J U S T E L     -     Législation consolidée
Fin Premier mot Dernier mot Modification(s) Préambule
Table des matières 22 arrêtés d'exécution 8 versions archivées
Erratum Signatures Fin Version néerlandaise
 
belgiquelex . be     -     Banque Carrefour de la législation
Conseil d'Etat
ELI - Système de navigation par identifiant européen de la législation
http://www.ejustice.just.fgov.be/eli/arrete/1994/07/07/1995000380/justel

Titre
7 JUILLET 1994. - Arrêté royal fixant les normes de base en matière de prévention contre l'incendie et l'explosion, auxquelles les bâtiments [...] doivent satisfaire.<Intitulé modifié par AR 2016-12-07/20, art. 1, 009; En vigueur : 01-04-2017>
(NOTE : annulation de l'annexe 1, point 2, deuxième alinéa par l'arrêt du Conseil d'Etat n° 129.615 du 23 mars 2004, Section d'administration, XIIe Chambre ; voir M.B. 26.04.2004, Ed. 2, p. 34309)
(NOTE : annulation de l'annexe 1, point2, dernier alinéa par l'arrêt n° 129.614 du Conseil d'Etat du 23-03-2004, voir M.B. 27-05-2004, p. 41410)
(NOTE : Consultation des versions antérieures à partir du 26-04-1995 et mise à jour au 18-01-2017)

Source : INTERIEUR.FONCTION PUBLIQUE
Publication : 26-04-1995 numéro :   1995000380 page : 11036
Dossier numéro : 1994-07-07/79
Entrée en vigueur : 26-05-1995 (ART. (6))    ***    01-01-1997 (ART. N2)

Table des matières Texte Début
Art. 1-6, 6/1, 6/2, 6/3, 7
ANNEXES.
Art. N1-N2, N2/1, N3, N3/1, N4, N4/1, N5, N5/1, N6-N7

Texte Table des matières Début
Article 1. <AR 2003-04-04/58, art. 1, 005; En vigueur : 04-04-2003> Les spécifications techniques contenues dans les annexes du présent arrêté sont d'application :
  - aux bâtiments à construire;
  - aux extensions aux bâtiments existants, en ce qui concerne la seule extension.
  Les normes de base ne sont pas d'application aux bâtiments existants.
  On entend par " bâtiments existants " :
  - les bâtiments élevés et moyens, pour lesquels la demande de permis de bâtir a été introduite avant le 26 mai 1995;
  - les bâtiments bas pour lesquels la demande de permis de bâtir a été introduite avant le 1er janvier 1998.

  Art. 2.Ces spécifications techniques s'appliquent à tous les bâtiments [1 ...]1 tels que définis dans les annexes du présent arrêté indépendamment de leur destination.
  [1 Indépendamment du fait qu'une spécification technique implique un assouplissement ou un renforcement de l'exigence en matière de sécurité incendie, un bâtiment est également supposé répondre à certaines spécifications techniques si ce bâtiment répond aux spécifications techniques correspondantes qui sont d'application à un bâtiment quelconque de même catégorie pour lequel la demande de construction a été introduite plus tard.]1
  ----------
  (1)<AR 2016-12-07/20, art. 2, 009; En vigueur : 01-04-2017>

  Art. 3.Les méthodes d'essai et de classification telles que visées dans les annexes du présent arrêté sont d'application aussi longtemps quelles n'ont pas été remplacées par des spécifications techniques concrétisées en exécution [1 du règlement (UE) n° 305/2011 du Parlement européen et du Conseil du 9 mars 2011 établissant des conditions harmonisées de commercialisation pour les produits de construction et abrogeant la directive 89/106/CEE du Conseil]1.
  Durant la même période, s'il est établi au moyen des documents nécessaires qu'un produit satisfait aux exigences du présent arrêté selon des méthodes d'essai et de classification équivalentes dans un autre Etat Membre de la C.E.E., ce produit est considéré comme satisfaisant aux spécifications techniques fixées par le présent arrêté.
  ----------
  (1)<AR 2016-12-07/20, art. 3, 009; En vigueur : 01-04-2017>

  Art. 4. (Abrogé) <AR 2008-09-18/64, art. 9, 1°, 006; En vigueur : 26-10-2008>

  Art. 5. L'arrêté royal du 4 avril 1972 fixant les conditions générales reprises dans la norme NBN. 713-010 relative à la protection contre l'incendie dans les bâtiments élevés, modifié par l'arrêté royal du 10 novembre 1974, est abrogé.
  (Alinéas 2 à 4 abrogés). <AR 2008-09-18/64, art. 9, 2°, 006; En vigueur : 26-10-2008>

  Art. 6. (Abrogé) <AR 1997-12-19/40, art. 2, 004; En vigueur : 31-12-1997>

  Art. 6/1.[1 Les éléments de construction dont la résistance au feu a été évaluée selon la norme NBN 713-020, et la norme DIN 4102-6 pour les canaux d'air, et qui ne sont pas soumis à l'obligation du marquage CE, sont autorisés [2 jusqu'au 1er décembre 2016 ou jusqu'à la fin de la période de coexistence fixée par la Commission européenne pour autant que la Commission ait publié, au plus tard le 1er décembre 2016, dans le Journal officiel de l'Union européenne la date de fin de cette période de coexistence pour la ou les norme(s) concernée(s), et ce conformément à l'article 17, 5, c) du règlement (UE) n° 305/2011 du Parlement européen et du Conseil du 9 mars 2011 établissant des conditions harmonisées de commercialisation pour les produits de construction et abrogeant la directive 89/106/CEE du Conseil]2. A cette fin, la durée de résistance au feu exigée dans les annexes du présent arrêté est convertie en heures, précédée de " Rf " ou respectivement de " Ro " pour les canaux d'air. Ces éléments de construction peuvent être maintenus dans le bâtiment après la période transitoire indiquée.]1
  ----------
  (1)<Inséré par AR 2012-07-12/38, art. 25, 008; En vigueur : 01-12-2012>
  (2)<AR 2016-12-07/20, art. 4, 009; En vigueur : 01-12-2016>

  Art. 6/2.[1 Les dispositions des points 9 et 10 de l'annexe 5/1 sont d'application aux produits de construction qui ne sont pas soumis à l'obligation du marquage CE et ce, pendant un délai de quatre ans après l'entrée en vigueur du présent arrêté [2 , à savoir jusqu'au 1er décembre 2016]2. Ces produits de construction peuvent être maintenus dans le bâtiment après la période transitoire indiquée.]1
  ----------
  (1)<Inséré par AR 2012-07-12/38, art. 25, 008; En vigueur : 01-12-2012>
  (2)<AR 2016-12-07/20, art. 5, 009; En vigueur : 01-04-2017>

  Art. 6/3.[1 Les matériaux superficiels de la couverture des toitures qui sont classés A1 selon le système de classification décrit à l'annexe 5 peuvent être utilisés dans les emplois prévus au point 8 de l'annexe 5/1 pendant un délai de quatre ans après l'entrée en vigueur du présent arrêté [2 , à savoir jusqu'au 1er décembre 2016]2 lorsqu'ils ne sont pas soumis à l'obligation du marquage CE. Ces produits de construction peuvent être maintenus dans le bâtiment après la période transitoire indiquée.]1
  ----------
  (1)<Inséré par AR 2012-07-12/38, art. 25, 008; En vigueur : 01-12-2012>
  (2)<AR 2016-12-07/20, art. 6, 009; En vigueur : 01-04-2017>

  Art. 7. Notre Ministre de l'Intérieur, Notre Ministre de la Politique Scientifique et de L'Infrastructure, Notre Ministre de l'Emploi et du Travail sont, chacun en ce qui le concerne, chargés de l'exécution du présent arrêté.

  ANNEXES.

  Art. N1.Annexe 1. Terminologie. (Annexe non reprise pour des raisons techniques, voir MB 26-04-1995, Supplément, folio 1 - 11).
  (NOTE : l'annexe 1re, point 2, dernier alinéa est annulé par l'arrêt n° 129.614 du Conseil d'Etat du 23-03-2004, voir M.B. du 27-05-2004, p. 41410)
  Modifié par :
  <AR 1996-12-18/31, art. 3; En vigueur : 31-12-1996, voir M.B. 31-12-1996, Ed. 2, p. 32400>
  <AR 1997-12-19/40, art. 1, 004; En vigueur : 31-12-1997, voir M.B. 30-12-1997, Supplément, folio 3 - 12>
  <AR 2003-04-04/58, art. 2, En vigueur : 04-04-2003; M.B. 05-05-2003, p. 24026>
  <AR 2007-06-13/38, art. 1, En vigueur : 01-01-2008; M.B. 18-07-2007, p. 38758-59>
  <AR 2009-03-01/42, art. 1 à 6, 007; En vigueur : 15-08-2009; M.B. 15-07-2009, p. 49369-49390>
  <AR 2012-07-12/38, art. 1-16, 008; En vigueur : 01-12-2012; M.B. 21-09-2012, p. 58473-58483>
  <AR 2016-12-07/20, art. 7-16, 009; En vigueur : 01-04-2017>

  Art. N2.Annexe 2. Bâtiments bas. (Annexe non reprise pour des raisons techniques, voir MB 26-04-1995, Supplément, folio 13 - 35).
  Modifié par :
  <AR 1996-12-18/31, art. 4; En vigueur : 31-12-1996, voir M.B. 31-12-1996, Ed. 2, p. 32400>
  <AR 1997-12-19/40, art. 1, 004; En vigueur : 31-12-1997, voir M.B. 30-12-1997, Supplément, folio 13 - 34>
  <AR 2003-04-04/58, art. 3, 4, 5, 6 et 7, En vigueur : 04-04-2003; M.B. 05-05-2003, p. 24026-24029>
  <AR 2003-04-04/58, art. 17, En vigueur : 04-04-2003; M.B. 05-05-2003, p. 24035>
  <AR 2009-03-01/42, art. 8, 007; En vigueur : 15-08-2009; M.B. 15-07-2009, p. 49369-49390>
  <AR 2012-07-12/38, art. 17, 008; En vigueur : 01-12-2012; M.B. 21-09-2012, p. 58483>
  <AR 2016-12-07/20, art. 17-18, 009; En vigueur : 01-04-2017>

  Art. N2/1.Annexe 2/1. Batiments bas.
  <Inséré par AR 2012-07-12/38, art. 18, 008; En vigueur : 01-12-2012; M.B. 21-09-2012>
  0 GENERALITES.
  0.1 Objet.
  Le présent règlement de base fixe les conditions minimales auxquelles doivent répondre la conception, la construction et l'aménagement des bâtiments bas (BB) afin de :
  - prévenir la naissance, le développement et la propagation d'un incendie;
  - assurer la sécurité des personnes;
  - faciliter de façon préventive l'intervention du service d'incendie.
  0.2 [1 Domaine d'application.
   0.2.1 La présente annexe est applicable aux bâtiments suivants à construire et aux extensions suivantes de bâtiments existants, pour lesquels la demande de construction est introduite à partir du 1er décembre 2012 :
   1. les bâtiments bas;
   2. les extensions de bâtiments qui après la réalisation forment un bâtiment bas;
   3. les locaux ou parties de bâtiments bas dans lesquels il y a une activité industrielle et dont la superficie totale est inférieure ou égale à 500 m, aux conditions suivantes :
   - dans le bâtiment il y a principalement des activités non industrielles et la superficie totale des locaux avec activité industrielle est plus petite que la superficie du reste du bâtiment;
   - les activités industrielles dans ces locaux sont des activités de soutien des activités non industrielles du même compartiment;
   - il n'y a pas de locaux à occupation nocturne dans le compartiment où il y a des activités industrielles.
   0.2.2 Sont cependant exclus du champ d'application de la présente annexe :
   1. les bâtiments industriels;
   2. les bâtiments ayant au maximum deux niveaux et une superficie totale inférieure ou égale à 100 m;
   3. les maisons unifamiliales.]1
  0.3 Planches
  Planche 2.1 - Façades
  
  (Figure non reprise pour des raisons techniques, voir M.B. du 21-09-2012, p. 58485)
  
  1 IMPLANTATION ET CHEMINS D'ACCES.
  Les chemins d'accès sont déterminés en accord avec les services d'incendie, selon les lignes directrices suivantes.
  1.1 Pour les bâtiments à un seul niveau, les véhicules des services d'incendie doivent pouvoir parvenir au moins jusqu'à 60 m d'une façade du bâtiment.
  Pour les bâtiments à plus d'un niveau, les véhicules des services d'incendie doivent pouvoir atteindre, en un point au moins, une façade donnant accès à chaque niveau en des endroits reconnaissables.
  Les véhicules disposeront pour cela d'une possibilité d'accès et d'une aire de stationnement :
  - soit sur la chaussée carrossable de la voie publique.
  - soit sur une voie d'accès spéciale à partir de la chaussée carrossable de la voie publique et qui présente les caractéristiques suivantes :
  - largeur libre minimale : 4 m;
  - rayon de braquage minimal : 11 m (courbe intérieure) et 15 m (courbe extérieure);
  - hauteur libre minimale : 4 m;
  - pente maximale : 6 %;
  - capacité portante : suffisante pour que des véhicules dont la charge par essieu est de 13t maximum, puissent y circuler et y stationner sans s'enliser, même s'ils déforment le terrain.
  Pour les ouvrages d'art situés sur les voies d'accès, on se conforme à la NBN B 03-101.
  1.2 Les constructions annexes, avancées de toiture, auvents, ouvrages en encorbellement ou autres adjonctions ne sont autorisées que si elles ne compromettent ni l'évacuation et la sécurité des usagers, ni l'action des services d'incendie.
  1.3 La distance horizontale, dégagée de tout élément combustible, séparant un bâtiment bas d'un bâtiment opposé, est de 6 m au moins, sauf si une des deux parois qui les séparent répond aux exigences telles que définies pour les bâtiments contigus.
  Les parois qui séparent des bâtiments contigus présentent EI 60 ou REI 60 lorsqu'elles sont portantes.
  Dans ces parois une communication entre ces bâtiments est autorisée par une porte EI1 30 à fermeture automatique ou à fermeture automatique en cas d'incendie.
  L'exigence de la distance entre un bâtiment bas et un bâtiment opposé ne s'applique pas pour les bâtiments qui sont séparés par des rues, chemins,... existants appartenant au domaine public.
  2 COMPARTIMENTAGE ET EVACUATION.
  2.1 Le bâtiment est divisé en compartiments dont la superficie est inférieure à 2 500 m2, sauf pour les parkings (voir 5.2).
  La superficie maximale autorisée d'un bâtiment de plain-pied comportant un seul compartiment est de 3 500 m2. La longueur de ce compartiment ne dépasse pas 90 m.
  La superficie maximale d'un compartiment peut être supérieure à respectivement 2 500 m2 ou 3 500 m2 si ce compartiment est équipé d'une installation d'extinction automatique et d'une installation d'évacuation de fumée et de chaleur.
  Le Ministre détermine les conditions selon lesquelles des exceptions sont autorisées à la superficie maximale de 2 500 m2, ou 3 500 m2, du compartiment sans qu'une installation d'extinction automatique et une installation d'évacuation de fumées et de chaleur doivent être prévues.
  La hauteur d'un compartiment correspond à la hauteur d'un niveau.
  Toutefois les exceptions suivantes sont admises :
  [2 a)]2 les parkings à plusieurs niveaux (voir 5.2);
  [2 b)]2 la hauteur d'un compartiment peut s'étendre à deux niveaux superposés avec escalier de communication intérieure (duplex), pour autant que la somme de leur superficie cumulée ne dépasse pas 2 500 m2;
  [2 c) la hauteur d'un compartiment peut s'étendre à trois niveaux superposés avec escalier de communication intérieure (triplex), pour autant que la somme de leur superficie cumulée ne dépasse pas 300 m, et que ce compartiment soit équipé d'une installation de détection automatique des incendies de type surveillance généralisée qui signale automatiquement un début d'incendie et dont les détecteurs sont appropriés aux risques présents;]2
  [2 d)]2 la hauteur d'un compartiment peut s'étendre à plusieurs niveaux superposés si ce compartiment comporte uniquement des locaux techniques (voir 5.1.1).
  [2 e)]2 la hauteur d'un compartiment peut s'étendre à plusieurs niveaux (atrium) à condition que ce compartiment soit équipé d'une installation d'extinction automatique et d'une installation d'évacuation de fumée et de chaleur. Le Ministre détermine les conditions selon lesquelles des exceptions sont autorisées à l'obligation de placer une installation d'extinction automatique et une installation d'évacuation de fumées et de chaleur.
  Le Ministre de l'Intérieur détermine les conditions auxquelles l'installation d'extinction automatique et l'installation d'évacuation de fumées et de chaleur doivent satisfaire.
  2.2 Evacuation des compartiments.
  2.2.1 Nombre de sorties.
  Chaque compartiment est desservi au moins par :
  - une sortie si l'occupation maximale par compartiment est inférieure à 100 personnes;
  - deux sorties si l'occupation est supérieure ou égale à 100 personnes mais inférieure à 500;
  - 2 + n sorties, n étant le nombre entier immédiatement supérieur au quotient du nombre maximal de personnes pouvant se trouver dans le compartiment par 1000, si l'occupation est égale ou supérieure à 500 personnes.
  Le service d'incendie apprécie si un nombre supérieur de sorties est nécessaire en fonction de l'occupation et de la configuration des locaux.
  Le nombre de sorties des niveaux et des locaux est déterminé de la même manière que pour les compartiments.
  2.2.2 Les sorties.
  Les sorties sont situées dans des zones opposées du compartiment.
  Les chemins d'évacuation mènent soit :
  - vers l'extérieur;
  - vers des escaliers;
  - vers des cages d'escaliers intérieures ou extérieures, (pour les distances horizontales voir 4.4).
  En ce qui concerne les niveaux en sous-sol, l'exigence de l'accès à une des cages d'escaliers est satisfaite par un chemin d'évacuation vers l'extérieur dont les parois présentent EI 30 et les portes présentent EI1 30.
  Pour les parkings : voir 5.2.
  A un niveau d'évacuation chaque escalier conduit à la sortie, soit directement, soit par un chemin d'évacuation qui doit être conforme au 4.4.
  3 PRESCRIPTIONS RELATIVES A CERTAINS ELEMENTS DE CONSTRUCTION.
  3.1 Traversées des parois.
  Les traversées de parois par des conduites de fluides ou d'électricité et les joints de dilatation des parois ne peuvent pas altérer le degré de résistance au feu exigé pour cet élément de construction.
  Les dispositions de l'annexe 7 " Prescriptions communes ", chapitre 1er, sont d'application.
  3.2 Eléments structuraux.
  En fonction de leur situation, les éléments structuraux présentent la résistance au feu indiquée dans le tableau 2.1, où Ei représente le plus bas niveau d'évacuation.
  

  
 Eléments structuraux du toitAutres éléments structuraux
Au-dessus de Ei
  Un niveauPlusieurs niveaux
R 30 (*)
  R 30 (*)
R 30
  R 60
En-dessous de Ei, y compris le plancher de EiPas d`applicationR 60

Tableau 2.1 - Résistance au feu des éléments structuraux
  (*) Pas d'exigences pour les éléments structuraux de la toiture si elle est séparée du reste du bâtiment par un élément de construction EI 30.
  Il n'y a pas d'exigences en matière de résistance au feu pour les éléments structuraux de parkings ouverts dont les parois horizontales présentent REI 60.
  3.3 Parois verticales et portes intérieures.
  Pour les parois et les portes limitant des compartiments se référer au 4.1; pour celles limitant des chemins d'évacuation se référer au 4.4.
  Les parois verticales intérieures limitant des locaux ou l'ensemble des locaux à occupation nocturne présentent la résistance au feu, indiquée dans le tableau 2.2. Dans ces parois, les portes présentent EI1 30.
  

  
 Parois
Au-dessus Ei
  Un niveauPlusieurs niveaux
EI 30
  EI 60
En-dessous Ei, y compris le plancher de EiEI 60

Tableau 2.2 - Résistance au feu des parois verticales
  3.4 Plafonds et faux-plafonds.
  3.4.1 Dans les chemins d'évacuation, les locaux accessibles au public et les cuisines collectives, les faux-plafonds présentent EI 30 (a -> b), EI 30 (b -> a) ou EI 30 (a <-> b) selon NBN EN 13501-2 et NBN EN 1364-2 ou présentent une stabilité au feu de 1/2 h selon la norme NBN 713-020.
  3.4.2 L'espace entre le plafond et le faux-plafond est divisé par le prolongement de toutes les parois verticales pour lesquelles une résistance au feu est requise.
  Si l'espace entre le plafond et le faux-plafond n'est pas équipé d'une installation d'extinction automatique, il doit être divisé par des cloisonnements verticaux E 30 de façon à former des volumes dont la surface en plan s'inscrit dans un carré ne dépassant pas 25 m de côté.
  3.5 Façades
  3.5.1 Façades simple paroi
  3.5.1.1 Séparations entre compartiments
  Les montants constituant l'ossature de façade [3 ...]3 sont fixés à l'ossature du bâtiment à chaque niveau. [3 A l'exception des bâtiments équipés d'une installation d'extinction automatique, ces fixations doivent présenter R 60 en considérant un incendie dans le compartiment attenant ou inférieur.]3
  Le joint linéaire contre la façade est fermé afin qu'aucune fumée froide ne puisse s'immiscer entre la façade et les parois de compartiments.
  De plus, la liaison des parois de compartiment avec la façade, à l'exception d'un joint linéaire limité d'une largeur maximale de 20 mm contre la façade, présente au moins EI 60 ou EI 60 (i -> o).
  3.5.1.2 Façades se faisant face et façades formant dièdre
  Quand des façades appartenant à différents compartiments se font face ou forment un angle dièdre aigu, la distance la plus courte (en m) entre les parties de façade qui ne présentent pas E 30 ou E 30 (o->i) est au moins :
  (h + 5) / 2 cos alpha
  dans laquelle alpha est l'angle rentrant et h la hauteur du bâtiment concerné en m (voir planche 2.1).
  3.5.2 Façades double paroi.
  3.5.2.1 Façade double paroi interrompue par un compartimentage.
  La cavité de la façade double paroi est interrompue, au droit de chaque paroi de compartimentage, par un élément qui présente au moins E 60. Cet élément occupe tout l'espace compris entre les deux parois et a une longueur minimale de 60 cm mesurée à partir de la paroi intérieure de la façade.
  Cet élément peut comporter des ouvertures à condition que la continuité du compartimentage à travers la cavité puisse être assurée par un dispositif automatique d'obturation en cas d'incendie de résistance au feu E 60. Ce dispositif est testé avec son support, dans l'orientation de la paroi de compartimentage, sa fermeture est commandée :
  - soit par une détection thermique au droit de ce dispositif fonctionnant au maximum à 100 ° C.
  - soit par une détection de fumées dans la cavité ou dans le compartiment, répondant aux conditions prévues au point 3.5.2.3.
  Lorsque des ouvertures existent entre la cavité de la double paroi et l'intérieur du bâtiment, seule une détection de fumées dans la cavité ou dans le compartiment attenant à la façade répondant aux conditions prévues au point 3.5.2.3 est autorisée.
  3.5.2.2 Façade double paroi sans compartimentage.
  Les façades double paroi sans compartimentage doivent être conformes à une des deux possibilités reprises ci-après.
  3.5.2.2.1 Façade double paroi dont la paroi intérieure est résistante au feu.
  Au moins 50 % de la surface entre étages de la paroi extérieure de la double paroi est constituée d'éléments de construction ne présentant pas de résistance au feu spécifique.
  La paroi intérieure présente :
  - soit, sur toute la hauteur, une étanchéité aux flammes E 30 (i <-> o);
  - soit une résistance au feu EI 30 (i <-> o) un niveau sur deux.
  3.5.2.2.2 Façade double paroi ouverte vers l'extérieur.
  Les règles relatives aux façades simples s'appliquent à la paroi intérieure lorsque la paroi extérieure comporte des ventelles fixes ou des ventelles mobiles à ouverture automatique en cas d'incendie.
  Les ventelles fixes sont orientées à 30 + 10 degrés par rapport à l'horizontale vers l'extérieur et vers le haut réparties uniformément sur au moins 50 % de sa surface.
  Les ventelles mobiles répondent, en cas d'incendie, aux mêmes conditions que les ventelles fixes.
  La mise en position incendie des ventelles mobiles est commandée par une installation généralisée de détection des incendies dans les compartiments en façade. Le dispositif automatique d'ouverture doit répondre aux conditions prévues par le point 3.5.2.3.
  3.5.2.3. Dispositifs de fermeture/ouverture automatique.
  3.5.2.3.1 Commande
  La fermeture/ouverture est commandée par une installation automatique de détection des incendies.
  Une installation manuelle d'ouverture et fermeture est à prévoir. Le dispositif de commande est à réserver au service d'incendie. Son emplacement est défini en accord avec le service d'incendie.
  3.5.2.3.2 Fiabilité.
  En cas de coupure de la source normale d'énergie (énergie électrique ou réseau d'air comprimé), l'installation de détection ou le système de commande met le système de fermeture/ouverture en position de sécurité incendie.
  Tout défaut de la source d'énergie, de l'alimentation ou de la commande électrique ou pneumatique doit être signalé automatiquement au tableau central de détection.
  3.5.2.3.3 Fonctionnement en cas d'incendie dans un compartiment voisin.
  Lorsque les dispositifs de fermeture/ouverture n'ont pas une sécurité positive, les câbles électriques desservant le dispositif de fermeture/ouverture répondent au point 6.5.2.
  4 PRESCRIPTIONS RELATIVES A LA CONSTRUCTION DES BATIMENTS ET DES ESPACES D'EVACUATION.
  4.1 Compartiments.
  Les parois entre compartiments présentent au moins la résistance au feu indiquée dans le tableau 2.3.
  

  
 Parois
Au-dessus Ei
  Un niveauPlusieurs niveaux
EI 30
  EI 60
En-dessous Ei, y compris le plancher de EiEI 60

