J U S T E L     -     Législation consolidée
Fin Premier mot Dernier mot Modification(s) Préambule
Travaux parlementaires Table des matières 41 arrêtés d'exécution 17 versions archivées
Erratum Signatures Fin Version néerlandaise
 
belgiquelex . be     -     Banque Carrefour de la législation
Conseil d'Etat
ELI - Système de navigation par identifiant européen de la législation
http://www.ejustice.just.fgov.be/eli/loi/2003/01/17/2003014009/justel

Titre
17 JANVIER 2003. - Loi relatif au statut du régulateur des secteurs des postes et des télécommunications belges.
(NOTE : Consultation des versions antérieures à partir du 24-01-2003 et mise à jour au 29-03-2016) Voir modification(s)

Source : MOBILITE ET TRANSPORTS
Publication : 24-01-2003 numéro :   2003014009 page : 2591   IMAGE
Dossier numéro : 2003-01-17/30
Entrée en vigueur : 23-04-2003 (ART. 13 - ART. 44)    ***    03-07-2006 (ART. 3 - ART. 7)    ***    indéterminée (ART. 8 - ART. 12)    ***    indéterminée (Art.41)    ***    23-04-2003 (ART. 1 - ART. 2)

Table des matières Texte Début
CHAPITRE I. - Généralités.
Art. 1, 1er/1, 2
CHAPITRE II. - Les Comités consultatifs.
Section I. - Comité consultatif pour les télécommunications.
Art. 3-7
Section 2. - Comité consultatif pour les services postaux.
Art. 8-12
CHAPITRE III. - L'Institut.
Section I. - Généralités.
Art. 13
Section 2. - Compétences et Missions.
Art. 14-15
Section 3. - Le Conseil.
Sous-section I. - Généralités.
Art. 16
Sous-section 2. - Composition.
Art. 17-18
Sous-section 3. - Fonctionnement.
Art. 19-21, 21/1
Sous-section 4. - Règlement d'ordre intérieur.
Art. 22
Sous-section 5. - Confidentialité.
Art. 23
Section 4. - Les membres du personnel de l'Institut.
Sous-section 1. - Officiers de police judiciaire.
Art. 24-25
Sous-section 2. - Organisation.
Art. 26, 26bis
Sous-section 3. - Fonctionnement.
Art. 27-28
CHAPITRE IV. - Financement.
Art. 29-31, 31/1, 32-33
CHAPITRE V. - Contrôle.
Art. 34-36
CHAPITRE VI. - Dispositions diverses.
Art. 37
CHAPITRE VII. - Dispositions pénales.
Art. 38
CHAPITRE VIII. - Dispositions modificatives et finales.
Art. 39-44

Texte Table des matières Début
CHAPITRE I. - Généralités.

  Article 1. La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution.

  Art. 1er/1. [1 Les chapitres III et V transposent partiellement la Directive 2009/136/CE du Parlement européen et du Conseil du 25 novembre 2009 modifiant la Directive 2002/22/CE concernant le service universel et les droits des utilisateurs au regard des réseaux et services de communications électroniques, la Directive 2002/58/CE concernant le traitement des données à caractère personnel et la protection de la vie privée dans le secteur des communications électroniques et le Règlement (CE) n° 2006/2004 relatif à la coopération entre les autorités nationales chargées de veiller à l'application de la législation en matière de protection des consommateurs et la Directive 2009/140/CE du Parlement européen et du Conseil du 25 novembre 2009 modifiant les Directives 2002/21/CE relative à un cadre réglementaire commun pour les réseaux et services de communications électroniques, 2002/19/CE relative à l'accès aux réseaux de communications électroniques et aux ressources associées, ainsi qu'à leur interconnexion, et 2002/20/CE relative à l'autorisation des réseaux et services de communications électroniques.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2012-07-10/04, art. 2, 015; En vigueur : 04-08-2012>

  Art. 2. Dans la présente loi, il faut entendre par :
  1° loi du 21 mars 1991 : loi du 21 mars 1991 portant réforme de certaines entreprises publiques économiques;
  2° (abrogé) <L 2007-04-25/38, art. 161, 009; En vigueur : 18-05-2007>
  3° Institut : l'Institut belge des services postaux et des télécommunications, en abrégé IBPT;
  4° Ministre : le ministre ou secrétaire d'Etat qui a les services postaux ou les télécommunications dans ses attributions.
  Les termes utilisés dans la présente loi ont la même signification que celle qui en est donnée dans la loi du 21 mars 1991 (et dans la loi du 13 juin 2005) ainsi que dans leurs arrêtés d'exécution. <L 2007-04-25/38, art. 161, 009; En vigueur : 18-05-2007>

  CHAPITRE II. - Les Comités consultatifs.

  Section I. - Comité consultatif pour les télécommunications.

  Art. 3. § 1er. Il est créé un Comité consultatif pour les télécommunications auprès du Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie.
  § 2. Les modalités de fonctionnement et de composition du Comité consultatif pour les télécommunications sont définies par arrêté royal délibéré en Conseil des Ministres. Le Roi peut prévoir la représentation des Gouvernements des Communautés et des Régions.
  Les Membres du Comité consultatif pour les télécommunications sont nommés par le ministre.
  Le Comité consultatif pour les télécommunications comprend au moins des représentants des utilisateurs, des fabricants d'équipements de télécommunications, des fournisseurs de services, des opérateurs, puissants ou non, de réseaux de télécommunication publics fixes et mobiles, des opérateurs en charge du service universel, des représentants du gouvernement fédéral et des organisations représentatives des travailleurs et des employeurs (y compris les petites et moyennes entreprises).
  § 3. Les représentants du gouvernement fédéral siègent au Comité consultatif pour les télécommunications sans voix délibérative.
  L'Institut et le Service de Médiation pour les télécommunications siègent en tant qu'observateurs au Comité consultatif pour les télécommunications.

