J U S T E L     -     Législation consolidée
Fin Premier mot Dernier mot Préambule
Travaux parlementaires Table des matières
Fin Version néerlandaise
 
belgiquelex . be     -     Banque Carrefour de la législation
Conseil d'Etat Chambre des représentants Sénat
ELI - Système de navigation par identifiant européen de la législation
http://www.ejustice.just.fgov.be/eli/loi/2013/07/31/2013011420/justel

Titre
31 JUILLET 2013. - Loi visant à renforcer la protection des utilisateurs de produits et services financiers ainsi que les compétences de l'Autorité des services et marchés financiers, et portant des dispositions diverses (II)

Source :
ECONOMIE, PME, CLASSES MOYENNES ET ENERGIE
Publication : 30-08-2013 numéro :   2013011420 page : 60110       PDF :   version originale    
Dossier numéro : 2013-07-31/03
Entrée en vigueur : 09-09-2013

Ce texte modifie les textes suivants :1990003737        2002003392       

Table des matières Texte Début
CHAPITRE 1er. - Disposition introductive
Art. 1
CHAPITRE 2. - Modifications de la loi du 4 décembre 1990 relative aux opérations financières et aux marchés financiers
Art. 2
CHAPITRE 3. - Modifications de la loi du 2 août 2002 relative à la surveillance du secteur financier et aux services financiers
Art. 3-10
CHAPITRE 4. - Modifications du Code judiciaire
Art. 11-13

Texte Table des matières Début
CHAPITRE 1er. - Disposition introductive

  Article 1er. La présente loi règle une matière visée à l'article 77 de la Constitution.

  CHAPITRE 2. - Modifications de la loi du 4 décembre 1990 relative aux opérations financières et aux marchés financiers

  Art. 2. Dans le livre VII, titre Ier, de la loi du 4 décembre 1990 relative aux opérations financières et aux marchés financiers, le chapitre Ier, comportant les articles 220 à 223, modifié en dernier lieu par l'arrêté royal du 3 mars 2011, est abrogé.

  CHAPITRE 3. - Modifications de la loi du 2 août 2002 relative à la surveillance du secteur financier et aux services financiers

  Art. 3. L'article 87 de la loi du 2 août 2002 relative à la surveillance du secteur financier et aux services financiers, renuméroté par la loi du 2 mai 2007, est complété par un paragraphe 4 rédigé comme suit :
  " § 4. Lorsque les faits soumis au tribunal font l'objet d'une action en cessation fondée sur l'article 125, il ne peut être statué sur l'action pénale qu'après qu'une décision coulée en force de chose jugée a été rendue relativement à l'action en cessation. ".

  Art. 4. Dans l'intitulé du chapitre V de la même loi, comportant les articles 120 à 124 et renuméroté par la loi du 2 mai 2007, les mots " et intervention de la FSMA devant les juridictions répressives " sont remplacés par les mots " , intervention de la FSMA devant les juridictions répressives et action en cessation ".