Tableau 2.3 - Résistance au feu des parois entre compartiments.
  La communication entre deux compartiments n'est autorisée qu'au moyen d'une porte EI1 30 à fermeture automatique ou à fermeture automatique en cas d'incendie.
  4.2 Cages d'escaliers intérieures.
  4.2.1 Généralités.
  Les escaliers qui relient plusieurs compartiments sont encloisonnés. Les principes de base énoncés au 2 "Compartimentage et évacuation" leur sont applicables.
  4.2.2 Conception.
  4.2.2.1 Les parois intérieures des cages d'escaliers présentent au moins EI 60.
  Leurs parois extérieures peuvent être vitrées si les baies sont bordées latéralement sur 1 m au moins, par un élément E 30.
  4.2.2.2 Les cages d'escaliers donnent obligatoirement accès à un niveau d'évacuation.
  4.2.2.3 A chaque niveau, la communication entre le compartiment et la cage d'escaliers est assurée par une porte EI1 30.
  L'accès direct de chaque niveau du duplex vers la cage d'escaliers n'est pas exigé, à condition que :
  - la superficie totale du compartiment soit inférieure ou égale à 300 m2;
  - la superficie du niveau du duplex qui donne directement accès vers la cage d'escaliers soit supérieure à la superficie de l'autre niveau du duplex;
  [4 L'accès direct de chaque niveau du triplex vers la cage d'escaliers n'est pas exigé. L'accès au triplex se fait au minimum depuis le niveau du triplex qui a la superficie la plus élevée et :
   - pour un triplex à occupation exclusivement diurne s'étendant sur le niveau d'évacuation (E), le niveau immédiatement supérieur (E+1) et le niveau immédiatement inférieur (E-1), depuis le niveau situé au niveau d'évacuation;
   - dans les autres cas, depuis le niveau inférieur et l'un des deux autres niveaux.]4
  4.2.2.4 Si plusieurs compartiments se trouvent dans un même plan horizontal, ils peuvent avoir une cage d'escaliers commune à condition qu'elle soit accessible de chaque compartiment par une porte EI1 30 à fermeture automatique ou à fermeture automatique en cas d'incendie.
  4.2.2.5 Les cages d'escaliers desservant les sous-sols ne peuvent pas être dans le prolongement direct de celles desservant les niveaux situés au-dessus d'un niveau d'évacuation.
  Toutefois, ces cages peuvent être superposées si :
  1. les parois qui les séparent présentent EI 60
  2. l'accès de chacune d'elle se fait par une porte EI1 30 à fermeture automatique ou à fermeture automatique en cas d'incendie.
  4.2.2.6 Une baie de ventilation débouchant à l'air libre, d'une section de 1 m2 minimum, est prévue à la partie supérieure de chaque cage d'escaliers intérieure. Cette baie est normalement fermée; la commande de son dispositif d'ouverture est manuelle et placée de façon bien visible au niveau d'évacuation.
  Cette exigence ne s'applique pas aux cages d'escaliers situées entre le niveau d'évacuation et les sous-sols.
  Lorsque les cages d'escaliers relient au maximum deux étages, dont la surface est égale ou inférieure à 300 m2, au niveau d'évacuation, la superficie de l'exutoire peut être réduite à 0,5 m2.
  Lorsque, en raison de la présence d'un duplex aux étages supérieurs du bâtiment, la cage d'escalier ne dessert pas tous les niveaux, le raccord à l'exutoire est assuré par une gaine dont la section est au moins égale à la surface requise de l'exutoire.
  4.2.3 Escaliers.
  4.2.3.1 Dispositions relatives à la construction :
  Les escaliers présentent les caractéristiques suivantes :
  1. de même que les paliers, ils présentent R 30 ou présentent la même conception de construction qu'une dalle de béton ayant R 30. [5 Toutefois aucune stabilité au feu n'est requise pour les escaliers et les paliers composés uniquement de matériaux de classe A1 ayant une température de fusion supérieure à 727° C (par exemple l'acier satisfait à cette condition, l'aluminium et le verre ne satisfont pas à cette condition)]5;
  2. ils sont pourvus de mains courantes de chaque côté. Toutefois, pour les escaliers de largeur utile inférieure à 1,20 m, une seule main courante suffit, pour autant qu'il n'existe pas de risque de chute;
  3. le giron de leurs marches est en tout point égal à 20 cm au moins;
  4. la hauteur de leurs marches ne peut pas dépasser 18 cm;
  5. leur pente ne peut pas dépasser 75% (angle de pente maximal de 37° );
  6. ils sont du type "droit". Mais, les types "tournant" ou "incurvé" sont admis s'ils sont à balancement continu et si, outre les exigences citées ci-avant (à l'exception du point 3 précité), leurs marches ont un giron minimal de 24 cm sur la ligne de foulée.
  4.2.3.2 Largeur utile des volées d'escaliers, des paliers et des sas.
  La largeur utile requise est de 0,80 m au moins et la largeur utile requise est au moins égale à la largeur utile requise br selon l'annexe 1re "Terminologie".
  Les largeurs utiles des volées et des paliers des cages d'escaliers desservant un même compartiment ne peuvent différer entre elles de plus d'une unité de passage.
  Si un compartiment comporte des locaux à usages spéciaux, la largeur utile théorique des escaliers (cfr. annexe 1re "Terminologie") n'est calculée sur base du nombre d'occupants de ces locaux à usages spéciaux que pour la hauteur comprise entre ce compartiment et un niveau d'évacuation.
  4.3 Escaliers extérieurs.
  Les escaliers extérieurs donnent accès à un niveau d'évacuation.
  Les dispositions du 4.2.3 leur sont applicables, avec toutefois la dérogation suivante : aucune stabilité au feu n'est requise, mais le matériau est de classe A1.
  La communication entre le compartiment et les escaliers extérieurs est assurée :
  - soit par une porte;
  - soit par une ou des coursives.
  Toutefois la communication entre le niveau d'évacuation et le niveau immédiatement supérieur peut être établie par un escalier mobile ou par une partie d'escalier mobile coulissant ou articulé.
  4.4 Chemins d'évacuation et coursives.
  4.4.1 Dispositions générales
  4.4.1.1 Aucun point d'un compartiment ne peut se trouver à une distance supérieure à :
  a) pour les locaux à occupation exclusivement diurne :
  - 30 m du chemin d'évacuation reliant les escaliers ou les sorties;
  - 45 m de l'accès à l'escalier ou la sortie la plus proche;
  - 80 m de l'accès à un deuxième escalier ou une deuxième sortie.
  b) pour les locaux ou ensemble de locaux à occupation nocturne :
  - 20 m du chemin d'évacuation reliant les escaliers ou les sorties;
  - 30 m de l'accès à l'escalier ou la sortie la plus proche;
  - 60 m de l'accès à un deuxième escalier ou une deuxième sortie.
  La longueur des chemins d'évacuation en cul-de-sac ne peut pas dépasser 15 m.
  La largeur utile des chemins d'évacuation, des coursives, de leurs portes d'accès, de sortie ou de passage est supérieure ou égale à la largeur utile requise (cfr annexe 1re "Terminologie"). Elle est de 0,80 m au moins pour les chemins d'évacuation et les portes, et de 0,60 m au moins pour les coursives.
  Dans un compartiment, la communication entre et vers les escaliers est assurée par des chemins d'évacuation ou des coursives.
  Les dispositions de ce point-ci ne s'appliquent pas aux parkings (voir 5.2).
  4.4.1.2 Les sorties donnent accès à l'extérieur ou à un autre compartiment.
  Le parcours à l'air libre est exclu du calcul de ces distances.
  Sur le parcours des chemins d'évacuation, les portes ne peuvent comporter de verrouillage empêchant l'évacuation.
  Les parois verticales intérieures éventuelles des chemins d'évacuation présentent EI 30 et les portes y donnant accès présentent EI1 30.
  Cette exigence ne s'applique pas aux compartiments à occupation exclusivement diurne dont la superficie est inférieure à 1250 m2.
  [6 Cette exigence ne s'applique pas non plus aux compartiments à occupation exclusivement diurne dont la superficie est inférieure à 2500 m à condition :
   - que ces compartiments soient équipés d'une installation d'extinction automatique de type sprinklage;
   - que le bâtiment soit équipé d'une installation de détection automatique des incendies de type surveillance généralisée qui signale automatiquement un début d'incendie et en indique le lieu et dont les détecteurs sont appropriés aux risques présents;
   - et que les produits utilisés pour les revêtements de parois verticales, plafonds et sols de ces compartiments satisfassent aux exigences en matière de réaction au feu dans les chemins d'évacuation.]6
  L'évacuation des locaux ou ensemble de locaux à occupation nocturne se fait par des chemins d'évacuation dont les parois verticales présentent EI 30 et les portes présentent EI1 30.
  Cette exigence n'est pas d'application pour l'évacuation de ces locaux, s'ils appartiennent à l'exploitation d'un bâtiment avec une fonction commerciale.
  4.4.2 A un niveau d'évacuation
  Au niveau d'évacuation les vitrines d'une partie d'un bâtiment avec une fonction commerciale, n'ayant pas EI 30 ne peuvent pas donner sur le chemin d'évacuation qui relie les sorties d'autres parties du bâtiment avec la voie publique, à l'exception des derniers 3 m de ce chemin d'évacuation.
  4.5 Signalisation.
  Le numéro d'ordre de chaque niveau est apposé de façon apparente sur les paliers et dans les dégagements des cages d'escaliers et des ascenseurs.
  L'indication des sorties et des sorties de secours doit répondre aux exigences concernant la signalisation de sécurité et de santé au travail.
  5 PRESCRIPTIONS RELATIVES A LA CONSTRUCTION DE CERTAINS LOCAUX ET ESPACES TECHNIQUES.
  5.1 Locaux et espaces techniques.
  5.1.1 Généralités.
  Un local technique ou un ensemble de locaux techniques constitue un compartiment. Ce compartiment peut s'étendre à plusieurs niveaux successifs.
  Les prescriptions relatives aux compartiments sont applicables aux locaux techniques, avec toutefois les modifications suivantes :
  1. accès à deux sorties qui débouchent :
  - soit vers un compartiment voisin par une porte EI1 30;
  - soit vers une cage d'escaliers en passant par une porte EI1 30;
  - soit à l'air libre permettant d'atteindre un niveau d'évacuation;
  2. par dérogation au 4.4 1. aucun point du compartiment ne peut se trouver à une distance supérieure à :
  - 45 m du chemin reliant, dans le compartiment technique, les deux sorties;
  - 60 m de la sortie la plus proche;
  - 100 m de la seconde sortie;
  Toutefois, si la superficie du compartiment technique ne dépasse pas 1000 m2, une seule sortie vers une cage d'escaliers, ou vers l'extérieur ou vers un autre compartiment suffit. Dans ce cas la distance à parcourir pour atteindre cette sortie ne peut pas être supérieure à 60 m;
  3. Lorsque la hauteur du compartiment technique s'étend à plusieurs niveaux successifs (voir 2.1) et s'il comporte plusieurs planchers de service reliés par des escaliers ou des échelles :
  - si la superficie du compartiment est inférieure à 1 000 m2, un accès à une cage d'escaliers, ou vers l'extérieur ou à un autre compartiment suffit, pour deux planchers de service, en commençant par le plus bas;
  - si la superficie du compartiment est supérieure à 1 000 m2, chaque plancher de service doit avoir accès à au moins une des deux sorties; celles-ci alternent de plancher à plancher;
  4. la largeur utile des chemins d'évacuation, volées d'escaliers, paliers et sas est de 0,80 m au minimum.
  5.1.2 Chaufferies et leurs dépendances.
  Les installations pour le stockage et la détente de gaz de pétrole liquéfié, utilisées pour le chauffage du bâtiment, sont placées en dehors du bâtiment.
  5.1.2.1 Chaufferies dans lesquelles les générateurs ont une puissance calorifique utile totale supérieure ou égale à 70 kW.
  Leur conception et leur construction sont conformes aux prescriptions de la norme NBN B 61-001 [7 +A1 : 1996]7.
  En dérogation à cette norme, les chaufferies et leurs dépendances peuvent communiquer avec les autres parties du bâtiment par une porte EI1 60 à fermeture automatique ne donnant ni dans une cage d'escaliers ni sur un palier d'ascenseurs ni dans un local présentant un risque particulier. La porte s'ouvre dans le sens de l'évacuation.
  5.1.2.2 Chaufferies dans lesquelles les générateurs ont une puissance calorifique utile totale supérieure à 30 kW et inférieure à 70 kW
  La chaufferie est aménagée dans un local technique prévu à cet effet (5.1.1).
  Les dispositions de ce point ne s'appliquent pas aux locaux dans lesquels ne sont placés que des générateurs à gaz à chambre de combustion étanche à tirage mécanique.
  5.1.3 Locaux de transformation de l'électricité.
  5.1.3.1 Généralités.
  Ils satisfont aux prescriptions du Règlement général sur les installations électriques (R.G.I.E.).
  En outre :
  - les parois présentent EI 60 sauf si elles sont extérieures;
  - les portes intérieures présentent EI1 30;
  - si le plancher est à un niveau tel que l'eau (qu'elle qu'en soit la provenance, y compris l'eau utilisée pour la lutte contre l'incendie) peut s'y accumuler par infiltration ou par les caniveaux des câbles par exemple, toutes dispositions sont prises pour qu'elle demeure constamment et automatiquement au-dessous du niveau des parties vitales de l'installation électrique, tant que celle-ci est maintenue en service.
  Les mesures de protection prévues par la NBN C 18-200 "Code de bonne pratique pour la protection des locaux techniques de transformation électrique contre l'incendie" sont applicables, lorsque la contenance en huile de l'ensemble des appareils atteint ou dépasse 50 l.
  5.1.3.2 Postes assemblés sur place ou postes préfabriqués.
  Un poste assemblé sur place ou un poste préfabriqué est monté dans un local qui lui est propre. Les parois de ce local présentent EI 60.
  A moins d'être extérieur, l'accès à ce local est assuré par une porte EI1 30.
  5.1.4 Evacuation des ordures.
  5.1.4.1 Les gaines vide-ordures sont interdites.
  5.1.4.2. Local d'entreposage des ordures.
  Ses parois présentent EI 60.
  L' accès de ce local vers l'intérieur est assuré par une porte EI1 30 à fermeture automatique.
  5.1.5 Gaines contenant des canalisations.
  5.1.5.1 Gaines verticales.
  Lorsque les gaines verticales traversent des parois horizontales pour lesquelles une résistance au feu est requise, une des trois mesures suivantes est appliquée :
  1. les parois des gaines verticales présentent une résistance au feu EI 60 et les trappes et les portillons d'accès à ces gaines présentent EI1 30;
  Elles sont largement aérées à leur partie supérieure.
  La section d'aération libre de la gaine est au moins égale à 10 % de la section totale horizontale de la gaine avec un minimum de 4 dm2.
  [8 La section d'aération libre peut être munie de clapets de ventilation motorisés dont l'ouverture est commandée des manières suivantes :
   - automatiquement en cas de détection d'un incendie dans la gaine;
   - automatiquement en cas de détection d'un incendie dans le bâtiment, si celui-ci est équipé d'une installation de détection d'incendie généralisée;
   - automatiquement en cas de défaillance de la source d'énergie, du dispositif d'alimentation ou du dispositif de commande (appareil à sécurité positive);
   - manuellement via une commande située au niveau d'évacuation à un emplacement défini en accord avec le service d'incendie.
   Lorsque la section d'aération libre d'une gaine est munie de clapets de ventilation motorisés, les éventuelles conduites de gaz dans cette gaine doivent satisfaire aux prescriptions de la norme NBN D 51-003 relatives aux tuyaux et raccords dans une gaine technique non aérée.]8
  Ces gaines peuvent être placées dans les cages d'escaliers.
  2. un élément de construction qui présente au moins la résistance au feu requise pour la paroi horizontale est placé au niveau de la traversée;
  3. les parois des gaines verticales présentent EI 30 et les trappes et portillons d'accès à ces gaines EI1 30; les gaines verticales sont compartimentées à chaque compartiment par des écrans horizontaux présentant les caractéristiques suivantes :
  - être en matériaux de classe A1;
  - occuper tout espace libre entre les canalisations;
  - présenter EI 30.
  Dans les cas 2 et 3, les gaines ne doivent pas être aérées.
  5.1.5.2 Gaines horizontales.
  Lorsque les gaines horizontales traversent des parois verticales pour lesquelles une résistance au feu est requise, une des trois mesures suivantes est appliquée :
  1. les parois des gaines horizontales, les trappes et les portillons d'accès à ces gaines présentent au moins la résistance au feu requise pour les parois verticales traversées;
  2. un élément de construction qui présente au moins la résistance au feu requise pour la paroi verticale est placé au niveau de la traversée;
  3. les parois des gaines horizontales présentent EI 30; les trappes et les portillons d'accès EI1 30; les gaines sont compartimentées à chaque compartiment par des écrans verticaux présentant les caractéristiques suivantes :
  - être en matériaux de classe A1;
  - occuper tout l'espace libre entre les canalisations;
  - présenter EI 30.
  5.2 Parkings.
  Par dérogation au principe de base énoncé au 2.1, un parking, même à plusieurs niveaux communicants, peut constituer un compartiment dont la superficie n'est pas limitée.
  Les parois entre le parking et le reste du bâtiment présentent EI 60.
  Il est permis d'inclure, dans le compartiment du parking, certains locaux sans occupation humaine, par exemple : des locaux pour transformateurs, débarras, locaux pour archives, locaux techniques...
  Les parois de ces locaux présentent EI 60 et leurs accès se font par une porte EI1 30 à fermeture automatique.
  A chaque niveau l'évacuation est assurée comme suit :
  - au moins deux cages d'escaliers ou escaliers extérieurs conformes aux prescriptions du 4.2 ou du 4.3 sont accessibles depuis n'importe quel point du niveau; la distance à parcourir pour parvenir à l'escalier le plus proche ne peut pas être supérieure à 45 m; la largeur utile de ces escaliers est au moins de 0,80 m;
  - conformément au 2.2.2, alinéa 3, l'exigence de l'accès à une des deux cages d'escaliers peut être satisfaite par une sortie directe à l'air libre au niveau considéré;
  - au niveau le plus proche du niveau de sortie des véhicules, la rampe pour véhicules peut remplacer l'une des deux cages d'escaliers ou escaliers extérieurs si la pente, mesurée dans son axe, ne dépasse pas 10 %;
  - la limitation de la pente à 10 % n'est pas d'application pour les compartiments dont la superficie est égale ou inférieure à 500 m2, si l'évacuation reste possible via la rampe.
  - en plus de la signalisation prévue au 4.5, l'indication des voies d'évacuation, à chaque niveau, se fait également sur le sol ou au ras du sol.
  [9 Toutefois une seule sortie par niveau (cage d'escaliers intérieure, escalier extérieur, sortie directe à l'air libre ou rampe au niveau le plus proche du niveau de sortie des véhicules) est suffisante, à condition :
   - que le parking s'étende en hauteur sur maximum sur deux niveaux;
   - qu'aucun de ces deux niveaux ne soit situés à plus de deux niveaux au-dessus ou en-dessous du niveau de sortie des véhicules;
   - qu'aucun point du parking ne se trouve à une distance supérieure à 15 m de l'accès au chemin d'évacuation menant à la sortie;
   - et qu'aucun point du parking ne se trouve à une distance supérieure à 30 m de l'accès à la sortie.]9
  Dans les parkings fermés ayant une superficie supérieure à 2 500 m2, des mesures nécessaires pour prévenir la propagation des fumées doivent être prises.
  5.3 Salles.
  5.3.1 Si plus de 500 personnes peuvent s'y tenir, ces locaux peuvent être situés sous le niveau du sol extérieur à condition que la différence entre le niveau le plus bas du sol de ces salles et le niveau d'évacuation le plus proche ne soit pas supérieure à 3 m.
  Si, au maximum, 500 personnes peuvent s'y tenir, ces salles peuvent être situées au-dessous du niveau du sol extérieur, s'il n'y a pas plus de 4 m de différence entre le sol de ces salles au droit de son point le plus bas accessible au public et le niveau moyen des divers niveaux d'évacuation de l'établissement.
  Le nombre de sorties est défini comme pour les compartiments.
  5.3.2 Construction.
  Outre les prescriptions réglementaires, qui leur sont particulièrement applicables, les parois limitant ces salles ou ensemble de tels locaux présentent la même durée de résistance au feu que celle des parois d'un compartiment.
  Chacune des communications pratiquées dans ces parois est fermée par une porte EI1 30 à fermeture automatique ou à fermeture automatique en cas d'incendie.
  Ces portes s'ouvrent dans le sens de l'évacuation.
  Aucun obstacle ne peut gêner la circulation vers les sorties.
  5.4 Ensemble commercial.
  L'installation de locaux à caractère commercial donnant sur des galeries intérieures est autorisée à un niveau d'évacuation et aux niveaux adjacents, si :
  1. l'ensemble de ces locaux et galeries est séparé du reste du bâtiment par des parois EI 60;
  2. le reste du bâtiment a ses sorties propres, indépendantes des sorties de l'ensemble commercial.
  Les parois entre les locaux commerciaux présentent EI 30 et sont prolongées dans le faux-plafond éventuel. Cette dernière disposition n'est pas d'application s'il existe une installation d'extinction automatique hydraulique, s'étendant à l'ensemble commercial conforme à la norme NBN EN 12845.
  5.5 Cuisines collectives.
  Les cuisines collectives, comprenant éventuellement le restaurant, sont séparées des autres parties du bâtiment par des parois EI 60.
  Chacune des communications est fermée par une porte EI1 30 à fermeture automatique ou à fermeture automatique en cas d'incendie.
  Ces portes s'ouvrent dans le sens de l'évacuation de la cuisine.
  Si la cuisine est compartimentée par rapport au restaurant, les transporteurs de vaisselle horizontaux et verticaux entre la cuisine et le restaurant doivent répondre aux conditions suivantes :
  - lorsqu'il se fait via d'autres locaux, le transport se fait dans des gaines dont les parois présentent EI 60;
  - le système de transport est obturé à hauteur de la paroi du compartiment avec un dispositif EI1 60.
  Si la cuisine n'est pas compartimentée par rapport au restaurant, chaque appareil fixe de friture est muni d'une installation fixe d'extinction automatique couplée avec un dispositif d'interruption de l'alimentation en énergie de l'appareil de friture.
  6 EQUIPEMENT DES IMMEUBLES.
  6.1 [10 Ascenseurs et monte-charges.
   6.1.1 Généralités.
   6.1.1.1 La machine et les dispositifs associés d'un ascenseur et/ou monte-charge ne sont pas accessibles, sauf pour la maintenance, le contrôle et les cas d'urgence. La machinerie peut se trouver :
   - soit dans un local des machines;
   - soit dans la gaine, à l'exception des ascenseurs oléo-hydrauliques, pour lesquels la machinerie, y compris le réservoir à huile, doit se trouver dans un local des machines.
   Les organes de contrôle peuvent être accessibles à partir du palier, à condition qu'ils n'altèrent pas le degré de résistance au feu exigé pour la façade palière ou la paroi de la gaine dans laquelle ils sont placés.
   6.1.1.2 En cas d'élévation anormale de la température de la machine et/ou d'autres équipements électriques, les ascenseurs doivent s'arrêter à un palier de façon à ce que les passagers puissent en sortir.
   Un retour automatique des ascenseurs en service normal n'est possible qu'après un refroidissement suffisant.
   6.1.1.3 Aucun dispositif d'extinction à eau ne peut se trouver dans la ou les gaines.
   6.1.2 Conception.
   6.1.2.1 L'ensemble constitué par une ou plusieurs gaines et l'éventuel local des machines, ainsi que les paliers d'ascenseurs, qui doivent former un sas pour les niveaux en sous-sol, est limité par des parois EI 60.
   Les parois extérieures peuvent être vitrées si elles répondent aux exigences du point 3.5.
   Les portes d'accès entre le compartiment et le sas présentent EI1 30 et sont à fermeture automatique ou à fermeture automatique en cas d'incendie.
   Si la superficie du sas est inférieure à la superficie de la cabine de l'ascenseur, la porte d'accès entre le compartiment et le sas est une porte battante EI1 30 à fermeture automatique en cas d'incendie asservie à une installation de détection d'incendie comprenant au minimum :
   - une détection de fumées dans la gaine d'ascenseur;
   - et une détection de fumées dans le compartiment à proximité de la porte d'accès au sas.
   Le palier du ou des ascenseur(s) peut être inclus dans le chemin d'évacuation.
   6.1.2.2 L'ensemble des portes palières de l'ascenseur présente E 30. La résistance au feu est déterminée selon la norme NBN EN 81-58 en exposant au feu la face située du côté du palier. La face du côté du palier sera testée avec les éventuels organes de commande et de contrôle qui en font partie.
   Les portes palières testées selon d'autres méthodes sont acceptées conformément à l'arrêté royal du 12 avril 2016 relatif à la mise sur le marché des ascenseurs et des composants de sécurité pour ascenseurs, à condition de présenter au moins le même niveau de résistance au feu.
   6.1.2.3 Les prescriptions des points 6.1.2.1 et 6.1.2.2 ne sont pas exigées dans les cas suivants :
   a) à tous les niveaux desservis par l'ascenseur, si cet ascenseur ne dessert que les niveaux d'un seul compartiment comprenant plusieurs niveaux;
   b) aux niveaux desservis par l'ascenseur qui ne font partie que d'un seul compartiment comprenant plusieurs niveaux et ne formant pas un parking, si la conception de cet ascenseur aux autres niveaux satisfait aux prescriptions des points 6.1.2.1 et 6.1.2.2;
   c) aux niveaux où l'ascenseur donne directement à l'extérieur, si la conception de cet ascenseur aux autres niveaux satisfait aux prescriptions des points 6.1.2.1 et 6.1.2.2.
   6.1.2.4 Ascenseurs et monte-charges dont la machinerie est dans un local des machines.
   Les parois intérieures du local des machines qui ne donnent pas sur la gaine d'ascenseur présentent EI 60.
   Les portes ou les trappes d'accès dans ces parois présentent EI1 30.
   L'accès au local des machines est garanti au service d'incendie.
   6.1.2.5 Ascenseurs oléo-hydrauliques.
   Le local des machines est séparé de la gaine d'ascenseur. Les parois du local des machines présentent EI 60, y compris les parois qui donnent sur la gaine d'ascenseur.
   L'accès au local des machines se fait par une porte EI1 30 à fermeture automatique.
   L'accès au local des machines est garanti au service d'incendie.
   Le seuil des portes d'accès au local des machines est relevé de façon que la cuvette ainsi réalisée ait une capacité égale à 1,2 fois au moins la capacité d'huile des machines.
   L'appareillage électrique ainsi que les canalisations électriques et hydrauliques, passant du local des machines vers la gaine d'ascenseur, sont situés à un niveau supérieur à celui que peut atteindre l'huile répandue dans le local des machines.
   L'espace autour du trou de passage de ces canalisations est obturé par un système de calfeutrement présentant EI 60.
   Une thermo-coupure est prévue dans le bain d'huile et dans les enroulements du moteur d'entraînement de la pompe.
   Caractéristiques de l'huile :
   - Point d'éclair en vase ouvert : ≥ 190 ° C
   - Point de feu : ≥ 200 ° C
   - Point de combustion spontanée : ≥ 350 ° C
   6.1.3 Ventilation.
   6.1.3.1 La gaine, le local des machines ou l'ensemble gaine et local des machines sont pourvus d'une ventilation naturelle avec prise d'air extérieur.
   Toutefois la gaine ou l'ensemble gaine et local des machines peuvent être pourvus d'une ventilation naturelle avec prise d'air intérieure à condition que la conception de l'ascenseur satisfait :
   - soit au cas décrit en a) du point 6.1.2.3;
   - soit au cas décrit en b) du point 6.1.2.3 de telle sorte que les niveaux où les prescriptions des points 6.1.2.1 et 6.1.2.2 ne sont pas exigées se situent au-dessus des autres niveaux.
   6.1.3.2 Les orifices de ventilation présentent une section minimale de 1 % de la section horizontale de l'espace duquel l'air est prélevé.
   Toutefois la gaine et le local des machines d'un ascenseur oléo-hydraulique doivent être ventilés indépendamment.
   6.1.3.3 Les orifices de ventilation peuvent être munis de clapets de ventilation motorisés dont l'ouverture est au minimum commandée des manières suivantes :
   - automatiquement pour assurer une aération suffisante aux passagers de l'ascenseur, même en cas d'arrêt prolongé;
   - automatiquement en cas d'élévation anormale de la température de la machine et/ou des organes de contrôle;
   - automatiquement en cas de détection d'un incendie dans la gaine d'ascenseur et/ou le local des machines;
   - automatiquement en cas de détection d'un incendie dans le bâtiment, si celui-ci est équipé d'une installation de détection d'incendie généralisée;
   - automatiquement en cas de défaillance de la source d'énergie, du dispositif d'alimentation ou du dispositif de commande (appareil à sécurité positive);
   - manuellement via une commande située au niveau d'évacuation.
   6.1.4 Fonctionnement en cas d'incendie.
   Le fonctionnement des ascenseurs en cas d'incendie est conforme aux prescriptions suivantes ou à toute autre règle de bonne pratique présentant un niveau de sécurité équivalent, conformément à l'arrêté royal du 12 avril 2016 relatif à la mise sur le marché des ascenseurs et des composants de sécurité pour ascenseurs.
   Le principe du fonctionnement de l'ascenseur en cas d'incendie est de ramener la cabine à un palier désigné, de permettre aux passagers de sortir puis de retirer l'ascenseur du service normal quand un signal indiquant un incendie est reçu de l'installation de détection d'incendie ou du dispositif de rappel manuel.
   6.1.4.1 Le fonctionnement des ascenseurs en cas d'incendie est conforme aux prescriptions de la norme NBN EN 81-73.
   6.1.4.2 Le palier de l'ascenseur au niveau d'évacuation est défini comme le palier désigné de l'ascenseur.
   6.1.4.3 Chaque batterie d'ascenseurs est au moins munie d'un dispositif de rappel manuel située au niveau d'évacuation.
   De plus, si le bâtiment est équipé d'une installation de détection d'incendie généralisée ou d'une installation de détection d'incendie dans les gaines d'ascenseurs et/ou les locaux des machines, cette installation doit transmettre un signal aux ascenseurs en cas d'incendie.
   6.1.4.4 Lorsqu'une détection généralisée ou partielle est requise dans le bâtiment et que la machinerie des ascenseurs et monte-charges est dans la gaine, une détection de fumées sera placée dans la gaine.
   6.1.4.5 Dans le cas où un incendie est détecté par une installation de détection d'incendie au palier correspondant au palier désigné principal, l'ascenseur doit recevoir un ou des signaux électriques supplémentaires afin de diriger la cabine vers le palier désigné de remplacement.
   6.1.4.6 Lorsqu'en cas d'incendie les ascenseurs sont ramenés au palier désigné, des moyens doivent être prévus pour permettre au service d'incendie de vérifier facilement que les cabines sont présentes et que personne n'est enfermée.
   Les ascenseurs qui, lors de leur arrivée au palier désigné, stationnent portes ouvertes et sont retirés du service normal, satisfont à cette exigence.
   6.1.4.7 L'ascenseur ne peut être remis en service normal que par une personne compétente.
   6.1.4.8 Pour les bâtiments pour lesquels la demande de construction a été introduite avant le 1er avril 2017, les dispositions dérogatoires suivantes s'appliquent :
   - Point 6.1.4.1 : Uniquement d'application aux ascenseurs conçus ou modernisés après le 31 mars 2017.]10
  6.2.Paternosters, transporteurs à conteneurs et monte-charges à chargement et déchargement automatique.
  6.2.1 Ils ont des salles de machines, gaines et paliers qui leur sont propres.
  Les salles de machines doivent se trouver à la partie supérieure de la gaine. Les parois intérieures des salles des machines et des gaines présentent EI 60.
  Les portes d'accès intérieures présentent EI1 30.
  Les faces des gaines du côté du palier et les accès pratiqués dans ces faces présentent EI 30.
  Les portes palières ou portillons de ces appareils sont à manoeuvre automatique et normalement fermés.
  Si les transporteurs à conteneur suivent un trajet continu horizontal et/ou vertical et traversent soit des compartiments, soit des niveaux, des portes sont prévues à chaque endroit de passage.
  Leurs clapets ou portillons présentent E 30.
  Ils sont à manoeuvre automatique et normalement fermés. En cas d'incendie, les installations sont mises hors service.
  6.2.2 L'installation de paternosters pour le transport de personnes est interdite.
  6.3 Escaliers mécaniques.
  6.3.1 Les escaliers mécaniques sont placés dans des gaines dont les parois présentent EI 60, sauf s'ils desservent un seul compartiment.
  6.3.2 L'accès à la cage d'escaliers est assuré à chaque niveau, par une porte EI1 30 à fermeture ou à fermeture automatique en cas d'incendie.
  6.3.3 L'escalier mécanique est mis à l'arrêt automatiquement dès détection d'un incendie dans un compartiment auquel il donne accès.
  6.4 [11 Ascenseurs particuliers.
   Les ascenseurs particuliers et le fonctionnement de ceux-ci en cas d'incendie sont conformes aux prescriptions suivantes ou à toute autre règle de bonne pratique présentant un niveau de sécurité équivalent, conformément à l'arrêté royal du 12 avril 2016 relatif à la mise sur le marché des ascenseurs et des composants de sécurité pour ascenseurs.
   6.4.1 Ascenseurs destinés à l'évacuation de personnes à mobilité réduite.
   Lorsqu'un ascenseur destiné à l'évacuation de personnes à mobilité réduite est obligatoire, il doit répondre aux prescriptions suivantes en plus des prescriptions reprises au point 6.1.
   6.4.1.1 Cet ascenseur doit être conçu et construit de façon à ne pas entraver ou empêcher l'accès et l'usage par des personnes à mobilité réduite.
   6.4.1.2 A tous les niveaux, les paliers de l'ascenseur doivent former un sas conforme au point 6.1.2.1 dont la superficie est égale ou supérieure à la superficie de la cabine de l'ascenseur.
   6.4.1.3 Les cabines d'ascenseurs sont accessibles, au moins, à une personne en fauteuil roulant et une personne accompagnante.
   Les dimensions minimales des cabines d'ascenseur sont de 1,1 m (largeur) x 1,4 m (profondeur).
   6.4.1.4 Les portes palières sont à ouverture et fermeture automatique et ont une largeur utile d'au moins 0,90 m.
   6.4.1.5 L'évacuation est réalisée sous le contrôle d'une personne compétente. A cet effet, l'ascenseur est équipé d'un interrupteur à clé "évacuation" permettant à une personne compétente de prendre le contrôle de l'ascenseur.
   6.4.1.6 Une signalisation lumineuse indiquant qu'il s'agit d'un ascenseur destiné à l'évacuation de personnes à mobilité réduite doit s'éclairer lorsque l'ascenseur est en service d'évacuation.
   Les dimensions minimales de la signalisation sont de 6 cm (largeur) x 3 cm (hauteur).
   La signalisation lumineuse est installée au-dessus ou à côté de chaque porte palière, à une hauteur comprise entre 1,8 m et 2,5 m du sol, et dans la cabine à une hauteur comprise entre 1,6 m et 1,8 m.
   6.4.1.7 L'ascenseur doit comporter un système d'intercommunication permettant une communication vocale bidirectionnelle lorsque l'ascenseur est en mode d'évacuation. Celui-ci doit permettre de communiquer entre la cabine, le niveau d'évacuation et le local des machines ou le tableau des opérations de secours.
   L'équipement de communication dans la cabine et au niveau d'évacuation doit comporter un microphone et un haut-parleur encastrés, et non un combiné téléphonique.
   Le câblage du système de communication doit être contenu à l'intérieur de la gaine de l'ascenseur et/ou du local des machines s'il y a lieu.
   6.4.1.8 A l'exception des ascenseurs ne desservant que deux niveaux, chaque palier de l'ascenseur doit comporter un système d'intercommunication permettant une communication vocale bidirectionnelle lorsque l'ascenseur est en mode d'évacuation. Celui-ci doit permettre de communiquer entre chaque palier, le niveau d'évacuation et le local des machines ou le tableau des opérations de secours, afin d'identifier les étages où se trouvent des personnes handicapées nécessitant une évacuation et de retransmettre de cette information à la personne chargée de l'évacuation.
   L'équipement de communication à chaque palier et au niveau d'évacuation doit comporter un microphone et un haut-parleur encastrés, et non un combiné téléphonique.
   Ce système de communication est conçu de telle manière que son fonctionnement reste assuré même en cas de défaillance du système de communication de l'ascenseur prévu au point 6.4.1.7.
   6.4.2 Ascenseurs destinés aux services d'incendie.
   Lorsqu'un bâtiment est équipé d'un ou plusieurs ascenseurs destinés aux services d'incendie, ils doivent répondre aux prescriptions suivantes en plus des prescriptions reprises au point 6.1.
   6.4.2.1 Les ascenseurs destinés aux services d'incendie et le fonctionnement de ceux-ci en cas d'incendie sont conformes aux prescriptions de la norme NBN EN 81-72.
   6.4.2.2 A tous les niveaux, les paliers de l'ascenseur doivent former un sas conforme au point 6.1.2.1 dont la superficie est égale ou supérieure à la superficie de la cabine de l'ascenseur.
   6.4.2.3 Si dans une batterie d'ascenseur, il n'y a pas de mur EI 60 intermédiaire pour séparer l'ascenseur destiné aux services d'incendie des autres ascenseurs dans une gaine commune, alors tous les ascenseurs et leurs équipements électriques doivent avoir la même protection contre l'incendie que l'ascenseur destiné aux services d'incendie.
   6.4.2.4 Les dimensions minimales des cabines d'ascenseur sont de 1,1 m (largeur) x 2,1 m (profondeur).
   6.4.2.5 Les portes palières sont à ouverture et fermeture automatique et ont une largeur utile de 0,80 m au moins.
   6.4.2.6 Au palier du niveau d'accès des services d'incendie, un interrupteur à clé "pompier" est prévu pour permettre au service d'incendie de prendre le contrôle de l'ascenseur.
   6.4.2.7 L'ascenseur doit pouvoir atteindre l'étage le plus éloigné du niveau d'accès des services d'incendie en moins de 60 secondes après la fermeture des portes.
   6.4.3 Dispositions dérogatoires.
   Pour les bâtiments pour lesquels la demande de construction a été introduite avant le 1er avril 2017, les dispositions dérogatoires suivantes s'appliquent :
   - Point 6.4.1.4 : Les portes palières des ascenseurs conçus avant le 1er avril 2017 sont à ouverture et fermeture automatique et ont une largeur utile d'au moins 0,80 m.
   - Points 6.4.1.6, 6.4.1.7 et 6.4.1.8 : Uniquement d'application aux ascenseurs conçus ou modernisés après le 31 mars 2017.
   - Points 6.4.2 : Pas d'application.]11
  6.5 Installations électriques de basse tension, de force motrice, d'éclairage et de signalisation.
  6.5.1 Sans préjudice des textes légaux et réglementaires en la matière, le Règlement général sur les installations électriques (R.G.I.E.) est d'application.
  6.5.2 Les canalisations électriques alimentant des installations ou appareils dont le maintien en service est indispensable en cas de sinistre sont placées de manière à répartir les risques de mise hors service général.
  Pour leur tracé jusqu'au compartiment où se trouvent les installations, les canalisations électriques présentent la résistance au feu suivante :
  soit une résistance au feu propre qui est au minimum
  - PH 60 selon la NBN EN 50200 pour les canalisations électriques dont le diamètre extérieur est <= 20 mm et dont les conducteurs ont une section <= 2,5 mm2;
  - Rf 1 h selon add. 3 de la NBN 713-020 pour les canalisations dont le diamètre extérieur est > 20 mm ou dont les conducteurs ont une section > 2,5 mm2;
  soit Rf 1 h selon l'add. 3 de la NBN 713-020 pour les canalisations sans résistance au feu propre qui sont placées dans une gaine.
  Ces exigences ne sont pas d'application si le fonctionnement des installations ou appareils reste assuré même si la source d'énergie qui les alimente est interrompue.
  Les installations ou appareils visés sont :
  a) l'éclairage de sécurité et éventuellement l'éclairage de rempla-cement;
  b) les installations d'annonce, d'alerte et d'alarme;
  c) les installations d'évacuation des fumées;
  d) les pompes à eau pour l'extinction du feu et, éventuellement, les pompes d'épuisement;
  e) [12 les ascenseurs particuliers visés au point 6.4.]12
  6.5.3 Sources autonomes de courant.
  Les circuits dont il est question au 6.5.2 doivent pouvoir être alimentés par une ou plusieurs sources autonomes de courant dont la puissance est suffisante pour alimenter simultanément toutes les installations raccordées à ces circuits.
  Dès que l'alimentation normale en énergie électrique fait défaut, les sources autonomes assurent automatiquement et dans un délai d'une minute, le fonctionnement des installations susdites pendant une heure.
  6.5.4 Eclairage de sécurité.
  L'éclairage de sécurité satisfait aux prescriptions des normes NBN EN 1838, NBN EN 60598-2-22 et NBN EN 50172.
  Cet éclairage de sécurité peut être alimenté, par la source de courant normal, mais, en cas de défaillance de celle-ci, l'alimentation est fournie par une ou plusieurs source(s) autonome(s).
  L'éclairage de sécurité peut être fourni par des appareils autonomes branchés sur le circuit alimentant l'éclairage normal concerné, si ces appareils présentent toute garanties de bon fonctionnement.
  6.6 Installations alimentées en gaz combustible et distribué par canalisations.
  Les installations alimentées en gaz combustible plus léger que l'air répondent à :
  - la NBN D 51-001 - Chauffage central, ventilation et condition-nement d'air - Locaux pour poste de détente de gaz naturel;
  - la NBN D 51-003 - Installations alimentées au gaz combustible plus léger que l'air, distribué par canalisations;
  - la NBN D 51-004 - Installations alimentées au gaz combustible plus léger que l'air, distribué par des canalisations. - Installations particulières.
  6.7 Installations aérauliques.
  S'il y a une installation aéraulique présente, cette installation doit répondre aux exigences suivantes :
  6.7.1 Conception des installations.
  6.7.1.1 Intégration de locaux ou espaces confinés dans des conduits.
  Aucun local ou espace confiné, même sous comble ou en sous-sol, ne peut être intégré au réseau de conduits d'air, à moins de satisfaire aux prescriptions imposées aux conduits.
  6.7.1.2 Utilisation des cages d'escaliers dans les circuits d'air.
  Aucune cage d'escaliers ne peut servir à l'alimentation ou à l'évacuation d'air d'autres locaux.
  6.7.1.3 Limitation du recyclage d'air.
  L'air extrait des locaux présentant des risques particuliers d'incendie, local de stockage de produits inflammables, chaufferie, cuisine, garage, parking, poste de transformation, local d'entreposage des ordures, ne peut pas être remis en circulation et doit être évacué à l'extérieur.
  L'air extrait d'autres locaux peut être :
  - soit remis en circulation vers les mêmes locaux, à condition que le conduit de recyclage soit équipé d'un [13 clapet coupe-fumée]13 conforme au [13 6.7.5]13;
  - soit pulsé dans d'autres locaux s'il sert à compenser l'évacuation d'air des systèmes d'extraction mécanique avec évacuation à l'extérieur, à condition qu'il y ait un clapet résistant au feu supplémentaire et un système de conduits destiné à l'évacuation à l'extérieur de cet air recyclé.
  [13 Dans les deux cas, une détection de fumée doit être installée dans l'air recyclé en amont du clapet coupe-fumée. Si des fumées sont détectées dans l'air recyclé, les groupes de traitement d'air sont mis à l'arrêt, les clapets coupe-fumée sont fermés et, dans le second cas, le système de conduits destinés à l'évacuation vers l'extérieur de l'air recyclé est automatiquement ouvert et prêt à fonctionner en cas de mise en route des groupes de traitement d'air par le service d'incendie.]13
  Les dispositions précitées ([13 clapet coupe-fumée]13 sur l'air recyclé et détection de fumée dans le conduit d'extraction) ne sont cependant pas requises pour les groupes de traitements d'air [13 qui ne desservent qu'un seul local ayant un débit total inférieur ou égal à 5000 mü/h]13.
  6.7.2 Construction des conduits d'air.
  6.7.2.1 Conduits d'air dans les chemins d'évacuation.
  Dans les chemins d'évacuation, ainsi que dans les gaines techniques et les endroits inaccessibles après l'achèvement du bâtiment, les conduits sont en matériaux A1; les produits d'isolation, leurs revêtements inclus sont au moins A2-s1, d0.
  Les conduits flexibles sont au moins classe B-s1, d0 et ont une longueur maximale de 1 m.
  Dans les chemins d'évacuation, les conduits d'extraction et leurs suspentes [14 présentent une stabilité au feu d'au moins " h "]14.
  Cette condition est satisfaite lorsque :
  - soit les conduits et leur suspentes ont EI 30 (ho i<-o) ou EI 30 (ve i<-o) suivant qu'ils sont placés respectivement horizontalement ou verticalement;
  - soit les conduits sont suspendus de telle façon qu'ils répondent aux prescriptions suivantes :
  - suspentes en acier
  - entraxe des suspentes <= 1 mètre
  - force par point de suspension <= 500 N
  - tension dans les suspentes <= 18N/mm2
  - la distance entre les conduits et les suspentes <= 5 cm
  - tension de cisaillement <= 10 N/mm2
  6.7.2.2 Conduits d'extraction de cuisines collectives.
  Les conduits d'extraction de cuisines collectives sont en matériaux de la classe A1.
  Les conduits d'extraction des cuisines collectives sont
  - soit placés dans des gaines dont les parois présentent EI 60;
  - soit présentent EI 60 (ho i<->o) ou EI 60 (ve i<->o) suivant qu'ils sont placés respectivement horizontalement ou verticalement.
  Les conduits d'extraction et leurs suspentes [15 présentent une stabilité au feu d'au moins " h "]15.
  Cette condition est satisfaite lorsque :
  - soit les conduits et leur suspentes ont EI 30 (ho i<-o) ou EI 30 (ve i<-o) suivant qu'ils sont placés respectivement horizontalement ou verticalement;
  - soit les conduits sont suspendus de telle façon qu'ils répondent aux prescriptions suivantes :
  - suspentes en acier
  - entraxe des suspentes <= 1 mètre
  - force par point de suspension <= 500 N
  - tension dans les suspentes <= 18N/mm2
  - la distance entre les conduits et les suspentes <= 5 cm
  - tension de cisaillement <= 10 N/mm2
  6.7.3 Traversées de parois par des conduits d'air.
  6.7.3.1 Généralités.
  Les traversées de parois par des conduits d'air doivent en règle générale répondre au 3.1.
  Cette prescription ne vaut pas pour la traversée de parois EI 30 par des conduits d'air, aux conditions suivantes :
  - les conduits d'air sont en matériaux de la classe A1 sur une distance de minimum 1 m de part et d'autre de la paroi traversée;
  - les conduits d'air qui sont raccordés à ces traversées et qui traversent des chemins d'évacuation horizontaux ne peuvent être raccordés aux bouches d'air qui se trouvent dans ces chemins d'évacuation;
  - il s'agit d'un compartiment comprenant uniquement des locaux à occupation diurne.
  6.7.3.2 Traversées avec clapets résistant au feu
  Aucun conduit d'air ne peut :
  - traverser une paroi pour laquelle une résistance au feu supérieure ou égale à EI 60 est exigée;
  - traverser une paroi entre deux compartiments pour laquelle une résistance au feu supérieure ou égale à EI 30 est exigée ou une paroi d'une gaine pour laquelle une résistance supérieure ou égale à EI 30 est exigée;
  sauf s'il satisfait à une des conditions suivantes :
  a) un clapet résistant au feu avec une résistance au feu (EI-S) équivalente à celle exigée pour la paroi traversée et qui est conforme au 6.7.4 est placé au droit de la traversée de la paroi. [16 Toutefois ce clapet peut être déporté de la paroi et relié par un conduit à cette paroi traversée pour autant que l'ensemble conduit et clapet présente une résistance au feu (EI-S) équivalente à celle exigée pour la paroi traversée]16;
  b) le conduit présente une résistance au feu EI i<->o équivalente à celle exigée pour la paroi traversée ou est placé dans une gaine présentant la même résistance au feu que celle exigée pour la paroi traversée sur toute la longueur de la traversée d'un compartiment ou du volume protégé et ne peut y déboucher à moins que l'orifice soit pourvu d'un clapet répondant à l'alinéa a) ci-dessus;
  c) le conduit répond simultanément aux conditions suivantes :
  - la section de la traversée n'est pas supérieure à 130 cm2;
  - dans la traversée de la paroi, il est équipé d'un mécanisme qui en cas d'incendie obture la traversée et présente ensuite une résistance au feu équivalente à celle exigée pour la paroi traversée.
  Les conduits d'air situés dans des gaines qui leur sont exclusivement réservés et qui débouchent à leur extrémité supérieure dans un local technique contenant uniquement les groupes de traitements d'air qu'ils relient peuvent traverser les parois du local technique sans dispositifs complémentaires. Dans ce cas, l'aération des gaines doit être réalisée via le local technique, comme exigé au 5.1.5.1.
  6.7.4 Clapets résistant au feu.
  6.7.4.1 Commande
  On distingue deux types de commandes :
  Type A : Le clapet se ferme automatiquement lorsque la température du flux d'air dépasse une valeur limite déterminée
  Type B : clapet de type A qui peut en outre être fermé par une commande à distance au moyen d'un système à sécurité positive.
  La fermeture se fait par un système qui ne requiert pas d'énergie extérieure.
  Lorsqu'une installation de détection incendie généralisée est requise, les clapets résistant au feu situés aux limites des compartiments sont de type B.
  En cas de détection, les clapets du compartiment sinistré sont fermés automatiquement.
  On entend par " limites des compartiments " :
  - les parois de séparation vers d'autres compartiments;
  - les parois de gaines de conduits qui traversent le compartiment;
  - les parois entre le compartiment et les cages d'escaliers.
  6.7.4.2 Performance du clapet.
  Le clapet résistant au feu placé dans les traversées de parois présente les performances suivantes :
  

  
Résistance au feu de la paroiRésistance au feu du clapet
EI 60EI 60 (ho i o) S
  EI 60 (ve i o) S
EI 30EI 30 (ho i o) S
  EI 30 (ve i o) S

Tableau 2.4 - Clapets résistant au feu
  En absence de marquage CE, le clapet répond aux exigences suivantes :
  a) après 250 manoeuvres successives de fermeture et d'ouverture, un clapet de même fabrication ne peut présenter aucune détérioration ou déformation;
  b) le clapet résiste à l'atmosphère corrosive dans laquelle il est placé;
  c) le bon fonctionnement du clapet ne nécessite aucune lubrification périodique;
  d) le caisson du clapet comporte à l'extérieur un indicateur de position et une flèche indélébile indiquant le sens de circulation de l'air. Une plaque signalétique renseigne sur les dimensions intérieures du clapet, le nom du constructeur, le numéro et l'année de fabrication; elle comporte un repère bien visible et indélébile désignant un appareil de protection contre l'incendie;
  e) après fonctionnement le réarmement du clapet doit être possible.
  6.7.4.3 Installation du clapet.
  La fixation et le scellement du clapet dans la paroi traversée assurent la stabilité du clapet, indépendamment des deux conduits, même si l'un des conduits disparaît.
  En vue de l'inspection et de l'entretien du clapet, un portillon d'inspection aisément accessible est placé soit sur le caisson, soit sur la gaine à proximité immédiate du clapet. Ce portillon présente la même résistance au feu que celle exigée pour le conduit.
  Afin de faciliter la localisation du clapet résistant au feu, un repère bien visible et indélébile indiquant un appareil de protection contre l'incendie portant les mots "clapet résistant au feu" est placé sur le portillon d'inspection ou dans le local à l'aplomb du clapet.
  [18 6.7.5 Clapets coupe-fumée.
   Le clapet coupe-fumée satisfait aux conditions suivantes :
   1. l'étanchéité du clapet doit présenter l'une des performances suivantes :
   a) en position de fermeture et pour une différence de pression statique de 500 Pa, la fuite d'air ne peut pas dépasser 60 l/s.m;
   b) classe 3 suivant la norme NBN EN 1751;
   2. le joint utilisé pour obtenir cette étanchéité résiste durant 2 h à des températures variant de -20° C à 100° C après quoi le clapet satisfait encore à l'essai d'étanchéité décrit ci-dessus;
   3. le système de fermeture du clapet coupe-fumée est à sécurité positive.]18
  [17 6.7.6]17 Commande en cas d'incendie des installations aérauliques
  Dans les zones du bâtiment qui sont équipées d'une installation de détection d'incendie, les groupes de traitements d'air qui desservent uniquement le compartiment sinistré sont arrêtés en cas de détection d'un incendie.
  Le placement d'un tableau central de commande en cas d'incendie destiné à desservir certains éléments des installations aérauliques peut dans certains cas particuliers être imposé par le service d'incendie compétent. Dans ce cas, ce tableau est placé à un endroit qui est aisément accessible par le service d'incendie et qui est situé au niveau d'accès habituel.
  6.8 Annonce, alerte, alarme et moyens d'extinction des incendies.
  Ces dispositifs sont déterminés sur avis du service d'incendie compétent.
  6.8.1 Les dispositifs d'annonce et d'extinction sont obligatoires dans les bâtiments.
  6.8.2 Nombre et emplacement des appareils d'annonce, d'alerte, d'alarme et d'extinction.
  6.8.2.1 Le nombre d'appareils est déterminé par les dimensions, la situation et le risque existant dans les locaux.
  Les appareils sont répartis judicieusement et en nombre suffisant pour desservir tout point du lieu considéré.
  6.8.2.2 Les appareils qui nécessitent une intervention humaine sont placés en des endroits visibles ou convenablement repérés et facilement accessibles en toutes circonstances. Ils sont notamment placés à proximité des baies de passage vers l'extérieur, sur les paliers, dans les dégagements et de manière à ne pas gêner la circulation et à ne pas être détériorés ou renversés.
  A l'extérieur, ils sont, au besoin, mis à l'abri des intempéries.
  6.8.2.3 La signalisation est conforme à la réglementation en vigueur.
  6.8.3 Annonce des incendies.
  6.8.3.1 L'annonce de la découverte ou de la détection d'un incendie est transmise, sans délai, aux services d'incendie par un moyen d'annonce dans chaque compartiment; dans les bâtiments dont la superficie par niveau est inférieure à 500 m2 un seul moyen d'annonce suffit par bâtiment.
  6.8.3.2 Les liaisons nécessaires sont assurées à tout moment et sans délai par des lignes téléphoniques ou électriques ou par tout autre système présentant les mêmes garanties de fonctionnement et les mêmes facilités d'emploi.
  6.8.3.3 Chaque appareil, par lequel la liaison peut ainsi être établie et nécessitant une intervention humaine, porte un avis mentionnant sa destination et son mode d'emploi.
  S'il s'agit d'un appareil téléphonique, cet avis indique le numéro d'appel à former, sauf s'il y a liaison directe ou automatique.
  6.8.4 Alerte et alarme.
  Les signaux ou messages d'alerte et d'alarme sont perceptibles par toutes les personnes intéressées et ne peuvent être confondus entre eux et avec d'autres signaux.
  Leurs circuits électriques sont distincts.
  6.8.5 Moyens d'extinction.
  6.8.5.1 Généralités.
  Les moyens d'extinction comprennent des appareils ou des installations automatiques ou non.
  Les extincteurs et les robinets d'incendie armés sont dits de première intervention, c'est-à-dire qu'ils sont destinés à être manoeuvrés par l'occupant.
  6.8.5.2 Extincteurs portatifs ou mobiles.
  Ils sont choisis en fonction de la nature et de l'importance des risques.
  6.8.5.3 Robinets d'incendie armés et hydrants muraux.
  6.8.5.3.1 Leur nombre et l'emplacement sont choisis en fonction de la nature et de l'importance des risques d'incendie.
  Un robinet d'incendie armé n'est pas requis lorsque la superficie [19 ...]19 d'un bâtiment est inférieure à 500 m2, (excepté pour les risques spéciaux). Dans les autres cas, le nombre de robinets d'incendie armés est déterminé de la manière suivante :
  1. le jet de la lance atteint chaque point du compartiment
  2. les compartiments dont la superficie est supérieure à 500 m2 disposent d'un robinet d'incendie armé au moins.
  Le demi-raccord de refoulement des éventuels hydrants muraux est adapté aux raccords utilisés par les services d'incendie
  6.8.5.3.2 La colonne montante qui alimente d'éventuels appareils en eau sous pression a les caractéristiques suivantes :
  le diamètre intérieur et la pression d'alimentation sont tels que la pression à l'hydrant le plus défavorisé satisfait aux prescriptions de la NBN EN 671-1 en tenant compte que trois robinets d'incendie armés doivent pouvoir être utilisés simultanément pendant 1/2 h.
  6.8.5.3.3 Les éventuels appareils sont, sans manoeuvre préalable, alimentés en eau sous pression. Cette pression est de 2,5 bar au minimum au point le plus défavorisé.
  6.8.5.4 Bouches et bornes d'incendie.
  6.8.5.4.1 Les bouches et les bornes sont raccordées au réseau public de la distribution d'eau par une conduite dont le diamètre intérieur minimal est de 80 mm.
  Si le réseau public de distribution d'eau n'est pas en mesure de satisfaire à cette condition, il y a lieu de recourir à d'autres sources d'approvisionnement dont la capacité minimale est de 50 m3 [20 , sauf si tout le bâtiment est équipé d'une installation d'extinction automatique de type sprinklage]20.
  6.8.5.4.2
  Dans les zones industrielles, commerciales ou à forte densité de population, les prises d'eau sont à une distance maximale de 100 m les unes des autres. Ailleurs, elles sont réparties en raison de l'emplacement des bâtiments ou établissements à protéger contre l'incendie sans que les distances à parcourir entre l'entrée de chacun des bâtiments ou établissements et la bouche ou la borne la plus proche soit supérieure à 200 m.
  6.8.5.4.3 Les bouches ou les bornes sont installées à une distance horizontale de 0,60 m au moins de la bordure des voies, chemins ou passages sur lesquels les véhicules automobiles sont susceptibles de circuler ou d'être rangés.
  ----------
  (1)<AR 2016-12-07/20, art. 19, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (2)<AR 2016-12-07/20, art. 20, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (3)<AR 2016-12-07/20, art. 21, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (4)<AR 2016-12-07/20, art. 22, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (5)<AR 2016-12-07/20, art. 23, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (6)<AR 2016-12-07/20, art. 24, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (7)<AR 2016-12-07/20, art. 25, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (8)<AR 2016-12-07/20, art. 26, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (9)<AR 2016-12-07/20, art. 27, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (10)<AR 2016-12-07/20, art. 28, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (11)<AR 2016-12-07/20, art. 29, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (12)<AR 2016-12-07/20, art. 30, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (13)<AR 2016-12-07/20, art. 31, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (14)<AR 2016-12-07/20, art. 32, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (15)<AR 2016-12-07/20, art. 33, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (16)<AR 2016-12-07/20, art. 34, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (17)<AR 2016-12-07/20, art. 35, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (18)<AR 2016-12-07/20, art. 36, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (19)<AR 2016-12-07/20, art. 37, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (20)<AR 2016-12-07/20, art. 38, 009; En vigueur : 01-04-2017>