  Art. 4.Le Comité consultatif pour les télécommunications est compétent pour faire au ministre ou à l'Institut des recommandations relatives à toute question concernant les télécommunications.
  Le Comité consultatif pour les télécommunications publie un rapport annuel transmis à la Chambre des représentants rendant compte de ses activités et contenant des recommandations [1 relatives aux activités de l'Institut, telles qu'elles sont notamment décrites dans les plans de gestion, les rapports d'activités et les rapports annuels visés à l'article 34]1.
  ----------
  (1)<L 2011-05-31/02, art. 2, 014; En vigueur : 01-07-2011>

  Art. 5. Les recommandations du Comité consultatif pour les télécommunications sont adoptées collégialement. Les opinions divergentes figurent à leur suite.

  Art. 6. Toutes les recommandations du Comité consultatif pour les télécommunications sont publiées au Moniteur belge.

  Art. 7. Les frais de fonctionnement du Comité consultatif pour les télécommunications sont à charge de l'Institut.
  L'Institut assure le secrétariat du Comité consultatif pour les télécommunications.

  Section 2. - Comité consultatif pour les services postaux.

  Art. 8. § 1er. Il est créé un Comité consultatif pour les services postaux auprès du Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie.
  § 2. Les modalités de fonctionnement et de composition du Comité consultatif pour les services postaux sont définies par arrêté royal délibéré en Conseil des Ministres. Le Roi peut prévoir la représentation des Gouvernements des Communautés et des Régions.
  Les membres du Comité consultatif pour les services postaux sont nommés par le ministre.
  Le Comité consultatif pour les services postaux comprend au moins des représentants des utilisateurs, des opérateurs postaux, des prestataires de service universel, des représentants du gouvernement fédéral et des organisations représentatives des travailleurs et des employeurs (y compris les petites et moyennes entreprises).
  § 3. Les représentants du gouvernement fédéral siègent au Comité consultatif pour les services postaux sans voix délibérative.
  L'Institut et le (service de médiation pour le secteur postal) siègent en tant qu'observateurs au Comité consultatif pour les services postaux. <L 2006-12-21/79, art. 14, 007; En vigueur : 02-02-2006>

  Art. 9.Le Comité consultatif pour les services postaux est compétent pour donner au ministre ou à l'Institut des recommandations relatives à toute question concernant le secteur postal.
  Le Comité consultatif pour les services postaux publie un rapport annuel envoyé à la Chambre des représentants rendant compte de ses activités et contenant des recommandations [1 relatives aux activités de l'Institut, telles qu'elles sont notamment décrites dans les plans de gestion, les rapports d'activités et les rapports annuels visés à l'article 34]1.
  ----------
  (1)<L 2011-05-31/02, art. 3, 014; En vigueur : 01-07-2011>

  Art. 10. Les recommandations du Comité consultatif pour les services postaux sont adoptées collégialement. Les opinions divergentes figurent à leur suite.

  Art. 11. Toutes les recommandations du Comité consultatif pour les services postaux sont publiées au Moniteur belge.

  Art. 12. Les frais de fonctionnement du Comité consultatif pour les services postaux sont à charge de l'Institut.
  L'Institut assure le secrétariat du Comité consultatif pour les services postaux.

  CHAPITRE III. - L'Institut.

  Section I. - Généralités.

  Art. 13. L'Institut continue la personne juridique visée à l'article 71, alinéa 1er, de la loi du 21 mars 1991 et en exerce les compétences.
  L'Institut a son siège dans la Région de Bruxelles-Capitale.
  L'Institut ne peut exercer aucune activité commerciale.

  Section 2. - Compétences et Missions.