  Art. 5. A l'article 122 de la même loi, modifié en dernier lieu par l'arrêté royal du 12 novembre 2012, les 21° à 25° sont remplacés par ce qui suit :
  " 21° au demandeur, contre le refus d'inscription décidé par la FSMA en vertu de l'article 32 de la loi du 3 août 2012 relative à certaines formes de gestion collective de portefeuilles d'investissement, ou lorsque la FSMA n'a pas statué dans un délai de trois mois à dater de l'introduction d'un dossier complet. Dans ce dernier cas, la demande d'inscription est censée rejetée. Un même recours est ouvert à l'organisme de placement contre le refus d'inscription décidé par la FSMA en vertu de l'article 162, § 2, alinéa 2, de la loi du 3 août 2012 précitée;
  22° à l'organisme de placement collectif, contre les refus d'agrément, les refus d'approbation ou les refus d'acceptation décidés par la FSMA en vertu des articles 34, 36, alinéa 1er, 45, alinéa 1er, 47, alinéa 2, ou 51, alinéa 4, de la loi du 3 août 2012 précitée, ou lorsque la FSMA n'a pas statué dans un délai de trois mois à dater de l'introduction d'un dossier complet. Dans ce dernier cas, la demande d'agrément, d'approbation ou d'acceptation est censée rejetée;
  23° à l'organisme de placement collectif, contre les décisions de la FSMA prises en vertu de l'article 111, § 1er, alinéa 2, 3° et 6°, de l'article 157 et de l'article 164 de la loi du 3 août 2012 précitée. Le recours suspend l'exécution de la décision sauf si la FSMA en décide autrement en cas de péril grave pour les créanciers ou les participants;
  24° au demandeur, contre les décisions prises par la FSMA en matière d'agrément en vertu des articles 191 et 192 de la loi du 3 août 2012 précitée. Un même recours est ouvert au demandeur lorsque la FSMA n'a pas statué dans les délais fixés à l'alinéa 1er de l'article 191 précité. Dans ce dernier cas, le recours est traité comme s'il y avait eu rejet de la demande;
  25° à la société de gestion d'organismes de placement collectif, contre les décisions de la FSMA prises en vertu de l'alinéa 3 de l'article 227 de la loi du 3 août 2012 précitée; ".

  Art. 6. Le chapitre VI, de la même loi, comportant les articles 125 à 128, est abrogé.

  Art. 7. L'article 125 de la même loi, abrogé par l'arrêté royal du 25 mars 2003, est rétabli dans la rédaction suivante et inséré dans le chapitre V :
  " Art. 125. Le président du tribunal de commerce constate l'existence et ordonne la cessation d'un acte ou d'une activité, même pénalement réprimé, qui :
  1° est visé à l'article 86bis;
  2° constitue une infraction à la loi du 3 août 2012 relative à certaines formes de gestion collective de portefeuilles d'investissement, à la loi du 16 juin 2006 relative aux offres publiques d'instruments de placement et aux admissions d'instruments de placement à la négociation sur des marchés réglementés ou à la loi du 1er avril 2007 relative aux offres publiques d'acquisition, ou aux dispositions prises en exécution de ces lois, ou méconnaît les décisions de la FSMA prises sur la base des lois précitées;
  3° constitue une infraction, dans le chef d'entreprises ou de personnes visées à l'article 45, § 1er, alinéa 1er, 2° ou 3°, aux règles visées à l'article 45, § 1er, alinéa 1er, 3°, ou § 2;
  4° est, dans un but de protection de l'épargne publique ou des utilisateurs de produits ou services financiers, réservé à des personnes déterminées ou soumis à des conditions déterminées, et est qualifié par le Roi, sur avis de la FSMA, d'acte ou d'activité dont la cessation peut être ordonnée en vertu du présent article.
  Il peut ordonner l'interdiction de ces actes ou activités lorsqu'ils n'ont pas encore débuté, mais qu'ils sont imminents.
  Il peut accorder au contrevenant un délai pour mettre fin à l'infraction, lorsque la nature de l'infraction le nécessite. Il peut accorder la levée de la cessation lorsqu'il a été mis fin à l'infraction.
  Le président du tribunal de commerce n'est pas compétent lorsque la cour d'appel de Bruxelles est exclusivement compétente par application de l'article 41 de la loi du 1er avril 2007 relative aux offres publiques d'acquisition. "