  Art. N3.Annexe 3. Bâtiments moyens. (Annexe non reprise pour des raisons techniques, voir MB 26-04-1995, Supplément, folio 37 - 75).
  Modifié par :
  <AR 1996-12-18/31, art. 5; En vigueur : 31-12-1996, voir M.B. 31-12-1996, Ed. 2, p. 32400>
  <AR 1997-12-19/40, art. 1, 004; En vigueur : 31-12-1997, voir M.B. 30-12-1997, Supplément, folio 35 - 64>
  <AR 2003-04-04/58, art. 8, 9, 10, 11 et 12, En vigueur : 04-04-2003; M.B. 05-05-2003, p. 24029-24032>
  <AR 2003-04-04/58, art. 17, En vigueur : 04-04-2003; M.B. 05-05-2003, p. 24035>
  <AR 2012-07-12/38, art. 19, 008; En vigueur : 01-12-2012; M.B. 21-09-2012, p. 58483>
  <AR 2016-12-07/20, art. 39-40, 009; En vigueur : 01-04-2017>

  Art. N3/1.Annexe 3/1. Bâtiments moyens.
  <Inséré par AR 2012-07-12/38, art. 20, 008; En vigueur : 01-12-2012>
  0 GENERALITES.
  0.1 Objet.
  Le présent règlement de base fixe les conditions minimales auxquelles doivent répondre la conception, la construction et l'aménagement des bâtiments moyens (BM) afin de :
  - prévenir la naissance, le développement et la propagation d'un incendie;
  - assurer la sécurité des personnes;
  - faciliter de façon préventive l'intervention du service d'incendie.
  0.2 [1 Domaine d'application.
   0.2.1 La présente annexe est applicable aux bâtiments suivants à construire et aux extensions suivantes de bâtiments existants, pour lesquels la demande de construction est introduite à partir du 1er décembre 2012 :
   1. les bâtiments moyens;
   2. les extensions de bâtiments qui après la réalisation forment un bâtiment moyen;
   3. les locaux ou parties de bâtiments moyens dans lesquels il y a une activité industrielle et dont la superficie totale est inférieure ou égale à 500 m, aux conditions suivantes :
   - dans le bâtiment il y a principalement des activités non industrielles et la superficie totale des locaux avec activité industrielle est plus petite que la superficie du reste du bâtiment;
   - les activités industrielles dans ces locaux sont des activités de soutien des activités non industrielles du même compartiment;
   - il n'y a pas de locaux à occupation nocturne dans le compartiment où il y a des activités industrielles.
   4. les bâtiments élevés, et les extensions de bâtiments qui après la réalisation forment un bâtiment élevé, dont les deux derniers niveaux comportent un ou plusieurs appartements en duplex aux conditions suivantes :
   - le niveau inférieur de chaque appartement en duplex est situé à une hauteur inférieure ou égale à 25 m; cette hauteur est déterminée de la même façon qu'est définie la hauteur d'un bâtiment au point 1.2.1 de l'annexe 1;
   - le niveau le plus élevé du bâtiment ne peut comporter que le niveau supérieur de ces appartements en duplex et des locaux à usage technique;
   - la superficie totale de chaque appartement en duplex est inférieure ou égale à 300 m;
   - chaque niveau de l'appartement en duplex dispose d'un accès direct à une cage d'escalier qui relie ces étages au niveau d'évacuation. Cette communication satisfait au point 4.2.2.3; toutefois, l'avant dernier alinéa du point 4.2.2.3 ne s'applique pas à ces appartements en duplex;
   - le niveau inférieur de chaque appartement en duplex dispose d'une baie de façade ou d'une terrasse accessible aux services d'incendie comme prévu au point 2.2.1.
   0.2.2 Sont cependant exclus du champ d'application de la présente annexe :
   1. les bâtiments industriels;
   2. les maisons unifamiliales.]1
  0.3 Planches
  Planche 3.1 - Toitures de constructions voisines
  Planche 3.2 - Façades
  Planche 3.3 - Façades
  Planche 3.4 - Façades
  Planche 3.5 - Façades
  Planche 3.6 - Toitures
  
  (Figures non reprises pour des raisons techniques, voir M.B. du 21-09-2012, p. 58503-58506)
  
  1 IMPLANTATION ET CHEMINS D'ACCES.
  Les chemins d'accès sont déterminés en accord avec le service d'incendie compétent, selon les lignes directrices suivantes.
  1.1 Le bâtiment est accessible en permanence aux véhicules automobiles.
  Les véhicules disposeront pour cela d'une possibilité d'accès et d'une aire de stationnement :
  - soit sur la chaussée carrossable de la voie publique;
  - soit sur une voie d'accès spéciale donnant accès à la chaussée carrossable de la voie publique et qui présente les caractéristiques suivantes :
  - largeur libre minimale : 4 m; elle est de 8 m lorsque la voie d'accès est en impasse;
  - rayon de braquage minimal : 11 m de rayon intérieur et 15 m de rayon extérieur;
  - hauteur libre minimale : 4 m;
  - pente maximale : 6 %;
  - capacité portante : suffisante, pour que des véhicules dont la charge par essieu est de 13 t maximum, puissent y circuler et y stationner sans s'enliser, même s'ils déforment le terrain.
  Pour les ouvrages d'art situés sur les voies d'accès, il y a lieu de se conformer à la NBN B 03-101;
  - permettre la présence simultanée de 3 véhicules de 15 t;
  - la distance entre le bord de cette voie et le plan de la façade est comprise entre 4 m et 10 m.
  Les véhicules en stationnement ne peuvent pas entraver le passage et la mise en place des véhicules des services d'incendie sur ces voies d'accès.
  Une de ces voies d'accès au moins permet la circulation, le stationnement et la manoeuvre des véhicules et du matériel des services d'incendie.
  1.2 Les constructions annexes, avancées de toiture, auvents, ouvrages en encorbellement ou autres adjonctions ne sont autorisées que s'ils ne compromettent ni l'évacuation et la sécurité des usagers, ni l'action des services d'incendie.
  Si les façades vitrées du bâtiment dominent des constructions faisant ou non partie de ce bâtiment :
  1. soit les toitures de ces constructions satisfont aux conditions suivantes :
  

  
Distance horizontale à partir des façades, aExigences en matière de résistance au feu
a < 1 mEI 60
1 m < a < 5 mE 60

Les lanterneaux, aérateurs, exutoires de fumée ou ouvertures éventuels qui n'ont pas la résistance au feu requise, placés dans le toit sur une distance de 5 mètres, satisfont aux conditions suivantes :
  soit ces ouvertures sont séparées des ouvertures dans les façades par un élément de construction qui satisfait aux conditions suivantes (planche 3.1) :
  

  
Distance horizontale à partir des façades, aExigences en matière de résistance au feu
a < 1 mEI 60
1 m < a < 5 mE 60

soit leur superficie totale n'est pas plus grande que 100 cm2;
  2. soit les façades du bâtiment satisfont aux conditions suivantes :
  

  
Hauteur mesurée à partir de la toiture, bExigences en matière de résistance au feu
b < 3 mEI 60 (i <- o)
3 m < b < 8 mE 60 (i <- o)

Si des fenêtres, aérateurs, exutoires de fumée ou ouvertures qui n'ont pas la résistance au feu requise sont aménagés dans la façade sur une hauteur de 8 m, il est satisfait aux conditions suivantes :
  soit ces ouvertures sont séparées des ouvertures dans la toiture par un élément de construction satisfaisant aux conditions suivantes (planche 3.1) :
  

  
Distance horizontale à partir des façades, aExigences en matière de résistance au feu
a < 1 mEI 60
1 m < a < 5 mE 60

soit leur superficie totale n'est pas plus grande que 100 cm2.
  1.3 La distance horizontale, dégagée de tout élément combustible, séparant un BM d'un bâtiment opposé, est de 8 m au moins, sauf si une des deux parois qui les séparent répond aux exigences telles que définies pour les bâtiments contigus.
  Les parois qui séparent des bâtiments contigus présentent EI 120 ou REI 120 lorsqu'elles sont portantes.
  Dans ces parois une communication entre ces bâtiments est autorisée par un sas, pour autant qu'il présente les caractéristiques suivantes :
  1. ne pas déboucher dans une cage d'escalier;
  2. avoir deux portes EI1 30 à fermeture automatique;
  3. avoir des parois EI 60;
  4. avoir une superficie de minimum 2 m2.
  L'exigence de la distance entre un BM et un bâtiment opposé ne s'applique pas pour les bâtiments qui sont séparés par des rues, chemins,... existants appartenant au domaine public.
  1.4 Au moins une des longues façades doit être longée par une voie accessible aux véhicules des services d'incendie et si cette façade ne comporte pas d'entrée principale, la voie doit longer en outre une façade comportant une telle entrée.
  La distance entre le bord de cette voie et le plan de la façade doit, de préférence, être comprise entre 4 m et 10 m. Dans le cas contraire, les ouvertures de façade sont à considérer comme inaccessibles pour les auto-échelles des services d'incendie (voir 2.2.1).
  Si un socle supporte un ou plusieurs bâtiment(s), l'une des deux dispositions suivantes est d'application :
  - la plate-forme du socle est accessible aux véhicules des services d'incendie, moyennant respect des prescriptions du 1.1, à l'exception de la pente de la rampe d'accès qui peut atteindre 12 %;
  - au moins une des façades de chaque bâtiment est accessible par une voie de circulation normale à ciel ouvert ou par une voie en tunnel comportant tous les 25 m une ouverture à ciel ouvert d'au moins 15 m x 7 m.
  2 COMPARTIMENTAGE ET EVACUATION.
  2.1 Le bâtiment est divisé en compartiments dont la superficie est inférieure à 2 500 m2, sauf pour les parkings (voir 5.2).
  La superficie d'un compartiment peut dépasser 2 500 m2, si ce compartiment est équipé d'une installation d'extinction automatique et d'une installation d'évacuation de fumée et de chaleur. Le Ministre détermine les conditions selon lesquelles un compartiment peut dépasser 2 500 m2 sans qu'une installation d'extinction automatique et une installation d'évacuation de fumées et de chaleur doivent être prévues.
  La hauteur d'un compartiment correspond à la hauteur d'un niveau.
  Toutefois les exceptions suivantes sont admises :
  a) les parkings à plusieurs niveaux (voir 5.2);
  b) la hauteur d'un compartiment peut s'étendre à deux niveaux superposés avec escalier de communication intérieure - duplex - pour autant que la somme de leur superficie cumulée ne dépasse pas 2 500 m2; [2 pour les bâtiments pour lesquels la demande de construction a été introduite avant le 1er avril 2017,]2 si un duplex se trouve aux deux derniers niveaux, la superficie du compartiment peut s'étendre à 2 500 m2 par niveau;
  [2 b/1) la hauteur d'un compartiment peut s'étendre à trois niveaux superposés avec escalier de communication intérieure (triplex), pour autant que la somme de leur superficie cumulée ne dépasse pas 300 m, et que ce compartiment soit équipé d'une installation de détection automatique des incendies de type surveillance généralisée qui signale automatiquement un début d'incendie et dont les détecteurs sont appropriés aux risques présents;]2
  c) [2 pour les bâtiments pour lesquels la demande de permis d'urbanisme a été introduite avant le 1er avril 2017,]2 le rez-de-chaussée et le premier étage ou l'entresol peuvent former un seul compartiment, dont le volume total ne dépasse pas 25 000 m3
  d) la hauteur d'un compartiment peut s'étendre à plusieurs niveaux superposés si ce compartiment comporte uniquement des locaux techniques (voir 5.1.1).
  e) la hauteur d'un compartiment peut s'étendre à plusieurs niveaux (atrium) à condition :
  - que ce compartiment soit équipé d'une installation d'extinction automatique et d'une installation d'évacuation de fumée et de chaleur. Le Ministre détermine les conditions selon lesquelles des exceptions sont autorisées à l'obligation de placer une installation d'extinction automatique et une installation d'évacuation de fumées et de chaleur;
  - et que les moyens d'évacuation du bâtiment satisfassent aux dispositions de cette annexe, sans qu'il puisse être tenu compte de l'évacuation via l'atrium.
  Le Ministre de l'Intérieur détermine les conditions auxquelles les installations d'extinction automatiques et les installations d'évacuation de fumées et de chaleur doivent satisfaire.
  2.2 Evacuation des compartiments.
  2.2.1 Nombre de sorties.
  Chaque compartiment est desservi au moins par :
  une sortie si :
  les occupants peuvent sans passer par la cage d'escaliers atteindre une baie de façade accessible aux autoéchelles du service d'incendie ou en l'absence d'un tel accès, ils peuvent atteindre une terrasse d'attente accessible aux échelles du service d'incendie. Cette terrasse présente sur une surface suffisante pour l'évacuation des occupants du compartiment, un plancher REI 60 et un élément de façade E 60 ou un garde-corps en retrait de 1 m par rapport à la façade.
  deux sorties si l'occupation est égale ou supérieure à 50 personnes mais inférieure à 500;
  2 + n sorties, n étant le nombre entier immédiatement supérieur au quotient du nombre maximal de personnes pouvant se trouver dans le compartiment par 1000, si l'occupation est égale ou supérieure à 500 personnes.
  Le service d'incendie apprécie si un nombre supérieur de sorties est nécessaire en fonction de l'occupation et de la configuration des locaux.
  Si l'occupation est égale ou supérieure à 50 personnes, le nombre de sorties des niveaux et des locaux est déterminé de la même manière que pour les compartiments.
  Pour les deux niveaux en sous-sol immédiatement en-dessous du niveau d'évacuation, une seule sortie est suffisante à condition que ces niveaux ne contiennent que des locaux tels que des débarras et qu'à ces niveaux la distance entre chaque point du compartiment et la sortie soit inférieure à 15 m.
  Dans le cas d'un compartiment s'étendant à plusieurs niveaux (atrium) les moyens d'évacuation du bâtiment doivent satisfaire aux dispositions de cette annexe, sans qu'il puisse être tenu compte de l'évacuation via le compartiment de l'atrium.
  2.2.2 Les sorties.
  Les sorties sont situées dans des zones opposées du compartiment.
  Les compartiments qui ne sont pas situés au niveau normal d'évacuation sont reliés à ce niveau par des escaliers intérieurs ou extérieurs, (pour les distances horizontales voir 4.4).
  En ce qui concerne les niveaux en sous-sol, l'exigence de l'accès aux escaliers est satisfaite par une sortie répondant aux critères fixés pour le niveau d'évacuation.
  Pour les parkings : voir 5.2.
  A un niveau d'évacuation, chaque escalier conduit à l'extérieur soit directement, soit par un chemin d'évacuation satisfaisant aux prescriptions du 4.4.2.
  3 DISPOSITIONS RELATIVES A CERTAINS ELEMENTS DE CONSTRUCTION.
  3.1 Traversée de parois.
  La traversée par des conduites de fluides ou d'électricité et les joints de dilatation d'un élément de construction ne peuvent altérer le degré de résistance au feu exigé pour cet élément. Les dispositions de l'annexe 7 " Prescriptions communes ", chapitre 1er, sont d'application.
  3.2 Eléments structuraux.
  Les éléments structuraux présentent les résistances au feu indiquées dans le tableau 3.1, où Ei représente le plus bas niveau d'évacuation :
  

  
 Eléments structuraux
Au dessus de EiR 60
En dessous de Ei, y compris le plancher de EiR 120