  Art. 14.<L 2005-07-20/41, art. 73, 005 ; En vigueur : 31-12-2005> § 1er. Sans préjudice de ses compétences légales, les missions de l'Institut en ce qui concerne les réseaux de communications électroniques et les services de communications électroniques, équipement terminal équipement hertzien et en ce qui concerne les services postaux et les réseaux postaux publics tels que définis à l'article 131 de la loi du 21 mars 1991 portant réforme de certaines entreprises publiques économiques, sont les suivantes :
  1° la formulation d'avis d'initiative, dans les cas prévus par les lois et arrêtés ou à la demande du ministre [4 ou de la Chambre des représentants]4;
  2° la prise de décisions administratives;
  3° le contrôle du respect de la loi du 13 juin 2005 relative aux communications électroniques ainsi que du titre Ier, chapitre X et du titre III et IV de la loi du 21 mars 1991 portant réforme de certaines entreprises publiques économiques, (de la loi du 30 mars 1995 concernant les réseaux de distribution d'émissions de radiodiffusion et l'exercice d'activités de radiodiffusion dans la région bilingue de Bruxelles-Capitale) et de leurs arrêtés d'exécution [5 , et du Règlement (UE) n° 611/2013 de la Commission du 24 juin 2013 concernant les mesures relatives à la notification des violations de données à caractère personnel en vertu de la Directive 2002/58/CE du Parlement européen et du Conseil sur la vie privée et les communications électroniques]5; <L 2007-03-16/41, art. 59, 1°, 008; En vigueur : 15-04-2007>
  4° en cas de litige entre des fournisseurs de réseaux, de services ou d'équipements de télécommunications ou en cas de litige entre des opérateurs postaux, (ou en cas de litige entre les fournisseurs de services ou de réseaux de communications électroniques ou d'organismes de radiodiffusion visés par la loi du 30 mars 1995 concernant les réseaux de distribution d'émissions de radiodiffusion et l'exercice d'activités de radiodiffusion dans la région bilingue de Bruxelles-Capitale,) la formulation de propositions tendant à concilier les parties dans le délai d'un mois. Le Roi fixe, sur avis de l'Institut, les modalités de cette procédure; <L 2007-03-16/41, art. 59, 2°, 008; En vigueur : 15-04-2007>
  [5 4° /1 en cas de litige entre fournisseurs de réseaux, de services ou d'équipements de télécommunications ou en cas de litige entre des opérateurs postaux, ou en cas de litige entre les fournisseurs de services ou de réseaux de communications électroniques ou d'organismes de radiodiffusion visés par la loi du 30 mars 1995 concernant les réseaux et services de communications électroniques et les services de médias audiovisuels dans la région bilingue de Bruxelles-Capitale, la prise de décision administrative à la requête de toutes les parties concernées, dans un délai de quatre mois et selon la procédure fixée par le Roi;]5
  5° poser tous les actes utiles qui ont pour objet la préparation de l'application des directives européennes entrées en vigueur dans le secteur des postes et des télécommunications.
  [2 6° L'Institut est chargé de contrôler l'exécution de toutes les missions de service public qui sont attribuées par l'Etat dans le secteur postal et dans le secteur des communications électroniques. L'Institut informe tant le Ministre en charge du Secteur postal que le Ministre en charge des Entreprises publiques de l'exécution du contrat de gestion.]2
  § 2. Dans le cadre de ses compétences, l'Institut :
  1° peut organiser de manière non discriminatoire toute forme d'enquêtes et de consultations publiques [4 ; il doit organiser de telles consultations publiques afin qu'il tienne compte des points de vue des utilisateurs finals, des consommateurs (y compris notamment, des consommateurs handicapés), des fabricants et des entreprises qui fournissent des réseaux et/ou des services de communications électroniques sur toute question relative à tous les droits des utilisateurs finals et des consommateurs en ce qui concerne les services de communications électroniques accessibles au public, en particulier lorsqu'ils ont une incidence importante sur le marché; ces consultations garantissent que, lorsque l'Institut statue sur des questions relatives aux droits des utilisateurs finals et des consommateurs en ce qui concerne les services de communications électroniques accessibles au public, les intérêts des consommateurs en matière de communications électroniques sont dûment pris en compte]4;
  2° peut exiger, par demande motivée, de toute personne concernée toute information utile. L'Institut fixe le délai de communication des informations demandées;
  3° coopère avec et communique de l'information à :
  a) la Commission européenne [4 , l'ENISA, l'Office et à l'ORECE]4;
  b) les autorités de régulation étrangères en matière de services postaux et de télécommunications;
  c) les autorités de régulation des autres secteurs économiques;
  d) les services publics fédéraux en charge de la protection des consommateurs;
  e) les autorités belges en charge de la concurrence;
  Après consultation de ces autorités et de l'Institut et sur proposition conjointe du ministre de l'Economie et du ministre, le Roi peut fixer les modalités de la coopération, de la consultation et de l'échange d'informations entre ces instances et l'Institut;
  f) les autorités régulatrices des Communautés et des Régions, selon les modalités convenues dans les accords de coopération avec ces niveaux de pouvoir;
  [4 g) les services publics qui ont une compétence en matière de sécurité publique, ou de sécurité et protection civile, ou de défense civile, ou de planification de crise, ou de sécurité ou de protection du potentiel économique et scientifique du pays;]4
  [5 h) la Commission de la protection de la vie privée;
   i) le Service public fédéral chargé des statistiques et de l'information économique.]5
  4° apporte sa collaboration aux activités de la Commission mixte des télécommunications, créée par l'arrêté royal du 10 décembre 1957, modifié par l'arrêté royal du 24 septembre 1993;
  5° l'Institut peut uniquement prendre des décisions relatives aux réseaux de communications électroniques pour lesquels les Communautés sont également compétentes, après l'entrée en vigueur d'un accord de coopération avec les Communautés portant sur l'exercice des compétences en matière de réseaux de communications électroniques.
  [1 6° peut procéder, en respectant les motifs de l'annulation et sans modifier l'étendue de son champ d'application, à la réfection d'une décision annulée par une autorité juridictionnelle lorsque, du fait de cette annulation, un ou plusieurs des objectifs visés aux articles 6 à 8 de la loi du 13 juin 2005 relative aux communications électroniques ne sont plus réalisés. [3 L'Institut peut procéder à une même réfection lorsque la décision annulée concerne le secteur postal et qu'un ou plusieurs des objectifs suivants ne sont plus réalisés :
   - veiller à la qualité et à la pérennité du service universel;
   - veiller aux intérêts des utilisateurs des services postaux;
   - contribuer au développement d'un marché intérieur des services postaux;
   - promouvoir la concurrence dans le secteur postal.]3]1
  § 3. Dans le cadre de la coopération avec les autorités énumérées au point 3 du paragraphe précédent, les membres du Conseil et les membres du personnel de l'Institut peuvent communiquer à ces autorités des informations confidentielles dont ils ont connaissance dans l'exercice de leur fonction [4 , dans la mesure où cette communication est nécessaire pour l'accomplissement des missions de ces autorités.]4
  ----------
  (1)<L 2009-05-18/04, art. 2, 010; En vigueur : 14-06-2009>
  (2)<L 2010-12-13/07, art. 35, 013; En vigueur : 31-12-2010>
  (3)<L 2010-12-13/07, art. 36, 013; En vigueur : 31-12-2010>
  (4)<L 2012-07-10/04, art. 3, 015; En vigueur : 04-08-2012>
  (5)<L 2014-03-27/35, art. 2, 016; En vigueur : 08-05-2014>

  Art. 15.
  <Abrogé par L 2015-03-16/12, art. 2, 017; En vigueur : 17-04-2015>

  Section 3. - Le Conseil.

  Sous-section I. - Généralités.

  Art. 16.Le Conseil a le pouvoir d'accomplir tous les actes utiles à l'exercice des compétences de l'Institut. [1 Il exerce ses pouvoirs de manière impartiale, transparente et au moment opportun.]1 Il représente l'Institut en justice et à l'égard des tiers, et peut contracter au nom de l'Institut. [2 ...]2
  Le Conseil peut, par décision unanime, déléguer certains de ses pouvoirs à un ou plusieurs de ses membres [2 ainsi que, pour des matières visées aux articles 11, § 1er, 2° et 39, § 1er, de la loi du 13 juin 2005 relative aux communications électroniques, à un ou plusieurs membres du personnel de niveau A]2.
  Le Conseil peut déléguer par écrit la signature de certains documents à un ou plusieurs membres du personnel.
  Le Conseil peut faire appel à une expertise extérieure dans le cadre de l'accomplissement des missions de l'Institut. Ces experts doivent être indépendants de toute personne physique ou morale soumise au contrôle de l'Institut.
  ----------
  (1)<L 2012-07-10/04, art. 5, 015; En vigueur : 04-08-2012>
  (2)<L 2014-03-27/35, art. 3, 016; En vigueur : 08-05-2014>

  Sous-section 2. - Composition.

