - 2005/2006 : N° 1 : Projet évoqué par le Sénat. N° 2 : Amendements. N° 3 : Rapport. N° 4 : Texte corrigé par la commission.. N° 5 : Décision de ne pas amender. Annales du Sénat : 29 juin 2006.

    Début Premier mot Dernier mot Modification(s) Préambule
    Travaux parlementaires Table des matières 108 arrêtés d'exécution 23 versions archivées
    Erratum Version néerlandaise