Tableau 3.1 - Résistance au feu d'éléments structuraux
  3.3 Parois verticales et portes intérieures.
  Il y a lieu de se référer pour les parois et les portes limitant des compartiments au 4.1 et pour celles limitant des chemins d'évacuation au 4.4.
  Les parois verticales intérieures des locaux ou d'un ensemble de locaux à occupation nocturne présentent EI 60.
  Les portes dans ces parois présentent EI1 30.
  Les parois verticales des locaux d'archives présentent EI 60, leurs portes présentent EI1 30 et sont à fermeture automatique en cas d'incendie.
  3.4 Plafonds et faux-plafonds.
  3.4.1 Dans les chemins d'évacuation, les locaux accessibles au public et les cuisines collectives, les faux-plafonds présentent EI 30 (a -> b), EI 30 (b -> a) ou EI 30 (a <-> b) selon EN 13501-2 et EN 1364-2 ou présentent une stabilité au feu de 1/2 h selon la norme NBN 713-020.
  3.4.2 L'espace entre le plafond et le faux-plafond est divisé par le prolongement de toutes les parois verticales pour lesquelles EI 30 au moins est requis.
  Si l'espace entre le plafond et le faux-plafond n'est pas équipé d'une installation d'extinction automatique, il doit être divisé par des cloisonnements verticaux E 30 de façon à former des volumes dont la surface en plan s'inscrit dans un carré ne dépassant pas 25 m de côté.
  3.5 Façades
  3.5.1 Façades simple paroi
  3.5.1.1 Séparations entre compartiments
  Les montants constituant l'ossature de façade [3 ...]3 sont fixés à l'ossature du bâtiment à chaque niveau. [3 A l'exception des bâtiments équipés d'une installation d'extinction automatique, ces fixations doivent présenter R 60 en considérant un incendie dans le compartiment attenant ou inférieur.]3
  La jonction des murs de compartimentage et de la façade présente au moins EI 60 ou EI 60 (i -> o).
  Pour limiter le risque de propagation du feu entre compartiments le long de la façade, sur un plan horizontal ou vertical, il faut satisfaire à une des prescriptions suivantes :
  (1) soit la façade est dotée d'un élément de construction résistant au feu à la jonction entre la façade et la paroi du compartiment (à l'horizontale ou à la verticale).
  Les figures de la planche 3.2 montrent comment cet élément de construction est réalisé dans le cas d'une paroi horizontale de compartimentage.
  Il comprend :
  - soit une saillie horizontale présentant au moins E 60 de largeur "a", égale ou supérieure à 0,60 m, raccordée au plancher (planche 3.2, figure A et B);
  - soit un élément constitué :
  - d'une saillie horizontale présentant au moins E 60,de largeur "a", raccordée au plancher;
  - au niveau supérieur, d'une allège qui présente au moins E 60 (o->i), de hauteur "b";
  - au niveau inférieur, d'un linteau qui présente au moins E 60 (i -> o), de hauteur "c".
  La somme des dimensions a, b, c et d (épaisseur du plancher) est égale ou supérieure à 1 m, chacune des valeurs a, b ou c pouvant éventuellement être nulle (planche 3.2, figure C à L).
  Les figures de la planche 3.3 montrent comment cet élément de construction est réalisé dans le cas d'une paroi verticale de compartimentage.
  Il comprend :
  - soit un élément se trouvant dans le prolongement de la façade et qui présente au moins E 60 (i<->o); la largeur de cet élément (b1+b2+a) (planche 3.3, figure A et B) est de 1 m au moins; les parties de cet élément situées à gauche et à droite de l'axe du mur mitoyen ont une largeur de 0,50 m au moins, s'il s'agit de deux bâtiments distincts; (a1 => 0,50 m et a2 => 0,50 m);
  - soit une saillie verticale, dans l'axe du mur séparant les deux bâtiments ou compartiments et qui présente au moins EI 60 (o->i) (planche 3.3, figure C) ou E 60 (i -> o) (planche 3.3, figure D); la longueur de cet élément (b1+b2+a) est de 1 m au moins;
  - soit une combinaison des éléments précédents de telle manière que la somme des longueurs soit de 1 m au moins (planche 3.3, figure E).
  (2) soit la façade présente au moins E 30 (i<->o) sur toute la hauteur du bâtiment (planche 3.4 - figure A), soit E 60 (i -> o) à un niveau sur deux (planche 3.4 - figure B).
  (3) soit les compartiments situés le long des façades sont équipés d'un système de sprinklage selon NBN EN 12845 (planche 3.4, figure C).
  3.5.1.2 Façades qui se font face et façades qui forment un angle dièdre.
  Quand des façades appartenant à différents compartiments se font face ou forment un dièdre rentrant, la distance la plus courte (en m) entre les parties de façade qui ne présentent pas une résistance au feu d'au moins E 60 ou E 60 (o->i) est d'au moins :
  1 + 7 cos alpha pour 0° <= alpha <= 90°
  1 pour 90° < alpha <= 180°
  dans lequel alpha est l'angle fermé (planche 3.5).
  3.5.2 Façades double paroi.
  3.5.2.1 Façade double paroi interrompue par un compartimentage.
  La cavité de la façade double paroi est interrompue, au droit de chaque paroi de compartimentage, par un élément qui présente au moins E 60. Cet élément occupe tout l'espace compris entre les deux parois et a une longueur minimale de 60 cm comptée à partir de la paroi intérieure de la façade.
  Cet élément peut comporter des ouvertures, à condition que la continuité du compartimentage à travers la cavité puisse être assurée par un dispositif automatique d'obturation en cas d'incendie de résistance au feu E 60. Ce dispositif est testé avec son support, dans l'orientation de la paroi de compartimentage, sa fermeture est commandée :
  - soit par une détection thermique au droit de ce dispositif fonctionnant au maximum à 100 ° C;
  - soit par une détection de fumée dans la cavité ou dans tous les compartiments longeant la façade répondant aux conditions prévues au point 3.5.2.3.
  Lorsque des ouvertures de passage d'air existent entre la cavité de la double paroi et l'intérieur du bâtiment, seule une détection de fumées dans la cavité ou dans tous les compartiments longeant la façade répondant aux conditions prévues au point 3.5.2.3. est autorisée.
  3.5.2.2 Façade double paroi sans compartimentage.
  Les façades double paroi sans compartimentage doivent être conformes à une des deux possibilités reprises ci-après.
  3.5.2.2.1 Façade double paroi dont la paroi intérieure est résistante au feu.
  Au moins 50 % de la surface entre étages de la paroi extérieure de la double paroi est constituée d'éléments de construction ne présentant pas de résistance au feu spécifique.
  La paroi intérieure présente :
  - soit une étanchéité aux flammes E 30 (i<->o) sur toute la hauteur;
  - soit une résistance au feu EI 30 (i<->o) un niveau sur deux.
  3.5.2.2.2 Façade double paroi ouverte vers l'extérieur.
  Les règles relatives aux façades simples s'appliquent à la paroi intérieure lorsque la paroi extérieure comporte des ventelles fixes ou des ventelles mobiles à ouverture automatique en cas d'incendie.
  Les ventelles fixes sont orientées à 30 + 10 degrés par rapport à l'horizontale vers l'extérieur et vers le haut réparties uniformément sur au moins 50 % de sa surface.
  Les ventelles mobiles répondent, en cas d'incendie, aux mêmes conditions que les ventelles fixes.
  La mise en position incendie des ventelles mobiles est commandée par une installation généralisée de détection des incendies dans les compartiments en façade. Le dispositif automatique d'ouverture doit répondre aux conditions prévues par le point 3.5.2.3.
  3.5.2.3 Dispositifs de fermeture / ouverture automatique.
  3.5.2.3.1 Commande
  La fermeture/ouverture est commandée par une installation automatique de détection des incendies.
  Une installation manuelle d'ouverture et fermeture est à prévoir. Le dispositif de commande est à réserver au service d'incendie. Son emplacement est défini en accord avec le service d'incendie.
  3.5.2.3.2 Fiabilité
  En cas de coupure de la source normale d'énergie (énergie électrique ou réseau d'air comprimé), l'installation de détection ou le système de commande met le système de fermeture/ouverture en position de sécurité incendie.
  Tout défaut de la source d'énergie, de l'alimentation ou de la commande électrique ou pneumatique doit être signalé automatiquement au tableau central de détection.
  3.5.2.3.3 Fonctionnement en cas d'incendie dans un compartiment voisin.
  Lorsque les dispositifs de fermeture/ouverture n'ont pas une sécurité positive, les câbles électriques desservant le dispositif de fermeture répondent au point 6.5.2.
  3.6 Toitures.
  Les bâtiments ont des toitures plates ou à versants.
  Ces toitures présentent R 60.
  Cette exigence n'est pas d'application si le plancher sous toiture présente REI 60 (planche 3.6) et si l'accès éventuel à l'espace sous toiture, qui doit être vide, se fait par des portes ou trappes présentant EI1 30.
  Il peut y avoir des fenêtres dans les toitures à versants, à condition que les parties de ces toitures situées à la hauteur des séparations entre les compartiments répondent aux exigences du point 3.3 de la même annexe.
  4 PRESCRIPTIONS RELATIVES A LA CONSTRUCTION DES BATIMENTS ET DES ESPACES D'EVACUATION.
  4.1 Compartiments.
  Les parois entre compartiments présentent EI 60.
  Pour les parois de façade, voir 3.5.
  La communication entre deux compartiments n'est autorisée qu'au moyen d'un sas, qui présente les caractéristiques suivantes :
  1. avoir des portes de EI1 30 à fermeture automatique;
  2. les parois présentent EI 60;
  3. avoir une superficie minimale de 2 m2.
  4.2 Cages d'escaliers intérieures.
  4.2.1 Généralités.
  Les escaliers qui relient plusieurs compartiments sont encloisonnés.
  Les principes de base énoncés au 2 "Compartimentage et évacuation" leur sont applicables.
  4.2.2 Conception.
  4.2.2.1 Les parois intérieures des cages d'escaliers présentent au moins EI 60.
  Les parois extérieures peuvent être vitrées si elles répondent aux exigences du point 3.5.
  4.2.2.2 Les cages d'escaliers donnent obligatoirement accès à un niveau d'évacuation et à tous les niveaux supérieurs.
  4.2.2.3 A chaque niveau, la communication entre le chemin d'évacuation et la cage d'escaliers est assurée par une porte EI1 30 à fermeture automatique donnant accès à un palier situé dans la cage d'escaliers. Cette porte est dépourvue de tout système de verrouillage pouvant empêcher son ouverture et s'ouvre dans le sens de l'évacuation. Sa largeur utile est supérieure ou égale à la largeur utile requise en étant de 0,80 m au moins.
  L'accès direct de chaque niveau du duplex vers la cage d'escalier n'est pas exigé, à condition que :
  - la superficie totale du compartiment soit inférieure ou égale à 300 m2;
  - la superficie du niveau du duplex qui donne directement accès vers la cage d'escalier soit supérieure à la superficie de l'autre niveau du duplex.
  [4 L'accès direct de chaque niveau du triplex vers la cage d'escaliers n'est pas exigé. L'accès au triplex se fait au minimum depuis le niveau du triplex qui a la superficie la plus élevée et :
   - pour un triplex à occupation exclusivement diurne s'étendant sur le niveau d'évacuation (E), le niveau immédiatement supérieur (E+1) et le niveau immédiatement inférieur (E-1), depuis le niveau situé au niveau d'évacuation;
   - dans les autres cas, depuis le niveau inférieur et l'un des deux autres niveaux.]4
  4.2.2.4 Si plusieurs compartiments se trouvent dans un même plan horizontal, ils peuvent avoir une cage d'escaliers commune à condition qu'elle soit accessible de chaque compartiment par une communication répondant aux exigences du 4.2.2.3.
  4.2.2.5 Les cages d'escaliers desservant les sous-sols ne peuvent être dans le prolongement direct de celles desservant les niveaux situés au-dessus d'un niveau d'évacuation.
  Toutefois, ces cages peuvent être superposées moyennant les conditions suivantes :
  1. les parois qui les séparent présentent EI 60;
  2. l'accès de chacune d'elle au niveau d'évacuation se fait conformément aux exigences du 4.2.2.3.
  4.2.2.6 Une baie de ventilation débouchant à l'air libre, d'une section de 1 m2 minimum, est prévue à la partie supérieure de chaque cage d'escaliers intérieure. Cette baie est normalement fermée; la commande de son dispositif d'ouverture est manuelle et placée de façon bien visible au niveau d'évacuation.
  Cette exigence ne s'applique pas aux cages d'escaliers situées entre le niveau d'évacuation et les sous-sols.
  4.2.2.7 [5 Seuls les objets suivants sont autorisés dans les cages d'escaliers :
   - moyens de détection;
   - moyens d'extinction, à l'exception des robinets d'incendie armés;
   - appareils de signalisation;
   - appareils d'éclairage;
   - appareils de chauffage;
   - dispositifs de ventilation;
   - dispositifs de désenfumage.
   Les conduites d'électricité, les conduits de ventilation et les conduits de désenfumage sont autorisés seulement s'ils ne servent qu'au fonctionnement des objets précités installés dans la cage d'escalier.
   Les conduites d'eau sont autorisées dans les cages d'escaliers.
   Toute autre conduite est interdite dans les cages d'escaliers.]5
  [6 4.2.2.8 Pour les bâtiments ne comprenant qu'un seul appartement par niveau desservis par une même cage d'escalier intérieure, par dérogation au 4.2.2.3, la communication entre chaque appartement et cette cage d'escaliers peut être assurée par une porte EI1 30 aux conditions suivantes :
   1. que cette porte soit sollicitée à la fermeture uniquement en cas d'incendie. En utilisation quotidienne, cette porte ne doit pas être sollicitée à la fermeture;
   2. et que ce bâtiment soit équipé d'une installation de détection automatique des incendies :
   a) qui surveille au minimum :
   - la cage d'escalier intérieure commune;
   - et dans chaque appartement, la zone située à proximité de la porte donnant sur la cage d'escalier;
   b) qui signale automatiquement un début d'incendie;
   c) et dont les détecteurs sont appropriés aux risques présents.
   Les portes des appartements donnant sur la cage d'escaliers peuvent s'ouvrir dans le sens opposé à l'évacuation.
   Et par dérogation au 4.2.2.7, les robinets d'incendie armés sont autorisés dans les cages d'escaliers.]6
  4.2.3 Escaliers.
  4.2.3.1 Dispositions relatives à la construction :
  Les escaliers présentent les caractéristiques suivantes :
  1. de même que les paliers, ils présentent R 60 ou sont conçus de la même manière qu'une dalle de béton présentant R 60;
  2. ils sont pourvus de contre-marches pleines;
  3. ils sont pourvus de chaque côté d'une main courante longeant également les paliers. Toutefois, pour les escaliers de largeur utile inférieure à 1,20 m, une seule main courante suffit pour autant qu'il n'existe pas de risque de chute;
  4. le giron de leurs marches est en tout point égal à 20 cm au moins;
  5. la hauteur de leurs marches ne peut pas dépasser 18 cm;
  6. leur pente ne peut pas dépasser 75 % (angle de pente maximal de 37° );
  7. ils sont du type droit. Mais, les types "tournant" ou "incurvé" sont admis s'ils sont à balancement continu et si, outre les exigences citées ci-avant, (à l'exception du point 4 précité), leurs marches ont un giron minimal de 24 cm sur la ligne de foulée.
  4.2.3.2 Largeur utile des volées d'escaliers, des paliers et des sas.
  La largeur utile requise est de 0,80 m au moins et la largeur utile requise est au moins égale à la largeur utile requise br selon l'annexe 1re "Terminologie".
  Lors de l'ouverture des portes, la largeur utile des paliers ne peut pas être réduite à une valeur inférieure à br.
  Les largeurs utiles des volées et des paliers des cages d'escaliers desservant un même compartiment ne peuvent différer entre elles de plus d'une unité de passage.
  Si un compartiment comporte des locaux à usages spéciaux, la largeur utile théorique des escaliers (cfr. annexe 1re "Terminologie") n'est calculée sur base du nombre d'occupants de ces locaux à usages spéciaux que pour la hauteur comprise entre ce compartiment et un niveau d'évacuation.
  4.3 Cages d'escaliers extérieures.
  Les cages d'escaliers extérieures répondent aux conditions du 4.2.2.2.
  Elles sont entourées de parois; à chaque niveau une face au moins doit permettre le libre passage de l'air.
  Aucun point de l'escalier n'est situé à moins d' 1 m d'une partie de façade ne présentant pas EI 60.
  Les dispositions du 4.2.3 leur sont applicables, avec toutefois la dérogation suivante : les contre-marches ne sont pas obligatoires; aucune stabilité au feu n'est requise, mais le matériau est de classe A1.
  La communication entre le compartiment et les cages d'escaliers extérieures est assurée :
  - soit par une porte;
  - soit par une ou des coursives.
  Une cage d'escaliers peut être remplacée par deux escaliers extérieurs à volées droites; ces escaliers sont reliés par des coursives éventuellement pourvues de séparations aisément franchissables.
  Ces escaliers extérieurs présentent les caractéristiques suivantes :
  1. largeur de 0,60 m au moins;
  2. angle de pente de 45° au plus;
  3. giron des marches de 0,10 m au moins;
  4. hauteur entre marches de 0,20 m au plus;
  5. deux mains courantes par escalier.
  Toutefois la communication entre le niveau d'évacuation et le niveau immédiatement supérieur peut être établie par un escalier mobile ou par une partie d'escalier mobile coulissant ou articulé.
  4.4 Chemins d'évacuation et coursives.
  4.4.1 Dispositions générales
  4.4.1.1 Aucun point d'un compartiment ne peut se trouver à une distance supérieure à :
  a) pour les locaux à occupation exclusivement diurne :
  30 m du chemin d'évacuation reliant les escaliers ou les sorties;
  45 m de l'accès à l'escalier ou la sortie la plus proche;
  80 m de l'accès à un deuxième escalier ou une deuxième sortie.
  b) pour les locaux ou ensemble de locaux à occupation nocturne :
  20 m du chemin d'évacuation reliant les escaliers ou les sorties;
  30 m de l'accès à l'escalier ou la sortie la plus proche;
  60 m de l'accès à un deuxième escalier ou une deuxième sortie.
  La longueur des chemins d'évacuation en cul-de-sac ne peut pas dépasser 15 m.
  La largeur utile des chemins d'évacuation, des coursives de leur portes d'accès, de sortie ou de passage est supérieure ou égale à la largeur utile requise (cfr annexe 1re "Terminologie").
  Elle est de 0,80 m au moins pour les chemins d'évacuation et les portes, et de 0,60 m au moins pour les coursives.
  Ces dispositions ne s'appliquent pas aux parkings (voir 5.2).
  4.4.1.2 Les sorties donnent accès à l'extérieur ou à un autre compar-timent.
  Le parcours à l'air libre est exclu du calcul de ces distances.
  Sur le parcours des chemins d'évacuation, les portes ne peuvent pas comporter de verrouillage empêchant l'évacuation.
  4.4.2 A un niveau d'évacuation.
  Les parois intérieures de tout chemin d'évacuation y présentent EI 60.
  Les portes des locaux y donnant accès présentent EI1 30 et sont à fermeture automatique.
  A un tel niveau, l'accès à la cage d'escaliers se fait conformément au 4.2.2.3.
  Le chemin d'évacuation peut comprendre le hall d'entrée qui peut inclure les accès aux ascenseurs et des espaces non clos affectés à la réception et aux services connexes à l'exception de débits de boissons ou lieux de restauration.
  Au niveau d'évacuation, les vitrines d'une partie d'un bâtiment avec une fonction commerciale, n'ayant pas EI 60 ne peuvent pas donner sur le chemin d'évacuation qui relie les sorties d'autres parties du bâtiment avec la voie publique, à l'exception des derniers 3 m de ce chemin d'évacuation.
  4.4.3 A un niveau autre que celui d'évacuation.
  Dans un compartiment, la communication entre et vers les escaliers est assurée par des chemins d'évacuation ou des coursives qui ne peuvent traverser les cages d'escaliers.
  La distance à parcourir entre les accès aux cages d'escaliers est supérieure à 10 m et inférieure à 60 m.
  Les parois verticales intérieures des chemins d'évacuation et les portes y donnant accès présentent EI1 30 pour les portes et EI 30 pour les parois. Cette exigence ne s'applique pas aux compartiments à occupation exclusivement diurne dont la superficie est inférieure à 1 250 m2.
  [7 Cette exigence ne s'applique pas non plus aux compartiments à occupation exclusivement diurne dont la superficie est inférieure à 2500 m à condition :
   - que ces compartiments soient équipés d'une installation d'extinction automatique de type sprinklage;
   - que le bâtiment soit équipé d'une installation de détection automatique des incendies de type surveillance généralisée qui signale automatiquement un début d'incendie et en indique le lieu et dont les détecteurs sont appropriés aux risques présents;
   - et que les produits utilisés pour les revêtements de parois verticales, plafonds et sols de ces compartiments satisfassent aux exigences en matière de réaction au feu dans les chemins d'évacuation.]7
  4.5 Signalisation.
  Le numéro d'ordre de chaque niveau est apposé de façon apparente sur les paliers et dans les dégagements des cages d'escaliers et des ascenseurs.
  L'indication des sorties et des sorties de secours doit répondre aux exigences concernant la signalisation de sécurité et de santé au travail.
  5 PRESCRIPTIONS RELATIVES A LA CONSTRUCTION DE CERTAINS LOCAUX ET ESPACES TECHNIQUES.
  5.1 Locaux et espaces techniques.
  5.1.1 Généralités.
  Un local technique ou un ensemble de locaux techniques constitue un compartiment. Ce compartiment peut s'étendre à plusieurs niveaux successifs.
  Les prescriptions relatives aux compartiments sont applicables aux locaux techniques avec, toutefois les modifications suivantes :
  1. accès à deux sorties qui débouchent :
  - soit vers un compartiment voisin par une porte EI1 60;
  - soit vers une cage d'escaliers via un sas répondant ou point 4.1;
  - soit à l'air libre permettant d'atteindre un niveau d'évacuation;
  2. par dérogation au 4.4.1 aucun point du compartiment ne peut se trouver à une distance supérieure à :
  - 45 m du chemin reliant, dans le compartiment technique, les deux sorties;
  - 60 m de la sortie la plus proche;
  - 100 m de la seconde sortie;
  Toutefois, si la superficie du compartiment technique ne dépasse pas 1 000 m2, une seule sortie vers une cage d'escaliers, ou vers l'extérieur ou vers un autre compartiment suffit. Dans ce cas la distance à parcourir pour atteindre cette sortie ne peut être supérieure à 60 m;
  3. lorsque la hauteur du compartiment technique s'étend à plusieurs niveaux successifs (voir 2.1) et s'il comporte plusieurs planchers de service reliés par des escaliers ou des échelles :
  - si la superficie du compartiment est inférieure à 1 000 m2, un accès à une cage d'escaliers, ou vers l'extérieur ou à un autre compartiment suffit pour deux planchers de service, en commençant par le plus bas;
  - si la superficie du compartiment est supérieure à 1 000 m2, chaque plancher de service doit avoir accès à au moins une des deux sorties; celles-ci alternent de plancher à plancher;
  4. la largeur utile des chemins d'évacuation, volées d'escaliers, paliers et sas est de 0,80 m au minimum.
  5.1.2 Chaufferies et leurs dépendances.
  Les installations pour le stockage et la détention de gaz de pétrole liquéfié, utilisées pour le chauffage du bâtiment, sont placées en dehors du bâtiment.
  5.1.2.1 Chaufferies dans lesquelles les générateurs ont une puissance calorifique utile totale supérieure ou égale à 70 kW
  Leur conception et leur construction sont conformes aux prescriptions de la norme NBN B 61-001 [8 +A1 : 1996]8.
  5.1.2.2 Chaufferies dans lesquelles les générateurs ont une puissance calorifique utile totale supérieure à 30 kW et inférieure à 70 kW
  La chaufferie est aménagée dans un local technique prévu à cet effet (5.1.1).
  Les dispositions de ce point ne s'appliquent pas aux locaux dans lesquels ne sont placés que des générateurs à gaz à chambre de combustion étanche à tirage mécanique.
  5.1.3 Locaux de transformation de l'électricité.
  5.1.3.1 Généralités.
  Ils satisfont aux prescriptions du Règlement général sur les installations électriques (R.G.I.E.).
  En outre :
  - les parois présentent EI 120 sauf si elles sont extérieures;
  - les portes intérieures présentent EI1 60;
  - si le plancher est à un niveau tel que l'eau (qu'elle qu'en soit la provenance, y compris l'eau utilisée pour la lutte contre l'incendie) peut s'y accumuler par infiltration ou par les caniveaux des câbles par exemple, toutes dispositions sont prises pour qu'elle demeure constamment et automatiquement au-dessous du niveau des parties vitales de l'installation électrique, tant que celle-ci est maintenue en service.
  Les mesures de protection prévues par la NBN C 18-200 "Code de bonne pratique pour la protection des locaux techniques de transformation électrique contre l'incendie" sont de rigueur, lorsque la contenance en huile de l'ensemble des appareils atteint ou dépasse 50 l.
  5.1.3.2 Postes assemblés sur place ou postes préfabriqués.
  Un poste assemblé sur place ou poste préfabriqué est monté dans un local qui lui est propre. Les parois de ce local présentent EI 120.
  A moins d'être extérieur, l'accès à ce local est assuré par une porte EI1 60.
  5.1.4 Evacuation des ordures.
  5.1.4.1 Les gaines vide-ordures sont interdites.
  5.1.4.2 Local d'entreposage des ordures.
  Ses parois présentent EI 60.
  [9 L'accès de ce local vers l'intérieur est assuré :
   a) soit par un sas qui présente les caractéristiques suivantes :
   1. avoir des portes EI1 30 à fermeture automatique;
   2. avoir des parois EI 60;
   3. avoir une superficie minimale de 2 m;
   b) soit par une porte EI1 30 à fermeture automatique, à condition que le local d'entreposage des ordures soit équipé d'une installation d'extinction automatique.
   Cette installation d'extinction automatique est présumée conforme si elle répond aux prescriptions du point 5.1.4.3.]9
  [10 5.1.4.3 Solution-type pour les locaux d'entreposage des ordures - Système d'extinction automatique de type sprinklage directement raccordé au réseau d'eau public.
   La présente solution-type n'est applicable qu'à un local d'entreposage des ordures dont la superficie est inférieure ou égale à 24 m.
   La présente solution-type décrit un système d'extinction automatique à eau raccordé au réseau d'eau public sans placement obligatoire d'un appareillage de mise en surpression (par ex. pompe). Ce système est une installation dans laquelle les canalisations sont toujours remplies d'eau.
   5.1.4.3.1 Conditions environnementales et de fonctionnement.
   L'entièreté du système d'extinction automatique, y compris le local d'entreposage des ordures et les canalisations en amont de celui-ci jusqu'au compteur d'eau du bâtiment, doit être à l'abri du gel.
   La pression de l'eau dans ce système ne peut pas dépasser 12 bar.
   Excepté lors d'essais, de contrôle ou de maintenance, ce système d'extinction automatique doit être en permanence en état de fonctionner (vannes en amont et dans le système en position ouverte, composants maintenus en bon état de fonctionnement,...).
   5.1.4.3.2 Caractéristiques de conception et d'installation des sprinkleurs.
   Les sprinkleurs sont conformes à la norme NBN EN 12259-1 et présentent les caractéristiques suivantes :
   - ils sont de type conventionnel, pendant ou debout;
   - leur température nominale de fonctionnement est de 68° C ou moins;
   - leur facteur K est compris entre 75 et 85. Les valeurs de K correspondent au débit en l/min d'un sprinkleur soumis à une pression d'1 bar.
   Les sprinkleurs sont installés sous plafond à une distance maximale de 30 cm de celui-ci ou sont encastrés dans le plafond.
   Si la superficie du local est inférieure ou égale à 12 m, un seul sprinkleur est installé au centre de la pièce.
   Si la superficie du local est supérieure à 12 m et inférieure ou égale à 24 m, deux sprinkleurs sont installés de manière centrée dans la pièce et sont distants entre eux de minimum 2 m et de maximum 4 m.
   5.1.4.3.3 Caractéristiques des canalisations.
   Les canalisations du système sont en acier.
   Les canalisations du système et celles en amont du système jusqu'au compteur d'eau du bâtiment présentent un diamètre nominal (intérieur) de minimum 25 mm.
   Les canalisations sont fixées aux parois ou encastrées dans celles-ci, y compris dans le local d'entreposage des ordures
   5.1.4.3.4 Alarme de débit d'eau.
   La canalisation d'alimentation en eau du système est équipée d'un dispositif d'alarme placé à l'extérieur du local d'entreposage des ordures et conforme à la norme NBN EN 12259-2 ou à la norme NBN EN 12259-5.
   Les canalisations du système en aval du dispositif d'alarme ne peuvent pas être utilisées autrement que pour assurer l'extinction automatique du local d'entreposage des ordures.]10
  5.1.5 Gaines contenant des canalisations.
  5.1.5.1 Gaines verticales.
  Lorsque les gaines verticales traversent des parois horizontales pour lesquelles une résistance au feu est requise, une des trois mesures suivantes est appliquée :
  1. Les parois des gaines verticales présentent une résistance au feu EI 60 et les trappes et les portillons d'accès à ces gaines présentent EI1 60.
  Elles sont largement aérées à leur partie supérieure.
  La section d'aération libre de la gaine est au moins égale à 10 % de la section totale horizontale de la gaine avec un minimum de 4 dm2.
  [11 La section d'aération libre peut être munie de clapets de ventilation motorisés dont l'ouverture est commandée des manières suivantes :
   - automatiquement en cas de détection d'un incendie dans la gaine;
   - automatiquement en cas de détection d'un incendie dans le bâtiment, si celui-ci est équipé d'une installation de détection d'incendie généralisée;
   - automatiquement en cas de défaillance de la source d'énergie, du dispositif d'alimentation ou du dispositif de commande (appareil à sécurité positive);
   - manuellement via une commande située au niveau d'évacuation à un emplacement défini en accord avec le service d'incendie.
   Lorsque la section d'aération libre d'une gaine est munie de clapets de ventilation motorisés, les éventuelles conduites de gaz dans cette gaine doivent satisfaire aux prescriptions de la norme NBN D 51-003 relatives aux tuyaux et raccords dans une gaine technique non aérée.]11
  Ces gaines peuvent être placées dans les cages d'escaliers.
  2. Un élément de construction qui présente au moins la résistance au feu requise pour la paroi horizontale est placé au niveau de la traversée;
  3. Les parois des gaines verticales présentent EI 30 et les trappes et portillons d'accès à ces gaines EI1 30; les gaines verticales sont compartimentées à chaque compartiment par des écrans horizontaux présentant les caractéristiques suivantes :
  - être en matériaux de classe A1;
  - occuper tout l'espace libre entre les canalisations;
  - avoir EI 30.
  Dans les cas 2 et 3, les gaines ne doivent pas être aérées.
  5.1.5.2 Gaines horizontales.
  Lorsque les gaines horizontales traversent des parois verticales pour lesquelles une résistance au feu est requise, une des trois mesures suivantes est appliquée :
  1 les parois des gaines horizontales, les trappes et portillons d'accès à ces gaines présentent la même résistance au feu que la paroi traversée;
  2 un élément de construction qui présente au moins la résistance au feu requise pour la paroi verticale est placé au niveau de la traversée
  3 les parois des gaines horizontales présentent EI 30 et les trappes et les portillons d'accès à ces gaines EI1 30; les gaines horizontales sont compartimentées à chaque compartiment par des écrans verticaux présentant les caractéristiques suivantes :
  - être en matériaux de classe A1;
  - occuper tout l'espace libre entre les canalisations;
  - présenter EI 30.
  5.2 Parkings.
  Par dérogation au principe de base énoncé au 2.1, un parking, même à plusieurs niveaux communicants, peut constituer un compartiment dont la superficie n'est pas limitée.
  Les parois entre le parking et le reste du bâtiment sont conformes aux dispositions du 4.1.
  Toutefois, il est permis d'inclure, dans le compartiment du parking, certains locaux sans occupation humaine, par exemple : des locaux pour transformateurs, débarras, locaux pour archives, locaux techniques...
  [12 Les parois de ces locaux présentent EI 60 et :
   - soit leurs accès se fait par un sas avec des parois EI 60 et des portes EI1 30 à fermeture automatique;
   - soit l'accès à chaque local se fait par une porte EI1 60 à fermeture automatique.]12
  A chaque niveau l'évacuation est assurée comme suit :
  - au moins deux cages d'escaliers ou escaliers extérieurs, conformes aux prescriptions du 4.2 ou du 4.3 sont accessibles depuis n'importe quel point du niveau; la distance à parcourir pour parvenir à l'escalier le plus proche ne peut être supérieure à 45 m; la largeur utile minimale de ces escaliers est de 0,80 m;
  - conformément au 2.2.2, alinéa 3, l'exigence de l'accès à une des deux cages d'escaliers peut être satisfaite par une sortie directe à l'air libre au niveau considéré;
  - au niveau le plus proche du niveau de sortie des véhicules, la rampe pour véhicules peut remplacer l'une des deux cages d'escaliers si ses parois présentent EI 120 et si la pente, mesurée dans son axe, ne dépasse pas 10 %;
  - la limitation de la pente à 10 % n'est pas d'application pour les compartiments dont la superficie est égale ou inférieure à 500 m2, si l'évacuation reste possible via la rampe.
  - en plus de la signalisation prévue au 4.5, l'indication des voies d'évacuation, à chaque niveau, se fait également sur le sol ou au ras du sol.
  [12 Toutefois une seule sortie par niveau (cage d'escaliers intérieure, escalier extérieur, sortie directe à l'air libre ou rampe au niveau le plus proche du niveau de sortie des véhicules) est suffisante, à condition :
   - que le parking s'étende en hauteur sur maximum sur deux niveaux;
   - qu'aucun de ces deux niveaux ne soit situés à plus de deux niveaux au-dessus ou en-dessous du niveau de sortie des véhicules;
   - qu'aucun point du parking ne se trouve à une distance supérieure à 15 m de l'accès au chemin d'évacuation menant à la sortie;
   - et qu'aucun point du parking ne se trouve à une distance supérieure à 30 m de l'accès à la sortie.]12
  Dans les parkings fermés d'une superficie supérieure à 2 500 m2, des mesures nécessaires pour prévenir la propagation des fumées doivent être prises.
  5.3 Salles.
  5.3.1 Si plus de 500 personnes peuvent s'y tenir, ces locaux ne peuvent être situés sous le niveau du sol extérieur à condition que la différence entre le niveau le plus bas du sol de ces salles et le niveau d'évacuation le plus proche ne peut être supérieure à 3 m.
  Si, au maximum, 500 personnes peuvent s'y tenir, ces salles peuvent être situées au-dessous du niveau du sol extérieur, s'il n'y a pas plus de 4 m de différence entre le sol de ces salles au droit de son point le plus bas accessible au public et le niveau moyen des divers niveaux d'évacuation de l'établissement.
  Le nombre de sorties est défini comme pour les compartiments.
  5.3.2 Construction.
  Les parois limitant les salles ou ensemble de tels locaux présentent EI 60.
  Chacune des communications pratiquées dans ces parois est fermée par une porte EI1 30 à fermeture automatique ou à fermeture automatique en cas d'incendie.
  Ces portes s'ouvrent dans le sens de l'évacuation.
  Aucun obstacle ne peut gêner la circulation vers les sorties.
  5.4 Ensemble commercial.
  L'installation de locaux à caractère commercial donnant sur des galeries intérieures est autorisée à un niveau d'évacuation et aux niveaux adjacents, si :
  1. l'ensemble de ces locaux et galeries est séparé du reste du bâtiment par des parois EI 60;
  2. le reste du bâtiment a ses sorties propres, indépendantes des sorties de l'ensemble commercial.
  Les parois entre les locaux commerciaux présentent EI 30 et sont prolongées dans le faux-plafond éventuel. Cette dernière disposition n'est pas d'application s'il existe une installation d'extinction automatique hydraulique, s'étendant à l'ensemble commercial conforme à la norme NBN EN 12845.
  5.5 Cuisines collectives.
  Les cuisines collectives, comprenant éventuellement le restaurant, sont séparées des autres parties du bâtiment par des parois EI 60.
  Chacune des communications pratiquées entre ces locaux et le reste du bâtiment est fermée par une porte EI1 30 à fermeture automatique ou à fermeture automatique en cas d'incendie.
  Ces portes s'ouvrent dans le sens de l'évacuation de la cuisine.
  Si la cuisine est compartimentée par rapport au restaurant, les transporteurs de vaisselle horizontaux et verticaux entre la cuisine et le restaurant doivent répondre aux conditions suivantes :
  - lorsqu'il se fait via d'autres locaux, le transport se fait dans des gaines dont les parois présentent EI 60;
  - le système de transport est obturé à hauteur de la paroi du compartiment avec un dispositif EI1 60.
  Si la cuisine n'est pas compartimentée par rapport au restaurant, chaque appareil fixe de friture est muni d'une installation fixe d'extinction automatique couplée avec un dispositif d'interruption de l'alimentation en énergie de l'appareil de friture.
  6 EQUIPEMENT DES IMMEUBLES.
  6.1 [13 Ascenseurs et monte-charges.
   6.1.1 Généralités.
   6.1.1.1 La machine et les dispositifs associés d'un ascenseur et/ou monte-charge ne sont pas accessibles, sauf pour la maintenance, le contrôle et les cas d'urgence. La machinerie peut se trouver :
   - soit dans un local des machines;
   - soit dans la gaine, à l'exception des ascenseurs oléo-hydrauliques, pour lesquels la machinerie, y compris le réservoir à huile, doit se trouver dans un local des machines.
   Les organes de contrôle peuvent être accessibles à partir du palier, à condition qu'ils n'altèrent pas le degré de résistance au feu exigé pour la façade palière ou la paroi de la gaine dans laquelle ils sont placés.
   6.1.1.2 En cas d'élévation anormale de la température de la machine et/ou d'autres équipements électriques, les ascenseurs doivent s'arrêter à un palier de façon à ce que les passagers puissent en sortir.
   Un retour automatique des ascenseurs en service normal n'est possible qu'après un refroidissement suffisant.
   6.1.1.3 Aucun dispositif d'extinction à eau ne peut se trouver dans la ou les gaines.
   6.1.2 Conception.
   6.1.2.1 L'ensemble constitué par une ou plusieurs gaines et l'éventuel local des machines, ainsi que les paliers d'ascenseurs, qui doivent former un sas, est limité par des parois EI 60.
   Les parois extérieures peuvent être vitrées si elles répondent aux exigences du point 3.5.
   Les portes d'accès entre le compartiment et le sas présentent EI1 30 et sont à fermeture automatique ou à fermeture automatique en cas d'incendie.
   Si la superficie du sas est inférieure à la superficie de la cabine de l'ascenseur, la porte d'accès entre le compartiment et le sas est une porte battante EI1 30 à fermeture automatique en cas d'incendie asservie à une installation de détection d'incendie comprenant au minimum :
   - une détection de fumées dans la gaine d'ascenseur;
   - et une détection de fumées dans le compartiment à proximité de la porte d'accès au sas.
   Le palier du ou des ascenseur(s) peut être inclus dans le chemin d'évacuation.
   Dans les cas visés au 4.2.2.8, le palier de l'ascenseur peut être le palier de l'escalier. La cage d'escalier et d'ascenseur ne forment dès lors plus qu'une.
   Pour les bâtiments moyens ne comprenant pas plus de 6 appartements par niveau desservis par une même cage d'escaliers intérieure, le hall commun de ces appartements peut constituer le sas des ascenseurs.
   Les portes donnant sur le hall commun de ces appartements peuvent s'ouvrir dans le sens opposé à l'évacuation et ne pas être sollicitées à la fermeture.
   6.1.2.2 L'ensemble des portes palières de l'ascenseur présente E 30. La résistance au feu est déterminée selon la norme NBN EN 81-58 en exposant au feu la face située du côté du palier. La face du côté du palier sera testée avec les éventuels organes de commande et de contrôle qui en font partie.
   Les portes palières testées selon d'autres méthodes sont acceptées conformément à l'arrêté royal du 12 avril 2016 relatif à la mise sur le marché des ascenseurs et des composants de sécurité pour ascenseurs, à condition de présenter au moins le même niveau de résistance au feu.
   6.1.2.3 Les prescriptions des points 6.1.2.1 et 6.1.2.2 ne sont pas exigées dans les cas suivants :
   a) à tous les niveaux desservis par l'ascenseur, si cet ascenseur ne dessert que les niveaux d'un seul compartiment comprenant plusieurs niveaux;
   b) aux niveaux desservis par l'ascenseur qui ne font partie que d'un seul compartiment comprenant plusieurs niveaux et ne formant pas un parking, si la conception de cet ascenseur aux autres niveaux satisfait aux prescriptions des points 6.1.2.1 et 6.1.2.2;
   c) aux niveaux où l'ascenseur donne directement à l'extérieur, si la conception de cet ascenseur aux autres niveaux satisfait aux prescriptions des points 6.1.2.1 et 6.1.2.2.
   6.1.2.4 Ascenseurs et monte-charges dont la machinerie est dans un local des machines.
   Les parois intérieures du local des machines qui ne donnent pas sur la gaine d'ascenseur présentent EI 60.
   Les portes ou les trappes d'accès dans ces parois présentent EI1 30.
   L'accès au local des machines est garanti au service d'incendie.
   6.1.2.5 Ascenseurs oléo-hydrauliques.
   Le local des machines est séparé de la gaine d'ascenseur. Les parois du local des machines présentent EI 120, y compris les parois qui donnent sur la gaine d'ascenseur.
   L'accès au local des machines se fait :
   - soit par un sas présentant les caractéristiques suivantes :
   1. comporter deux portes EI1 30 à fermeture automatique;
   2. avoir des parois EI 120;
   3. avoir une superficie minimale de 2 m;
   4. être distinct des paliers et des sas des cages d'escaliers et ne pas être inclus dans le chemin d'évacuation;
   - soit par une porte EI1 60 à fermeture automatique qui ne débouche pas dans une cage d'escaliers.
   L'accès au local des machines est garanti au service d'incendie.
   Le seuil des portes d'accès au local des machines est relevé de façon que la cuvette ainsi réalisée ait une capacité égale à 1,2 fois au moins la capacité d'huile des machines.
   L'appareillage électrique ainsi que les canalisations électriques et hydrauliques, passant du local des machines vers la gaine d'ascenseur, sont situés à un niveau supérieur à celui que peut atteindre l'huile répandue dans le local des machines.
   L'espace autour du trou de passage de ces canalisations est obturé par un système de calfeutrement présentant EI 120.
   Une thermo-coupure est prévue dans le bain d'huile et dans les enroulements du moteur d'entraînement de la pompe.
   Caractéristiques de l'huile :
   - Point d'éclair en vase ouvert : ≥ 190 ° C
   - Point de feu : ≥ 200 ° C
   - Point de combustion spontanée : ≥ 350 ° C
   6.1.3 Ventilation.
   6.1.3.1 La gaine, le local des machines ou l'ensemble gaine et local des machines sont pourvus d'une ventilation naturelle avec prise d'air extérieur.
   Toutefois la gaine ou l'ensemble gaine et local des machines peuvent être pourvus d'une ventilation naturelle avec prise d'air intérieure à condition que la conception de l'ascenseur satisfait :
   - soit au cas décrit en a) du point 6.1.2.3;
   - soit au cas décrit en b) du point 6.1.2.3 de telle sorte que les niveaux où les prescriptions des points 6.1.2.1 et 6.1.2.2 ne sont pas exigées se situent au-dessus des autres niveaux.
   6.1.3.2 Les orifices de ventilation présentent une section minimale de 1 % de la section horizontale de l'espace duquel l'air est prélevé.
   Toutefois la gaine et le local des machines d'un ascenseur oléo-hydrauliques doivent être ventilés indépendamment.
   6.1.3.3 Les orifices de ventilation peuvent être munis de clapets de ventilation motorisés dont l'ouverture est au minimum commandée des manières suivantes :
   - automatiquement pour assurer une aération suffisante aux passagers de l'ascenseur, même en cas d'arrêt prolongé;
   - automatiquement en cas d'élévation anormale de la température de la machine et/ou des organes de contrôle;
   - automatiquement en cas de détection d'un incendie dans la gaine d'ascenseur et/ou le local des machines;
   - automatiquement en cas de détection d'un incendie dans le bâtiment, si celui-ci est équipé d'une installation de détection d'incendie généralisée;
   - automatiquement en cas de défaillance de la source d'énergie, du dispositif d'alimentation ou du dispositif de commande (appareil à sécurité positive);
   - manuellement via une commande située au niveau d'évacuation.
   6.1.4 Fonctionnement en cas d'incendie.
   Le fonctionnement des ascenseurs en cas d'incendie est conforme aux prescriptions suivantes ou à toute autre règle de bonne pratique présentant un niveau de sécurité équivalent, conformément à l'arrêté royal du 12 avril 2016 relatif à la mise sur le marché des ascenseurs et des composants de sécurité pour ascenseurs.
   Le principe du fonctionnement de l'ascenseur en cas d'incendie est de ramener la cabine à un palier désigné, de permettre aux passagers de sortir puis de retirer l'ascenseur du service normal quand un signal indiquant un incendie est reçu de l'installation de détection d'incendie ou du dispositif de rappel manuel.
   6.1.4.1 Le fonctionnement des ascenseurs en cas d'incendie est conforme aux prescriptions de la norme NBN EN 81-73.
   6.1.4.2 Le palier de l'ascenseur au niveau d'évacuation est défini comme le palier désigné de l'ascenseur.
   6.1.4.3 Chaque batterie d'ascenseurs est au moins munie d'un dispositif de rappel manuel située au niveau d'évacuation.
   De plus, si le bâtiment est équipé d'une installation de détection d'incendie généralisée ou d'une installation de détection d'incendie dans les gaines d'ascenseurs et/ou les locaux des machines, cette installation doit transmettre un signal aux ascenseurs en cas d'incendie.
   6.1.4.4 Lorsqu'une détection généralisée ou partielle est requise dans le bâtiment et que la machinerie des ascenseurs et monte-charges est dans la gaine, une détection de fumées sera placée dans la gaine.
   6.1.4.5 Dans le cas où un incendie est détecté par une installation de détection d'incendie au palier correspondant au palier désigné principal, l'ascenseur doit recevoir un ou des signaux électriques supplémentaires afin de diriger la cabine vers le palier désigné de remplacement.
   6.1.4.6 Lorsqu'en cas d'incendie les ascenseurs sont ramenés au palier désigné, des moyens doivent être prévus pour permettre au service d'incendie de vérifier facilement que les cabines sont présentes et que personne n'est enfermée.
   Les ascenseurs qui, lors de leur arrivée au palier désigné, stationnent portes ouvertes et sont retirés du service normal, satisfont à cette exigence.
   6.1.4.7 L'ascenseur ne peut être remis en service normal que par une personne compétente.
   6.1.4.8 Pour les bâtiments pour lesquels la demande de construction a été introduite avant le 1er avril 2017, les dispositions dérogatoires suivantes s'appliquent :
   - Point 6.1.4.1 : Uniquement d'application aux ascenseurs conçus ou modernisés après le 31 mars 2017.]13
  6.2 Paternosters, transporteurs à conteneurs et monte-charge à chargement et déchargement automatiques.
  6.2.1 Ils ont des salles de machines, gaines et paliers qui leur sont propres.
  Les salles de machines doivent se trouver à la partie supérieure de la gaine. Les parois intérieures des salles des machines et des gaines présentent EI 60.
  A la recette de chaque niveau desservi doit exister un sas à parois EI 60 et dont les portes ou portillons d'accès sont à fermeture automatique et présentent E 30 sont testés avec la face palière vers le four.
  La superficie du sas de chaque recette permet l'installation aisée des stations de départ et d'arrivée, ainsi que l'accès facile du personnel pour la desserte des stations. L'usage de ce sas est strictement limité à la desserte des stations.
  Les ouvertures d'accès du sas à la gaine sont fermées par des portes ou des portillons.
  Les faces des gaines situées du côté du compartiment et les accès pratiqués dans ces faces présentent EI 60.
  Les portes palières ou portillons de ces appareils sont à manoeuvre automatique et normalement fermés; leur ouverture est subordonnée à la fermeture de l'autre porte ou portillon du sas.
  Les passages éventuels des transporteurs horizontaux vers les paternosters et les monte-charges, ainsi que les passages de compartiment à compartiment, se font au travers d'un sas fermé par deux clapets ou portillons qui satisfont E 30.
  Les clapets sont à manoeuvre automatique et normalement fermés; l'ouverture d'un clapet ou portillon au passage d'un conteneur est subordonnée à la fermeture de l'autre.
  Si les transporteurs à conteneur suivent un trajet continu horizontal et/ou vertical et traversent soit des compartiments, soit des niveaux, des sas sont prévus à chaque endroit de passage. Les parois des sas présentent EI 60.
  Les deux clapets ou portillons satisfont E 30. Ils sont testés avec la face palière vers le four.
  Ils sont à manoeuvre automatique et normalement fermés l'ouverture d'un clapet ou portillon au passage d'un conteneur est subordonnée à la fermeture de l'autre. En cas d'incendie, les installations sont mises hors service.
  6.2.2 L'installation de paternosters pour le transport de personnes est interdite.
  6.3 Escaliers mécaniques.
  6.3.1 Les escaliers mécaniques sont placés dans des gaines dont les parois présentent EI 60, sauf s'ils ne desservent qu'un seul compartiment.
  6.3.2 L'accès à la gaine est assuré à chaque niveau, par une porte EI1 30 à fermeture automatique ou à fermeture automatique en cas d'incendie.
  6.3.3 L'escalier mécanique est mis à l'arrêt automatiquement dès détection d'un incendie dans un compartiment auquel il donne accès.
  6.4 [14 Ascenseurs particuliers.
   Les ascenseurs particuliers et le fonctionnement de ceux-ci en cas d'incendie sont conformes aux prescriptions suivantes ou à toute autre règle de bonne pratique présentant un niveau de sécurité équivalent, conformément à l'arrêté royal du 12 avril 2016 relatif à la mise sur le marché des ascenseurs et des composants de sécurité pour ascenseurs.
   6.4.1 Ascenseurs destinés à l'évacuation de personnes à mobilité réduite.
   Lorsqu'un ascenseur destiné à l'évacuation de personnes à mobilité réduite est obligatoire, il doit répondre aux prescriptions suivantes en plus des prescriptions reprises au point 6.1.
   6.4.1.1 Cet ascenseur doit être conçu et construit de façon à ne pas entraver ou empêcher l'accès et l'usage par des personnes à mobilité réduite.
   6.4.1.2 A tous les niveaux, les paliers de l'ascenseur doivent former un sas conforme au point 6.1.2.1 dont la superficie est égale ou supérieure à la superficie de la cabine de l'ascenseur.
   6.4.1.3 Les cabines d'ascenseurs sont accessibles, au moins, à une personne en fauteuil roulant et une personne accompagnante.
   Les dimensions minimales des cabines d'ascenseur sont de 1,1 m (largeur) x 1,4 m (profondeur).
   6.4.1.4 Les portes palières sont à ouverture et fermeture automatique et ont une largeur utile d'au moins 0,90 m.
   6.4.1.5 L'évacuation est réalisée sous le contrôle d'une personne compétente. A cet effet, l'ascenseur est équipé d'un interrupteur à clé "évacuation" permettant à une personne compétente de prendre le contrôle de l'ascenseur.
   6.4.1.6 Une signalisation lumineuse indiquant qu'il s'agit d'un ascenseur destiné à l'évacuation de personnes à mobilité réduite doit s'éclairer lorsque l'ascenseur est en service d'évacuation.
   Les dimensions minimales de la signalisation sont de 6 cm (largeur) x 3 cm (hauteur).
   La signalisation lumineuse est installée au-dessus ou à côté de chaque porte palière, à une hauteur comprise entre 1,8 m et 2,5 m du sol, et dans la cabine à une hauteur comprise entre 1,6 m et 1,8 m.
   6.4.1.7 L'ascenseur doit comporter un système d'intercommunication permettant une communication vocale bidirectionnelle lorsque l'ascenseur est en mode d'évacuation. Celui-ci doit permettre de communiquer entre la cabine, le niveau d'évacuation et le local des machines ou le tableau des opérations de secours.
   L'équipement de communication dans la cabine et au niveau d'évacuation doit comporter un microphone et un haut-parleur encastrés, et non un combiné téléphonique.
   Le câblage du système de communication doit être contenu à l'intérieur de la gaine de l'ascenseur et/ou du local des machines s'il y a lieu.
   6.4.1.8 A l'exception des ascenseurs ne desservant que deux niveaux, chaque palier de l'ascenseur doit comporter un système d'intercommunication permettant une communication vocale bidirectionnelle lorsque l'ascenseur est en mode d'évacuation. Celui-ci doit permettre de communiquer entre chaque palier, le niveau d'évacuation et le local des machines ou le tableau des opérations de secours, afin d'identifier les étages où se trouvent des personnes handicapées nécessitant une évacuation et de retransmettre de cette information à la personne chargée de l'évacuation.
   L'équipement de communication à chaque palier et au niveau d'évacuation doit comporter un microphone et un haut-parleur encastrés, et non un combiné téléphonique.
   Ce système de communication est conçu de telle manière que son fonctionnement reste assuré même en cas de défaillance du système de communication de l'ascenseur prévu au point 6.4.1.7.
   6.4.2 Ascenseurs destinés aux services d'incendie.
   Lorsqu'un bâtiment est équipé d'un ou plusieurs ascenseurs destinés aux services d'incendie, ils doivent répondre aux prescriptions suivantes en plus des prescriptions reprises au point 6.1.
   6.4.2.1 Les ascenseurs destinés aux services d'incendie et le fonctionnement de ceux-ci en cas d'incendie sont conformes aux prescriptions de la norme NBN EN 81-72.
   6.4.2.2 A tous les niveaux, les paliers de l'ascenseur doivent former un sas conforme au point 6.1.2.1 dont la superficie est égale ou supérieure à la superficie de la cabine de l'ascenseur.
   6.4.2.3 Si dans une batterie d'ascenseur, il n'y a pas de mur EI 60 intermédiaire pour séparer l'ascenseur destiné aux services d'incendie des autres ascenseurs dans une gaine commune, alors tous les ascenseurs et leurs équipements électriques doivent avoir la même protection contre l'incendie que l'ascenseur destiné aux services d'incendie.
   6.4.2.4 Les dimensions minimales des cabines d'ascenseur sont de 1,1 m (largeur) x 2,1 m (profondeur).
   6.4.2.5 Les portes palières sont à ouverture et fermeture automatique et ont une largeur utile de 0,80 m au moins.
   6.4.2.6 Au palier du niveau d'accès des services d'incendie, un interrupteur à clé "pompier" est prévu pour permettre au service d'incendie de prendre le contrôle de l'ascenseur.
   6.4.2.7 L'ascenseur doit pouvoir atteindre l'étage le plus éloigné du niveau d'accès des services d'incendie en moins de 60 secondes après la fermeture des portes.
   6.4.3 Dispositions dérogatoires.
   Pour les bâtiments pour lesquels la demande de construction a été introduite avant le 1er avril 2017, les dispositions dérogatoires suivantes s'appliquent :
   - Point 6.4.1.4 : Les portes palières des ascenseurs conçus avant le 1er avril 2017 sont à ouverture et fermeture automatique et ont une largeur utile d'au moins 0,80 m.
   - Points 6.4.1.6, 6.4.1.7 et 6.4.1.8 : Uniquement d'application aux ascenseurs conçus ou modernisés après le 31 mars 2017.
   - Points 6.4.2 : Pas d'application.]14
  6.5 Installations électriques à basse tension, de force motrice, d'éclairage et de signalisation.
  6.5.1 Sans préjudice des textes légaux et réglementaires en la matière, le Règlement général sur les installations électriques (R.G.I.E.) est d'application.
  6.5.2 Les canalisations électriques alimentant des installations ou appareils dont le maintien en service est indispensable en cas de sinistre sont placées de manière à répartir les risques de mise hors service général.
  Pour leur tracé jusqu'au compartiment où se trouvent les installations, les canalisations électriques présentent la résistance au feu suivante :
  a) soit une résistance au feu propre qui est au minimum :
  - PH 60 selon la NBN EN 50200 pour les canalisations électriques dont le diamètre extérieur est <= 20 mm et dont les conducteurs ont une section <= 2,5 mm2;
  - Rf 1 h selon add. 3 de la NBN 713-020 pour les canalisations dont le diamètre extérieur est > 20 mm ou dont les conducteurs ont une section > 2,5 mm2;
  b) soit Rf 1 h selon l'add. 3 de la NBN 713-020 pour les canalisations sans résistance au feu propre qui sont placées dans une gaine.
  Ces exigences ne sont pas d'application si le fonctionnement des installations ou appareils reste assuré même si la source d'énergie qui les alimente est interrompue.
  Les installations ou appareils visés sont :
  a) l'éclairage de sécurité et éventuellement l'éclairage de remplacement;
  b) les installations d'annonce, d'alerte et d'alarme;
  c) les installations d'évacuation des fumées;
  d) les pompes à eau pour l'extinction du feu et, éventuellement, les pompes d'épuisement;
  e) [15 les ascenseurs particuliers visés au point 6.4.]15
  6.5.3 Sources autonomes de courant.
  Les circuits dont il est question au 6.5.2 doivent pouvoir être alimentés par une ou plusieurs sources autonomes de courant dont la puissance est suffisante pour alimenter simultanément toutes les installations raccordées à ces circuits.
  Dès que l'alimentation normale en énergie électrique fait défaut, les sources autonomes assurent automatiquement et dans un délai d'une minute, le fonctionnement des installations susdites pendant une heure.
  6.5.4 Eclairage de sécurité.
  L'éclairage de sécurité est conforme aux prescriptions des normes NBN EN 1838, NBN EN 60 598-2-22 et EN 50 172.
  Cet éclairage de sécurité peut être alimenté, par la source de courant normal, mais, en cas de défaillance de celle-ci, l'alimentation est fournie par une ou plusieurs source(s) autonome(s).
  L'éclairage de sécurité peut être fourni par des appareils autonomes branchés sur le circuit alimentant l'éclairage normal concerné, si ces appareils présentent toutes garanties de bon fonctionnement.
  6.6 Installations alimentées en gaz combustible et distribué par canalisations.
  Les installations alimentées en gaz combustible plus léger que l'air répondent à :
  - la NBN D 51-001 - Chauffage central, ventilation et conditionnement d'air - Locaux pour poste de détente de gaz naturel;
  - la NBN D 51-003 - Installations alimentées au gaz combustible plus léger que l'air, distribué par canalisations;
  - la NBN D 51-004 - Installations alimentées au gaz combustible plus léger que l'air, distribué par des canalisations. - Installations particulières.
  6.7 Installations aérauliques.
  S'il existe une installation aéraulique, celle-ci doit répondre au exigences suivantes.
  6.7.1 Conception des installations.
  6.7.1.1 Intégration de locaux ou espaces confinés dans des conduits.
  Aucun local ou espace confiné, même sous comble ou en sous-sol, ne peut être intégré au réseau de conduits d'air, à moins de satisfaire aux prescriptions imposées aux conduits.
  6.7.1.2 Utilisation des cages d'escaliers dans les circuits d'air.
  Aucune cage d'escaliers ne peut servir à l'alimentation ou à l'évacuation d'air d'autres locaux.
  6.7.1.3 Limitation du recyclage d'air.
  L'air extrait des locaux présentant des risques particuliers d'incendie, local de stockage de produits inflammables, chaufferie, cuisine, garage, parking, poste de transformation, local de réception des ordures, ne peut pas être remis en circulation et doit être évacué à l'extérieur.
  L'air extrait d'autres locaux peut être :
  - soit remis en circulation vers les mêmes locaux, à condition que le conduit de recyclage soit équipé d'un [16 clapet coupe-fumée]16 conforme au point 6.7.5;
  - soit pulsé dans d'autre locaux s'il sert à compenser l'évacuation d'air des systèmes d'extraction mécanique avec évacuation vers l'extérieur, à condition qu'il y ait un clapet coupe-fumée supplémentaire et un système de conduits destiné à l'évacuation vers l'extérieur de cet air recyclé.
  [16 Dans les deux cas, une détection de fumée doit être installée dans l'air recyclé en amont du clapet coupe-fumée. Si des fumées sont détectées dans l'air recyclé, les groupes de traitement d'air sont mis à l'arrêt, les clapets coupe-fumée sont fermés et, dans le second cas, le système de conduits destinés à l'évacuation vers l'extérieur de l'air recyclé est automatiquement ouvert et prêt à fonctionner en cas de mise en route des groupes de traitement d'air par le service d'incendie.]16
  Les dispositions précitées ([16 clapet coupe-fumée]16 sur l'air recyclé et détection de fumée dans le conduit d'extraction) ne sont cependant pas requises pour les groupes de traitements d'air [16 qui ne desservent qu'un seul local ayant un débit total inférieur ou égal à 5000 mü/h]16.
  6.7.2 Construction des conduits d'air.
  6.7.2.1 Conduits d'air dans les chemins d'évacuation.
  Dans les chemins d'évacuation, ainsi que dans les gaines techniques et les endroits inaccessibles après l'achèvement du bâtiment, les conduits sont en matériaux A1; les produits d'isolation, leurs revêtements inclus sont au moins A2 - s1, d0.
  Les conduits flexibles sont au moins B - s1, d0 et ont une longueur maximale de 1 m.
  Dans les chemins d'évacuation, les conduits d'extraction et leurs suspentes [17 présentent une stabilité au feu d'au moins " h "]17.
  Cette condition est satisfaite lorsque :
  - soit les conduits et leur suspentes ont EI 30 (ho i <- o) ou EI 30 (ve i <- o) suivant qu'ils sont placés respectivement horizontalement ou verticalement;
  - soit les conduits sont suspendus de telle façon qu'ils répondent aux prescriptions suivantes :
  - suspentes en acier
  - entraxe des suspentes <= 1 mètre
  - force par point de suspension <= 500 N
  - tension dans les suspentes <= 18N/mm2
  - la distance entre les conduits et les suspentes <= 5 cm
  - tension de cisaillement <= 10 N/mm2
  6.7.2.2 Conduits d'extraction de cuisines collectives.
  Les conduits d'extraction des cuisines collectives sont en matériaux de la classe A1.
  Les conduits d'extraction des cuisines collectives sont :
  - soit placés dans des gaines dont les parois présentent EI 60;
  - soit présentent EI 60 (ho i <-> o) ou EI 60 (ve i <-> o) suivant qu'ils sont placés respectivement horizontalement ou verticalement.
  Les conduits d'extraction et leurs suspentes [18 présentent une stabilité au feu d'au moins " h "]18.
  Cette condition est satisfaite lorsque :
  - soit les conduits et leur suspentes ont EI 30 (ho i <- o) ou EI 30 (ve i <- o) suivant qu'ils sont placés respectivement horizontalement ou verticalement;
  - soit les conduits sont suspendus de telle façon qu'ils répondent aux prescriptions suivantes :
  - suspentes en acier;
  - entraxe des suspentes <= 1 mètre;
  - force par point de suspension <= 500 N;
  - tension dans les suspentes <= 18N/mm2;
  - la distance entre les conduits et les suspentes <= 5 cm;
  - tension de cisaillement <= 10 N/mm2.
  6.7.3 Traversées de parois par des conduits d'air.
  6.7.3.1 Généralités.
  Les traversées de parois par des conduits d'air doivent en règle générale répondre au 3.1.
  Cette prescription ne vaut pas pour la traversée de parois EI 30 par des conduits d'air, aux conditions suivantes :
  - les conduits d'air sont en matériaux de la classe A1 sur une distance de minimum 1 m de part et d'autre de la paroi traversée;
  - les conduits d'air qui sont raccordés à ces traversées et qui traversent des chemins d'évacuation horizontaux ne peuvent être raccordés aux bouches d'air qui se trouvent dans ces chemins d'évacuation;
  - il s'agit d'un compartiment comprenant uniquement des locaux à occupation diurne.
  6.7.3.2 Traversées avec clapets résistant au feu
  Aucun conduit d'air ne peut
  - traverser une paroi pour laquelle une résistance au feu supérieure ou égale à EI 60 est exigée;
  - traverser une paroi entre deux compartiments pour laquelle une résistance au feu supérieure ou égale à EI 30 est exigée ou une paroi d'une gaine pour laquelle une résistance supérieur ou égal à EI 30 est exigée;
  sauf s'il satisfait à une des conditions suivantes :
  a) un clapet résistant au feu avec une résistance au feu (EI-S) équivalente à celle exigée pour la paroi traversée et qui est conforme au 6.7.4 est placé au droit de la traversée de la paroi. [19 Toutefois ce clapet peut être déporté de la paroi et relié par un conduit à cette paroi traversée pour autant que l'ensemble conduit et clapet présente une résistance au feu (EI-S) équivalente à celle exigée pour la paroi traversée]19;
  b) le conduit présente une résistance au feu EI i<->o équivalente à celle exigée pour la paroi traversée ou est placé dans une gaine présentant la même résistance au feu que celle exigée pour la paroi traversée sur toute la longueur de la traversée d'un compartiment ou du volume protégé et ne peut y déboucher à moins que l'orifice soit pourvu d'un clapet répondant à l'alinéa a) ci-dessus;
  c) le conduit répond simultanément aux conditions suivantes :
  - la section de la traversée n'est pas supérieure à 130 cm2;
  - dans la traversée de la paroi, il est équipé d'un mécanisme qui en cas d'incendie obture la traversée et présente ensuite une durée de résistance au feu équivalente à celle exigée pour la paroi traversée.
  Les conduits d'air situés dans des gaines qui leur sont exclusivement réservés et qui débouchent à leur extrémité supérieure dans un local technique contenant uniquement les groupes de traitements d'air qu'ils relient peuvent traverser les parois du local technique sans dispositifs complémentaires. Dans ce cas, l'aération des gaines doit être réalisée via le local technique, comme exigé au 5.1.5.1.
  6.7.4 Clapets résistant au feu.
  6.7.4.1 Commande
  On distingue deux types de commandes :
  Type A : Le clapet se ferme automatiquement lorsque la température du flux d'air dépasse une valeur limite déterminée.
  Type B : clapet de type A qui peut en outre être fermé par une commande à distance au moyen d'un système à sécurité positive.
  La fermeture se fait par un système qui ne requiert pas d'énergie extérieure.
  Lorsqu'une installation de détection incendie généralisée est requise, les clapets résistant au feu situés aux limites des compartiments sont de type B.
  En cas de détection, les clapets du compartiment sinistré sont fermés automatiquement.
  On entend par " limites des compartiments " :
  - les parois de séparation vers d'autres compartiments;
  - les parois de gaines de conduits qui traversent le compartiment;
  - les parois entre le compartiment et les cages d'escaliers.
  6.7.4.2 Performance du clapet.
  Le clapet résistant au feu placé dans les traversées de parois présente les performances suivantes :
  

  
Résistance au feu de la paroiRésistance au feu du clapet
EI 120EI 120 (ho i o) S
  EI 120 (ve i o) S
EI 60EI 60 (ho i o) S
  EI 60 (ve i o) S
EI 30EI 30 (ho i o) S
  EI 30 (ve i o) S