  Art. 17.§ 1er. Le Conseil est composé de quatre membres, à savoir un président et trois membres ordinaires. Deux des membres appartiennent au rôle linguistique néerlandophone et les deux autres membres appartiennent au rôle linguistique francophone. Au cas où les voix sont partagées, le président a voix prépondérante.
  § 2. Le Roi nomme, sur proposition du ministre, par arrêté délibéré en Conseil des Ministres, le président et les autres membres du Conseil.
  [3 Si un membre doit être remplacé avant le terme de son mandat, son remplaçant termine le mandat en cours.]3
  Les membres du Conseil sont nommés pour un terme de six ans renouvelable.
  Sauf en cas de révocation visée au § 5, les membres du Conseil continuent à exercer leur fonction à l'expiration de leur mandat tant qu'il n'a pas été pourvu à leur remplacement.
  [2 Les chargés de mission particulière visés à l'article 82, § 3/1, de l'arrêté royal du 11 janvier 2007 fixant le statut administratif du personnel de l'Institut belge des services postaux et des télécommunications assistent aux réunions du Conseil avec voix consultative. Le Conseil peut en outre inviter des experts externes à assister aux réunions du Conseil avec ou sans voix consultative. Les chargés de mission particulière et les experts externes sont tenus aux mêmes règles que celles applicables aux membres du Conseil en vertu de l'article 17, § 3. Les experts sont tenus au secret professionnel pendant et après la fin de leur mission. Ils ne peuvent communiquer à des tiers les informations confidentielles dont ils ont connaissance dans le cadre de l'exercice de leur mission, hormis les exceptions prévues par la loi. La violation de cette obligation entraîne la fin immédiate de la mission.]2
  [5 La mission particulière du titulaire d'une mission particulière doit porter sur des matières stratégiques. Par "mission particulière", l'on entend la désignation temporaire à une fonction à part entière qui pose des exigences en termes d'expertise et requiert une expérience manifeste de type stratégique.
   Le titulaire d'une mission particulière peut faire appel aux services de l'Institut pour l'aider dans la réalisation de ses tâches.]5
  § 3. Les membres du Conseil sont nommés en vertu de leur compétence, de leur intégrité et de leur indépendance. Il doit être satisfait à ces conditions pendant toute la durée du mandat.
  Les membres du Conseil ne peuvent avoir un intérêt quel qu'il soit dans les entreprises actives sur les marchés des télécommunications et/ou des services postaux, ni exercer pour celles-ci directement ou indirectement, à titre gratuit ou onéreux, la moindre fonction ou prester le moindre service. Il doit être satisfait à cette condition pendant toute la durée du mandat et pendant [1 un an]1 suivant la fin de ce mandat.
  § 4. Les membres du Conseil sont employés à temps plein. Le Roi fixe, par arrêté délibéré en Conseil des Ministres, le statut et la rémunération du Président et des autres membres du Conseil ainsi que leurs devoirs.
  § 5. Les membres du Conseil sont révocables par arrêté délibéré en Conseil des ministres sur proposition du ministre.
  Le Roi fixe par arrêté délibéré en Conseil des Ministres les circonstances dans lesquelles une révocation peut être proposée.
  
  DROIT FUTUR
  
   Art. 17. § 1er. Le Conseil est composé de quatre membres, à savoir un président et trois membres ordinaires. Deux des membres appartiennent au rôle linguistique néerlandophone et les deux autres membres appartiennent au rôle linguistique francophone. Au cas où les voix sont partagées, le président a voix prépondérante.
  § 2. Le Roi nomme, sur proposition du ministre, par arrêté délibéré en Conseil des Ministres, le président et les autres membres du Conseil.
  [3 Si un membre doit être remplacé avant le terme de son mandat, son remplaçant termine le mandat en cours.]3
  [4 Les membres du Conseil sont nommés en qualité de membre ou de président pour un terme de six ans. Ce terme peut être renouvelé pour une durée de six ans à condition que trois mandats consécutifs ne soient pas exercés, quelle que soit leur nature.]4
  Sauf en cas de révocation visée au § 5, les membres du Conseil continuent à exercer leur fonction à l'expiration de leur mandat tant qu'il n'a pas été pourvu à leur remplacement.
  [2 Les chargés de mission particulière visés à l'article 82, § 3/1, de l'arrêté royal du 11 janvier 2007 fixant le statut administratif du personnel de l'Institut belge des services postaux et des télécommunications assistent aux réunions du Conseil avec voix consultative. Le Conseil peut en outre inviter des experts externes à assister aux réunions du Conseil avec ou sans voix consultative. Les chargés de mission particulière et les experts externes sont tenus aux mêmes règles que celles applicables aux membres du Conseil en vertu de l'article 17, § 3. Les experts sont tenus au secret professionnel pendant et après la fin de leur mission. Ils ne peuvent communiquer à des tiers les informations confidentielles dont ils ont connaissance dans le cadre de l'exercice de leur mission, hormis les exceptions prévues par la loi. La violation de cette obligation entraîne la fin immédiate de la mission.]2
  [5 La mission particulière du titulaire d'une mission particulière doit porter sur des matières stratégiques. Par "mission particulière", l'on entend la désignation temporaire à une fonction à part entière qui pose des exigences en termes d'expertise et requiert une expérience manifeste de type stratégique.
   Le titulaire d'une mission particulière peut faire appel aux services de l'Institut pour l'aider dans la réalisation de ses tâches.]5
  § 3. Les membres du Conseil sont nommés en vertu de leur compétence, de leur intégrité et de leur indépendance. Il doit être satisfait à ces conditions pendant toute la durée du mandat.
  Les membres du Conseil ne peuvent avoir un intérêt quel qu'il soit dans les entreprises actives sur les marchés des télécommunications et/ou des services postaux, ni exercer pour celles-ci directement ou indirectement, à titre gratuit ou onéreux, la moindre fonction ou prester le moindre service. Il doit être satisfait à cette condition pendant toute la durée du mandat et pendant [1 un an]1 suivant la fin de ce mandat.
  § 4. Les membres du Conseil sont employés à temps plein. Le Roi fixe, par arrêté délibéré en Conseil des Ministres, le statut et la rémunération du Président et des autres membres du Conseil ainsi que leurs devoirs.
  § 5. Les membres du Conseil sont révocables par arrêté délibéré en Conseil des ministres sur proposition du ministre.
  Le Roi fixe par arrêté délibéré en Conseil des Ministres les circonstances dans lesquelles une révocation peut être proposée.
  [4 L'arrêté de révocation est publié au Moniteur belge.]4