  Art. 8. L'article 126 de la même loi, abrogé par l'arrêté royal du 25 mars 2003, est rétabli dans la rédaction suivante et inséré dans le chapitre V :
  " Art. 126. Lorsque l'infraction concerne une publicité ou une publication, l'action en cessation peut être intentée à charge de celui qui a pris l'initiative de la publicité ou de la publication en question.
  Toutefois, lorsque celui qui a pris l'initiative n'est pas domicilié en Belgique et n'a pas désigné une personne responsable ayant son domicile en Belgique, l'action en cessation peut également être intentée à charge de :
  - l'éditeur de la publicité ou de la publication écrite ou le producteur de la publicité ou de la publication audiovisuelle;
  - l'imprimeur ou le réalisateur, si l'éditeur ou le producteur n'ont pas leur domicile en Belgique et n'ont pas désigné une personne responsable ayant son domicile en Belgique;
  - le distributeur ainsi que toute personne qui contribue sciemment à ce que la publicité ou la publication produise son effet, si l'imprimeur ou le réalisateur n'ont pas leur domicile en Belgique et n'ont pas désigné une personne responsable ayant son domicile en Belgique. ".

  Art. 9. L'article 127 de la même loi, modifié en dernier lieu par l'arrêté royal du 3 mars 2011, est remplacé par ce qui suit et inséré dans le chapitre V :
  " Art. 127. § 1er. L'action fondée sur l'article 125, alinéa 1er, 1°, est formée à la demande :
  1° de la FSMA;
  2° du ministre ayant les Finances dans ses attributions, du ministre ayant l'Economie dans ses attributions, du ministre ayant les Pensions dans ses attributions ou du ministre ayant la Protection des consommateurs dans ses attributions;
  3° des intéressés;
  4° d'une association ayant pour objet la défense des intérêts des consommateurs et jouissant de la personnalité juridique, pour autant qu'elle soit représentée au Conseil de la Consommation;
  5° d'un groupement professionnel ou interprofessionnel ayant la personnalité juridique.
  Par dérogation aux dispositions des articles 17 et 18 du Code judiciaire, les associations et groupements visés aux 4° et 5° peuvent agir en justice pour la défense de leurs intérêts collectifs statutairement définis.
  § 2. L'action fondée sur l'article 125, alinéa 1er, 2°, 3° ou 4°, est formée exclusivement à la demande de la FSMA.
  § 3. L'action fondée sur l'article 125 ne peut plus être intentée un an après que les faits dont on se prévaut ont pris fin. ".

  Art. 10. L'article 128 de la même loi, abrogé par l'arrêté royal du 25 mars 2003, est rétabli dans la rédaction suivante et inséré dans le chapitre V :
  " Art. 128. § 1er. Le président peut, en tout état de la procédure, demander l'avis de la FSMA, à moins que l'action n'ait été formée par la FSMA.
  Le président peut, en tout état de la procédure, demander l'avis de la Banque, si les conditions suivantes sont remplies :
  1° l'action en cessation a été intentée à charge d'un établissement visé à l'article 36/2 de la loi organique de la Banque ou l'action en cessation porte sur l'exercice d'activités réservées à des établissements visés dans cette disposition; et
  2° l'action en cessation a été formée par la FSMA ou le président sollicite également l'avis de la FSMA.
  Ces avis sont rendus dans les quinze jours, sauf prolongation de ce délai par le président. Au cas où l'avis ne serait pas rendu dans ce délai éventuellement prolongé, la procédure est poursuivie. Une copie de la demande et des avis reçus est versée au dossier de la procédure.
  § 2. L'action fondée sur l'article 125 est formée et instruite selon les formes du référé.
  Il est statué sur l'action, nonobstant toute poursuite exercée en raison des mêmes faits devant une juridiction pénale.
  Le jugement est exécutoire par provision, nonobstant tout recours et sans caution.
  § 3. Toute décision rendue sur une action fondée sur l'article 125 est, dans la huitaine, et à la diligence du greffier, communiquée à la FSMA, sauf si la décision a été rendue à sa requête.
  En outre, le greffier est tenu d'informer sans délai la FSMA du recours introduit contre toute décision rendue en application de l'article 125.
  § 4. Le président peut autoriser l'affichage de sa décision ou du résumé qu'il en rédige, pendant le délai qu'il détermine, aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur des établissements du contrevenant, et autoriser la publication de son jugement ou de son résumé par voie de presse ou de toute autre manière, le tout aux frais du contrevenant.
  Ces mesures de publicité ne peuvent toutefois être autorisées que si elles sont de nature à contribuer à la cessation de l'acte ou de l'activité incriminé ou de ses effets.
  Le président fixe le montant que la partie à qui une mesure de publicité a été accordée conformément à l'alinéa 1er et qui a exécuté la mesure malgré un recours introduit à temps contre le jugement, devra payer à la partie au détriment de laquelle la mesure de publicité a été exécutée, si celle-ci est annulée en appel. ".