Tableau 3.2 - clapets résistant au feu
  En l'absence de marquage CE, le clapet répond en outre aux exigences suivantes
  a) après 250 manoeuvres successives de fermeture et d'ouverture, un clapet de même fabrication ne peut présenter aucune détérioration ou déformation;
  b) le clapet résiste à l'atmosphère corrosive dans laquelle il est placé;
  c) le bon fonctionnement du clapet ne nécessite aucune lubrification périodique;
  d) le caisson du clapet comporte à l'extérieur un indicateur de position et une flèche indélébile indiquant le sens de circulation de l'air. Une plaque signalétique renseigne sur les dimensions intérieures du clapet, le nom du constructeur, le numéro et l'année de fabrication; elle comporte un repère bien visible et indélébile désignant un appareil de protection contre l'incendie;
  e) après fonctionnement le réarmement du clapet doit être possible.
  6.7.4.3 Installation du clapet.
  La fixation et le scellement du clapet dans la paroi traversée assurent la stabilité du clapet, indépendamment des deux conduits, même si l'un des conduits disparaît.
  En vue de l'inspection et de l'entretien du clapet, un portillon d'inspection aisément accessible est placé soit sur le caisson, soit sur la gaine à proximité immédiate du clapet. Ce portillon présente la même résistance au feu que le conduit.
  Afin de faciliter la localisation du clapet résistant au feu, un repère bien visible et indélébile indiquant un appareil de protection contre l'incendie portant les mots "clapet résistant au feu" est placé sur le portillon d'inspection ou dans le local à l'aplomb du clapet.
  [21 6.7.5 Clapets coupe-fumée.
   Le clapet coupe-fumée satisfait aux conditions suivantes :
   1. l'étanchéité du clapet doit présenter l'une des performances suivantes :
   a) en position de fermeture et pour une différence de pression statique de 500 Pa, la fuite d'air ne peut pas dépasser 60 l/s.m;
   b) classe 3 suivant la norme NBN EN 1751;
   2. le joint utilisé pour obtenir cette étanchéité résiste durant 2 h à des températures variant de -20° C à 100° C après quoi le clapet satisfait encore à l'essai d'étanchéité décrit ci-dessus;
   3. le système de fermeture du clapet coupe-fumée est à sécurité positive.]21
  [20 6.7.6]20 Commande en cas d'incendie des installations aérauliques
  Dans les zones du bâtiment qui sont équipées d'une installation de détection d'incendie, les groupes de traitement d'air qui desservent uniquement le compartiment sinistré sont arrêtés en cas de détection d'un incendie.
  Le placement d'un tableau central de commande en cas d'incendie destiné à desservir certains éléments des installations aérauliques peut en fonction du risque être imposé par le service d'incendie compétent. Dans ce cas, ce tableau est placé à un endroit qui est aisément accessible par le service d'incendie et qui est situé au niveau d'accès habituel.
  6.8 Dispositifs d'annonce, alerte, alarme et moyens d'extinction des incendies.
  Ces dispositifs sont déterminés sur avis du service d'incendie compétent.
  6.8.1 Les dispositifs d'annonce et d'extinction sont obligatoires dans les bâtiments.
  6.8.2 Nombre et emplacement des appareils d'annonce, d'alerte, d'alarme et d'extinction.
  6.8.2.1 Le nombre d'appareils est déterminé par les dimensions, la situation et le risque existant dans les locaux.
  Les appareils sont répartis judicieusement et en nombre suffisant pour desservir tout point du lieu considéré.
  6.8.2.2 Les appareils qui nécessitent une intervention humaine sont placés en des endroits visibles ou convenablement repérés et facilement accessibles en toutes circonstances. Ils sont notamment placés à proximité des baies de passage vers l'extérieur, sur les paliers, dans les dégagements et de manière à ne pas gêner la circulation et à ne pas être détériorés ou renversés.
  A l'extérieur, ils sont, au besoin, mis à l'abri des intempéries.
  6.8.2.3 La signalisation est conforme à la réglementation en vigueur.
  6.8.3 Annonce des incendies.
  6.8.3.1 L'annonce de la découverte ou de la détection d'un incendie est transmise, sans délai, aux services d'incendie par un moyen d'annonce dans chaque compartiment sauf pour les bâtiments dont la superficie par niveau est inférieure à 500 m2 où un moyen d'annonce par bâtiment suffit.
  6.8.3.2 Les liaisons nécessaires sont assurées à tout moment et sans délai par des lignes téléphoniques ou électriques ou par tout autre système présentant les mêmes garanties de fonctionnement et les mêmes facilités d'emploi.
  6.8.3.3 Chaque appareil, par lequel la liaison peut ainsi être établie et nécessitant une intervention humaine, porte un avis mentionnant sa destination et son mode d'emploi.
  S'il s'agit d'un appareil téléphonique, cet avis indique le numéro d'appel à former, sauf s'il y a liaison directe ou automatique.
  6.8.4 Alerte et alarme.
  Les signaux ou messages d'alerte et d'alarme sont perceptibles par toutes les personnes intéressées et ne peuvent être confondus entre eux et avec d'autres signaux.
  Leurs circuits électriques sont distincts.
  6.8.5 Moyens d'extinction.
  6.8.5.1 Généralités.
  Les moyens d'extinction comprennent des appareils ou des installations automatiques ou non.
  Les extincteurs et les robinets d'incendie armés sont dits de première intervention, c'est-à-dire qu'ils sont destinés à être manoeuvrés par l'occupant.
  6.8.5.2 Extincteurs portatifs ou mobiles.
  En présence de risques particuliers, ils sont choisis en fonction de la nature et de l'importance de ces risques.
  6.8.5.3 Robinets d'incendie armés et hydrants muraux.
  6.8.5.3.1 Leur nombre et emplacement sont choisis en fonction de la nature et de l'importance des risques d'incendie.
  Un robinet d'incendie armé n'est pas requis lorsque la superficie [22 ...]22 d'un bâtiment est inférieure à 500 m2, (excepté pour les risques spéciaux). Dans les autres cas, le nombre de robinets d'incendie armés est déterminé de la manière suivante :
  1. le jet de la lance atteint chaque point du compartiment;
  2. les compartiments dont la superficie est supérieure à 500 m2 disposent d'un robinet d'incendie armé au moins.
  Le demi-raccord de refoulement des hydrants muraux éventuels est adapté aux raccords utilisés par les services d'incendie.
  6.8.5.3.2 La colonne montante qui alimente ces éventuels appareils en eau sous pression a la caractéristique suivante :
  le diamètre intérieur et la pression d'alimentation sont tels que la pression à l'hydrant le plus défavorisé satisfait aux prescriptions de la NBN EN 671-1 en tenant compte que 3 robinets d'incendie armés doivent pouvoir être utilisés simultanément pendant 1/2 h.
  6.8.5.3.3 Les éventuels appareils sont, sans manoeuvre préalable, alimentés en eau sous pression. Cette pression est de 2,5 bar au minimum au point le plus défavorisé.
  6.8.5.4 Bouches et bornes d'incendie.
  6.8.5.4.1 Les bouches et bornes d'incendie sont raccordées au réseau public de la distribution d'eau par une conduite dont le diamètre intérieur minimal est de 80 mm.
  Si le réseau public de distribution d'eau n'est pas en mesure de satisfaire à cette condition, il y a lieu de recourir à d'autres sources d'approvisionnement dont la capacité minimale est de 50 m3 [23 , sauf si tout le bâtiment est équipé d'une installation d'extinction automatique de type sprinklage]23.
  6.8.5.4.2 Le nombre et la localisation des bouches ou des bornes d'incendie sont déterminés en concertation avec le service d'incendie territorialement compétent.
  Dans les zones industrielles, commerciales ou à forte densité de population, les prises d'eau sont à une distance maximale de 100 m les unes des autres. Ailleurs, elles sont réparties en raison de l'emplacement des bâtiments ou établissements à protéger contre l'incendie sans que les distances à parcourir entre l'entrée de chacun des bâtiments ou établissements et la bouche ou la borne la plus proche soit supérieure à 200 m.
  6.8.5.4.3 Les bouches ou les bornes sont installées à une distance horizontale de 0,60 m au moins de la bordure des voies, chemins ou passages sur lesquels les véhicules automobiles sont susceptibles de circuler ou d'être rangés.
  ----------
  (1)<AR 2016-12-07/20, art. 41, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (2)<AR 2016-12-07/20, art. 42, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (3)<AR 2016-12-07/20, art. 43, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (4)<AR 2016-12-07/20, art. 44, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (5)<AR 2016-12-07/20, art. 45, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (6)<AR 2016-12-07/20, art. 46, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (7)<AR 2016-12-07/20, art. 47, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (8)<AR 2016-12-07/20, art. 48, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (9)<AR 2016-12-07/20, art. 49, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (10)<AR 2016-12-07/20, art. 50, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (11)<AR 2016-12-07/20, art. 51, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (12)<AR 2016-12-07/20, art. 52, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (13)<AR 2016-12-07/20, art. 53, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (14)<AR 2016-12-07/20, art. 54, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (15)<AR 2016-12-07/20, art. 55, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (16)<AR 2016-12-07/20, art. 56, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (17)<AR 2016-12-07/20, art. 57, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (18)<AR 2016-12-07/20, art. 58, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (19)<AR 2016-12-07/20, art. 59, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (20)<AR 2016-12-07/20, art. 60, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (21)<AR 2016-12-07/20, art. 61, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (22)<AR 2016-12-07/20, art. 62, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (23)<AR 2016-12-07/20, art. 63, 009; En vigueur : 01-04-2017>

  Art. N4.Annexe 4. Bâtiments élevés. (Annexe non reprise pour des raisons techniques, voir MB 26-04-1995, Supplément, folio 77 - 119).
  Modifié par :
  <AR 1996-12-18/31, art. 6; En vigueur : 31-12-1996, voir M.B. 31-12-1996, Ed. 2, p. 32400>
  <AR 1997-12-19/40, art. 1, 004; En vigueur : 31-12-1997, voir M.B. 30-12-1997, Supplément, folio 64 - 101>
  <AR 2003-04-04/58, art. 13, 14, 15 et 16, En vigueur : 04-04-2003; M.B. 05-05-2003, p. 24032-24035>
  <AR 2003-04-04/58, art. 17, En vigueur : 04-04-2003; M.B. 05-05-2003, p. 24035>
  <AR 2012-07-12/38, art. 21, 008; En vigueur : 01-12-2012; M.B. 21-09-2012, p. 58483>
  <AR 2016-12-07/20, art. 64-65, 009; En vigueur : 01-04-2017>

  Art. N4/1.Annexe 4/1. Bâtiments élevés.
  <Inséré par AR 2012-07-12/38, art. 22, 008; En vigueur : 01-12-2012>
  0 GENERALITES.
  0.1 Objet.
  Le présent règlement de base fixe les conditions minimales auxquelles doivent répondre la conception, la construction et l'aménagement des bâtiments élevés (BE) afin de :
  - prévenir la naissance, le développement et la propagation d'un incendie;
  - assurer la sécurité des personnes;
  - faciliter de façon préventive l'intervention du service d'incendie.
  0.2.[1 Domaine d'application.
   0.2.1 La présente annexe est applicable aux bâtiments suivants à construire et aux extensions suivantes de bâtiments existants, pour lesquels la demande de construction est introduite à partir du 1er décembre 2012 :
   1. les bâtiments élevés;
   2. les extensions de bâtiments qui après la réalisation forment un bâtiment élevé;
   3. les locaux ou parties de bâtiments élevés dans lesquels il y a une activité industrielle et dont la superficie totale est inférieure ou égale à 500 m, aux conditions suivantes :
   - dans le bâtiment il y a principalement des activités non industrielles et la superficie totale des locaux avec activité industrielle est plus petite que la superficie du reste du bâtiment;
   - les activités industrielles dans ces locaux sont des activités de soutien des activités non industrielles du même compartiment;
   - il n'y a pas de locaux à occupation nocturne dans le compartiment où il y a des activités industrielles.
   0.2.2 Sont cependant exclus du champ d'application de la présente annexe :
   1. les bâtiments industriels;
   2. les bâtiments visés au point 4 du point 0.2.1 de l'annexe 3/1.]1
  0.3 Planches.
  Planche 4.1 - Toitures des constructions voisines
  Planche 4.2 - Façades
  Planche 4.3 - Façades
  Planche 4.4 - Façades
  Planche 4.5 - Façades
  Planche 4.6 - Toitures
  
  (Figures non reprises pour des raisons techniques, voir M.B. du 21-09-2012, p. 58525-58528)
  
  1 IMPLANTATION ET CHEMINS D'ACCES.
  1.1 Le bâtiment est accessible en permanence aux véhicules automobiles.
  Les véhicules disposeront pour cela d'une possibilité d'accès et d'une aire de stationnement :
  - soit sur la chaussée carrossable de la voie publique;
  - soit sur une voie d'accès spéciale donnant accès à la chaussée carrossable de la voie publique et qui présente les caractéristiques suivantes :
  - largeur libre minimale : 4 m; elle est de 8 m lorsque la voie d'accès est en impasse;
  - rayon de braquage minimal : 11 m (courbe intérieure) et 15 m (courbe extérieure);
  - hauteur libre minimale : 4 m;
  - pente maximale : 6 %;
  - capacité portante : suffisante, pour que des véhicules dont la charge par essieu est de 13 t maximum, puissent y circuler et y stationner sans s'enliser, même s'ils déforment le terrain.
  - pour les ouvrages d'art situés sur les voies d'accès, se conformer à la NBN B 03-101;
  - permettre la présence simultanée de 3 véhicules de 15 t;
  - la distance entre le bord de cette voie et le plan de la façade est comprise entre 4 m et 10 m.
  1.2 Les constructions annexes, avancées de toiture, auvents, ouvrages en encorbellement ou autres adjonctions ne sont autorisées que s'ils ne compromettent ni l'évacuation et la sécurité des usagers, ni l'action des services d'incendie.
  Si les façades vitrées du bâtiment dominent des constructions faisant ou non partie de ce bâtiment,
  1. soit les toitures de ces constructions satisfont aux conditions suivantes :
  

  
Distance horizontale à partir des façades, aExigences en matière de résistance au feu
a < 1 mEI 120
1 m < a < 5 mE 120

Les lanterneaux, aérateurs, exutoires de fumée ou ouvertures éventuels qui n'ont pas la résistance au feu requise, placés dans le toit sur une distance de 5 mètres, satisfont aux conditions suivantes :
  soit ces ouvertures sont séparées des ouvertures dans les façades par un élément de construction qui satisfait aux conditions suivantes (planche 4.1) :
  

  
Distance horizontale à partir des façades, aExigences en matière de résistance au feu
a < 1 mEI 120
1 m < a < 5 mE 120

soit leur superficie totale n'est pas plus grande que 100 cm2;
  2. soit les façades du bâtiment satisfont aux conditions suivantes :
  

  
Hauteur mesurée à partir de la toiture, bExigences en matière de résistance au feu
b < 3 mEI 120 ( i <- o )
3 m < b < 8 mE 120 ( i <- o )

Si, des fenêtres, aérateurs, exutoires de fumée ou ouvertures qui n'ont pas la résistance au feu requise sont aménagés dans la façade sur une hauteur de 8 m, il est satisfait aux conditions suivantes :
  soit ces ouvertures sont séparées des ouvertures dans la toiture par un élément de construction satisfaisant aux conditions suivantes (planche 4.1) :
  

  
Distance horizontale à partir des façades, aExigences en matière de résistance au feu
a < 1 mEI 120
1 m < a < 5 mE 120