  ----------
  (1)<L 2009-05-18/04, art. 3, 010; En vigueur : 14-06-2009>
  (2)<L 2009-12-30/01, art. 182, 012; En vigueur : 10-01-2010>
  (3)<L 2011-05-31/02, art. 5, 014; En vigueur : 01-07-2011>
  (4)<L 2012-07-10/04, art. 6, 015; En vigueur : indéterminée, lors de la prochaine nomination du Conseil de l'Institut>
  (5)<L 2014-03-27/35, art. 4, 016; En vigueur : 08-05-2014>

  Art. 18. A l'exception des membres désignés lors de la première composition du Conseil, les membres doivent fournir la preuve de la connaissance fonctionnelle de la deuxième langue comme prévu à l'article 43ter, § 7, alinéa 1, des lois sur l'emploi des langues en matière administrative, coordonnées le 18 juillet 1966.

  Sous-section 3. - Fonctionnement.

  Art. 19. Le Conseil offre à toute personne directement et personnellement concernée par une décision la possibilité d'être entendue au préalable.
  Les décisions du Conseil sont notifiées aux personnes directement et personnellement concernées et au ministre.

  Art. 20.§ 1er. [2 En cas de manquement aux articles 9, 11, 18, 51, 55, 56 ou 64 de la loi du 13 juin 2005 relative aux communications électroniques ou de leurs mesures d'exécution entraînant une menace immédiate grave pour l'ordre public, la sécurité publique ou la santé publique ou de nature à provoquer de graves problèmes économiques ou opérationnels pour d'autres fournisseurs ou utilisateurs de réseaux ou de services de communications électroniques, ou d'autres utilisateurs du spectre radioélectrique, le Conseil peut adopter]2 les mesures provisoires appropriées dont il détermine la durée, [1 sans que celle-ci ne puisse initialement excéder [2 trois mois, prorogeable d'une nouvelle durée de trois mois au maximum si la mise en oeuvre des procédures d'exécution n'est pas terminée]2. [2 Il peut prendre ces mesures même si elles ont un impact sur les relations contractuelles des parties concernées.]2 [2 ...]2.]1.
  [2 Dans les trois jours ouvrables, l'intéressé peut demander à être entendu pour exposer son point de vue et proposer des solutions.
   Si nécessaire, le Conseil peut ensuite lever, adapter ou confirmer les mesures provisoires.]2
  § 2. En respectant les conditions prévues au § 1er et s'il n'est matériellement pas possible de convoquer une séance extraordinaire du Conseil, le président est compétent pour adopter des mesures provisoires au nom du Conseil. La décision du président qui impose des mesures provisoires doit être confirmée par le Conseil dans les quatre jours ouvrables suivant son adoption. A défaut d'avoir été confirmée dans ce délai, la décision du président perd ses effets.
  ----------
  (1)<L 2009-05-18/04, art. 4, 010; En vigueur : 14-06-2009>
  (2)<L 2012-07-10/04, art. 7, 015; En vigueur : 04-08-2012>

  Art. 21.[1 § 1er. [2 Si le Conseil dispose d'un faisceau d'indices qui pourraient indiquer une infraction à la législation ou à la réglementation dont l'Institut contrôle le respect ou aux décisions prises par l'Institut en exécution de cette législation ou réglementation, il fait part [3 le cas échéant]3 de ses griefs à l'intéressé ainsi que des mesures envisagées visées au paragraphe 5 qui seront appliquées en cas de confirmation de l'infraction.]2
   § 2. Le Conseil fixe le délai dont dispose [2 l'intéressé]2 pour consulter le dossier et présenter ses observations écrites. Ce délai ne peut être inférieur à dix jours ouvrables.
   § 3. [2 L'intéressé]2 est invité à comparaître à la date fixée par le Conseil et communiquée par lettre recommandée. Il peut se faire représenter par le conseil de son choix.
   § 4. Le Conseil peut entendre toute personne pouvant contribuer utilement à son information, soit d'office, soit à la demande [2 de l'intéressé]2.
   § 5. [2 Si le Conseil conclut à l'existence d'une infraction, [3 il peut adopter, en une ou plusieurs décisions, une ou plusieurs des mesures suivantes :
   1° l'ordre de remédier à l'infraction, soit immédiatement, soit dans le délai raisonnable qu'il impartit, pour autant que cette infraction n'ait pas cessé;]3
   [3 ...]3
   [3 1°/1.]3 des prescriptions relatives à la manière dont il faut remédier à l'infraction;
   2° le paiement dans le délai imparti par le Conseil d'une amende administrative au profit du Trésor public d'un montant [4 maximal de 5.000 euros pour les personnes physiques et]4 de 5 % au maximum du chiffre d'affaires du contrevenant réalisé au cours de l'exercice complet le plus récent dans le secteur des communications électroniques ou des services postaux en Belgique ou si le contrevenant ne développe pas d'activités lui faisant réaliser un chiffre d'affaires, d'un montant maximal de [4 1.000.000 d'euros pour les personnes morales]4;
   3° l'ordre de cesser ou de suspendre la fourniture d'un service ou d'un ensemble de services qui, si elle se poursuivait, serait de nature à entraver la concurrence de manière significative, jusqu'au respect, selon les modalités fixées par le Conseil, des obligations imposées en matière d'accès à la suite d'une analyse de marché réalisée conformément à la loi du 13 juin 2005 relative aux communications électroniques.
   En l'absence de données concernant le chiffre d'affaires visé à l'alinéa 2, 2°, l'Institut peut déterminer un chiffre d'affaires sur la base de données obtenues de tiers ou sur la base du chiffre d'affaires d'une personne comparable.]2
  § 6. [2 Si les mesures prises conformément au paragraphe 5 n'ont pas permis de remédier à l'infraction, le Conseil peut, après avoir suivi la procédure prévue aux paragraphes 1er à 5, imposer une amende administrative dont le montant ou le pourcentage maximum représente le double du montant ou du pourcentage visé au paragraphe 5, alinéa 2, 2°.]2
  [2 § 7. Si les mesures prises conformément au paragraphe 5 n'ont pas permis de remédier à l'infraction et s'il s'agit d'une infraction grave ou répétée, le Conseil peut en outre :
   1° suspendre ou retirer les droits d'utilisation attribués, dont les conditions n'ont pas été respectées ou
   2° ordonner la suspension de tout ou partie de l'exploitation du réseau ou de la fourniture du service en question ainsi que de la commercialisation ou de l'utilisation de tout service ou produit concerné;]2
  [2 § 8. Toute décision prise en application du présent article est notifiée sans retard à l'intéressé par lettre recommandée ainsi qu'au ministre et publiée sur le site Internet de l'Institut.
   La décision fait mention du délai raisonnable dans lequel l'intéressé doit satisfaire à la mesure ou aux mesures imposées.]2
  ----------
  (1)<L 2009-05-18/04, art. 5, 010; En vigueur : 14-06-2009>
  (2)<L 2012-07-10/04, art. 8, 015; En vigueur : 04-08-2012>
  (3)<L 2014-03-27/35, art. 5, 016; En vigueur : 08-05-2014>
  (4)<L 2016-03-04/11, art. 2, 018; En vigueur : 08-04-2016>