  CHAPITRE 4. - Modifications du Code judiciaire

  Art. 11. A l'article 589 du Code judiciaire, modifié en dernier lieu par la loi du 13 août 2011, le 2° est remplacé par ce qui suit :
  " 2° à l'article 125 de la loi du 2 août 2002 relative à la surveillance du secteur financier et aux services financiers; ".

  Art. 12. à l'article 605ter du même Code, inséré par la loi du 2 août 2002, les mots " article 18ter de la loi du 2 mars 1989 relative à la publicité des participations importantes dans les sociétés cotées en bourse et réglementant les offres publiques d'acquisition " sont remplacés par les mots " article 41 de la loi du 1er avril 2007 relative aux offres publiques d'acquisition. ".

  Art. 13. L'article 633ter du même Code, inséré par la loi du 2 août 2002, est abrogé.
  
  Promulguons la présente loi, ordonnons qu'elle soit revêtue du sceau de l'Etat et publiée par le Moniteur belge.
  Donné à Bruxelles, le 31 juillet 2013.
  PHILIPPE
  Par le Roi :
  Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Consommateurs,
  J. VANDE LANOTTE
  La Vice-Première Ministre et Ministre de l'Intérieur,
  Mme J. MILQUET
  La Ministre de la Justice,
  Mme A. TURTELBOOM
  Le Ministre des Finances,
  K. GEENS
  Scellé du sceau de l'Etat :
  La Ministre de la Justice,
  Mme A. TURTELBOOM

Préambule Texte Table des matières Début
   PHILIPPE, Roi des Belges,
   A tous, présents et à venir, Salut.
   Les Chambres ont adopté et Nous sanctionnons ce qui suit :

Travaux parlementaires Texte Table des matières Début
    Session 2012-2013. Chambre des représentants. Documents. - Projet de loi, 53-2873 - N° 1. - Rapport, 53-2873 - N° 2. - Texte corrigé par la commission, 53-2873 - N° 3. - Texte adopté en séance plénière et transmis au Sénat, 53-2873 - N° 4. Compte rendu intégral. - 16 et 17 juillet 2013. Sénat. Documents. - Projet transmis par la Chambre des représentants, 5-2215 - N° 1. - Rapport, 5-2215 - N° 2. - Texte adopté en séance plénière et soumis à la sanction royale, 5-2215 - N° 3. Annales du Sénat. - 18 juillet 2013. Voir aussi : Chambre des représentants. Documents. - Projet de loi, 53-2872 - N° 1. - Annexes, 53-2872 - N° 2. - Amendements, 53-2872 - N° 3. - Rapport, 53-2872 - N° 4. - Texte adopté par la commission, 53-2872 - N° 5. - Texte adopté en séance plénière et transmis au Sénat, 53-2872 - N° 6. Compte rendu intégral. - 16 et 17 juillet 2013. Sénat. Documents. - Projet évoqué par le Sénat, 5-2214 - N° 1. - Rapport, 5-2214 - N° 2. - Décision de ne pas amender, 5-2214 - N° 3. Annales du Sénat. - 18 juillet 2013.

Début Premier mot Dernier mot Préambule
Travaux parlementaires Table des matières
Version néerlandaise