soit leur superficie totale n'est pas plus grande que 100 cm2.
  1.3 La distance horizontale, dégagée de tout élément combustible, séparant un BE d'un bâtiment opposé, est de 8 m au moins, sauf si une des deux parois qui les séparent répond aux exigences telles que définies pour les bâtiments contigus.
  Les parois qui séparent des bâtiments contigus présentent EI 240 ou REI 240 lorsqu'elles sont portantes.
  Dans ces parois une communication entre ces bâtiments est autorisée par un sas, pour autant qu'il présente les caractéristiques suivantes :
  1. ne pas déboucher dans une cage d'escalier;
  2. avoir deux portes EI1 60 à fermeture automatique;
  3. avoir des parois EI 120;
  4. avoir une superficie de minimum 2 m2.
  1.4 Au moins une des longues façades doit être longée par une voie accessible aux véhicules des services d'incendie et si cette façade ne comporte pas d'entrée principale, la voie doit longer en outre une façade comportant une telle entrée.
  La distance entre le bord de cette voie et le plan de la façade doit être comprise entre 4 m et 10 m.
  La distance à parcourir depuis cette voie jusqu'aux ascenseurs prioritaires (voir 6.1.2), ne peut être supérieure à 30 m.
  Si un socle supporte un ou plusieurs bâtiment(s), l'une des deux dispositions suivantes est d'application :
  - la plate-forme du socle est accessible aux véhicules des services d'incendie, moyennant respect des prescriptions du 1.1, à l'exception de la pente de la rampe d'accès qui peut atteindre 12 %;
  - au moins une des façades de chaque bâtiment est accessible par une voie de circulation normale à ciel ouvert ou par une voie en tunnel comportant tous les 25 m une ouverture à ciel ouvert d'au moins 15 m x 7 m;
  1.5 Les BE de plus de 50 m de hauteur sont implantés à moins de 10 km, par voie carrossable, d'un poste de lutte contre l'incendie.
  2 COMPARTIMENTAGE ET EVACUATION.
  2.1 Le bâtiment est divisé en compartiments dont la superficie est inférieure à 2 500 m2, sauf pour les parkings (voir 5.2).
  La superficie d'un compartiment peut dépasser 2 500 m2, s'il est équipé d'une installation d'extinction automatique et d'une installation d'évacuation de fumée et de chaleur. Le Ministre détermine les conditions selon lesquelles un compartiment peut dépasser 2 500 m2 sans qu'une installation d'extinction automatique et une installation d'évacuation de fumées et de chaleur doivent être prévues.
  La hauteur d'un compartiment correspond à la hauteur d'un niveau.
  Toutefois les exceptions suivantes sont admises :
  a) les parkings à plusieurs niveaux (voir 5.2);
  b) la hauteur d'un compartiment peut s'étendre à deux niveaux superposés avec escalier de communication intérieure - duplex - pour autant que la somme de leur superficie cumulée ne dépasse pas 2 500 m2; [2 pour les bâtiments pour lesquels la demande de construction a été introduite avant le 1er avril 2017,]2 si un duplex se trouve aux deux derniers niveaux, la superficie du compartiment peut s'étendre à 2 500 m2 par niveau;
  [2 b/1) la hauteur d'un compartiment peut s'étendre à trois niveaux superposés avec escalier de communication intérieure (triplex), pour autant que la somme de leur superficie cumulée ne dépasse pas 300 m, et que ce compartiment soit équipé d'une installation de détection automatique des incendies de type surveillance généralisée qui signale automatiquement un début d'incendie et dont les détecteurs sont appropriés aux risques présents;]2
  c) [2 pour les bâtiments pour lesquels la demande de permis d'urbanisme a été introduite avant le 1er avril 2017,]2 le rez-de-chaussée et le premier étage ou l'entresol peuvent former un seul compartiment, dont le volume total ne dépasse pas 25 000 m3;
  d) la hauteur d'un compartiment peut s'étendre à plusieurs niveaux superposés si ce compartiment comporte uniquement des locaux techniques (voir 5.1.1).
  e) la hauteur d'un compartiment peut s'étendre à plusieurs niveaux (atrium) à condition :
  - que ce compartiment soit équipé d'une installation d'extinction automatique et d'une installation d'évacuation de fumée et de chaleur, qui répondent aux normes ou aux règles de l'art en la matière. Le Ministre détermine les conditions selon lesquelles des exceptions sont autorisées à l'obligation de placer une installation d'extinction automatique et une installation d'évacuation de fumées et de chaleur;
  - et que les moyens d'évacuation du bâtiment satisfassent aux dispositions de cette annexe, sans qu'il puisse être tenu compte de l'évacuation via le compartiment de l'atrium.
  Le Ministre de l'Intérieur détermine les conditions auxquelles les installations d'extinction automatiques et les installations d'évacuation de fumées et de chaleur doivent satisfaire.
  2.2 Evacuation des compartiments.
  2.2.1 Nombre de sorties.
  Chaque compartiment est desservi au moins par :
  - deux sorties;
  - 2 + n sorties; n étant le nombre entier immédiatement supérieur au quotient du nombre maximal de personnes pouvant se trouver dans le compartiment par 1000, si l'occupation est égale ou supérieure à 500 personnes.
  Le service d'incendie apprécie si un nombre supérieur de sorties est nécessaire en fonction de l'occupation et de la configuration des locaux.
  Si l'occupation est égale ou supérieure à 50 personnes, le nombre de sorties des niveaux et des locaux est déterminé de la même manière que pour les compartiments.
  Pour les deux niveaux en sous-sol immédiatement en-dessous du niveau d'évacuation, il suffit à chaque niveau, de n'avoir qu'une sortie à condition que ces niveaux ne contiennent que des locaux comme des débarras et qu'à chaque niveau aucun point ne soit distant de plus de 15 m de la sortie ou de la cage d'escalier.
  Dans le cas d'un compartiment s'étendant à plusieurs niveaux (atrium) les moyens d'évacuation du bâtiment doivent satisfaire aux dispositions de cette annexe, sans qu'il puisse être tenu compte de l'évacuation via l'atrium.
  2.2.2 Les sorties.
  Les sorties sont situées dans des zones opposées du compartiment.
  Les compartiments qui ne sont pas situés au niveau normal d'évacuation sont reliés à ce niveau par des escaliers intérieurs ou extérieurs (pour les distances horizontales voir 4.4).
  En ce qui concerne les niveaux en sous-sol, l'exigence de l'accès aux escaliers est satisfaite par une sortie répondant aux critères fixés pour le niveau d'évacuation.
  Pour les parkings : voir 5.2.
  A un niveau d'évacuation, chaque escalier conduit à l'extérieur soit directement soit par un chemin d'évacuation distinct satisfaisant aux prescriptions du 4.4.2.
  3 PRESCRIPTIONS RELATIVES A CERTAINS ELEMENTS DE CONSTRUCTION.
  3.1 Traversée des parois.
  La traversée par des conduites de fluides ou d'électricité et les joints de dilatation d'un élément de construction ne peuvent altérer le degré de résistance au feu exigé pour cet élément. Les dispositions de l'annexe 7 " Prescriptions communes ", chapitre 1, sont d'application.
  3.2 Eléments structuraux.
  Les éléments structuraux présentent R 120.
  3.3 Parois verticales et portes intérieures.
  Il y a lieu de se référer pour les parois et les portes limitant des compartiments au 4.1 et pour celles limitant des chemins d'évacuation au 4.4.
  Les parois verticales intérieures des locaux ou d'un ensemble de locaux à occupation nocturne présentent EI 60. Les portes dans ces parois présentent EI1 30.
  Les parois verticales des locaux d'archives présentent EI 60, leurs portes présentent EI1 30 et sont à fermeture automatique.
  3.4 Plafonds et faux-plafonds.
  3.4.1 Dans les chemins d'évacuation, les locaux accessibles au public et les cuisines collectives, les faux-plafonds présentent EI 30 (a -> b), EI 30 (b -> a) ou EI 30 (a <-> b) selon NBN EN 13501-2 et NBN EN 1364-2 ou présentent une stabilité au feu de 1/2 h selon la norme NBN 713-020.
  3.4.2 L'espace entre le plafond haut et le faux-plafond est divisé par le prolongement de toutes les parois verticales pour lesquelles EI 30 au moins est requis.
  Si l'espace entre le plafond et le faux-plafond n'est pas équipé d'une installation d'extinction automatique, il doit être divisé par des cloisonnements verticaux [3 E 30]3 de façon à former des volumes dont la surface en plan s'inscrit dans un carré ne dépassant pas 25 m de côté.
  3.5 Façades
  3.5.1 Façades simple paroi
  3.5.1.1 Séparations entre compartiments
  Les montants constituant l'ossature de façade [4 ...]4 sont fixés à l'ossature du bâtiment à chaque niveau. [4 A l'exception des bâtiments équipés d'une installation d'extinction automatique, ces fixations doivent présenter R 60 en considérant un incendie dans le compartiment attenant ou inférieur.]4
  La jonction des murs de compartimentage et de la façade présente au moins [4 EI 60]4 ou [4 EI 60]4 (i -> o).
  Pour limiter le risque de propagation du feu entre compartiments le long de la façade, sur un plan horizontal ou vertical, il faut satisfaire à une des prescriptions suivantes :
  (1) soit la façade est dotée d'un élément de construction résistant au feu à la jonction entre la façade et la paroi du compartiment (à l'horizontale ou à la verticale).
  Les figures de la planche 4. 2 montrent comment cet élément de construction est réalisé dans le cas d'une paroi horizontale de compartimentage.
  Il comprend :
  - soit une saillie horizontale présentant au moins E 60 de largeur "a", égale ou supérieure à 0,60 m, raccordée au plancher (planche 4.2, figure A et B);
  - soit un élément constitué :
  - d'une saillie horizontale présentant au moins E 60, de largeur "a", raccordée au plancher;
  - au niveau supérieur, d'une allège qui présente au moins E60 (o -> i), de hauteur "b";
  - au niveau inférieur, d'un linteau qui présente au moins E60 (i -> o), de hauteur "c".
  La somme des dimensions a, b, c et d (épaisseur du plancher) est égale ou supérieure à 1 m, chacune des valeurs a, b ou c pouvant éventuellement être nulle (planche 4.2, figure C à L).
  Les figures de la planche 4.3 montrent comment cet élément de construction est réalisé dans le cas d'une paroi verticale de compartimentage.
  Il comprend :
  - soit un élément se trouvant dans le prolongement de la façade et qui présente au moins E 60 (i <-> o); la largeur de cet élément (b1+b2+a) (planche 4.3, figure A et B) est de 1 m au moins; les parties de cet élément situées à gauche et à droite de l'axe du mur mitoyen ont une largeur de 0,50 m au moins, s'il s'agit de deux bâtiments distincts; (a1 => 0,50 m et a2 => 0,50 m);
  - soit une saillie verticale, dans l'axe du mur séparant les deux bâtiments ou compartiments et qui présente au moins EI 60 (o -> i) (planche 4.3, figure C) ou E 60 (i -> o) (planche 4.3, figure D); la longueur de cet élément (b1+b2+a) est de 1 m au moins;
  - soit une combinaison des élément précédents de telle manière que la somme des longueurs soit de 1 m au moins (planche 4.3, figure E).
  (2) soit la façade présente au moins E 30 (i <-> o) sur toute la hauteur du bâtiment (planche 4.4, figure A), soit E 60 (i -> o) à un niveau sur deux (planche 4.4, figure B).
  (3) soit les compartiments situés le long des façades sont équipés d'un système de sprinklage selon NBN EN 12845 (planche 4.4, figure C).
  3.5.1.2 Façades qui se font face et façades qui forment un angle dièdre
  Quand des façades appartenant à différents compartiments se font face ou forment un dièdre rentrant, la distance la plus courte (en m) entre les parties de façade qui ne présentent pas une résistance au feu d'au moins E 60 ou E 60 (o -> i) est d'au moins :
  1 + 7 cos alpha pour 0° <= alpha <= 90°
  1 pour 90° < alpha <= 180°
  dans lequel alpha est l'angle fermé (planche 4.5).
  3.5.2 Façades double paroi.
  3.5.2.1 Façade double paroi interrompue par un compartimentage.
  La cavité de la façade double paroi est interrompue, au droit de chaque paroi de compartimentage, par un élément qui présente au moins E 60. Cet élément occupe tout l'espace compris entre les deux parois et a une longueur minimale de 60 cm mesurée à partir de la paroi intérieure de la façade.
  Cet élément peut comporter des ouvertures, à condition que la continuité du compartimentage à travers la cavité puisse être assurée par un dispositif automatique d'obturation en cas d'incendie de résistance au feu E 60. Ce dispositif est testé avec son support, dans l'orientation de la paroi de compartimentage, sa fermeture est commandée :
  - soit par une détection thermique au droit de ce dispositif fonctionnant au maximum à 100 ° C;
  - soit par une détection de fumées dans la cavité ou dans tous les compartiments longeant la façade répondant aux conditions prévues au point 3.5.2.3.
  Lorsque des ouvertures de passage d'air existent entre la cavité de la double paroi et l'intérieur du bâtiment, seule une détection de fumée dans la cavité ou dans tous les compartiments longeant la façade répondant aux conditions prévues au point 3.5.2.3. est autorisée.
  3.5.2.2 Façade double paroi sans compartimentage.
  Les façades double paroi sans compartimentage doivent être conformes à une des deux possibilités reprises ci-après.
  3.5.2.2.1 Façade double paroi dont la paroi intérieure est résistante au feu.
  Au moins 50 % de la surface entre étages de la paroi extérieure de la double paroi est constituée d'éléments de construction ne présentant pas de résistance au feu spécifique. La paroi intérieure présente :
  - soit, sur toute la hauteur, une étanchéité aux flammes E 30 (i <-> o);
  - soit une résistance au feu EI 60 (i <-> o) un niveau compartimenté sur deux.
  3.5.2.2.2 Façade double paroi ouverte vers l'extérieur.
  Les règles relatives aux façades simples s'appliquent à la paroi intérieure lorsque la paroi extérieure comporte des ventelles fixes ou des ventelles mobiles à ouverture automatique en cas d'incendie.
  Les ventelles fixes sont orientées à 30 + 10 degrés par rapport à l'horizontale vers l'extérieur et vers le haut réparties uniformément sur au moins 50 % de sa surface.
  Les ventelles mobiles répondent, en cas d'incendie, aux mêmes conditions que les ventelles fixes.
  La mise en position incendie des ventelles mobiles est commandée par une installation généralisée de détection des incendies dans les compartiments en façade. Le dispositif automatique d'ouverture doit répondre aux conditions prévues par le point 3.5.2.3
  3.5.2.3 Dispositifs de fermeture/ouverture automatique.
  3.5.2.3.1 Commande
  La fermeture/ouverture est commandée par une installation automatique de détection des incendies.
  Une installation manuelle d'ouverture et fermeture est à prévoir. Le dispositif de commande est à réserver au service d'incendie. Son emplacement est défini en accord avec le service d'incendie.
  3.5.2.3.2 Fiabilité
  En cas de coupure de la source normale d'énergie (énergie électrique ou réseau d'air comprimé), l'installation de détection ou le système de commande met le système de fermeture/ouverture en position de sécurité incendie.
  Tout défaut de la source d'énergie, de l'alimentation ou de la commande électrique ou pneumatique doit être signalé automatiquement au tableau central de détection.
  3.5.2.3.3 Fonctionnement en cas d'incendie dans un compartiment voisin.
  Lorsque les dispositifs de fermeture/ouverture n'ont pas une sécurité positive, les câbles électriques desservant le dispositif de fermeture/ouverture répondent au point 6.5.2.
  3.6 Toitures.
  Les toitures présentent R 120. De préférence, seules les toitures plates ou à faible pente (angle de pente ne dépassant pas 10° ), sont admises.
  Cette exigence n'est pas d'application si le plancher sous toiture présente REI 120 (planche 4.6) et si l'accès à l'espace sous toiture, qui doit être vide, se fait par des portes ou trappes présentant EI1 60.
  4 PRESCRIPTIONS RELATIVES A LA CONSTRUCTION DES BATIMENTS ET DES ESPACES D'EVACUATION.
  4.1 Compartiments.
  Les parois entre compartiments présentent EI 120.
  Pour les parois de façade, voir 3.5.
  La communication entre deux compartiments n'est autorisée qu'au moyen d'un sas, qui présente les caractéristiques suivantes :
  1. avoir des portes EI1 30 à fermeture automatique;
  2.avoir des parois EI 120;
  3 avoir une superficie minimale de 2 m2.
  Il peut servir de sas de cage d'escaliers mais non de sas d'ascenseurs.
  4.2 Cages d'escaliers intérieures.
  4.2.1 Généralités.
  Les escaliers qui relient plusieurs compartiments sont encloisonnés.
  Les principes de base énoncés au 2 "Compartimentage et évacuation" leur sont applicables.
  4.2.2 Conception.
  4.2.2.1 Les parois intérieures des cages d'escaliers présentent au moins EI 120.
  Les parois extérieures peuvent être vitrées si elles répondent aux exigences du point 3.5.
  4.2.2.2 Les cages d'escaliers donnent obligatoirement accès à un niveau d'évacuation et à tous les niveaux supérieurs.
  Si le bâtiment possède une toiture plate ou à faible pente (cfr. 3.6) chaque cage d'escaliers desservant les niveaux au-dessus du niveau d'évacuation donne accès à la toiture sauf celles situées dans les parties du bâtiment ne comportant pas plus de 3 niveaux au-dessus du niveau d'évacuation.
  Si la porte d'accès à la toiture est habituellement verrouillée, il faut prévoir tant du côté intérieur que du côté extérieur, un coffret vitré qui en contient la clé.
  4.2.2.3 A chaque niveau, la communication entre le chemin d'évacuation et la cage d'escaliers est assurée par un sas qui présente les caractéristiques suivantes :
  1. être ventilé;
  2. avoir deux portes EI1 30 à fermeture automatique s'ouvrant dans le sens de l'évacuation et dépourvues d'un système de verrouillage empêchant leur ouverture; leur largeur utile est supérieure ou égale à la largeur utile requise (voir annexe 1re "Terminologie") en étant de 0,80 m au moins;
  3. avoir des parois EI 120;
  4. avoir une superficie minimum de 2 m2.
  A un niveau d'évacuation, ce sas peut être remplacé par une porte EI1 60 à fermeture automatique répondant aux caractéristiques des portes du sas cité ci-dessus.
  4.2.2.4 Si plusieurs compartiments se trouvent dans un même plan horizontal, ils peuvent avoir une cage d'escaliers commune à condition qu'elle soit accessible de chaque compartiment par une communication répondant aux exigences du 4.2.2.3.
  4.2.2.5 Les cages d'escaliers desservant les sous-sols ne peuvent être dans le prolongement direct de celles desservant les niveaux situés au-dessus d'un niveau d'évacuation.
  Toutefois, ces cages peuvent être superposées si :
  1. les parois qui les séparent présentent EI 120;
  2. l'accès de chacune d'elle au niveau d'évacuation se fait conformément aux exigences du 4.2.2.3 sauf pour le cas visé au 4.2.2.9 où il peut se faire par une porte EI1 30.
  4.2.2.6 Une baie de ventilation débouchant à l'air libre, d'une section de 1 m2 minimum, est prévue à la partie supérieure de chaque cage d'escaliers intérieure. Cette baie est normalement fermée; la commande de son dispositif d'ouverture est manuelle et placée de façon bien visible au niveau d'évacuation.
  Cette exigence ne s'applique pas aux cages d'escalier situées entre le rez-de-chaussée et les sous-sols.
  4.2.2.7 [5 Seuls les objets suivants sont autorisés dans les cages d'escaliers :
   - moyens de détection;
   - moyens d'extinction, à l'exception des robinets d'incendie armés;
   - appareils de signalisation;
   - appareils d'éclairage;
   - appareils de chauffage;
   - dispositifs de ventilation;
   - dispositifs de désenfumage.
   Les conduites d'électricité, les conduits de ventilation et les conduits de désenfumage sont autorisés seulement s'ils ne servent qu'au fonctionnement des objets précités installés dans la cage d'escalier.
   Les conduites d'eau sont autorisées dans les cages d'escaliers.
   Toute autre conduite est interdite dans les cages d'escaliers.]5
  4.2.2.8 Pour les bâtiments élevés (BE) ne comprenant pas plus de 6 appartements par niveau desservis par une même cage d'escaliers intérieure, le hall commun de ces appartements peut constituer soit le sas des ascenseurs soit celui de la cage d'escaliers.
  Par dérogation au 4.2.2.3, les portes donnant sur le hall commun peuvent s'ouvrir dans le sens opposé à l'évacuation et ne pas être sollicitées à la fermeture.
  4.2.2.9 Pour les bâtiments élevés (BE) dont la hauteur ne dépasse pas 36 m, et qui ne comprennent pas plus de 4 appartements par niveau desservis par une même cage d'escaliers, le hall commun de ces appartements peut constituer à la fois le sas des ascenseurs et le sas de la cage d'escaliers.
  Par dérogation au 4.2.2.3, les portes donnant sur le hall commun peuvent s'ouvrir dans le sens opposé à l'évacuation et ne pas être sollicitées à la fermeture.
  4.2.3 Escaliers.
  4.2.3.1 Dispositions relatives à la construction
  Les escaliers présentent les caractéristiques suivantes :
  1. de même que les paliers, ils présentent R 60 ou présentent la même conception qu'une dalle de béton présentant R 60;
  2. ils sont pourvus de contremarches pleines;
  3. ils sont pourvus de chaque côté d'une main courante longeant également les paliers. Toutefois, pour les escaliers de largeur utile inférieure à 1,20 m, une seule main courante suffit pour autant qu'il n'existe pas de risque de chute;
  4. le giron de leurs marches est en tout point égal à 0,20 m au moins;
  5. la hauteur de leurs marches ne peut pas dépasser 18 cm;
  6. leur pente ne peut pas dépasser 75 % (angle de pente maximal de 37° );
  7. ils sont du type "droit".
  4.2.3.2 Largeur utile des volées d'escaliers, des paliers et des sas.
  La largeur utile requise est de 0,80 m au moins et la largeur utile requise est au moins égale à la largeur utile requise br selon l'annexe 1re "Terminologie".
  Lors de l'ouverture des portes, la largeur utile des paliers ne peut pas être réduite à une valeur inférieure à br.
  Les largeurs utiles des volées et des paliers des cages d'escaliers desservant un même compartiment ne peuvent différer entre elles de plus d'une unité de passage.
  Si un compartiment comporte des locaux à usages spéciaux, la largeur utile théorique des escaliers n'est calculée sur base du nombre d'occupants de ces locaux à usages spéciaux que pour la hauteur comprise entre ce compartiment et un niveau d'évacuation.
  4.3 Cages d'escaliers extérieures.
  Les cages d'escaliers extérieures répondent aux conditions du 4.2.2.2.
  Elles sont entourées de parois; à chaque niveau une face au moins doit permettre le libre passage de l'air.
  Aucun point de l'escalier n'est situé à moins d'1 m d'une partie de façade ne présentant pas EI 60.
  Les dispositions du 4.2.3 leur sont applicables, avec toutefois la dérogation suivante : les contremarches ne sont pas obligatoires; aucune stabilité au feu n'est requise, mais le matériau est de classe A1.
  La communication entre le compartiment et les cages d'escaliers extérieures est assurée :
  - soit par une porte EI1 30;
  - soit par une ou des coursives.
  Une cage d'escaliers peut être remplacée par deux escaliers extérieurs à volées droites; ces escaliers sont reliés par des coursives éventuellement pourvues de séparations aisément franchissables.
  Un seul de ces escaliers extérieurs suffit pour les BE visés au 4.2.2.9.
  Ces escaliers extérieurs présentent les caractéristiques suivantes :
  1. largeur de 0,60 m au moins;
  2. angle de pente de 45° au plus;
  3. giron des marches de 0,10 m au moins;
  4. hauteur entre marches de 0,20 m au plus;
  5. deux mains courantes par escalier.
  Toutefois la communication entre le niveau d'évacuation et le niveau immédiatement supérieur peut être établie par un escalier mobile ou par une partie d'escalier mobile coulissant ou articulé.
  4.4 Chemins d'évacuation et coursives.
  4.4.1 Dispositions générales
  4.4.1.1 Aucun point d'un compartiment ne peut se trouver à une distance supérieure à :
  a) pour les locaux à occupation exclusivement diurne :
  - 30 m du chemin d'évacuation reliant les escaliers ou les sorties;
  - 45 m de l'accès à l'escalier ou la sortie la plus proche;
  - 80 m de l'accès à un deuxième escalier ou une deuxième sortie.
  b) pour les locaux ou ensemble de locaux à occupation nocturne :
  - 20 m du chemin d'évacuation reliant les escaliers ou les sorties;
  - 30 m de l'accès à l'escalier ou la sortie la plus proche;
  - 60 m de l'accès à un deuxième escalier ou une deuxième sortie.
  La longueur des chemins d'évacuation en cul-de-sac ne peut pas dépasser 15 m.
  La largeur utile des chemins d'évacuation, des coursives et de leur portes d'accès, de sortie ou de passage est supérieure ou égale à la largeur utile requise (cfr. annexe 1re "Terminologie"). Elle est de 0,80 m au moins pour les chemins d'évacuation et les portes, et de 0,60 m au moins pour les coursives.
  Ces dispositions ne s'appliquent pas aux parkings (voir 5.2).
  4.4.1.2 Les sorties donnent accès à l'extérieur ou à un autre compartiment.
  Le parcours à l'air libre est exclu du calcul de ces distances.
  Sur le parcours des chemins d'évacuation, les portes ne peuvent comporter de verrouillage empêchant l'évacuation.
  4.4.2 A un niveau d'évacuation.
  Les parois intérieures de tout chemin d'évacuation présentent EI 120.
  Les portes des locaux y donnant accès sont EI1 60 à fermeture automatique.
  A un tel niveau, l'accès à la cage d'escaliers se fait conformément au 4.2.2.3.
  Le chemin d'évacuation peut comprendre le hall d'entrée qui peut inclure les accès aux ascenseurs et des espaces non clos affectés à la réception et aux services connexes à l'exception de débits de boissons ou lieux de restauration.
  Au niveau d'évacuation les vitrines d'une partie d'un bâtiment avec une fonction commerciale, n'ayant pas EI 120 ne peuvent pas donner sur le chemin d'évacuation qui relie les sorties d'autres parties du bâtiment à la voie publique, à l'exception des derniers 3 m de ce chemin d'évacuation.
  4.4.3 A un niveau autre que celui d'évacuation.
  Dans un compartiment, la communication entre et vers les escaliers est assurée par des chemins d'évacuation ou des coursives qui ne peuvent traverser les cages d'escaliers ni leurs sas.
  La distance à parcourir entre les accès aux cages d'escaliers est supérieure à 10 m et inférieure à 60 m.
  Les parois verticales intérieures des chemins d'évacuation et les portes y donnant accès présentent EI1 30 pour les portes et EI 30 pour les parois.
  [6 Cette exigence ne s'applique pas aux compartiments à occupation exclusivement diurne dont la superficie est inférieure à 2500 m à condition :
   - que ces compartiments soient équipés d'une installation d'extinction automatique de type sprinklage;
   - que le bâtiment soit équipé d'une installation de détection automatique des incendies de type surveillance généralisée qui signale automatiquement un début d'incendie et en indique le lieu et dont les détecteurs sont appropriés aux risques présents;
   - et que les produits utilisés pour les revêtements de parois verticales, plafonds et sols de ces compartiments satisfassent aux exigences en matière de réaction au feu dans les chemins d'évacuation.]6
  4.5 Signalisation.
  Le numéro d'ordre de chaque niveau est apposé de façon apparente sur les paliers et dans les dégagements des cages d'escaliers et des ascenseurs.
  L'indication des sorties et des sorties de secours doit répondre aux exigences concernant la signalisation de sécurité et de santé au travail
  5 PRESCRIPTIONS RELATIVES A LA CONSTRUCTION DE CERTAINS LOCAUX ET ESPACES TECHNIQUES.
  5.1 Locaux et espaces techniques.
  5.1.1 Généralités.
  Un local technique ou un ensemble de locaux techniques constitue un compartiment. Ce compartiment peut s'étendre à plusieurs niveaux successifs.
  Les prescriptions relatives aux compartiments sont applicables aux locaux techniques avec, toutefois les modifications suivantes :
  1. accès à deux sorties qui débouchent :
  - soit vers un sas débouchant dans un compartiment voisin suivant 4.2.2.3;
  - soit vers un sas débouchant dans une cage d'escaliers suivant 4.2.2.3;
  - soit à l'air libre permettant d'atteindre un niveau d'évacuation;
  2. par dérogation au 4.4.1 aucun point du compartiment ne peut se trouver à une distance supérieure à :
  - 45 m du chemin reliant, dans le compartiment technique, les deux sorties;
  - 60 m de la sortie la plus proche;
  - 100 m de la seconde sortie;
  Toutefois, si la superficie du compartiment technique ne dépasse pas 1 000 m2, une seule sortie vers une cage d'escaliers, vers l'extérieur ou vers un autre compartiment suffit.
  Dans ce cas la distance à parcourir pour atteindre cette sortie ne peut être supérieure à 60 m;
  3. lorsque la hauteur du compartiment technique s'étend à plusieurs niveaux successifs (voir 2.1) et s'il comporte plusieurs planchers de service reliés par des escaliers ou des échelles :
  - si sa superficie est inférieure à 1 000 m2, un accès à une cage d'escaliers, ou vers l'extérieur ou à un autre compartiment suffit pour deux planchers de service, en commençant par le plus bas;
  - si sa superficie est supérieure à 1 000 m2, chaque plancher de service doit avoir accès à au moins une des deux sorties; celles-ci alternent de plancher à plancher;
  4. la largeur utile des chemins d'évacuation, volées d'escaliers, paliers et sas est de 0,80 m au minimum.
  5.1.2. Chaufferies et leurs dépendances.
  Les installations pour le stockage et la détention de gaz de pétrole liquéfié, utilisées pour le chauffage du bâtiment, sont placées en dehors du bâtiment.
  5.1.2.1 Chaufferies dans lesquelles les générateurs ont une puissance calorifique utile totale supérieure ou égale à 70 kW
  Leur conception et leur construction sont conformes aux prescriptions de la norme NBN B 61-001 [7 +A1 : 1996]7.
  Les chaufferies et leurs dépendances sont situées :
  a) soit dans un bâtiment voisin, se trouvant à une distance horizontale de 8 m au moins, dégagée de tout élément combustible, visée au point 1.4;
  b) soit dans le bâtiment, mais aux conditions suivantes :
  - elles ne peuvent pas se trouver dans ou sous la partie élevée;
  - les chaufferies pour la chauffe au combustible gazeux plus léger que l'air peuvent être situées en toiture;
  - leur communication avec les autres parties du bâtiment se fait par un sas conforme à celui décrit au point 1.4, les portes s'ouvrant dans le sens de l'évacuation.
  5.1.2.2 Chaufferies dans lesquelles les générateurs ont une puissance calorifique utile totale supérieure à 30 kW et inférieure à 70 kW
  La chaufferie est aménagée dans un local technique prévu à cet effet (5.1.1).
  Les dispositions de ce point ne s'appliquent pas aux locaux dans lesquels ne sont placés que des générateurs à gaz à chambre de combustion étanche à tirage mécanique.
  5.1.3 Locaux de transformation de l'électricité.
  5.1.3.1 Généralités.
  Ils satisfont aux prescriptions du Règlement général sur les installations électriques (R.G.I.E.).
  En outre :
  - les parois présentent EI 120 sauf si elles sont extérieures;
  - les portes intérieures présentent EI1 60;
  - si le plancher est à un niveau tel que l'eau (qu'elle qu'en soit la provenance, y compris l'eau utilisée pour la lutte contre l'incendie) peut s'y accumuler par infiltration ou par les caniveaux des câbles par exemple, toutes dispositions sont prises pour qu'elle demeure constamment et automatiquement au-dessous du niveau des parties vitales de l'installation électrique, tant que celle-ci est maintenue en service.
  Les mesures de protection prévues par la NBN C 18-200 "Code de bonne pratique pour la protection des locaux techniques de transformation électrique contre l'incendie" sont de rigueur, lorsque la contenance en huile de l'ensemble des appareils atteint ou dépasse 50 l.
  5.1.3.2 Postes assemblés sur place ou postes préfabriqués.
  Un poste assemblé sur place ou un poste préfabriqué est monté dans un local qui lui est propre. Les parois de ce local présentent EI 120.
  A moins d'être extérieur, l'accès à ce local est assuré par une porte EI1 60.
  5.1.4 Evacuation des ordures.
  5.1.4.1 Les gaines vide-ordures sont interdites.
  5.1.4.2 Local d'entreposage des ordures.
  Ses parois présentent EI 120.
  [8 L'accès de ce local vers l'intérieur est assuré :
   a) soit par un sas qui présente les caractéristiques suivantes :
   1. avoir des portes EI1 30 à fermeture automatique;
   2. avoir des parois EI 120;
   3. avoir une superficie minimale de 2 m;
   b) soit par une porte EI1 30 à fermeture automatique, à condition que le local d'entreposage des ordures soit équipé d'une installation d'extinction automatique.
   Cette installation d'extinction automatique est présumée conforme si elle répond aux prescriptions du point 5.1.4.3.]8
  [9 5.1.4.3 Solution-type pour les locaux d'entreposage des ordures - Système d'extinction automatique de type sprinklage directement raccordé au réseau d'eau public.
   La présente solution-type n'est applicable qu'à un local d'entreposage des ordures dont la superficie est inférieure ou égale à 24 m.
   La présente solution-type décrit un système d'extinction automatique à eau raccordé au réseau d'eau public sans placement obligatoire d'un appareillage de mise en surpression (par ex. pompe). Ce système est une installation dans laquelle les canalisations sont toujours remplies d'eau.
   5.1.4.3.1 Conditions environnementales et de fonctionnement.
   L'entièreté du système d'extinction automatique, y compris le local d'entreposage des ordures et les canalisations en amont de celui-ci jusqu'au compteur d'eau du bâtiment, doit être à l'abri du gel.
   La pression de l'eau dans ce système ne peut pas dépasser 12 bar.
   Excepté lors d'essais, de contrôle ou de maintenance, ce système d'extinction automatique doit être en permanence en état de fonctionner (vannes en amont et dans le système en position ouverte, composants maintenus en bon état de fonctionnement, ...).
   5.1.4.3.2 Caractéristiques de conception et d'installation des sprinkleurs.
   Les sprinkleurs sont conformes à la norme NBN EN 12259-1 et présentent les caractéristiques suivantes :
   - ils sont de type conventionnel, pendant ou debout;
   - leur température nominale de fonctionnement est de 68° C ou moins;
   - leur facteur K est compris entre 75 et 85. Les valeurs de K correspondent au débit en l/min d'un sprinkleur soumis à une pression d'1 bar.
   Les sprinkleurs sont installés sous plafond à une distance maximale de 30 cm de celui-ci ou sont encastrés dans le plafond.
   Si la superficie du local est inférieure ou égale à 12 m, un seul sprinkleur est installé au centre de la pièce.
   Si la superficie du local est supérieure à 12 m et inférieure ou égale à 24 m, deux sprinkleurs sont installés de manière centrée dans la pièce et sont distants entre eux de minimum 2 m et de maximum 4 m.
   5.1.4.3.3 Caractéristiques des canalisations.
   Les canalisations du système sont en acier.
   Les canalisations du système et celles en amont du système jusqu'au compteur d'eau du bâtiment présentent un diamètre nominal (intérieur) de minimum 25 mm.
   Les canalisations sont fixées aux parois ou encastrées dans celles-ci, y compris dans le local d'entreposage des ordures
   5.1.4.3.4 Alarme de débit d'eau.
   La canalisation d'alimentation en eau du système est équipée d'un dispositif d'alarme placé à l'extérieur du local d'entreposage des ordures et conforme à la norme NBN EN 12259-2 ou à la norme NBN EN 12259-5.
   Les canalisations du système en aval du dispositif d'alarme ne peuvent pas être utilisées autrement que pour assurer l'extinction automatique du local d'entreposage des ordures.]9
  5.1.5 Gaines contenant des canalisations.
  5.1.5.1 Gaines verticales.
  Lorsque les gaines verticales traversent des parois horizontales pour lesquelles une résistance au feu est requise, une des trois mesures suivantes est appliquée :
  1. Les parois des gaines verticales présentent EI 120 et les trappes et les portillons d'accès à ces gaines présentent EI1 60.
  Elles sont largement aérées à leur partie supérieure.
  La section d'aération libre de la gaine est au moins égale à 10 % de la section totale horizontale de la gaine avec un minimum de 4 dm2.
  [10 La section d'aération libre peut être munie de clapets de ventilation motorisés dont l'ouverture est commandée des manières suivantes :
   - automatiquement en cas de détection d'un incendie dans la gaine;
   - automatiquement en cas de détection d'un incendie dans le bâtiment, si celui-ci est équipé d'une installation de détection d'incendie généralisée;
   - automatiquement en cas de défaillance de la source d'énergie, du dispositif d'alimentation ou du dispositif de commande (appareil à sécurité positive);
   - manuellement via une commande située au niveau d'évacuation à un emplacement défini en accord avec le service d'incendie.
   Lorsque la section d'aération libre d'une gaine est munie de clapets de ventilation motorisés, les éventuelles conduites de gaz dans cette gaine doivent satisfaire aux prescriptions de la norme NBN D 51-003 relatives aux tuyaux et raccords dans une gaine technique non aérée.]10
  Ces gaines peuvent être placées dans les cages d'escaliers et leurs sas d'accès, mais elles ne peuvent s'y ouvrir.
  Dans le cas des BE visés au 4.2.2.9 les gaines peuvent s'ouvrir dans le hall commun.
  2. Un élément de construction présentant au moins la résistance au feu requise pour la paroi horizontale est placé au niveau de la traversée;
  3. Les parois des gaines verticales présentent EI 60 et les trappes et portillons d'accès à ces gaines EI1 30 et sont compartimentées à chaque compartiment par des écrans horizontaux présentant les caractéristiques suivantes :
  - être en matériaux de classe A1;
  - occuper tout l'espace libre entre les canalisations;
  - présenter EI 60.
  Dans les cas 2 et 3, les gaines ne doivent pas être aérées.
  5.1.5.2 Gaines horizontales.
  Lorsque les gaines horizontales traversent des parois verticales pour lesquelles une résistance au feu est requise, une des trois mesures suivantes est appliquée :
  1. Les parois des gaines horizontales et les trappes et portillons d'accès à ces gaines présentent la même résistance au feu que celle des parois traversées;
  2. Un élément de construction qui présente au moins la résistance au feu requise pour la paroi verticale est placé au niveau de la traversée
  3. Les parois des gaines horizontales présentent EI 60 et les trappes et portillons d'accès à ces gaines EI1 30; les gaines horizontales sont compartimentées à chaque compartiment par des écrans verticaux présentant les caractéristiques suivantes :
  - être en matériaux de classe A1;
  - occuper tout l'espace libre entre les canalisations;
  - présenter EI 60.
  5.2 Parkings.
  Par dérogation au principe de base énoncé au 2.1, un parking, même à plusieurs niveaux communicants, peut constituer un compartiment dont la superficie n'est pas limitée.
  Les parois entre le parking et le reste du bâtiment sont conformes aux dispositions du 4.1.
  Toutefois, il est permis d'inclure, dans le compartiment du parking, certains locaux sans occupation humaine, par exemple : des locaux pour transformateurs, débarras, locaux pour archives, locaux techniques
  [11 Les parois de ces locaux présentent EI 120 et :
   - soit leurs accès se fait par un sas avec des parois EI 120 et des portes EI1 30 à fermeture automatique;
   - soit l'accès à chaque local se fait par une porte EI1 60 à fermeture automatique.]11
  A chaque niveau l'évacuation est assurée comme suit :
  - au moins deux cages d'escaliers ou escaliers extérieurs, conformes aux prescriptions du 4.2 ou du 4.3 sont accessibles depuis n'importe quel point du niveau; la distance à parcourir pour parvenir à l'escalier le plus proche ne peut être supérieure à 45 m; la largeur utile minimale de ces escaliers est de 0,80 m;
  - conformément au 2.2.2, alinéa 3, l'exigence de l'accès à une des deux cages d'escaliers peut être satisfaite par une sortie directe à l'air libre au niveau considéré;
  - au niveau le plus proche du niveau de sortie des véhicules, la rampe pour véhicules peut remplacer l'une des deux cages d'escaliers si ses parois présentent EI 120 et si la pente, mesurée dans son axe, ne dépasse pas 10 %;
  - la limitation de la pente à 10 % n'est pas d'application pour les compartiments dont la superficie est égale ou inférieure à 500 m2, si l'évacuation reste possible, via la rampe;
  - en plus de la signalisation prévue au 4.5, l'indication des voies d'évacuation, à chaque niveau, se fait également sur le sol ou au ras du sol.
  [11 Toutefois une seule sortie par niveau (cage d'escaliers intérieure, escalier extérieur, sortie directe à l'air libre ou rampe au niveau le plus proche du niveau de sortie des véhicules) est suffisante, à condition :
   - que le parking s'étende en hauteur sur maximum sur deux niveaux;
   - qu'aucun de ces deux niveaux ne soit situés à plus de deux niveaux au-dessus ou en-dessous du niveau de sortie des véhicules;
   - qu'aucun point du parking ne se trouve à une distance supérieure à 15 m de l'accès au chemin d'évacuation menant à la sortie;
   - et qu'aucun point du parking ne se trouve à une distance supérieure à 30 m de l'accès à la sortie.]11
  Dans les parkings fermés ayant une superficie supérieure à 2 500 m2, des mesures nécessaires pour prévenir la propagation des fumées doivent être prises.
  5.3 Salles.
  5.3.1 Si plus de 500 personnes peuvent s'y tenir, ces locaux ne peuvent être situés sous le niveau du sol extérieur qu'aux conditions suivantes :
  - la différence entre le niveau le plus bas du sol de ces salles et le niveau d'évacuation le plus proche ne peut être supérieure à 3 m;
  - le nombre de sorties est déterminé comme pour les compartiments;
  - l'évacuation est assurée soit par des escaliers, soit par des rampes dont la pente, mesurée dans l'axe, ne dépasse pas 10 %. La largeur totale de ces chemins est supérieure à la largeur utile théorique.
  Si, au maximum, 500 personnes peuvent s'y tenir, ces salles peuvent être situées au-dessous du niveau du sol extérieur, s'il n'y a pas plus de 4 m de différence entre le sol de ces salles au droit de son point le plus bas accessible au public et le niveau moyen des divers niveaux d'évacuation de l'établissement.
  Le nombre de sorties est défini comme pour les compartiments.
  5.3.2 Construction.
  Les parois limitant ces salles ou ensemble de tels locaux présentent EI 120.
  Chacune des communications pratiquées dans ces parois est fermée par une porte EI1 60 à fermeture automatique ou à fermeture automatique en cas d'incendie, soit par un sas de minimum 2 m2 à parois EI 120 et portes EI1 30 à fermeture automatique ou à fermeture automatique en cas d'incendie.
  Ces portes s'ouvrent dans le sens de l'évacuation.
  Aucun obstacle ne peut gêner la circulation vers les sorties.
  5.4 Ensemble commercial.
  L'installation de locaux à caractère commercial donnant sur des galeries intérieures est autorisée à un niveau d'évacuation et aux niveaux adjacents, si :
  1. l'ensemble de ces locaux et galeries est séparé du reste du bâtiment par des parois EI 120;
  2. le reste du bâtiment a ses sorties propres, indépendantes des sorties de l'ensemble commercial;
  Les parois entre les locaux commerciaux présentent EI 30 et sont prolongées dans le faux-plafond éventuel. Cette dernière disposition n'est pas d'application s'il existe une installation d'extinction automatique hydraulique, s'étendant à l'ensemble commercial conforme à la norme NBN EN 12845.
  5.5. Cuisines collectives.
  Les cuisines collectives, comprenant éventuellement le restaurant sont séparées des autres parties du bâtiment par des parois EI 120.
  Chacune des communications pratiquées entre ces locaux et le reste du bâtiment est fermée soit par une porte EI1 60 à fermeture automatique ou à fermeture automatique en cas d'incendie; soit par un sas de minimum 2 m2 dont les parois sont EI 120 et les portes EI1 30 à fermeture automatique ou à fermeture automatique en cas d'incendie.
  Ces portes s'ouvrent dans le sens de l'évacuation de la cuisine.
  Si la cuisine est compartimentée par rapport au restaurant, les transporteurs de vaisselle horizontaux et verticaux entre la cuisine et le restaurant doivent répondre aux conditions suivantes :
  - lorsqu'il se fait via d'autres locaux, le transport se fait dans des gaines dont les parois présentent EI 120;
  - le système de transport est obturé à hauteur de la paroi du compartiment avec un dispositif EI 120.
  Si la cuisine n'est pas compartimentée par rapport au restaurant, chaque appareil fixe de friture est muni d'une installation fixe d'extinction automatique couplée avec un dispositif d'interruption de l'alimentation en énergie de l'appareil de friture.
  6 EQUIPEMENT DES IMMEUBLES.
  6.1. [12 Ascenseurs et monte-charges.
   6.1.1 Généralités.
   6.1.1.1 La machine et les dispositifs associés d'un ascenseur et/ou monte-charge ne sont pas accessibles, sauf pour la maintenance, le contrôle et les cas d'urgence. La machinerie peut se trouver :
   - soit dans un local des machines;
   - soit dans la gaine, à l'exception des ascenseurs oléo-hydrauliques, pour lesquels la machinerie, y compris le réservoir à huile, doit se trouver dans un local des machines.
   Les organes de contrôle peuvent être accessibles à partir du palier, à condition qu'ils n'altèrent pas le degré de résistance au feu exigé pour la façade palière ou la paroi de la gaine dans laquelle ils sont placés.
   6.1.1.2 En cas d'élévation anormale de la température de la machine et/ou d'autres équipements électriques, les ascenseurs doivent s'arrêter à un palier de façon à ce que les passagers puissent en sortir.
   Un retour automatique des ascenseurs en service normal n'est possible qu'après un refroidissement suffisant.
   6.1.1.3 Aucun dispositif d'extinction à eau ne peut se trouver dans la ou les gaines.
   6.1.2 Conception.
   6.1.2.1 L'ensemble constitué par une ou plusieurs gaines et l'éventuel local des machines, ainsi que les paliers d'ascenseurs, qui doivent former un sas, est limité par des parois EI 120.
   Les parois extérieures peuvent être vitrées si elles répondent aux exigences du point 3.5.
   Les portes d'accès entre le compartiment et le sas présentent EI1 30 et sont à fermeture automatique ou à fermeture automatique en cas d'incendie.
   Si la superficie du sas est inférieure à la superficie de la cabine de l'ascenseur, la porte d'accès entre le compartiment et le sas est une porte battante EI1 30 à fermeture automatique en cas d'incendie asservie à une installation de détection d'incendie comprenant au minimum :
   - une détection de fumées dans la gaine d'ascenseur;
   - et une détection de fumées dans le compartiment à proximité de la porte d'accès au sas.
   Le palier d'accès doit être distinct des paliers et des sas des cages d'escaliers et ne pas être inclus dans le chemin d'évacuation sauf dans les cas visés aux 4.2.2.8 et 4.2.2.9.
   6.1.2.2 L'ensemble des portes palières de l'ascenseur présente E 30. La résistance au feu est déterminée selon la norme NBN EN 81-58 en exposant au feu la face située du côté du palier. La face du côté du palier sera testée avec les éventuels organes de commande et de contrôle qui en font partie.
   Les portes palières testées selon d'autres méthodes sont acceptées conformément à l'arrêté royal du 12 avril 2016 relatif à la mise sur le marché des ascenseurs et des composants de sécurité pour ascenseurs, à condition de présenter au moins le même niveau de résistance au feu.
   6.1.2.3 Les prescriptions des points 6.1.2.1 et 6.1.2.2 ne sont pas exigées dans les cas suivants :
   a) à tous les niveaux desservis par l'ascenseur, si cet ascenseur ne dessert que les niveaux d'un seul compartiment comprenant plusieurs niveaux;
   b) aux niveaux desservis par l'ascenseur qui ne font partie que d'un seul compartiment comprenant plusieurs niveaux et ne formant pas un parking, si la conception de cet ascenseur aux autres niveaux satisfait aux prescriptions des points 6.1.2.1 et 6.1.2.2;
   c) aux niveaux où l'ascenseur donne directement à l'extérieur, si la conception de cet ascenseur aux autres niveaux satisfait aux prescriptions des points 6.1.2.1 et 6.1.2.2.
   6.1.2.4 Ascenseurs et monte-charges dont la machinerie est dans un local des machines.
   Les parois intérieures du local des machines qui ne donnent pas sur la gaine d'ascenseur présentent EI 120.
   Les portes ou les trappes d'accès dans ces parois présentent EI1 60.
   L'accès au local des machines est garanti au service d'incendie.
   6.1.2.5 Ascenseurs oléo-hydrauliques.
   Le local des machines est séparé de la gaine d'ascenseur. Les parois du local des machines présentent EI 120, y compris les parois qui donnent sur la gaine d'ascenseur.
   L'accès au local des machines se fait :
   - soit par un sas présentant les caractéristiques suivantes :
   1. comporter deux portes EI1 30 à fermeture automatique;
   2. avoir des parois EI 120;
   3. avoir une superficie minimale de 2 m;
   4. être distinct des paliers et des sas des cages d'escaliers et ne pas être inclus dans le chemin d'évacuation;
   - soit par une porte EI1 60 à fermeture automatique qui ne débouche pas dans une cage d'escaliers.
   L'accès au local des machines est garanti au service d'incendie.
   Le seuil des portes d'accès au local des machines est relevé de façon que la cuvette ainsi réalisée ait une capacité égale à 1,2 fois au moins la capacité d'huile des machines.
   L'appareillage électrique ainsi que les canalisations électriques et hydrauliques, passant du local des machines vers la gaine d'ascenseur, sont situés à un niveau supérieur à celui que peut atteindre l'huile répandue dans le local des machines.
   L'espace autour du trou de passage de ces canalisations est obturé par un système de calfeutrement présentant EI 120.
   Une thermo-coupure est prévue dans le bain d'huile et dans les enroulements du moteur d'entraînement de la pompe.
   Caractéristiques de l'huile :
   - Point d'éclair en vase ouvert : ≥ 190 ° C
   - Point de feu : ≥ 200 ° C
   - Point de combustion spontanée : ≥ 350 ° C
   6.1.3 Ventilation.
   6.1.3.1 La gaine, le local des machines ou l'ensemble gaine et local des machines sont pourvus d'une ventilation naturelle avec prise d'air extérieur.
   Toutefois la gaine ou l'ensemble gaine et local des machines peuvent être pourvus d'une ventilation naturelle avec prise d'air intérieure à condition que la conception de l'ascenseur satisfait :
   - soit au cas décrit en a) du point 6.1.2.3;
   - soit au cas décrit en b) du point 6.1.2.3 de telle sorte que les niveaux où les prescriptions des points 6.1.2.1 et 6.1.2.2 ne sont pas exigées se situent au-dessus des autres niveaux.
   6.1.3.2 Les orifices de ventilation présentent une section minimale de 1 % de la section horizontale de l'espace duquel l'air est prélevé.
   Toutefois la gaine et le local des machines d'un ascenseur oléo-hydrauliques doivent être ventilés indépendamment.
   6.1.3.3 Les orifices de ventilation peuvent être munis de clapets de ventilation motorisés dont l'ouverture est au minimum commandée des manières suivantes :
   - automatiquement pour assurer une aération suffisante aux passagers de l'ascenseur, même en cas d'arrêt prolongé;
   - automatiquement en cas d'élévation anormale de la température de la machine et/ou des organes de contrôle;
   - automatiquement en cas de détection d'un incendie dans la gaine d'ascenseur et/ou le local des machines;
   - automatiquement en cas de détection d'un incendie dans le bâtiment, si celui-ci est équipé d'une installation de détection d'incendie généralisée;
   - automatiquement en cas de défaillance de la source d'énergie, du dispositif d'alimentation ou du dispositif de commande (appareil à sécurité positive);
   - manuellement via une commande située au niveau d'évacuation.
   6.1.4 Fonctionnement en cas d'incendie.
   Le fonctionnement des ascenseurs en cas d'incendie est conforme aux prescriptions suivantes ou à toute autre règle de bonne pratique présentant un niveau de sécurité équivalent, conformément à l'arrêté royal du 12 avril 2016 relatif à la mise sur le marché des ascenseurs et des composants de sécurité pour ascenseurs.
   Le principe du fonctionnement de l'ascenseur en cas d'incendie est de ramener la cabine à un palier désigné, de permettre aux passagers de sortir puis de retirer l'ascenseur du service normal quand un signal indiquant un incendie est reçu de l'installation de détection d'incendie ou du dispositif de rappel manuel.
   6.1.4.1 Le fonctionnement des ascenseurs en cas d'incendie est conforme aux prescriptions de la norme NBN EN 81-73.
   6.1.4.2 Le palier de l'ascenseur au niveau d'évacuation est défini comme le palier désigné de l'ascenseur.
   6.1.4.3 Chaque batterie d'ascenseurs est au moins munie d'un dispositif de rappel manuel située au niveau d'évacuation.
   De plus, si le bâtiment est équipé d'une installation de détection d'incendie généralisée ou d'une installation de détection d'incendie dans les gaines d'ascenseurs et/ou les locaux des machines, cette installation doit transmettre un signal aux ascenseurs en cas d'incendie.
   6.1.4.4 Lorsqu'une détection généralisée ou partielle est requise dans le bâtiment et que la machinerie des ascenseurs et monte-charges est dans la gaine, une détection de fumées sera placée dans la gaine.
   6.1.4.5 Dans le cas où un incendie est détecté par une installation de détection d'incendie au palier correspondant au palier désigné principal, l'ascenseur doit recevoir un ou des signaux électriques supplémentaires afin de diriger la cabine vers le palier désigné de remplacement.
   6.1.4.6 Lorsqu'en cas d'incendie les ascenseurs sont ramenés au palier désigné, des moyens doivent être prévus pour permettre au service d'incendie de vérifier facilement que les cabines sont présentes et que personne n'est enfermée.
   Les ascenseurs qui, lors de leur arrivée au palier désigné, stationnent portes ouvertes et sont retirés du service normal, satisfont à cette exigence.
   6.1.4.7 L'ascenseur ne peut être remis en service normal que par une personne compétente.
   6.1.4.8 Pour les bâtiments pour lesquels la demande de construction a été introduite avant le 1er avril 2017, les dispositions dérogatoires suivantes s'appliquent :
   - Point 6.1.4.1 : Uniquement d'application aux ascenseurs conçus ou modernisés après le 31 mars 2017.]12
  6.2 Paternosters, transporteurs à conteneurs et monte-charges à chargement et déchargement automatiques.
  6.2.1 Ils ont des salles de machines, gaines et paliers qui leur sont propres.
  Les salles de machines doivent se trouver à la partie supérieure de la gaine. Les parois intérieures des salles des machines et des gaines présentent EI 120.
  A la recette de chaque niveau desservi doit exister un sas à parois EI 120. Les portes ou portillons d'accès, présentent E 30, sont à fermeture automatique et sont testés avec la face du côté du palier vers le four. La superficie du sas de chaque recette permet l'installation aisée des stations de départ et d'arrivée, ainsi que l'accès facile du personnel pour la desserte des stations. L'usage de ce sas est strictement limité à la desserte des stations.
  Les ouvertures d'accès du sas à la gaine sont fermées par des portes ou des portillons.
  Les faces situées du côté du palier et les accès pratiqués dans ces faces présentent EI 60.
  Les portes de gaine ou portillons de ces appareils sont à manoeuvre automatique et normalement fermés; leur ouverture est subordonnée à la fermeture de l'autre porte ou portillons du sas.
  Les passages éventuels des transporteurs horizontaux vers les paternosters et les monte-charges, ainsi que les passages de compartiment à compartiment, se font au travers d'un sas fermé par deux clapets ou portillons qui présentent E 30.
  Les clapets sont à manoeuvre automatique et normalement fermés; l'ouverture d'un clapet ou portillon au passage d'un conteneur est subordonnée à la fermeture de l'autre.
  Si les transporteurs à conteneur suivent un trajet continu horizontal et/ou vertical et traversent soit des compartiments, soit des niveaux, des sas sont prévus à chaque endroit de passage. Les parois des sas présentent EI 120.
  Les deux clapets ou portillons présentent E 30. Ils sont testés avec la face palière vers le four.
  Ils sont à manoeuvre automatique et normalement fermés; l'ouverture d'un clapet ou portillon au passage d'un conteneur est subordonnée à la fermeture de l'autre. En cas d'incendie, les installations sont mises hors service.
  6.2.2 L'installation de paternosters pour le transport de personnes est interdite.
  6.3 Escaliers mécaniques.
  6.3.1 Les escaliers mécaniques sont placés dans des gaines dont les parois présentent EI 120, sauf s'ils ne desservent qu'un seul compartiment.
  6.3.2 L'accès à la gaine est assuré à chaque niveau, par un sas présentant les caractéristiques suivantes :
  1. comporter deux portes EI1 30 à fermeture automatique ou à fermeture automatique en cas d'incendie;
  2. avoir des parois EI 120;
  3. avoir une superficie minimale de 2 m2;
  4. être distinct des paliers et des sas des cages d'escaliers et ne pas être inclus dans le chemin d'évacuation.
  6.3.3 L'escalier mécanique est automatiquement mis à l'arrêt dès détection d'un incendie dans un compartiment auquel il donne accès.
  6.4 [13 Ascenseurs particuliers.
   Les ascenseurs particuliers et le fonctionnement de ceux-ci en cas d'incendie sont conformes aux prescriptions suivantes ou à toute autre règle de bonne pratique présentant un niveau de sécurité équivalent, conformément à l'arrêté royal du 12 avril 2016 relatif à la mise sur le marché des ascenseurs et des composants de sécurité pour ascenseurs.
   6.4.1 Ascenseurs destinés à l'évacuation de personnes à mobilité réduite.
   Lorsqu'un ascenseur destiné à l'évacuation de personnes à mobilité réduite est obligatoire, il doit répondre aux prescriptions suivantes en plus des prescriptions reprises au point 6.1.
   6.4.1.1 Cet ascenseur doit être conçu et construit de façon à ne pas entraver ou empêcher l'accès et l'usage par des personnes à mobilité réduite.
   6.4.1.2 A tous les niveaux, les paliers de l'ascenseur doivent former un sas conforme au point 6.1.2.1 dont la superficie est égale ou supérieure à la superficie de la cabine de l'ascenseur.
   6.4.1.3 Les cabines d'ascenseurs sont accessibles, au moins, à une personne en fauteuil roulant et une personne accompagnante.
   Les dimensions minimales des cabines d'ascenseur sont de 1,1 m (largeur) x 1,4 m (profondeur).
   6.4.1.4 Les portes palières sont à ouverture et fermeture automatique et ont une largeur utile d'au moins 0,90 m.
   6.4.1.5 L'évacuation est réalisée sous le contrôle d'une personne compétente. A cet effet, l'ascenseur est équipé d'un interrupteur à clé "évacuation" permettant à une personne compétente de prendre le contrôle de l'ascenseur.
   6.4.1.6 Une signalisation lumineuse indiquant qu'il s'agit d'un ascenseur destiné à l'évacuation de personnes à mobilité réduite doit s'éclairer lorsque l'ascenseur est en service d'évacuation.
   Les dimensions minimales de la signalisation sont de 6 cm (largeur) x 3 cm (hauteur).
   La signalisation lumineuse est installée au-dessus ou à côté de chaque porte palière, à une hauteur comprise entre 1,8 m et 2,5 m du sol, et dans la cabine à une hauteur comprise entre 1,6 m et 1,8 m.
   6.4.1.7 L'ascenseur doit comporter un système d'intercommunication permettant une communication vocale bidirectionnelle lorsque l'ascenseur est en mode d'évacuation. Celui-ci doit permettre de communiquer entre la cabine, le niveau d'évacuation et le local des machines ou le tableau des opérations de secours.
   L'équipement de communication dans la cabine et au niveau d'évacuation doit comporter un microphone et un haut-parleur encastrés, et non un combiné téléphonique.
   Le câblage du système de communication doit être contenu à l'intérieur de la gaine de l'ascenseur et/ou du local des machines s'il y a lieu.
   6.4.1.8 A l'exception des ascenseurs ne desservant que deux niveaux, chaque palier de l'ascenseur doit comporter un système d'intercommunication permettant une communication vocale bidirectionnelle lorsque l'ascenseur est en mode d'évacuation. Celui-ci doit permettre de communiquer entre chaque palier, le niveau d'évacuation et le local des machines ou le tableau des opérations de secours, afin d'identifier les étages où se trouvent des personnes handicapées nécessitant une évacuation et de retransmettre de cette information à la personne chargée de l'évacuation.
   L'équipement de communication à chaque palier et au niveau d'évacuation doit comporter un microphone et un haut-parleur encastrés, et non un combiné téléphonique.
   Ce système de communication est conçu de telle manière que son fonctionnement reste assuré même en cas de défaillance du système de communication de l'ascenseur prévu au point 6.4.1.7.
   6.4.2 Ascenseurs destinés aux services d'incendie.
   Chaque compartiment et niveau desservi par ascenseur, excepté éventuellement le compartiment technique du niveau supérieur, est desservi par au moins :
   a) 1 ascenseur destiné aux services d'incendie pour les bâtiments d'une hauteur comprise entre 25 et 100 m;
   b) 2 ascenseurs destinés aux services d'incendie pour les bâtiments d'une hauteur supérieure à 100 m.
   Ces ascenseurs destinés aux services d'incendie, doivent répondre aux prescriptions suivantes en plus des prescriptions reprises au point 6.1.
   Par dérogation au premier alinéa, un ascenseur destiné aux services d'incendie n'est pas exigé dans les immeubles visés au point 4.2.2.9.
   6.4.2.1 Les ascenseurs destinés aux services d'incendie et le fonctionnement de ceux-ci en cas d'incendie sont conformes aux prescriptions de la norme NBN EN 81-72.
   6.4.2.2 A tous les niveaux, les paliers de l'ascenseur doivent former un sas conforme au point 6.1.2.1 dont la superficie est égale ou supérieure à la superficie de la cabine de l'ascenseur.
   6.4.2.3 Pour les bâtiments d'une hauteur comprise entre 25 et 75 m, tous les ascenseurs et leurs équipements électriques doivent avoir la même protection contre l'incendie que l'ascenseur destiné aux services d'incendie si dans une batterie d'ascenseur, il n'y a pas de mur EI 60 intermédiaire pour séparer l'ascenseur destiné aux services d'incendie des autres ascenseurs dans une gaine commune.
   Pour les bâtiments d'une hauteur supérieure à 75 m, chaque ensemble constitué par la gaine et l'éventuel local des machines, ainsi que les paliers d'ascenseurs, d'un ascenseur destiné aux services d'incendie forme un ensemble indépendant des autres ascenseurs conforme au point 6.1.2.1.
   6.4.2.4 Les dimensions minimales des cabines d'ascenseur sont de 1,1 m (largeur) x 2,1 m (profondeur).
   6.4.2.5 Les portes palières sont à ouverture et fermeture automatique et ont une largeur utile de 0,80 m au moins.
   6.4.2.6 Au palier du niveau d'accès des services d'incendie, un interrupteur à clé "pompier" est prévu pour permettre au service d'incendie de prendre le contrôle de l'ascenseur.
   6.4.2.7 L'ascenseur doit pouvoir atteindre l'étage le plus éloigné du niveau d'accès des services d'incendie en moins de 60 secondes après la fermeture des portes.
   Toutefois pour les bâtiments d'une hauteur supérieure à 200 m, ce temps est augmenté d'1 seconde par tranche de 3 m de hauteur qui se situe au-delà de 200 m.
   6.4.3 Dispositions dérogatoires.
   Pour les bâtiments pour lesquels la demande de construction a été introduite avant le 1er avril 2017, les dispositions dérogatoires suivantes s'appliquent :
   - Point 6.4.1.4 : Les portes palières des ascenseurs conçus avant le 1er avril 2017 sont à ouverture et fermeture automatique et ont une largeur utile d'au moins 0,80 m.
   - Points 6.4.1.6, 6.4.1.7 et 6.4.1.8 : Uniquement d'application aux ascenseurs conçus ou modernisés après le 31 mars 2017.
   - Point 6.4.2, 1er alinéa : Chaque compartiment et niveau desservi par ascenseur, excepté éventuellement le compartiment technique du niveau supérieur, est desservi par au moins 1 ascenseur destiné aux services d'incendie.
   - Points 6.4.2.1 et 6.4.2.3 : Pas d'application.
   - Point 6.4.2.4 : Les dimensions minimales des cabines d'ascenseur sont de 1,1 m (largeur) x 1,4 m (profondeur).]13
  6.5 Installations électriques de basse tension, de force motrice, d'éclairage et de signalisation.
  6.5.1 Sans préjudice des textes légaux et réglementaires en la matière, le Règlement général sur les installations électriques (R.G.I.E.) est d'application.
  6.5.2 Les canalisations électriques alimentant des installations ou appareils dont le maintien en service est indispensable en cas de sinistre sont placées de manière à répartir les risques de mise hors service général.
  Pour leur tracé jusqu'au compartiment où se trouvent les installations, les canalisations électriques présentent le résistance au feu suivante :
  a) soit une résistance au feu propre qui est au minimum
  - PH 60 selon la NBN EN 50200 pour les canalisations électriques dont le diamètre extérieur est <= 20 mm et dont les conducteurs ont une section <= 2,5 mm2;
  - Rf 1 h selon add. 3 de la NBN 713-020 pour les canalisations dont le diamètre extérieur est > 20 mm ou dont les conducteurs ont une section > 2,5 mm2;
  b) soit Rf 1 h selon l'add. 3 de la NBN 713-020 pour les canalisations sans résistance au feu propre qui sont placées dans une gaine.
  Ces exigences ne sont pas d'application si le fonctionnement des installations ou appareils reste assuré même si la source d'énergie qui les alimente est interrompue.
  Les installations ou appareils visés sont :
  a) l'éclairage de sécurité et éventuellement l'éclairage de remplacement;
  b) les installations d'annonce, d'alerte et d'alarme;
  c) les installations d'évacuation des fumées;
  d) les pompes à eau pour l'extinction du feu et, éventuellement, les pompes d'épuisement;
  e) [14 tous les ascenseurs, à l'exception dans les immeubles visés au point 4.2.2.9 des ascenseurs non particuliers qui ne sont pas visés par le point 6.4.]14
  6.5.3 Sources autonomes de courant.
  Les circuits dont il est question au 6.5.2 doivent pouvoir être alimentés par une ou plusieurs sources autonomes de courant dont la puissance est suffisante pour alimenter simultanément toutes les installations raccordées à ces circuits.
  Dès que l'alimentation normale en énergie électrique fait défaut, les sources autonomes assurent automatiquement et dans un délai d'une minute, le fonctionnement des installations susdites pendant une heure.
  L'enclenchement de la source autonome de courant provoque l'acheminement successif des cabines d'ascenseurs non prioritaires au palier du niveau d'évacuation et leur immobilisation à ce niveau, portes fermées après temporisation convenable.
  6.5.4 Eclairage de sécurité.
  L'éclairage de sécurité répond aux prescriptions des normes NBN EN 1838, NBN EN 60598-2-22 et NBN EN 50172.
  Cet éclairage de sécurité peut être alimenté, par la source de courant normal, mais, en cas de défaillance de celle-ci, l'alimentation est fournie par une ou plusieurs source(s) autonome(s).
  [15 En cas d'enclenchement de la source autonome de courant, les cabines des ascenseurs non-particuliers qui ne sont pas visés par le point 6.4 sont ramenées à un palier désigné afin de permettre aux passagers de sortir, puis retirées du service normal.]15
  6.5.5 Protection contre la foudre.
  Les bâtiments sont munis d'un dispositif de protection contre la foudre choisi sur la base d'une évaluation du risque.
  6.6 Installations alimentées en gaz combustible et distribué par canalisations.
  Les installations alimentées en gaz combustible plus léger que l'air répondent à :
  - la NBN D 51-001 - Chauffage central, ventilation et conditionnement d'air - Locaux pour poste de détente de gaz naturel;
  - la NBN D 51-003 - Installations alimentées au gaz combustible plus léger que l'air, distribué par des canalisations;
  - la NBN D 51-004 - Installations alimentées au gaz combustible plus léger que l'air, distribué par canalisations. - Installations particulières.
  6.7 Installations aérauliques.
  S'il existe une installation aéraulique, celle-ci doit répondre aux exigences suivantes.
  6.7.1 Conception des installations.
  6.7.1.1 Intégration de locaux ou espaces confinés dans des conduits.
  Aucun local ou espace confiné, même sous comble ou en sous-sol, ne peut être intégré au réseau de conduits d'air, à moins de satisfaire aux prescriptions imposées aux conduits.
  6.7.1.2 Utilisation des cages d'escaliers dans les circuits d'air.
  Aucune cage d'escaliers ne peut servir à l'alimentation ou à l'évacuation d'air d'autres locaux.
  6.7.1.3 Limitation du recyclage d'air.
  L'air extrait des locaux présentant des risques particuliers d'incendie, local de stockage de produits inflammables, chaufferie, cuisine, garage, parking, poste de transformation, local de réception des ordures, ne peut pas être remis en circulation et doit être évacué à l'extérieur.
  L'air extrait d'autres locaux peut être :
  - soit remis en circulation vers les mêmes locaux, à condition que le conduit de recyclage soit équipé d'un [16 clapet coupe-fumée]16 conforme au point 6.7.5;
  - soit pulsé dans d'autre locaux s'il sert à compenser l'évacuation d'air des systèmes d'extraction mécanique avec évacuation vers l'extérieur, à condition qu'il y ait un clapet coupe-fumée supplémentaire et un système de conduits destiné à l'évacuation vers l'extérieur de cet air recyclé.
  [16 Dans les deux cas, une détection de fumée doit être installée dans l'air recyclé en amont du clapet coupe-fumée. Si des fumées sont détectées dans l'air recyclé, les groupes de traitement d'air sont mis à l'arrêt, les clapets coupe-fumée sont fermés et, dans le second cas, le système de conduits destinés à l'évacuation vers l'extérieur de l'air recyclé est automatiquement ouvert et prêt à fonctionner en cas de mise en route des groupes de traitement d'air par le service d'incendie.]16
  Les dispositions précitées ([16 clapet coupe-fumée ]16 sur l'air recyclé et détection de fumée dans le conduit d'extraction) ne sont cependant pas requises pour les groupes de traitements d'air [16 qui ne desservent qu'un seul local ayant un débit total inférieur ou égal à 5000 mü/h]16.
  6.7.2 Construction des conduits d'air.
  6.7.2.1 Conduits d'air dans les chemins d'évacuation.
  Dans les chemins d'évacuation, ainsi que dans les gaines techniques et les endroits inaccessibles après l'achèvement du bâtiment, les conduits sont en matériaux A1; les produits d'isolation, leur revêtements inclus sont au moins A2 - s1, d0.
  Les conduits flexibles sont au moins B - s1, d0 et ont une longueur maximale de 1 m.
  Dans les chemins d'évacuation,, les conduits d'extraction et leurs suspentes [17 présentent une stabilité au feu d'au moins " 1/2h "]17.
  Cette condition est satisfaite lorsque :
  - soit les conduits et leur suspentes ont EI 30 (ho i <- o) ou EI 30 (ve i <- o) suivant qu'ils sont placés respectivement horizontalement ou verticalement;
  - soit les conduits sont suspendus de telle façon qu'ils répondent aux prescriptions suivantes :
  - suspentes en acier
  - entraxe des suspentes <= 1 mètre
  - force par point de suspension <= 500 N
  - tension dans les suspentes <= 18N/mm2
  - la distance entre les conduits et les suspentes <= 5 cm
  - tension de cisaillement <= 10 N/mm2
  6.7.2.2 Conduits d'extraction de cuisines collectives.
  Les conduits d'extraction des cuisines collectives sont en matériaux de la classe A1
  Les conduits d'extraction des cuisines collectives sont :
  - soit placés dans des gaines dont les parois présentent EI 120;
  - soit présentent EI 120 (ho i <-> o) ou EI 120 (ve i <-> o) suivant qu'ils sont placés respectivement horizontalement ou verticalement.
  Les conduits d'extraction et leurs suspentes [18 présentent une stabilité au feu d'au moins " 1/2h "]18.
  Cette condition est satisfaite lorsque :
  - soit les conduits et leur suspentes présentent EI 30 (ho i <- o) ou EI 30 (ve i <- o) suivant qu'ils sont placés respectivement horizontalement ou verticalement
  - soit les conduits sont suspendus de telle façon qu'ils répondent aux prescriptions suivantes :
  - suspentes en acier
  - entraxe des suspentes <= 1 mètre
  - force par point de suspension <= 500 N
  - tension admissible dans les suspentes <= 18N/mm2
  - la distance entre les conduits et les suspentes <= 5 cm
  - tension de cisaillement admissible <= 10 N/mm2
  6.7.3 Traversées de parois par des conduits d'air.
  6.7.3.1 Généralités.
  Les traversées de parois par des conduits d'air doivent en règle générale répondre au 3.1.
  Cette prescription ne vaut pas pour la traversée de parois EI 30 par des conduits d'air, aux conditions suivantes :
  - les conduits d'air sont en matériaux de la classe A1 sur une distance de minimum 1 m de part et d'autre de la paroi traversée;
  - les conduits d'air qui sont raccordés à ces traversées et qui traversent des chemins d'évacuation horizontaux ne peuvent être raccordés aux bouches d'air qui se trouvent dans ces chemins d'évacuation;
  - il s'agit d'un compartiment comprenant uniquement des locaux à occupation diurne.
  6.7.3.2 Traversées avec clapets résistant au feu
  Aucun conduit d'air ne peut :
  - traverser une paroi pour laquelle une résistance au feu supérieure ou égale à EI 60 est exigée;
  - traverser une paroi entre deux compartiments pour laquelle une résistance au feu supérieure ou égale à EI 30 est exigée ou une paroi d'une gaine pour laquelle une résistance supérieur ou égal à EI 30 est exigée;
  sauf s'il satisfait à une des conditions suivantes :
  a) un clapet résistant au feu avec une résistance au feu (EI-S) équivalente à celle exigée pour la paroi traversée et qui est conforme au 6.7.4 est placé au droit de la traversée de la paroi.[19 Toutefois ce clapet peut être déporté de la paroi et relié par un conduit à cette paroi traversée pour autant que l'ensemble conduit et clapet présente une résistance au feu (EI-S) équivalente à celle exigée pour la paroi traversée;]19
  b) le conduit présente une résistance au feu EI i <-> o équivalente à celle exigée pour la paroi traversée ou est placé dans une gaine présentant la même résistance au feu de même que celle exigée pour la paroi traversée sur toute la longueur de la traversée d'un compartiment ou du volume protégé et ne peut y déboucher à moins que l'orifice soit pourvu d'un clapet répondant à l'alinéa a) ci-dessus;
  c) le conduit répond simultanément aux conditions suivantes :
  - la section de la traversée n'est pas supérieure à 130 cm2;
  - dans la traversée de la paroi, il est équipé d'un mécanisme qui en cas d'incendie obture la traversée et présente ensuite une durée de résistance au feu équivalente à celle exigée pour la paroi traversée.
  Les conduits d'air situés dans des gaines qui leur sont exclusivement réservés et qui débouchent à leur extrémité supérieure dans un local technique contenant uniquement les groupes de traitements d'air qu'ils relient peuvent traverser les parois du local technique sans dispositifs complémentaires. Dans ce cas, l'aération des gaines doit être réalisée via le local technique, comme exigé au 5.1.5.1.
  6.7.4 Clapets résistant au feu.
  6.7.4.1 Commande
  On distingue deux types de commandes :
  Type A : Le clapet se ferme automatiquement lorsque la température du flux d'air dépasse une valeur limite déterminée
  Type B : clapet de type A qui peut en outre être fermé par une commande à distance au moyen d'un système à sécurité positive.
  Type C : Le clapet est normalement fermé mais peut être ouvert et fermé par une commande à distance au moyen d'un système à sécurité positive.
  Ce type est uniquement d'application dans les installations d'extraction de fumées (voir 6.9).
  La fermeture (ou ouverture pour clapets type C) se fait par un système qui ne requiert pas d'énergie extérieure.
  Lorsqu'une installation de détection incendie généralisée est requise, les clapets résistant au feu situés aux limites des compartiments sont de type B.
  En cas de détection, les clapets du compartiment sinistré sont fermés automatiquement.
  On entend par " limites des compartiments " :
  - les parois de séparation vers d'autres compartiments;
  - les parois de gaines de conduits qui traversent le compartiment;
  - les parois entre le compartiment et les cages d'escaliers.
  6.7.4.2 Performance du clapet.
  Le clapet résistant au feu placé dans les traversées de parois présente les performances suivantes :
  