  Art. 21/1.
  <Abrogé par L 2012-07-10/04, art. 9, 015; En vigueur : 04-08-2012>

  Sous-section 4. - Règlement d'ordre intérieur.

  Art. 22.Le règlement d'ordre intérieur du Conseil est établi par arrêté royal délibéré en Conseil des Ministres sur avis de l'Institut.
  Ce règlement d'ordre intérieur comprend au moins les éléments suivants :
  1° [2 ...]2
  2° [2 ...]2
  3° [2 ...]2
  4° [2 ...]2
  5° [2 ...]2
  6° [2 ...]2
  7° les modalités et les délais de communication des décisions et avis du Conseil aux personnes intéressées;
  8° les règles de notification et de publication applicables aux décisions ou avis du Conseil, ainsi que le délai dans lequel ces notification et publication interviennent;
  [1 9° les règles en matière de quorum requis pour prendre des décisions.]1
  ----------
  (1)<L 2011-05-31/02, art. 6, 014; En vigueur : 01-07-2011>
  (2)<L 2014-03-27/35, art. 6, 016; En vigueur : 08-05-2014>

  Sous-section 5. - Confidentialité.

  Art. 23.§ 1er. Les membres du Conseil sont soumis au secret professionnel. Ils ne peuvent communiquer à des tiers les informations confidentielles dont ils ont connaissance dans le cadre de l'exercice de leurs fonctions, hormis les exceptions prévues par la loi. La violation de cette obligation entraîne une proposition de révocation, dans les formes visées à l'article 17, § 5, alinéa 1.
  § 2. L'obligation prévue au § 1er reste d'application après la fin du mandat de chaque membre du Conseil [3 ou l'annulation de sa nomination]3.
  § 3. L'Institut veille à préserver la confidentialité des données fournies par les entreprises et qui sont considérées par l'entreprise comme des informations d'entreprise ou de fabrication confidentielles au sens de l'article 6, § 1er, 7°, de la loi du 11 avril 1994 [2 relative à la publicité de l'administration]2.
  [2 Lorsqu'une entreprise transmet un document contenant des données qu'elle considère confidentielles, elle transmet simultanément une version non-confidentielle de ce document à l'Institut.]2
  [1 Lorsque le caractère confidentiel des données fournies par l'entreprise, ou de certaines d'entre elles, apparaît douteux, l'Institut demande à l'entreprise de motiver son point de vue de considérer les informations concernées comme confidentielles au sens de l'article 6, § 1er, 7°, de la loi du 11 avril 1994 relative à la publicité de l'administration .
   Si l'entreprise s'abstient de communiquer la motivation sollicitée, ou lorsque l'entreprise considère les informations déterminées comme confidentielles au sens de l'article 6, § 1, 7°, de la loi du 11 avril 1994, l'Institut peut, de manière motivée et après avoir entendu l'entreprise concernée, divulguer ces informations, à la condition qu'elles ne soient pas confidentielles par nature ou en vertu de la loi.]1
  ----------
  (1)<L 2009-05-18/04, art. 7, 010; En vigueur : 14-06-2009>
  (2)<L 2012-07-10/04, art. 10, 015; En vigueur : 04-08-2012>
  (3)<L 2014-03-27/35, art. 7, 016; En vigueur : 08-05-2014>

  Section 4. - Les membres du personnel de l'Institut.

  Sous-section 1. - Officiers de police judiciaire.

  Art. 24.Sur proposition de l'Institut, le Roi peut conférer la qualité d'officier de police judiciaire aux membres statutaires du personnel de l'Institut qu'il charge de la constatation des infractions à la loi du [1 6 juillet 1971 portant création de bpost et à certains services postaux]1, à (la loi du 13 juin 2005 relative aux communications électroniques) (, à la loi du 21 mars 1991 et à la loi du 30 mars 1995 concernant les réseaux de distribution d'émissions de radiodiffusion et l'exercice d'activités de radiodiffusion dans la région bilingue de Bruxelles-Capitale) et à leurs arrêtés d'exécution ainsi qu'à l'arrêté royal du 18 mai 1994 concernant la compatibilité électromagnétique. <L 2005-06-13/32, art. 158, 004; En vigueur : 30-06-2005> <L 2007-03-16/41, art. 60, 008; En vigueur : 15-04-2007>
  (Ces membres du personnel sont également chargés de constater des infractions à la loi du 13 juin 2005 relative aux communications électroniques, au Code pénal et aux lois spéciales lorsque celles-ci sont commises au moyen d'équipements, de réseaux ou services de communications électroniques ou de radiocommunications au sens de la loi précitée relative aux communications électroniques.) <L 2005-06-13/32, art. 158, 004; En vigueur : 30-06-2005>
  ----------
  (1)<L 2014-03-27/35, art. 8, 016; En vigueur : 08-05-2014>