  
Résistance au feu de la paroiRésistance au feu du clapet
EI 120EI 120 (ho i o) S
  EI 120 (ve i o) S
EI 60EI 60 (ho i o) S
  EI 60 (ve i o) S
EI 30EI 30 (ho i o) S
  EI 30 (ve i o) S

Tableau 4.1 - Clapets résistant au feu
  En absence de marquage CE, le clapet répond en outre aux exigences suivantes
  a) après 250 manoeuvres successives de fermeture et d'ouverture, un clapet de même fabrication ne peut présenter aucune détérioration ou déformation;
  b) le clapet résiste à l'atmosphère corrosive dans laquelle il est placé;
  c) le bon fonctionnement du clapet ne nécessite aucune lubrification périodique;
  d) le caisson du clapet comporte à l'extérieur un indicateur de position et une flèche indélébile indiquant le sens de circulation de l'air. Une plaque signalétique renseigne sur les dimensions intérieures du clapet, le nom du constructeur, le numéro et l'année de fabrication; elle comporte un repère bien visible et indélébile désignant un appareil de protection contre l'incendie;
  e) après fonctionnement le réarmement du clapet doit être possible.
  6.7.4.3 Installation du clapet.
  La fixation et le scellement du clapet dans la paroi traversée assurent la stabilité du clapet, indépendamment des deux conduits, même si l'un des conduits disparaît.
  En vue de l'inspection et de l'entretien du clapet, un portillon d'inspection aisément accessible est placé soit sur le caisson, soit sur la gaine à proximité immédiate du clapet. Ce portillon présente la même résistance au feu que le conduit.
  Afin de faciliter la localisation du clapet résistant au feu, un repère bien visible et indélébile indiquant un appareil de protection contre l'incendie portant les mots "clapet résistant au feu" est placé sur le portillon d'inspection ou dans le local à l'aplomb du clapet.
  [21 6.7.5 Clapets coupe-fumée.
   Le clapet coupe-fumée satisfait aux conditions suivantes :
   1. l'étanchéité du clapet doit présenter l'une des performances suivantes :
   a) en position de fermeture et pour une différence de pression statique de 500 Pa, la fuite d'air ne peut pas dépasser 60 l/s.m;
   b) classe 3 suivant la norme NBN EN 1751;
   2. le joint utilisé pour obtenir cette étanchéité résiste durant 2 h à des températures variant de -20° C à 100° C après quoi le clapet satisfait encore à l'essai d'étanchéité décrit ci-dessus;
   3. le système de fermeture du clapet coupe-fumée est à sécurité positive.]21
  [20 6.7.6]20 Commande en cas d'incendie des installations aérauliques
  Dans les zones du bâtiment qui sont équipées d'une installation de détection d'incendie, les groupes de traitement d'air qui desservent uniquement le compartiment sinistré sont arrêtés en cas de détection d'un incendie.
  Le fonctionnement de certains éléments des installations aérauliques doit pouvoir être contrôlé et commandé au départ d'un point aisément accessible pour le service d'incendie et situé au niveau d'accès habituel.
  Le tableau de commande en cas d'incendie doit au moins comporter les éléments suivants :
  - signalisation du fonctionnement ou de l'arrêt des groupes de traitement de l'air et des ventilateurs (par groupe ou ventilateur);
  - installations de commande pour la mise en marche ou l'arrêt des groupes et ventilateurs susvisés (par groupe ou ventilateur);
  - schéma synoptique du bâtiment avec localisation précisé des locaux techniques et des installations de traitement de l'air.
  Ce tableau de commande en cas d'incendie se trouve dans le même local et est combiné avec le tableau central de contrôle pour les installations d'extraction de fumées (voir 6.9.4.9).
  6.8 Dispositifs d'annonce, alerte, alarme et extinction des incendies.
  Ces dispositifs sont déterminés sur avis du service d'incendie compétent.
  6.8.1 Les dispositifs d'annonce et d'extinction sont obligatoires dans les bâtiments.
  6.8.2 Nombre et emplacement des appareils d'annonce, d'alerte, d'alarme et d'extinction.
  6.8.2.1 Le nombre d'appareils est déterminé par les dimensions, la situation et le risque existant dans les locaux.
  Les appareils sont répartis judicieusement et en nombre suffisant pour desservir tout point du lieu considéré.
  6.8.2.2 Les appareils qui nécessitent une intervention humaine sont placés en des endroits visibles ou convenablement repérés et facilement accessibles en toutes circonstances. Ils sont notamment placés à proximité des baies de passage vers l'extérieur, sur les paliers, dans les dégagements et de manière à ne pas gêner la circulation et à ne pas être détériorés ou renversés.
  A l'extérieur, ils sont, au besoin, mis à l'abri des intempéries.
  6.8.2.3 La signalisation est conforme à la réglementation en vigueur.
  6.8.3 Annonce des incendies.
  6.8.3.1 L'annonce de la découverte ou de la détection d'un incendie est transmise, sans délai, aux services d'incendie par un moyen d'annonce à chaque niveau et au moins un dans chaque compartiment.
  6.8.3.2 Les liaisons nécessaires sont assurées à tout moment et sans délai par des lignes téléphoniques ou électriques ou par tout autre système présentant les mêmes garanties de fonctionnement et les mêmes facilités d'emploi.
  6.8.3.3 Chaque appareil, par lequel la liaison peut ainsi être établie et nécessitant une intervention humaine, porte un avis mentionnant sa destination et son mode d'emploi.
  S'il s'agit d'un appareil téléphonique, cet avis indique le numéro d'appel à former, sauf s'il y a liaison directe ou automatique.
  6.8.4 Alerte et alarme.
  Les signaux ou messages d'alerte et d'alarme sont perceptibles par toutes les personnes intéressées et ne peuvent être confondus entre eux et avec d'autres signaux.
  Leurs circuits électriques sont distincts.
  6.8.5 Moyens d'extinction.
  6.8.5.1 Généralités.
  Les moyens d'extinction comprennent des appareils ou des installations automatiques ou non.
  Les extincteurs et les robinets d'incendie armés sont dits de première intervention, c'est-à-dire qu'ils sont destinés à être manoeuvrés par l'occupant.
  6.8.5.2 Extincteurs portatifs ou mobiles.
  En présence de risques particuliers, ils sont choisis en fonction de la nature et de l'importance de ces risques.
  6.8.5.3 Robinets d'incendie armés et hydrants muraux.
  6.8.5.3.1 Leur nombre et l'emplacement sont choisis en fonction de la nature et de l'importance des risques d'incendie.
  Un robinet d'incendie armé n'est pas requis lorsque la superficie [22 ...]22 d'un bâtiment est inférieure à 500 m2, (excepté pour les risques spéciaux). Dans les autres cas, le nombre de robinets d'incendie armés est déterminé de la manière suivante :
  1. le jet de la lance atteint chaque point du compartiment;
  2. les compartiments dont la superficie est supérieure à 500 m2 disposent d'un robinet d'incendie armé au moins.
  Le demi-raccord de refoulement des hydrants muraux est adapté aux raccords utilisés par les services d'incendie.
  6.8.5.3.2 La colonne montante qui alimente ces appareils en eau sous pression a les caractéristiques suivantes :
  - le diamètre intérieur et la pression d'alimentation sont tels que la pression à l'hydrant le plus défavorisé satisfait aux prescriptions de la NBN EN 671-1;
  - le diamètre intérieur est de 70 mm au moins, la pression restante à l'hydrant le plus défavorisé est de 2,5 bar au moins, quand il débite 500 l par minute sans tuyau ni lance;
  - de plus, l'installation du bâtiment doit pouvoir fournir un débit minimal de 30 m3/h pendant 2 h au moins.
  6.8.5.3.3 Les appareils sont, sans manoeuvre préalable, alimentés en eau sous pression.
  Le branchement par lequel la canalisation est raccordée au réseau public de distribution d'eau peut être :
  - soit à passage direct, sans compteur;
  - soit pourvu d'un compteur, type "Woltmann" ou similaire, dont les caractéristiques de conception et de construction y réduisent la perte de charge à une faible valeur.
  Les prescriptions suivantes sont d'application :
  - les vannes d'arrêt général et toutes les vannes intermédiaires sont scellées en position ouverte;
  - pour les branchements à passage direct, la commande des appareils d'extinction est scellée en position fermée;
  - les canalisations exposées au gel sont soigneusement protégées sans que leur fonctionnement n'en soit entravé ou retardé;
  - les canalisations sont munies, de vannes de barrage et de vidange, en nombre strictement indispensable, pour parer aux dangers et inconvénients qu'entraîneraient leur rupture;
  - une vanne de barrage et une vanne de vidange sont placées au pied de chaque conduite verticale près de son point de jonction avec la conduite principale;
  - les indications relatives au sens d'ouverture des vannes de barrage et de vidange sont inscrites clairement sur les volants ou manettes commandant le fonctionnement de ces appareils;
  - un manomètre avec robinet de contrôle à trois voies est installé après la vanne d'arrêt général et un second au-delà de l'appareil le plus élevé par rapport au sol. Ces manomètres permettent la lecture de pressions allant jusqu'à 10 bar avec une précision de 0,2 bar (voir NBN 363).
  6.8.5.4 Bouches et bornes d'incendie.
  6.8.5.4.1 Ces bouches et bornes d'incendie sont raccordées au réseau public de la distribution d'eau par une conduite dont le diamètre intérieur minimal est de 80 mm.
  Si le réseau public de distribution d'eau n'est pas en mesure de satisfaire à cette condition, il y a lieu de recourir à d'autres sources d'approvisionnement dont la capacité minimale est de 100 m3.
  6.8.5.4.2 Le nombre et la localisation des bouches ou des bornes d'incendie sont tels que pour chaque entrée du bâtiment la somme des distances à parcourir de l'entrée jusqu'aux deux bouches ou bornes les plus proches est inférieure à 100 m.
  6.8.5.4.3 Les bouches ou les bornes sont installées à une distance horizontale de 0,60 m au moins de la bordure des voies, chemins ou passages sur lesquels les véhicules automobiles sont susceptibles de circuler ou d'être rangés.
  6.9 Installations aérauliques d'évacuation de fumées.
  6.9.1 Généralités
  Les bâtiments doivent être équipés d'installations aérauliques d'évacuation de fumées de cages d'escaliers et le cas échéant de chemins d'évacuation horizontaux ou de halls communs.
  Si dans les dispositions qui suivent il est question de cages d'escaliers, on entend par là celles qui desservent les parties élevés du bâtiment (à savoir celles situées au-dessus du niveau d'évacuation le plus bas).
  6.9.1.1 Conditions d'essai.
  On considère par bâtiment un seul niveau sinistré situé au niveau d'évacuation ou à n'importe quel niveau supérieur à celui-ci.
  Les débits d'air indiqués le sont aux conditions de référence 20 ° C et 1013 mbar.
  Les essais de contrôle concernant la surpression et le débit d'air sont à réaliser lorsque la température est supérieure à 10 ° C et la vitesse du vent inférieure à 4 m/s.
  6.9.1.2 Etanchéité à l'air des cages d'escaliers : toutes les portes donnant sur les cages d'escaliers doivent être classées Sm (NBN EN 13501-2).
  6.9.1.3 Caractéristiques des ventilateurs de pulsion.
  Le ventilateur de pulsion d'une cage d'escalier ne peut réaliser une surpression supérieure à 80 Pa, pour un débit correspondant au débit de fuite de la cage d'escalier toutes les portes étant fermées.
  Le ventilateur doit réaliser un débit minimal de 2 m3/s et dans la cage d'escalier l'air doit être renouvelé au moins 10 fois par heure, quand la surpression y est nulle (portes ou sas ouverts).
  6.9.1.4 Chute de pression générée par grilles d'air frais et conduits d'air.
  Les grilles d'air frais et les conduits d'air sont dimensionnés pour n'occasionner qu'une faible chute de pression; les coudes dans les conduits d'air sont aussi peu nombreux que possible.
  6.9.1.5 Equilibre des pressions.
  Afin d'éviter des pressions incontrôlées, les ventilateurs de pulsion et d'extraction des halls communs ou chemins d'évacuation horizontaux doivent être verrouillés entre eux de sorte qu'à défaut de débit au ventilateur de pulsion, l'autre s'arrête.
  En l'absence de débit au ventilateur d'extraction, la surpression créée dans les halls communs ou chemins d'évacuation horizontaux doit être inférieure à la surpression dans la cage d'escaliers.
  6.9.2 Bâtiments d'une hauteur comprise entre 25 et 50 mètres.
  6.9.2.1 Principe.
  En cas d'incendie, les cages d'escaliers intérieures sont mises en surpression par rapport au chemin d'évacuation.
  La mise en surpression est obtenue par ventilation mécanique. La ventilation est réalisée par soufflage d'air extérieur dans la cage d'escalier intérieure au moyen d'un ventilateur et d'un conduit d'air avec bouche(s) de pulsion.
  6.9.2.2 Pressions et débits.
  a. lorsque les portes et sas de la cage d'escaliers sont fermés la surpression de la cage d'escaliers par rapport au chemin d'évacuation horizontal du niveau sinistré doit être comprise entre 40 et 80 Pa;
  b. lorsque les portes ou sas de la cage d'escaliers sont ouverts, le débit de l'air pulsé dans la cage d'escalier doit être d'au moins 2 m3/s et d'au moins 10 renouvellements par heure de la cage d'escaliers.
  6.9.3 Bâtiments d'une hauteur supérieure à 50 mètres.
  6.9.3.1 Principe.
  En cas d'incendie les cages d'escaliers intérieures sont mises en surpression par rapport à leurs sas et par rapport aux chemins d'évacuation horizontaux.
  Au niveau sinistré les chemins d'évacuation horizontaux sont en outre ventilés par pulsion d'air frais et extraction des fumées.
  La mise en surpression, le soufflage d'air extérieur et l'extraction sont mécaniques et uniquement par l'air frais.
  La ventilation est réalisée par :
  - le soufflage d'air extérieur dans la cage d'escaliers intérieure au moyen d'un ventilateur et d'un conduit d'air avec bouche(s) de pulsion;
  - le soufflage d'air extérieur dans les halls communs des appartements et dans les chemins horizontaux d'évacuation au moyen d'un ventilateur, d'un conduit d'air avec bouches de pulsion munies d'un clapet s'ouvrant uniquement au niveau sinistré;
  - l'extraction et l'évacuation des fumées au moyen d'un ventilateur et d'un conduit d'air, avec clapets s'ouvrant uniquement au niveau sinistré, et éventuellement d'un réseau de conduits d'air avec bouches d'extraction dans les chemins d'évacuation horizontaux.
  6.9.3.2 Pressions et débits.
  a. lorsque toutes les portes et sas de cage d'escaliers sont fermés, la surpression de la cage d'escaliers vis-à-vis du chemin d'évacuation du niveau sinistré doit être comprise entre 40 et 80 Pa.
  b. lorsque toutes les portes et sas de la cage d'escaliers sont ouverts, le débit de l'air pulsé dans la cage d'escaliers doit être d'au moins 2 m3/s et d'au moins 10 renouvellements par heure de la cage d'escaliers;
  c. le débit de pulsion dans le chemin d'évacuation horizontal du niveau sinistré doit être d'au moins 1 m3/s et l'air doit être renouvelé au moins 10 fois par heure.
  6.9.4 Dispositions techniques.
  6.9.4.1 Prises d'air frais.
  Les prises d'air frais pour la ventilation de désenfumage sont situées, sur la façade exposée aux vents dominants, dans la moitié inférieure des zones protégées.
  Toutes les prises d'air pour la cage d'escaliers, pour les halls communs ou pour les chemins d'évacuation horizontaux ont des grilles et conduits distincts.
  Les conduits de prise d'air frais pour la ventilation de désenfumage sont munis d'un clapet coupe-fumée motorisé. Ce clapet doit s'ouvrir lors du fonctionnement du ventilateur correspondant et se fermer à l'arrêt de celui-ci.
  Un [23 clapet coupe-fumée]23 doit répondre aux exigences mentionnées dans [23 6.7.5]23.
  6.9.4.2 Evacuation des fumées.
  L'évacuation vers l'extérieur des produits d'extraction de désenfumage se fait en toiture des bâtiments ou éventuellement au niveau d'une toiture en contrebas.
  6.9.4.3 Circuits aérauliques distincts.
  Chaque pulsion d'air dans une cage d'escaliers possède un ventilateur et des conduits d'air distincts de ceux des autres cages d'escaliers.
  Pour les pulsions d'air dans les chemins d'évacuation horizontaux, les conduits verticaux, desservant un même hall commun ou chemin d'évacuation horizontal, peuvent posséder un ventilateur commun.
  Il en est de même pour les extractions dans les chemins d'évacuation horizontaux.
  Les chemins d'évacuation horizontaux, desservis par des groupes distincts de conduits verticaux par compartiment, doivent posséder des ventilateurs de pulsion distincts. Il en est de même pour l'extraction de désenfumage.
  6.9.4.4 Ventilateurs du système de désenfumage.
  Lorsqu'ils sont placés à l'intérieur des bâtiments, les ventilateurs du système de désenfumage doivent être placés dans un local qui leur est propre et dont les parois présentent EI 120. Les portes du local présentent EI1 60.
  Les ventilateurs d'extraction sont de classe F 300 (NBN EN 12101-3) pendant 60 minutes.
  6.9.4.5 Construction des conduits d'air.
  Les conduits d'air, y compris leur revêtement intérieur ou extérieur sont construits en matériaux de classe A1.
  Les conduits d'extraction de fumées doivent être conçus pour véhiculer des gaz chauds jusqu'à 300 ° C et résistent aux efforts de dilatation créés par cette température.
  Les conduits d'air de ventilation de désenfumage présentent E-S 120 ou sont placés dans des gaines qui leur sont propres et dont les parois présentent EI 120.
  Par dérogation à l'alinéa précédent, les conduits d'air horizontaux de ventilation de désenfumage situés dans un compartiment et ne desservant que celui-ci peuvent ne présenter qu'une stabilité au feu 1/2 h.
  6.9.4.6 Bouche de pulsion dans les cages d'escaliers.
  La (les) bouche(s) de pulsion d'une cage d'escaliers est (sont) située(s) dans la moitié inférieure de celle-ci.
  6.9.4.7 Bouches et clapets de pulsion dans les chemins d'évacuation horizontaux.
  A son entrée dans le compartiment, chaque conduit de pulsion est muni d'un clapet, habituellement fermé, résistant au feu qui s'ouvre automatiquement en cas d'incendie dans ce compartiment.
  Le clapet est du type C et répond aux exigences mentionnées au 6.7.4.
  Le bord supérieur des orifices ou bouches de pulsion est situé, au maximum, à 1,50 m au-dessus du sol.
  6.9.4.8 Bouches et clapets d'extraction dans les halls communs d'appartements ou dans les chemins d'évacuation horizontaux.
  6.9.4.8.1 A sa sortie d'un compartiment, le conduit d'extraction est muni d'un clapet, résistant au feu habituellement fermé, qui s'ouvre automatiquement en cas d'incendie dans ce compartiment.
  Ce clapet est du type C et répond aux exigences mentionnées au 6.7.4.
  6.9.4.8.2 La distance entre 2 bouches d'extraction ou entre une bouche d'extraction et une bouche de pulsion ne dépasse pas 10 m si le parcours est rectiligne ni 7 m dans le cas contraire.
  Dans les zones non balayées par une circulation d'air de désenfumage (cul-de-sac), la distance entre une bouche d'extraction et la porte d'un local n'excède pas 5 m.
  Chaque bouche assure un débit d'extraction égal, avec une tolérance de + 10 %.
  Les bouches d'extraction sont placées le plus près possible du plafond, leur bord inférieur étant situé au minimum 1,80 m au-dessus du sol.
  Les conduits horizontaux desservant les différentes bouches d'extraction ne dépassent pas 20 m à partir du conduit vertical qui les dessert.
  6.9.4.9 Commande des installations de ventilation de désenfumage.
  Ainsi que mentionné au point [24 6.7.6]24, un poste central de contrôle et commande pour toutes les installations aérauliques à l'usage du service d'incendie doit être placé dans le bâtiment.
  Ce poste doit également comporter un tableau de contrôle et de commande pour les installations d'extraction de fumées.
  La mise en fonctionnement du système de ventilation de désenfumage se fait :
  - automatiquement par le déclenchement de détecteurs de gaz de combustion, judicieusement répartis sur toute la longueur des chemins d'évacuation horizontaux;
  - manuellement par commande à distance à partir du poste central de contrôle.
  Le poste central de contrôle permet :
  - la mise en mouvement ou l'arrêt de chaque ventilateur de cage d'escaliers;
  - la mise en mouvement ou l'arrêt simultané des ventilateurs de pulsion et d'extraction de halls communs ou chemins d'évacuation horizontaux;
  - l'ouverture des clapets de pulsion et d'extraction de désenfumage de compartiment par compartiment.
  Le réarmement du système de ventilation de désenfumage doit être possible pour replacer les automatismes en position d'attente.
  Si nécessaire, le fonctionnement du système de désenfumage est signalé par des signaux sonores et lumineux.
  L'accès aux commandes du poste central de contrôle se fait par clé.
  6.9.4.10 Signalisation.
  6.9.4.10.1 Un tableau de signalisation placé au poste central de contrôle, signale la position du système de ventilation de désenfumage.
  6.9.4.10.2 Clapets de pulsion et d'extraction.
  Pour les clapets de pulsion et d'extraction des halls communs d'appartements ou chemins d'évacuation horizontaux, le tableau de signalisation renseigne sur les positions suivantes pour chaque compartiment :
  - la fermeture de tous les clapets;
  - l'ouverture de tous les clapets;
  - les différentes positions de tous les clapets.
  6.9.4.10.3 Détection d'incendie.
  Le tableau de signalisation renseigne sur le fonctionnement de la détection d'incendie de chaque compartiment ainsi que sur les défauts et dérangements survenant dans l'installation.
  6.9.4.10.4 Ventilateurs de désenfumage.
  Le tableau de signalisation renseigne sur le fonctionnement et l'arrêt de chaque ventilateur. Cette signalisation est réalisée à l'aide de détecteurs de flux d'air.
  6.9.4.11 Alimentation électrique.
  La détection d'incendie, la signalisation lumineuse et le dispositif de commande des clapets de pulsion et d'extraction de désenfumage sont conçus de telle manière qu'ils restent en fonctionnement en cas d'interruption de la tension du réseau.
  Les clapets de pulsion et d'extraction de désenfumage s'ouvrent par manque de tension.
  6.9.5 Entretien - Essais - Contrôle.
  6.9.5.1 Entretien.
  Les appareils (détecteurs, clapets, ventilateurs, etc.) sont entretenus régulièrement selon les instructions du constructeur. Pour chaque appareil, le constructeur délivre une instruction contenant la périodicité, la nature de l'entretien à effectuer et la qualification éventuelle du personnel chargé de cet entretien. Cette instruction est jointe au registre de sécurité.
  6.9.5.2 Essais périodiques.
  Les appareils de chaque niveau sont soumis périodiquement à un essai correspondant à leur fonctionnement habituel. Les ventilateurs sont essayés trimestriellement et les autres appareils au moins une fois par an.
  6.9.5.3 Contrôle.
  Un contrôle de fonctionnement comprenant des mesures de débit et de différence de pression est effectué avant toute occupation, même partielle, de l'immeuble et lors de toute modification pouvant avoir une influence sur le désenfumage.
  ----------
  (1)<AR 2016-12-07/20, art. 66, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (2)<AR 2016-12-07/20, art. 67, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (3)<AR 2016-12-07/20, art. 68, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (4)<AR 2016-12-07/20, art. 69, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (5)<AR 2016-12-07/20, art. 70, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (6)<AR 2016-12-07/20, art. 71, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (7)<AR 2016-12-07/20, art. 72, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (8)<AR 2016-12-07/20, art. 73, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (9)<AR 2016-12-07/20, art. 74, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (10)<AR 2016-12-07/20, art. 75, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (11)<AR 2016-12-07/20, art. 76, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (12)<AR 2016-12-07/20, art. 77, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (13)<AR 2016-12-07/20, art. 78, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (14)<AR 2016-12-07/20, art. 79, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (15)<AR 2016-12-07/20, art. 80, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (16)<AR 2016-12-07/20, art. 81, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (17)<AR 2016-12-07/20, art. 82, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (18)<AR 2016-12-07/20, art. 83, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (19)<AR 2016-12-07/20, art. 84, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (20)<AR 2016-12-07/20, art. 85, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (21)<AR 2016-12-07/20, art. 86, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (22)<AR 2016-12-07/20, art. 87, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (23)<AR 2016-12-07/20, art. 88, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (24)<AR 2016-12-07/20, art. 89, 009; En vigueur : 01-04-2017>

  Art. N5.Annexe 5. Réaction au feu des matériaux. (Annexe non reprise pour des raisons techniques, voir MB 26-04-1995, Supplément, folio 121 - 127).
  Modifié par :
  <AR 1997-12-19/40, art. 1, 004; En vigueur : 31-12-1997, voir M.B. 30-12-1997, Supplément, folio 103 - 110>
  <AR 2003-04-04/58, art. 18 et 19, En vigueur : 04-04-2003; M.B. 05-05-2003, p. 24036>
  <AR 2016-12-07/20, art. 90, 009; En vigueur : 01-04-2017>

  Art. N5/1. Annexe 5/1. Réaction au feu.
  <Inséré par AR 2012-07-12/38, art. 23, 008; En vigueur : 01-12-2012>
  PERFORMANCE VIS-A-VIS D'UN FEU EXTERIEUR
  0. Planches
  Planche 5.1 - Toitures vertes
  
  (Figures non reprises pour des raisons techniques, voir M.B. du 21-09-2012, p. 58552)
  
  1. Objet
  Les exigences en matière de réaction au feu et de performance vis - à vis d'un feu extérieur énoncées dans la présente annexe s'appliquent aux bâtiments visés par les annexes 2/1, 3/1 et 4/1 du présent arrêté.
  2. Classement des bâtiments en fonction du risque lié à l'occupation
  Les bâtiments sont répartis dans les classes suivantes, en fonction du risque décroissant lié au type d'occupation :
  type 1 : occupants non-autonomes;
  type 2 : occupants autonomes et dormants;
  type 3 : occupants autonomes et vigilants.
  Lorsqu'un bâtiment se compose de plusieurs compartiments, l'occupation ou le type correspondant peuvent être déterminés pour chaque compartiment séparément; les prescriptions afférentes ne s'appliquent qu'au compartiment concerné.
  Les exigences correspondant au risque lié à l'occupation le plus élevé s'appliquent aux cages d'escalier et aux chemins d'évacuation communs.
  Le maître d'ouvrage ou l'exploitant détermine le type de bâtiment et /ou de compartiment et le communique à l'autorité qui délivre l'autorisation ou à l'autorité de contrôle et ce, respectivement au moment de la demande d'autorisation ou au moment du contrôle.
  A défaut de cette information, le bâtiment est considéré appartenir à la classe " type 1 ".
  3. Locaux
  Les exigences en matière de réaction au feu applicables aux produits utilisés pour les revêtements de parois verticales, de plafonds et de sols dans les locaux présentant un risque d'incendie accru en raison de leur utilisation sont indiquées dans le tableau I.
  
  TABLEAU I : LOCAUX PRESENTANT UN RISQUE D'INCENDIE ACCRU EN RAISON DE LEUR UTILISATION
  

  
  H.G./B.E.M.G./B.M.L.G./B.B.
Technische ruimten, parkeerruimten, machinekamers, technische schachten Locaux techniques, parkings, salles des machines, gaines techniquesVerticale wanden
  Parois verticales
A2-s3, d2A2-s3, d2A2-s3, d2
 Plafonds en verlaagde plafonds
  Plafonds et faux-plafonds
A2-s3, d0**A2-s3, d0**A2-s3, d0**
  
 Vloeren
  Sols
A2Fl-s2A2Fl-s2A2Fl-s2
  
 Thermische isolatie van de leidingen*
  Isolation thermique des conduits*
CL-s3, d2
  C-s3, d2* * *
CL-s3, d2
  C-s3, d2* * *
CL-s3, d2
  C-s3, d2* * *
Liftkooien
  Cabines d`ascenseur
Verticale wanden Parois verticalesC-s2, d2C-s2, d2E-d2
 Plafonds/PlafondsC-s2, d2C-s2, d2E-d2
  
 Vloeren/SolsCFl-s2CFl-s2EFl
Keukens/CuisinesVerticale wanden Parois verticales
  Plafonds/Plafonds
  Vloeren/Sols
A2-s3, d2
  A2-s3, d0
  BFl-s2
A2-s3, d2
  A2-s3, d0
  BFl-s2
A2-s3, d2
  A2-s3, d0
  BFl-s2
 Thermische isolatie van de leidingen*
  Isolation thermique des conduits*
CL-s3, d2
  C-s3, d2* * *
CL-s3, d2
  C-s3, d2* * *
CL-s3, d2
  C-s3, d2* * *
  
H.G. hoge gebouwen
  M.G. middelhoge gebouwen
  L.G. lage gebouwen
  * behalve luchtkanalen
  ** d2 in lokalen <= 30 m2
  * * * voor kanalen > 300 mm
B.E. bâtiments élevés
  B.M. bâtiments moyens
  B.B. bâtiments bas
  * sauf conduits d`air
  ** d2 dans locaux <= 30 m2
  * * * pour conduits > 300 mm

Les exigences en matière de réaction au feu applicables aux produits utilisés pour les revêtements de parois verticales, de plafonds et de sols dans les locaux sont indiquées dans le tableau II
  
  TABLEAU II : LOCAUX
  

  
type/type12 en/et 3
  H.G./B.E.M.G./B.M.L.G./B.B.H.G./B.E.M.G./B.M.L.G./B.B.
Zalen/SallesVerticale wanden/Parois verticalesB-s1, d2 B-s1, d2 B-s1, d2 C-s2, d2C-s2, d2C-s2, d2
 Plafonds en verlaagde plafonds
  Plafonds et faux-plafonds
B-s1, d0 B-s1, d0 B-s1, d0 C-s2, d0C-s2, d0C-s2, d0
  
 Vloeren/SolsBFl-s1BFl-s1 BFl-s1 CFl-s2CFl-s2CFl-s2
  
 Verticale wanden
  Parois verticales
C-s2, d2 C-s2, d2 C-s2, d2 D-s3, d2E-d2E-d2
Alle overige lokalen
  Tous les autres locaux
Plafonds en verlaagde plafonds
  Plafonds et faux-plafonds
C-s2, d1 C-s2, d1 C-s2, d1 D-s3, d1**E**E**
 Vloeren/Sols CFl-s1 CFl-s1 CFl-s1 DFl-s2EFlEFl
H.G. hoge gebouwen
  M.G. middelhoge gebouwen
  L.G. lage gebouwen
  ** d2 in lokalen <= 30 m2
B.E. bâtiments élevés
  B.M. bâtiments moyens
  B.B. bâtiments bas
  ** d2 dans locaux <= 30 m2

4. Chemins d'évacuation et cages d'escalier
  4.1. Les exigences en matière de réaction au feu applicables aux produits utilisés pour les revêtements de parois verticales, plafonds et sols dans les chemins d'évacuation et cages d'escalier sont indiquées dans le tableau III.
  
  TABLEAU III : EXIGENCES EN MATIERE DE REACTION AU FEU DANS LES CHEMINS D'EVACUATION ET CAGES D'ESCALIER
  

  
  H.G./B.E.M.G./B.M.L.G./B.B.
type/type12 en/et 32323
    Hor.Vert.Hor.Vert.Hor.Vert.
Verticale wanden
  Parois verticales
A2-s1, d1B-s1, d2B-s1, d2C-s2, d2B-s2, d2C-s2, d2B-s1, d2D-s3, d2C-s3, d2
Plafonds en verlaagde plafonds
  Plafonds et faux plafonds
A2-s1, d0B-s1, d0B-s1, d0C-s2, d0B-s2, d0C-s2, d0B-s1, d0D-s3, d0C-s3, d0
Vloeren/SolsA2Fl-s1BFl-s1BFl-s1CFl-s1BFl-s1CFl-s1BFl-s1DFl-s2CFl-s2
H.G. hoge gebouwen
  M.G. middelhoge gebouwen
  L.G. lage gebouwen
  Hor. horizontale evacuatiewegen met uitzondering van die op het gelijkvloers
  Vert. de traphuizen (met inbegrip van de sassen, de overlopen en de trappen zelf) en het horizontale deel van de evacuatieweg op het gelijkvloers vanaf de trapzalen tot buiten het gebouw
B.E. bâtiments élevés B.M. bâtiments moyens B.B. bâtiments bas
  Hor. les chemins d'évacuation qui ne sont pas au niveau d'évacuation
  Vert. cages d'escalier, (y compris les sas, les paliers et les escaliers) et le chemin d'évacuation au niveau d'évacuation, à partir des cages d'escalier jusqu'à l'extérieurdu bâtiment.

4.2. Le tableau IV indique les exigences en matière de réaction au feu applicables aux produits utilisés pour les revêtements de parois verticales, plafonds et sols dans les chemins d'évacuation et cages d'escalier lorsque le bâtiment est équipé d'une installation de détection automatique des incendies de type surveillance généralisée qui signale automatiquement un début d'incendie et en indique le lieu et dont les détecteurs sont appropriés aux risques présents.
  
  TABLEAU IV : EXIGENCES EN MATIERE DE REACTION AU FEU DANS LES CHEMINS D'EVACUATION ET CAGES D'ESCALIER, AVEC DETECTION INCENDIE
  

  
  H.G./B.E.M.G./B.M.L.G./B.B.
type/type12 en/et 32323
    Hor.Vert.Hor.Vert.Hor.Vert.
Verticale wanden
  Parois verticales
B-s1, d2B-s1, d2C-s1, d2C-s2, d2C-s2, d2D-s2, d2C-s1, d2D-s3, d2D-s3, d2
Plafonds en verlaagde plafonds
  Plafonds et faux plafonds
B-s1, d0B-s1, d0C-s1, d0C-s2, d0C-s2, d0D-s2, d0C-s1, d0D-s3, d0D-s3, d0
Vloeren/SolsBFl-s1BFl-s1CFl-s1CFl-s1CFl-s1DFl-s1CFl-s1DFl-s2DFl-s2
H.G. hoge gebouwen
  M.G. middelhoge gebouwen
  L.G. lage gebouwen
  Hor. horizontal vluchtwegen met uitzondering van die op het gelijkvloers
  Vert. verticale vluchtwegen (d.w.z. : de trapzalen met inbegrip van de sassen, de overlopen en de trappen zelf) en het horizontale deel van de evacuatieweg op het gelijkvloers vanaf de trapzalen tot buiten het gebouw
B.E. bâtiments élevés B.M. bâtiments moyens B.B. bâtiments bas
  Hor. Les chemins d'évacuation qui ne sont pas situés au niveau d'évacuation
  Vert. les cages d'escalier, (c à d : les sas, les paliers et les escaliers) et le chemin d'évacuation au niveau d'évacuation, à partir des cages d'escalier jusqu'à l'extérieur du bâtiment.

4.3 Dans les chemins d'évacuation, les surfaces exposées au-dessus des plafonds suspendus présentent la classe B-s1, d0. Cependant, cette exigence ne s'applique pas si les espaces entre le plafond et le faux-plafond sont divisés par des cloisonnements verticaux E30 de façon à former des volumes dont la surface en plan s'inscrit dans un carré ne dépassant pas 10 m de côté.
  5. Exigences relatives aux petites surfaces
  Un maximum de 10 % de la surface visible de chaque paroi verticale, plafond ou sol n'est pas soumis aux exigences des tableaux I, II, III et IV pour cette paroi verticale, ce plafond ou ce sol.
  6. Façades
  Les revêtements de façades des bâtiments bas présentent la classe D-s3, d1.
  Les revêtements de façades des bâtiments moyens et élevés présentent la classe B-s3, d1.
  Un maximum de 5 % de la surface visible des façades n'est pas soumis à cette exigence.
  7. Planchers surélevés
  Dans les chemins d'évacuation, les surfaces exposées en dessous des planchers surélevés présentent la classe B-s1, d2.
  Dans les locaux qui ne sont pas des voies d'évacuation, les surfaces exposées en dessous des planchers surélevés présentent la classe C-s1, d2.
  Les exigences énoncées dans les deux premiers alinéas ne s'appliquent pas aux câbles électriques et aux câbles de données.
  8. Toitures
  8. 1.Toitures du bâtiment
  Les produits pour les revêtements de toitures présentent les caractéristiques de la classe BROOF (t1) ou sont des revêtements de toiture visés au point 3bis3 de l'annexe 1re.
  8.2 Toitures des constructions annexes.
  Si les façades vitrées d'un bâtiment dominent des constructions, incluses ou non dans ce bâtiment, des avancées de toiture, des auvents, des ouvrages en encorbellement ou d'autres adjonctions, les matériaux superficiels de la couverture des toitures de ces ouvrages présentent la réaction au feu définie au point 8.1 sur une distance, à compter du pied de ces façades :
  - pour les BE de 8 m au moins;
  - pour les BM et BB de 6 m au moins.
  8.3. Balcons, coursives, terrasses
  Les revêtements de balcons, coursives et terrasses présentent la réaction au feu définie au point 8.1.
  8.4 Toitures vertes.
  En dérogation au point 8.1, les toitures vertes doivent respecter les prescriptions suivantes. (planche 5.1)
  8.4.1 Couche de substrat.
  La couche de substrat a une épaisseur de minimum 3 cm.
  Si la couche de substrat a une épaisseur inférieure ou égale à 10 cm, le substrat comporte au maximum 20 % de matière organique (en pourcentage massique).
  Si la couche de substrat ne satisfait pas aux exigences énoncées dans les deux premiers alinéas, cette couche de substrat peut néanmoins être appliquée à condition qu'elle satisfasse à la classe BROOF (t1) d'après un essai conforme à la norme NBN ENV 1187 avec une pente de 15° dans une situation sèche et sans végétation.
  8.4.2 Compartimentage des toitures vertes.
  Les toitures vertes sont divisées en compartiment d'une longueur maximale de 40 m.
  De part et d'autre de la limite du compartiment, la hauteur de la végétation environnante est inférieure ou égale à la limite de la végétation environnante calculée par rapport à la limite du compartiment (voir annexe 1re "Terminologie").
  S'il existe une paroi E 30 sur la limite du compartiment, he est égal à sa hauteur.
  8.4.3 Séparation entre les toitures vertes et les bâtiments contigus.
  De part et d'autre de l'axe du mitoyen, la hauteur de la végétation environnante est inférieure ou égale à la limite de la végétation environnante calculée par rapport à l'axe du mitoyen (voir annexe 1re "Terminologie").
  S'il existe une paroi E 30 sur l'axe du mitoyen, he est égal à sa hauteur.
  8.4.4 Lanterneaux, aérateurs, exutoires de fumée ou ouvertures dans les toitures vertes.
  La hauteur de la végétation environnante est inférieure ou égale à la limite de la végétation environnante calculée par rapport au bord de l'ouverture (voir annexe 1re "Terminologie").
  Si l'ouverture est rehaussée par des parois E 30, he est égal à leur hauteur.
  8.4.5 Fenêtres, aérateurs, exutoires de fumée ou ouvertures aménagés dans les façades donnant sur les toitures vertes.
  La hauteur de la végétation environnante est inférieure ou égale à la limite de la végétation environnante calculée par rapport à l'ouverture dans la façade (voir annexe 1re "Terminologie"), aussi bien perpendiculairement que parallèlement à la façade.
  Si l'ouverture possède une allège E 30, he est égal à sa hauteur
  8.4.6 Bande non-combustible.
  S'il existe une bande le long de la limite du compartiment, de l'axe du mitoyen ou de l'ouverture dans laquelle il ne peut pas y avoir de végétation car la limite de la végétation environnante y est négative ou trop petite, cette bande doit être réalisée en matériaux de classe A2FL-s2 minimum.
  9. Le tableau V ci-après indique les classes, déterminées selon le système de classification décrit à l'annexe 5, pour tous les produits de construction à l'exception des revêtements de sol, au regard des exigences des tableaux I, II, III et IV. Les produits sont examinés dans leurs conditions d'application finale.
  
  TABLEAU V
  
  (Tableau non repris pour des raisons techniques, voir M.B. du 21-09-2012, p. 58557)
  
  10. Le tableau VI ci-après indique les classes, déterminées selon le système de classification décrit à l'annexe 5, pour les revêtements de sol, au regard des exigences des tableaux I, II, III et IV de l'annexe du présent arrêté.
  Les produits sont examinés dans leurs conditions d'application finale.
  
  TABLEAU VI
  
  (Tableau non repris pour des raisons techniques, voir M.B. du 21-09-2012, p. 58558)

  Art. N6.ANNEXE 6. - Bâtiments industriels.
  <Inséré par AR 2009-03-01/42, art. 3, 007; En vigueur : 15-08-2009>
   1. GENERALITES
   1.1 Objet
   La présente annexe fixe les conditions auxquelles doivent répondre la conception, la construction et l'aménagement des bâtiments industriels afin de :
   a) prévenir la naissance, le développement et la propagation d'un incendie;
   b) assurer la sécurité des personnes;
   c) faciliter de façon préventive l'intervention du service d'incendie.
   1.2 [1 Domaine d'application
   1.2.1 La présente annexe est applicable aux bâtiments suivants à construire et aux extensions suivantes de bâtiments existants, pour lesquels la demande de construction est introduite à partir du 15 août 2009 :
   1. les bâtiments industriels;
   2. les extensions de bâtiments qui après la réalisation forment un bâtiment industriel;
   3. les locaux ou parties de bâtiments industriels dans lesquels il y a des activités non industrielles et dont la superficie totale par compartiment est inférieure ou égale à 500 m, aux conditions suivantes :
   - dans le compartiment il y a principalement des activités industrielles; la superficie totale des locaux pour l'activité industrielle est plus grande que la superficie du reste du compartiment;
   - les activités non industrielles dans ces locaux sont des activités de soutien des activités industrielles du même bâtiment;
   - ces locaux ne se trouvent pas sous le niveau d'évacuation;
   - le compartiment dans lesquels il y a des activités non industrielles n'est pas destiné à une occupation nocturne;
   - le bâtiment est équipé d'une installation de détection automatique des incendies de type surveillance totale et d'une installation d'alarme;
   - les locaux dans lesquels il y a des activités non industrielles satisfont aux prescriptions applicables au compartiment comportant des activités industrielles dont ils font partie, à l'exception le cas échéant, de l'installation d'évacuation de fumées et de chaleur;
   - l'évacuation de ces locaux sans activités industrielles se fait conformément au point 7.2.2.
   1.2.2 Sont cependant exclus du champ d'application de la présente annexe :
   1. les bâtiments industriels n'ayant qu'un seul niveau et dont la superficie totale est inférieure ou égale à 100 m;
   2. les installations et aux activités industrielles qui ne sont pas situées dans des bâtiments;
   3. les parties de bâtiments industriels dans lesquels il n'y a pas d'activité industrielle et où la superficie totale des niveaux par compartiment est supérieure à 100 m, sauf les parties de bâtiments industriels visées au point 3 du point 1.2.1 précité;
   4. les locaux ou parties de bâtiments visés au point 3 du point 0.2.1 des annexes 2, 2/1, 3, 3/1, 4 et 4/1.]1
   2. CLASSEMENT DES BATIMENTS INDUSTRIELS
   En fonction de la charge calorifique caractéristique qfi,d, les bâtiments industriels, ou les parties de ceux-ci, sont répartis dans les classes suivantes :
   Classe Aqfi,d = 350 MJ/m2
   Classe B 350 MJ/m2 < qfi,d = 900 MJ/m2
   Classe C 900 MJ/m2 < qfi,d
   Un bâtiment industriel (ou les parties de celui-ci) qui a (ont) été construit(es) en fonction d'une charge calorifique caractéristique ou d'une classe déterminée, ne peut (peuvent) être utilisé(s) que pour les activités qui conduisent au même classement ou à une classe correspondant à une charge calorifique caractéristique inférieure ou égale.
   Lorsqu'un bâtiment industriel se compose de plusieurs compartiments, la charge calorifique caractéristique, ou la classe correspondante, peut être déterminée pour chaque compartiment séparément; les prescriptions afférentes ne s'appliquent qu'au compartiment concerné.
   Le maître d'ouvrage mentionne la classe et éventuellement la charge calorifique caractéristique du bâtiment industriel ou des parties de ce bâtiment.
   A défaut de cette mention, le bâtiment est considéré ne pas être destiné uniquement à l'entreposage et la classe C lui est attribuée.
   3. ELEMENTS STRUCTURELS ET TAILLE DU COMPARTIMENT
   3.1 Stabilité en cas d'incendie des éléments structurels
   Lors de la détermination de la stabilité des éléments structurels en cas d'incendie, il est tenu compte de la stabilité générale du bâtiment et de l'influence des éléments structurels les uns sur les autres. Il est également tenu compte des dilatations et des déformations des éléments structurels résultant de l'exposition à l'incendie.
   La stabilité minimale en cas d'incendie, des éléments structurels de type I est :
   1° pour un bâtiment ou une partie d'un bâtiment de classe A : R 60;
   2° pour un bâtiment ou une partie d'un bâtiment de classe B ou C : R 120.
   En cas d'exposition à la courbe température -temps standard, définie dans la norme NBN EN 1363-1, les éléments structurels de type II ne peuvent pas s'affaisser pendant un temps égal au temps équivalent te,d déterminé sur la base de la norme NBN EN 1991-1-2:2003, où deltaq1 est déterminé sur la base du risque d'échec acceptable d'effondrement égal à 10-3 par an.
   La résistance au feu des planchers intermédiaires et de leur structure portante est au moins égale à R 30.
   3.2. Dimension des compartiments
   La superficie d'un bâtiment industriel ou d'un compartiment est limitée de façon à ce que la charge calorifique totale du compartiment soit inférieure ou égale à 5700 GJ ou, si le compartiment est équipé d'une installation de sprinklers, à 34 200 GJ.
   La superficie maximale autorisée est déterminée par la division des quantités d'énergie mentionnées ci-dessus par la charge calorifique caractéristique.
   Si le bâtiment comporte plusieurs planchers intermédiaires, la superficie maximale autorisée d'un compartiment est réduite par sa multiplication par les valeurs du tableau 1a.
   (Image non reprise pour des raisons techniques, voir M.B. du 15-07-2009, p. 49391)
   Tableau 1a - Facteurs de réduction pour la superficie autorisée d'un compartiment en fonction du nombre de planchers intermédiaires présents dans le compartiment
   Dans le cas où le bâtiment ou la partie de bâtiment comporte plusieurs compartiments situés l'un au-dessus de l'autre, la superficie maximale autorisée d'un compartiment est réduite par sa multiplication par les valeurs du tableau 1b.
   (Image non reprise pour des raisons techniques, voir M.B. du 15-07-2009, p. 49392)
   Tableau 1b - Facteurs de réduction pour la superficie autorisée d'un compartiment
   3.3 Solutions-type
   Un bâtiment industriel qui comporte un seul niveau, ou les compartiments de ce bâtiment, est (sont) présumé(s) répondre aux prescriptions des points 3.1 et 3.2 si sa (leur) superficie ne dépasse pas la superficie maximale autorisée indiquée dans le tableau 2. La superficie est fonction de la classe, de la résistance au feu des éléments structurels et la présence ou non d'une installation de sprinklers.
   La résistance au feu des éléments structurels est celle de l'élément structurel qui a la résistance au feu la plus basse.
   (Image non reprise pour des raisons techniques, voir M.B. du 15-07-2009, p. 49392)
   Tableau 2 - superficie autorisée en m2 pour les bâtiments industriels n'ayant qu'un seul niveau ou des compartiments qui en font partie.
   Les superficies signalées dans le tableau 2 par un astérisque peuvent être majorées de 60 % si les compartiments disposent d'une accessibilité améliorée conforme aux dispositions du point 8.1.2.
   3.4 Paroi de compartiment
   3.4.1 Les parois de compartiment, tant horizontales que verticales, présentent une résistance au feu au moins égale à la résistance au feu indiquée dans le tableau 3 :
   (Image non reprise pour des raisons techniques, voir M.B. du 15-07-2009, p. 49392)
   Tableau 3 - Résistance au feu minimale des parois des compartiments
   Lors de la détermination de la résistance au feu des parois de compartiment, il est tenu compte de la stabilité générale du bâtiment et de l'influence des éléments structurels sur la paroi. De plus, il est tenu compte des dilatations et des déformations des éléments structurels dues à l'incendie.
   3.4.2 Les ouvertures pratiquées dans les parois des compartiments pour le passage des occupants et des véhicules sont munies de portes EI1 60 à fermeture automatique ou à fermeture automatique en cas d'incendie.
   La traversée par des conduites de fluides ou d'électricité ainsi que les joints de dilatation d'un élément de construction ne peuvent pas altérer le degré de résistance au feu exigé pour cet élément.
   3.4.3 Le raccordement de la paroi du compartiment au toit ou à la façade est conçu et réalisé de manière à limiter, en cas d'incendie, le risque d'extension de l'incendie et de la fumée au compartiment voisin.
   Cette exigence est respectée en toiture par un des deux moyens suivants :
   - soit la paroi du compartiment dépasse la toiture d'au moins 1 m;
   - soit la paroi du compartiment est raccordée au toit qui présente, sur une distance horizontale minimale de 2 m de part et d'autre de la paroi, E 60 ou E 120, en fonction de la résistance au feu exigée pour cette paroi. Cette partie du toit, à l'exception de la couche d'étanchéité, est construite en matériaux A1.
   Cette exigence est respectée en façade par un des deux moyens suivants :
   - soit la paroi du compartiment dépasse la façade d'au moins 0,5 m;
   - soit la paroi du compartiment est raccordée à la façade qui présente, sur une distance horizontale minimale de 1 m de part et d'autre de la paroi, E 60 ou E 120, en fonction de la résistance au feu exigée pour cette paroi. Cette partie de la façade est construite en matériaux A1.
   La position des parois des compartiments est indiquée sur les façades.
   3.5 Stabilité au feu des parois extérieures et parois de compartiment
   Les parois extérieures et les parois de compartiment sont conçues et réalisées de manière à limiter le risque d'effondrement des parois du compartiment sinistré vers l'extérieur.
   4. BATIMENT INDUSTRIEL COMPORTANT PLUSIEURS PARTIES
   4.1 Lorsqu'un bâtiment industriel est divisé en plusieurs parties en raison d'activités industrielles différentes, il est conçu et réalisé de sorte que ces différentes parties forment des compartiments séparés.
   Toutefois, ces parties peuvent former ensemble un seul compartiment lorsque les conditions suivantes sont remplies :
   - le compartiment ainsi formé présente une superficie totale inférieure ou égale à 2 000 m2;
   - les parois entre les différentes parties sont prolongées jusqu'au toit et présentent une résistance au feu EI 60.
   4.2 Quand le compartimentage entre les parties précitées traverse plusieurs niveaux, les parois verticales de compartimentage font partie du même plan vertical.
   5 PROTECTION ACTIVE CONTRE L'INCENDIE
   5.1 Généralités
   La conception, l'exécution, l'usage et le contrôle des installations de protection active contre l'incendie satisfont aux règles de bonne pratique et aux normes en vigueur en la matière.
   Les installations de protection active contre l'incendie sont conçues de façon à ce que leurs différents composants soient compatibles. Elles fonctionnent en synergie de sorte que le fonctionnement ou la panne d'un composant ne menace pas le fonctionnement des autres composants et installations.
   Les installations de protection active contre l'incendie sont inspectées et entretenues à intervalle régulier par un organisme ou une personne compétente en la matière.
   5.2 Détection incendie, annonce, alerte
   Les bâtiments industriels sont équipés d'une installation de détection automatique des incendies de type surveillance totale appropriée. Pour les bâtiments industriels de classe A d'une superficie inférieure ou égale à 2 000 m2, une installation de détection incendie comportant des avertisseurs incendie manuels suffit.
   5.2.1 Réalisation de l'installation de détection incendie
   L'installation de détection automatique des incendies est conçue et réalisée suivant les règles de bonne pratique. Les détecteurs sont choisis en fonction des risques présents et de façon à déceler rapidement un incendie.
   L'installation de détection incendie signale automatiquement un incendie et sa localisation.
   Cette installation est contrôlée tous les trois ans à partir de la mise en service. Ce contrôle est effectué par un organisme de contrôle accrédité conformément à la loi du 20 juillet 1990 relative à l'accréditation des organismes de certification et de contrôle ou selon une procédure de reconnaissance équivalente d'un autre Etat-membre de la Communauté Européenne ou de Turquie ou d'un Etat signataire de l'A.E.L.E., partie contractante de l'accord sur l'Espace économique européen.
   5.3 Installation d'évacuation de fumées et de chaleur
   De façon à limiter le développement et la propagation du feu et des fumées au compartiment sinistré, le bâtiment industriel est équipé d'une installation d'évacuation de fumées et de chaleur (installation EFC).
   Cette disposition ne s'applique pas :
   1. aux bâtiments industriels ou compartiments de classe A dont la superficie totale au sol est inférieure ou égale à 10 000 m2;
   2. aux bâtiments industriels ou compartiments de classe B dont la superficie totale au sol est inférieure ou égale à 500 m2;
   3. aux compartiments équipés d'une installation d'extinction à la vapeur d'eau ou au gaz ou d'une installation de sprinklers ESFR.
   5.3.1 Exécution de l'installation EFC
   L'installation EFC satisfait aux conditions fixées par la norme NBN S 21-208-1, à l'exception des points 18 et 19 de cette norme.
   Cependant, pour les compartiments dont la superficie totale au sol est inférieure ou égale à 2 000 m2, la surface aérodynamique des exutoires EFC et de l'entrée d'air est calculée à proportion d'au moins 2 % de la surface du toit, pour autant que la hauteur des biens stockés et la hauteur du côté supérieur des entrées d'air soient situées au maximum à 70 % de la hauteur des exutoires EFC.
   5.3.2 Commande de l'installation EFC
   L'installation EFC est commandée par l'installation de détection automatique des incendies, à l'exception des cas où le compartiment est équipé d'une installation d'extinction automatique de type sprinklage ou protection de l'espace. Elle doit également pouvoir être commandée manuellement.
   Si un compartiment est équipé d'une installation de sprinklers, l'installation EFC, par dérogation à la norme NBN S 21-208-1, est commandée automatiquement par la vanne d'alarme de l'installation de sprinklers.
   5.4 Installation d'extinction automatique
   Lorsqu'un bâtiment industriel ou un compartiment est équipé d'une installation d'extinction automatique générale, celle-ci répond aux conditions suivantes.
   1° L'installation d'extinction automatique satisfait aux règles de l'art.
   2° L'installation est contrôlée lors de la mise en service, puis chaque année. Pour les installations de sprinklers, le contrôle a lieu chaque semestre. Ce contrôle est effectué par un organisme de contrôle accrédité conformément à la loi du 20 juillet 1990 relative à l'accréditation des organismes de certification et de contrôle ou selon une procédure de reconnaissance équivalente d'un autre Etat-membre de la Communauté européenne ou de Turquie ou d'un Etat signataire de l'A.E.L.E., partie contractante de l'accord sur l'Espace économique européen.
   5.5 Annonce de l'incendie
   Tout début d'incendie est signalé au service d'incendie territorialement compétent. A cette fin, les signaux des installations de détection incendie et d'extinction automatique sont placés sous la surveillance permanente d'une ou plusieurs personnes compétentes et ce localement, à distance, ou en une combinaison des deux.
   A son arrivée sur le lieu d'intervention, le service d'incendie doit pouvoir contacter le responsable du bâtiment industriel.
   5.6 Poste central de contrôle et de commande
   La surveillance du fonctionnement et la commande des différentes installations actives de sécurité incendie du bâtiment s'exercent depuis un poste de contrôle et de commande central. Les parois qui séparent ce local du reste du bâtiment présentent au moins EI 60.
   L'emplacement de ce local est décidé en concertation avec le service d'incendie territorialement compétent de sorte que la distance maximale à parcourir entre le local et l'extérieur soit de 15 m. Le local est accessible depuis l'extérieur soit directement soit via un couloir dont les parois présentent au moins EI 60 et les portes au moins EI1 30.
   Le local est équipé d'un éclairage de sécurité.
   6. DISTANCE ENTRE LES B¶TIMENTS
   6.1 Généralités
   Afin d'éviter la propagation d'un incendie entre deux bâtiments se faisant face, le rayonnement thermique sur les bâtiments en vis-à-vis ne peut pas être supérieur à 15 kW/m2.
   Cette condition est satisfaite lorsque la distance entre le bâtiment industriel et le bâtiment en vis-à-vis, en fonction de la résistance au feu de la façade et des ouvertures de la façade, est supérieure ou égale à celle fixée dans le tableau 4.
   (Image non reprise pour des raisons techniques, voir M.B. du 15-07-2009, p. 49395)
   Lorsque les bâtiments en vis-à-vis sont situés sur la même parcelle, la distance est déterminée en fonction de la façade qui a la résistance au feu la plus élevée.
   Lorsque les bâtiments en vis-à-vis sont situés sur la même parcelle, E60 suffit pour les deux façades si la distance intermédiaire entre les deux façades est supérieure ou égale à la hauteur de la façade la plus haute.
   6.2 Symétrie en miroir par rapport à la limite de la parcelle
   La distance entre des bâtiments situés sur des parcelles voisines est telle que la distance entre le bâtiment industriel et la limite de la parcelle est supérieure ou égale à la moitié de la distance intermédiaire minimale.
   6.3 Accumulation de biens combustibles
   Le stockage de biens combustibles n'est autorisé que si ces biens sont à une distance des bâtiments se faisant face au moins égale à la distance fixée au point 6.1 ou au point 6.2 respectivement.
   6.4 Bâtiments équipés d'une installation d'extinction automatique
   La distance intermédiaire minimale fixée dans le tableau 4 est divisée par deux pour les façades des bâtiments équipés d'une installation de sprinklers.
   De plus, si les bâtiments sont situés sur la même parcelle, et qu'ils sont équipés d'une installation d'extinction automatique, aucune distance intermédiaire minimale n'est requise.
   6.5 Parois communes
   Les parois communes des bâtiments contigus satisfont aux prescriptions applicables aux parois de compartiment fixées au point 3.4.
   6.6 Comportement au feu des toitures
   Le revêtement de toiture du bâtiment industriel appartient à la classe BROOF (t1).
   7. EVACUATION
   7.1. Nombre de sorties
   7.1.1 Règle générale
   Les occupants disposent de deux sorties au moins donnant accès à un lieu sûr. La première partie du chemin à parcourir vers ces sorties peut être commune.
   Les sorties sont situées dans des zones opposées.
   7.1.2 Une seule sortie
   Une seule sortie suffit :
   - pour les locaux, compartiments ou niveaux occupés sporadiquement, pendant les périodes normales d'activités, par un nombre réduit de personnes chargées de l'entretien et du contrôle des installations;
   - pour les locaux, compartiments ou niveaux dans lesquels l'occupation est inférieure à 50 personnes, lorsque le chemin à parcourir pour atteindre un lieu sûr est inférieur à celui qui peut être commun tel que défini au point 7.2.
   7.1.3 Plus de deux sorties
   Lorsqu'un local, compartiment ou niveau peut contenir plus de 500 personnes, plus de deux sorties sont indispensables. Le nombre de sorties est déterminé comme indiqué dans le tableau 5.
   (Image non reprise pour des raisons techniques, voir M.B. du 15-07-2009, p. 49396)
   7.2 Chemin à parcourir jusqu'à une sortie
   [2 7.2.1]2 Le chemin à parcourir jusqu'à une sortie est déterminé comme indiqué dans le tableau 6.
   (Image non reprise pour des raisons techniques, voir M.B. du 15-07-2009, p. 49396)
   Les voies menant à ces sorties sont maintenues libres. Leur implantation permet aux personnes présentes d'atteindre sans encombre un lieu sûr.
   Chaque sortie ou voie d'évacuation peut être utilisée immédiatement afin de quitter le bâtiment et d'atteindre un lieu sûr.
  [2 7.2.2 Dans les locaux et parties de bâtiments visés au point 3 du point 1.2.1, la distance à parcourir en cas d'évacuation n'est pas supérieure à :
   - 30 m jusqu'à une sortie vers un lieu sûr;
   - 45 m jusqu'à une sortie vers un lieu sûr lorsque l'accès à cette sortie se fait via un chemin d'évacuation ou une cage d'escalier et à condition qu'il ne faille pas parcourir plus de 30 m jusqu'à ce chemin d'évacuation ou cette cage d'escalier.
   De plus, les parois de ce chemin d'évacuation et de la cage d'escalier présentent une résistance au feu EI 60 et sont munies de portes résistantes au feu EI1 30.]2
   7.3 Largeur des sorties et des voies d'évacuation
   La largeur utile des portes et des voies d'évacuation qui donnent vers l'extérieur ou vers un lieu sûr est au moins égale à 0,8 m. Elle est supérieure ou égale à la largeur utile requise br calculée selon l'annexe 1 en tenant compte du nombre maximal de personnes qui se trouvent dans le compartiment dans des circonstances normales.
   Seules les portes qui s'ouvrent dans le sens de l'évacuation sont prises en compte pour déterminer la largeur utile.
   7.4 Signalisation et éclairage de sécurité
   Les sorties, voies d'évacuation et dispositifs de sécurité incendie sont indiqués par une signalisation bien visible et reconnaissable qui satisfait aux dispositions relatives à la signalisation de sécurité et de santé au travail. Elles sont équipées d'un éclairage de sécurité.
   Le numéro d'ordre de chaque niveau est clairement indiqué sur les paliers et le long des voies d'évacuation à hauteur des escaliers et des ascenseurs.
   7.5 Alarme et annonce
   Tous les occupants sont avertis à temps qu'il y a un incendie et qu'il faut éventuellement procéder à l'évacuation du bâtiment.
   Les bâtiments industriels d'une surface supérieure ou égale à 500 m2 sont équipés d'une installation d'alarme adaptée à cet effet.
   En cas d'incendie, les occupants sont à même d'avertir les services d'incendie à temps et un responsable du bâtiment industriel est joignable par les services d'incendie.
   8 SECURITE DES EQUIPES DE SECOURS
   8.1 Accessibilité
   8.1.1 Généralités
   A proximité du bâtiment industriel, un ou plusieurs lieu(x) de stationnement sûr(s) et efficace(s) est (sont) aménagé(s) et est (sont) accessible(s) en tout temps aux véhicules des services d'incendie.
   Le nombre et l'emplacement des lieux de stationnement sont déterminés en accord avec le service d'incendie compétent de sorte que :
   1° la distance entre l'accès des services d'incendie au bâtiment et leur lieu de stationnement soit courte;
   2° la moitié au moins des parois extérieures des bâtiments dont la superficie totale soit supérieure ou égale à 2 500 m2 est accessible;
   3° toutes les parois extérieures des bâtiments qui présentent une superficie totale supérieure ou égale à 5 000 m2 soient accessibles et les voies d'accès qui y mènent ne soient pas en impasse;
   4° le véhicule stationné ne puisse pas subir de dommages dus à l'incendie.
   8.1.2 Accessibilité améliorée
   La superficie autorisée des compartiments de bâtiments industriels peut être augmentée pour certaines classes (cf. tableau 2) si ces compartiments sont facilement accessibles à la lutte contre l'incendie.
   Les conditions suivantes sont respectées :
   1° le terrain sur lequel le bâtiment est construit, est accessible via deux entrées indépendantes; ces entrées sont reliées entre elles sur la parcelle par une voie d'accès pour les services d'incendie;
   2° la moitié au moins des parois du compartiment sont des parois extérieures accessibles aux services d'incendie.
   8.2 Moyens d'extinction et approvisionnement en eau d'extinction
   8.2.1 Moyens d'extinction
   Le bâtiment industriel est pourvu de moyens d'extinction appropriés. Leur nature et leur nombre sont déterminés par l'exploitant en concertation avec le service d'incendie territorialement compétent, en fonction de la nature et de l'ampleur du risque d'incendie
   8.2.2 Approvisionnement en eau d'extinction
   Les services d'incendie disposent d'un approvisionnement en eau primaire, utilisable rapidement, à proximité immédiate du bâtiment industriel.
   Cet approvisionnement en eau primaire peut être complété, en concertation avec les services d'incendie, par un approvisionnement en eau secondaire et éventuellement tertiaire.
   8.3 Plans monodisciplinaires d'intervention
   L'exploitant du bâtiment industriel transmet les informations nécessaires à l'élaboration d'un plan d'intervention pour ce bâtiment au service d'incendie compétent lorsque celui-ci en fait la demande.
  ----------
  (1)<AR 2016-12-07/20, art. 91, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  (2)<AR 2016-12-07/20, art. 92, 009; En vigueur : 01-04-2017>

  Art. N7. Annexe 7. Prescriptions communes.
  <Inséré par AR 2012-07-12/38, art. 24, 008; En vigueur : 01-12-2012>
  0 GENERALITES
  0.1 Domaine d'application
  La présente annexe contient des prescriptions applicables aux bâtiments bas, moyens et élevés et aux bâtiments industriels.
  0.2 Planches
  Planches 7.1a et 7.1b - Traversées d'éléments de construction
  Planche 7.2 - Traversées d'éléments de construction
  Planche 7.3 - Traversées d'éléments de construction
  Planche 7.4 - Traversées d'éléments de construction
  
  (Figures non reprises pour des raisons techniques, voir M.B. du 21-09-2012, p. 58559)
  
  1 LES TRAVERSEES D'ELEMENTS DE CONSTRUCTION
  1.1 Domaine d'application
  Les dispositions du présent chapitre sont applicables aux traversées d'éléments de construction par des conduites de fluides, de solides, d'électricité ou d'ondes électromagnétiques, qui ne peuvent pas altérer le degré de résistance au feu exigé pour ces éléments de construction.
  Ces dispositions ne sont pas applicables aux traversées d'éléments de construction par des conduits d'air, des gaines de ventilation, des cheminées et des clapets coupe-feu.
  1.2 Terminologie
  Les définitions du point 5.12 de l'annexe 1re sont d'application pour le présent chapitre.
  1.3 Critères requis
  Le dispositif d'obturation de la traversée doit maintenir la fonction séparante de la paroi, c'est à dire la capacité à satisfaire aux critères d'étanchéité aux flammes (E) et d'isolation thermique (I) à l'endroit des traversées.
  Cependant, pour les traversées simples par des conduites d'un diamètre inférieur ou égal à 160 mm sans isolation ou avec isolation incombustible, le critère d'isolation thermique peut être négligé; le matériau d'isolation incombustible satisfait à la classification A2-s1, d0.
  1.4 Durée requise
  Le dispositif d'obturation doit satisfaire aux critères requis pendant une durée au moins égale à celle requise pour la paroi.
  Cependant, pour la paroi d'une gaine, la durée requise est
  - au moins égale à la moitié du temps de résistance au feu prescrit pour cette paroi, et
  - au moins égale à 30 minutes.
  1.5 Détermination des caractéristiques des produits
  La résistance au feu du dispositif d'obturation, en termes d'étanchéitéaux flammes E et d'isolation thermique I peut être démontrée
  - par l'application des dispositions du point 2.1 de l'annexe 1re
  ou
  - par l'application d'une des solutions-types décrites aux points 1.6, 1.7 et 1.8 de la présente annexe.
  1.6 Solution type A - Obturation d'une traversée simple au moyen de mortier ou de laine de roche
  Une simple obturation de la traversée au moyen de mortier ou de laine de roche offre des garanties suffisantes pour ne pas altérer la résistance au feu requise s'il est satisfait aux conditions suivantes.
  1.6.1 Conditions relatives aux éléments de construction
  Les éléments de construction dans lesquelles sont aménagées les traversées ont une résistance au feu d'au moins EI 60.
  1.6.2 Diamètre maximal de la conduite en fonction de la résistance au feu requise
  Le tableau 7.1 indique les diamètres maximaux des conduites traversant des éléments de construction pour lesquels une simple obturation au moyen de mortier ou de laine de roche n'altère pas la résistance au feu requise.
  
  (Tableau non repris pour des raisons techniques, voir M.B. du 21-09-2012, p. 58560)
  
  Tableau 7.1. Diamètre maximum (mm) des conduites simplement jointoyées au moyen de mortier ou de laine de roche
  1.6.3 Conditions relatives à l'obturation au moyen de mortier
  Les conduites sont jointoyées sur tout leur pourtour au moyen de mortier, et ce sur une profondeur d'obturation minimum (Lm) de 50 mm, pour des valeurs de résistance au feu E 30 et E 60 et de 70 mm pour une résistance au feu E 120; il peut être tenu compte de l'épaisseur d'un éventuel enduit pour la réalisation de la profondeur d'obturation.
  L'obturation se fait de préférence des deux côtés de l'élément de construction; la profondeur d'obturation Lm est obtenue par le cumul des épaisseurs de chaque côté avec un minimum de 25 mm par côté.
  Si l'obturation est faite d'un seul côté, la profondeur d'obturation de ce côté doit être : A => Lm. (voir planche 7.1a).
  Dans le cas d'une paroi de séparation légère (ou d'un élément de construction comportant un grand espace intérieur creux), l'obturation devra généralement se faire des deux côtés pour parvenir à l'épaisseur requise (voir planche 7.1b).
  1.6.4 Conditions relatives à l'obturation au moyen de laine de roche
  Les conduites sont jointoyées sur tout leur pourtour au moyen de laine de roche, et ce sur une profondeur totale d'au moins 50 mm.(voir planche 7.2)
  L'obturation peut se faire d'un seul côté.
  La laine de roche doit être comprimée fermement dans l'élément de construction.
  Dans le cas d'une paroi de séparation légère, le vide de la paroi légère, à l'endroit de la traversée, est rempli préalablement à l'aide d'un matériau d'isolation dont la densité supporte une compression ferme. En outre, l'obturation au moyen de laine de roche se fait des deux côtés de l'élément de construction.
  1.6.5 Conditions relatives à l'obturation avec mortier et laine de roche.
  L'obturation peut combiner mortier et laine de roche à condition que la mise en oeuvre d'un des matériaux au moins réponde aux conditions définies respectivement en 1.6.3 et en 1.6.4.
  1.6.6 Conditions relatives à la suspension et à la fixation des conduites.
  Les conduites doivent être suspendues et fixées suivant les règles de l'art. Les fixations les plus proches de l'élément de construction ne peuvent pas être situées à plus de 500 mm de part et d'autre de celle-ci. (voir planche 7.3)
  1.7 Solution type B - traversée simple au moyen d'un fourreau.
  Lorsque les règles de l'art prescrivent l'utilisation d'un fourreau, la résistance au feu requise n'est pas altérée s'il est satisfait aux conditions suivantes.
  1.7.1 Conditions relatives aux éléments de construction
  Les éléments de construction sont en maçonnerie ou en béton.
  1.7.2 Diamètre maximal de la conduite en fonction de la résistance au feu requise
  Le tableau 7.2 indique les diamètres maximaux des conduites traversant des éléments de construction pour lesquelles l'utilisation d'un fourreau en métal ou autre matériau incombustible ou en PVC-U avec jeu ouvert ou non n'altère pas la résistance au feu requise.
  
  (Tableau non repris pour des raisons techniques, voir M.B. du 21-09-2012, p. 58562)
  
  Tableau 7.2. Diamètre maximum (mm) des conduites intégrées dans un fourreau en métal ou en PVC.
  1.7.3 Conditions relatives au fourreau et son jointoiement
  Les fourreaux sont
  - des conduites incombustibles
  ou
  - en chlorure de polyvinyle rigide (PVC-U) classé en B- s3, d0.
  Le fourreau est solidement fixé au mur au moyen d'une obturation au mortier.
  L'obturation au mortier se fait de chaque côté de l'élément de construction, sur une profondeur minimale de 25 mm. (voir planche 7.4)
  Le fourreau reste partiellement apparent et dépasse de l'élément de construction.
  1.7.4 Conditions relatives aux conduites
  Les conduites sont des conduites incombustibles ou des conduites en chlorure de polyvinyle rigide (PVC-U).
  1.7.5 Conditions relatives au jeu entre le fourreau et la conduite
  Si le jeu entre le fourreau et la conduite est ouvert, il est de 4 mm maximum.
  Lorsque le diamètre du fourreau est inférieur ou égal à 25 mm, il n'est pas imposé de conditions relatives au jeu entre le fourreau et la conduite.
  Si le jeu entre le fourreau et la conduite est rempli, il est de 45 mm maximum et est obturé sur tout son pourtour, au moyen de laine de roche mise en oeuvre comme prévu au point 1.6.6.
  1.7.6 Conditions relatives à la suspension des conduites
  Les conduites doivent être suspendues et fixées de la manière prévue au point 1.5.6.
  1.8 Solution type C - Raccordement direct à une cuvette de WC. suspendue
  Le raccordement à une cuvette de WC suspendue n'altère pas la résistance au feu requise s'il est satisfait aux conditions suivantes :
  - le diamètre de la conduite est de 110 mm maximum;
  - l'obturation au moyen de mortier ou de laine de roche satisfait à au point 1.6.3 ou 1.6.4;
  - la cuvette est fixée à un élément de construction en maçonnerie ou en béton;
  - la durée maximale requise est égale à 30 minutes.
  [1 2 LES SAS
   2.1 Domaine d'application
   Les dispositions du présent chapitre sont applicables aux sas exigés par les annexes 2, 2/1, 3, 3/1, 4 et 4/1 du présent arrêté.
   2.2 Equipement
   Seuls les objets suivants sont autorisés dans les sas :
   - moyens de détection;
   - moyens d'extinction;
   - appareils de signalisation;
   - appareils d'éclairage;
   - appareils de chauffage;
   - dispositifs de ventilation;
   - dispositifs de désenfumage.
   Les conduites d'électricité, les conduits de ventilation et les conduits de désenfumage sont autorisés seulement :
   - s'ils ne servent qu'au fonctionnement des objets précités installés dans le sas,
   - ou si le sas ne dessert que des locaux sans occupation humaine (par exemple : locaux techniques, locaux pour transformateurs, débarras, archives, locaux d'entreposage des ordures, locaux pour compteurs, chaufferies, ...) ou des parkings.
   Les conduites d'eau sont autorisées dans les sas.
   Toute autre conduite est interdite dans les sas.]1
  ----------
  (1)<AR 2016-12-07/20, art. 93, 009; En vigueur : 01-04-2017>
  

Signatures Texte Table des matières Début
   Donné à Bruxelles, le 7 juillet 1994.
ALBERT
Par le Roi :
Le Ministre de l'Intérieur,
L. TOBBACK
Le Ministre de la Politique Scientifique et de l'Infrastructure,
J.-M. DEHOUSSE
La Ministre de l'Emploi et du Travail,
Mme M. SMET

Préambule Texte Table des matières Début
   ALBERT II, Roi des Belges,
   A tous, présents et à venir, Salut.
   Vu la loi du 30 juillet 1979 relative à la prévention des incendies et des explosions ainsi qu'à l'assurance obligatoire de la responsabilité civile dans ces mêmes circonstances, notamment l'article 2, modifié par la loi du 22 mai 1990 ;
   Vu l'avis du Conseil supérieur de la Sécurité contre l'incendie et l'explosion ;
   Vu l'avis de la Commission des Communautés Européennes ;
   Vu l'avis du Conseil d'Etat ;
   Sur la proposition de Notre Ministre de l'Intérieur et de l'avis de Nos Ministres qui en ont délibéré en Conseil,
   Nous avons arrêté et arrêtons :
Erratum Texte Début

IMAGE
1996000131
PUBLICATION :
1996-03-19
page : 6228

Errata



Modification(s) Texte Table des matières Début
IMAGE
  • ARRETE ROYAL DU 07-12-2016 PUBLIE LE 18-01-2017
    (ART. MODIFIES : INTITULE; 2; 3; 6/1; 6/2; 6/3; N1; N2; N2/1; N3; N3/1; N4; N4/1; N5; N6; N7)
  • IMAGE
  • ARRETE ROYAL DU 12-07-2012 PUBLIE LE 21-09-2012
    (ART. MODIFIES : N1; N2; 2/1; N3; N3/1; N4; N4/1; N5/1; N7; 6/1-6/3)
  • IMAGE
  • ARRETE ROYAL DU 01-03-2009 PUBLIE LE 15-07-2009
    (ART. MODIFIES : N1; N6; .N2; N3; N4)
  • IMAGE
  • ARRETE ROYAL DU 18-09-2008 PUBLIE LE 16-10-2008
    (ART. MODIFIES : 4; 5)
  • IMAGE
  • ARRETE ROYAL DU 13-06-2007 PUBLIE LE 18-07-2007
    (ART. MODIFIE : N1)
  • IMAGE
  • ARRETE ROYAL DU 04-04-2003 PUBLIE LE 05-05-2003
    (ART. MODIFIES : 1; N1-N5)
  • IMAGE
  • ARRETE ROYAL DU 19-12-1997 PUBLIE LE 30-12-1997
    (ART. MODIFIES : N1-N1-N5; 6)
  • ARRETE ROYAL DU 18-12-1996 PUBLIE LE 31-12-1996
    (ART. MODIFIES : 5; 6; N1-N4)
  • ARRETE ROYAL DU 04-04-1996 PUBLIE LE 20-04-1996
    (ART. MODIFIE : 6)

  • Début Premier mot Dernier mot Modification(s) Préambule
    Table des matières 22 arrêtés d'exécution 8 versions archivées
    Erratum Version néerlandaise