  Art. 25. § 1er. Dans le cadre du contrôle de l'utilisation du spectre, de la lutte contre les perturbations, du contrôle du respect des normes d'émission ainsi que du contrôle du respect de la législation en matière de compatibilité électromagnétique et la conformité des équipements, les membres du personnel visés à l'article 24 peuvent, dans l'exercice de leur mission de police judiciaire :
  1° pénétrer dans tout bâtiment et dépendance, entre 5 heures et 21 heures, si l'accomplissement de leur mission le requiert, munis d'un mandat du juge d'instruction s'il s'agit d'une habitation;
  2° effectuer toutes les constatations utiles, se faire produire et saisir tous les documents, pièces, livres et objets nécessaires à l'instruction et à la constatation des infractions;
  3° saisir tous les documents, pièces, livres et objets, pour autant que cela soit nécessaire pour mettre fin à l'infraction;
  4° recueillir tous renseignements, recevoir toutes dépositions ou tous témoignages écrits ou oraux;
  5° prêter leur assistance dans le cadre de l'exécution des décisions de l'Institut.
  Lorsque ces actes ont le caractère d'une perquisition, ils ne peuvent être posés qu'en application des articles 87 à 90 du Code d'instruction criminelle.
  § 2. Dans le cadre du contrôle du respect de la législation en matière de compatibilité électromagnétique et de la conformité des équipements, les membres du personnel de l'Institut visés à l'article 24 peuvent procéder à la prise d'échantillons et faire procéder à leur analyse. Le Roi, sur avis de l'Institut, en détermine les modalités.
  § 3. A l'exception des cas visés au § 1er, les membres du personnel visés à l'article 24 peuvent, en leur qualité d'officier de police judiciaire, procéder à toutes les constatations, rassembler des informations, prendre des déclarations, se faire présenter des documents, pièces, livres et objets et saisir ceux qui sont nécessaires à la recherche ou à la constatation ou nécessaires pour pouvoir mettre fin à l'infraction. Ils peuvent procéder à des perquisitions ou entreprendre toutes les actions nécessaires pour constater une infraction à la législation dont ils contrôlent le respect.
  Toute perquisition se fait dans le respect des dispositions du Code d'instruction criminelle.
  L'accord du juge d'instruction est nécessaire pour procéder à une perquisition :
  1° au domicile des chefs d'entreprises, administrateurs, gérants, directeurs et autres membres du personnel de l'entreprise concernée ainsi qu'au domicile et dans les locaux utilisés à des fins professionnelles de personnes physiques et morales, internes ou externes, chargées des la gestion commerciale, comptable, administrative, fiscale et financière de cette entreprise;
  2° au siège social ou d'exploitation de l'entreprise concernée.
  § 4. Les procès-verbaux des officiers de police judiciaire font foi jusqu'à preuve du contraire.
  § 5. Dans l'exercice de leurs missions de recherche ou de constatation d'infractions, les officiers de police judiciaire sont soumis à la surveillance du procureur général.
  § 6. Les officiers de police judiciaire peuvent, pour les besoins de l'accomplissement de leurs missions, requérir la force publique et bénéficier de tous les moyens reconnus aux agents de la force publique.
  § 7. Sans préjudice des lois particulières qui garantissent le secret des déclarations, les administrations publiques sont tenues de prêter leur concours aux officiers de police judiciaire dans l'exécution de leurs missions.

  Sous-section 2. - Organisation.

  Art. 26.Chaque membre ordinaire du Conseil dirige au moins un des services de l'Institut. [1 Le président peut également diriger un ou plusieurs services.]1
  Le Roi fixe, sur proposition de l'Institut, l'organigramme de l'Institut.
  Le Roi fixe, sur proposition de l'Institut et après accord des ministres de la Fonction publique et du Budget, (le statut administratif et) le cadre organique de l'Institut. <L 2006-07-20/39, art. 89, 1°, 006; En vigueur : 23-04-2003>
  (Le Roi fixe, sur proposition de l'Institut et après accord du ministre du Budget, le statut pécuniaire du personnel de l'Institut.) <L 2006-07-20/39, art. 89, 2°, 006; En vigueur : 23-04-2003>
  ----------
  (1)<L 2011-05-31/02, art. 7, 014; En vigueur : 01-07-2011>

  Art. 26bis. <Inséré par L 2007-04-25/38, art. 159; En vigueur : 18-05-2007> § 1er. Le Roi détermine, par arrêté délibéré en Conseil des Ministres, les grades qui correspondent à des fonctions spécialisées, ainsi que les règlements administratifs et pécuniaires spécifiques relatifs à ces grades.
  Par dérogation au statut administratif et pécuniaire du personnel des organismes d'intérêt public, l'Institut peut recruter et employer du personnel en vertu d'un contrat de travail soumis à la loi du 3 juillet 1978 relative aux contrats de travail, afin :
  1° de répondre à des besoins exceptionnels et temporaires en personnel, qu'il s'agisse soit de la mise en oeuvre d'actions limitées dans le temps, soit d'un surcroît extraordinaire de travail;
  2° d'exécuter des tâches nécessitant une connaissance ou expérience de haute qualification;
  3° de remplacer des membres du personnel statutaire ou contractuel pendant des périodes d'absence temporaire, partielle ou totale;
  4° d'accomplir des tâches auxiliaires ou spécifiques.
  § 2. La situation administrative et pécuniaire d'un membre du personnel statutaire de l'Institut ne peut jamais être moins favorable que celle d'un agent revêtu d'un grade équivalent de la Régie des télégraphes et des téléphones à la date qui précède celle de l'entrée en vigueur du présent article.
  Dans le présent paragraphe, on entend par situation pécuniaire tout ce qui a trait à la rémunération au sens large, notamment, le traitement, le pécule de vacances, les allocations, les indemnités, les primes et les avantages sociaux de toute nature.

  Sous-section 3. - Fonctionnement.

  Art. 27. Les membres du personnel de l'Institut ne peuvent avoir un intérêt quel qu'il soit dans les entreprises actives sur les marchés des télécommunications et/ou des services postaux, ni exercer pour celles-ci directement ou indirectement, à titre gratuit ou onéreux, la moindre fonction ou prester le moindre service et ce pendant toute la durée de l'exercice de leur fonction au sein de l'Institut.

  Art. 28. Les membres du personnel de l'Institut sont soumis au secret professionnel et ne peuvent communiquer à des tiers les informations confidentielles dont ils ont eu connaissance dans le cadre de l'exercice de leur fonction, hormis les exceptions prévues par la loi.
  L'obligation prévue à l'alinéa 1er ci-dessus reste d'application après la cessation de l'exercice de leurs fonctions par les membres du personnel de l'Institut.

  CHAPITRE IV. - Financement.

  Art. 29. L'Institut jouit d'une autonomie de gestion financière. L'ensemble des frais de fonctionnement sont supportés par les ressources de l'Institut.

  Art. 30. <L 2006-07-20/39, art. 66, 006; En vigueur : 07-08-2006> § 1er. Les ressources de l'Institut comprennent :
  1° les legs et donations en sa faveur;
  2° les revenus occasionnels;
  3° toutes autres recettes légales et reglementaires liées à son action et les indemnités pour prestations;
  4° l'ensemble des redevances perçues en vertu des titres III et IV de la loi du 21 mars 1991 (ainsi que l'ensemble des redevances perçues sur la base de la loi du 13 juin 2005 relative aux communications électroniques et la loi du 30 mars 1995 concernant les réseaux de distribution d'émissions de radiodiffusion et l'exercice d'activités de radiodiffusion dans la région bilingue de Bruxelles-Capitale); <L 2007-03-16/41, art. 61, 008; En vigueur : 15-04-2007>
  5° le remboursement des frais liés à la gestion et la surveillance du service postal universel selon les dispositions applicables de la loi du 21 mars 1991;
  6° le remboursement des frais liés à la gestion et la surveillance du service de télécommunications universel selon les dispositions applicables de la loi du 13 juin 2005 relative aux communications électroniques. Les redevances administratives telles que visées à l'article 29 de la loi précitée du 13 juin 2005 sont notamment affectées à la couverture des frais visés dans le présent alinéa.
  § 2. Le remboursement des frais d'investissement et des frais d'entretien de la base de données visée à l'article 22, § 2 de l'annexe à la loi du 13 juin 2005 relative aux communications electroniques est reparti comme suit :
  a) 10 pour cent des frais d'investissement et 20 pour cent des frais d'entretien de la base de données sont imputables en parts égales entre les prestataires des tarifs sociaux;
  b) 40 pour cent des frais d'investissement et des frais d'entretien de la base de données sont imputables aux prestataires des tarifs sociaux proportionnellement au nombre de leurs clients auxquels ils appliquent le tarif social;
  c) 40 pour cent des frais d'investissement et des frais d'entretien de la base de données sont imputables aux prestataires des tarifs sociaux proportionnellement à leur utilisation effective du système de gestion de la composante sociale du service universel;
  d) 10 pour cent des frais d'investissement de la base de données sont imputables à l'Institut.
  § 3. Pour l'application du point a) du paragraphe précédent, ne sont pas pris en compte les prestataires des tarifs sociaux qui ont un chiffre d'affaires sur le marché de la téléphonie publique inférieur à 1 240 000 euros.
  Pour l'application du point b) du paragraphe précédent, la proportion de la contribution due par prestataire des tarifs sociaux concerné est calculée chaque jour en fonction du nombre de clients auquel il applique le tarif téléphonique social ce jour.
  Pour l'application du point c) du paragraphe précédent, l'Institut prend en compte le nombre de requêtes effectuées vers le système.
  § 4. Sans préjudice du § 2 les frais liés à la mise en place et à l'utilisation éventuelle d'un mécanisme informatique de type flux XML/batch pour la gestion de la composante sociale du service universel sont exclusivement à charge les prestataires des tarifs sociaux qui utilisent ce mode de gestion et de traitement de l'information pour leurs relations avec la base de données tarifs sociaux.
  Pour l'application de l'alinéa précédent, les frais sont répartis entre les prestataires des tarifs sociaux concernés conformément au § 2.
  § 5. L'Institut publie la méthode de calcul des frais d'investissement et des frais d'entretien des bases de données mentionnées au § 2 et notifie aux prestataires des tarifs sociaux concernés le montant de leur contribution respective.
  Le remboursement des frais concernant des investissements et d'entretien relatifs aux bases de données mentionnées au § 2 intervenus après le 31 décembre 2006, ne peut être réclamé sur la base du présent article qu'à condition que les investissements concernés aient été préalablement approuvés par le Roi, par arrêté délibéré en Conseil des ministres.
  § 6. Sans préjudice d'autres dispositions applicables, les montants des redevances perçues par l'Institut sont fixés par arrêté royal sur avis de l'Institut.
  En ce qu'ils établissent une rémunération à caractère général du fonctionnement de l'Institut, les arrêtés existants visés à l'alinéa précédent sont censés être abrogés par la présente loi s'ils n'ont pas été confirmés par la loi dans les douze mois de l'entrée en vigueur de la loi du 20 juillet 2006 portant des dispositions diverses.
  Les autres arrêtés royaux qui établissent une rémunération à caractère général du fonctionnement de l'Institut sont abrogés avec effet rétroactif s'ils n'ont pas été confirmés par la loi dans les douze mois de leur entrée en vigueur.

  Art. 31. Les contributions de l'Etat belge au sein d'instances ou organismes nationaux ou internationaux responsables des secteurs des télécommunications ou des services postaux sont à charge de l'Institut.

  Art. 31/1. [1 Les moyens humains, financiers et matériels nécessaires à la préparation, l'exécution et l'évaluation de la politique en matière de télécommunications et de services postaux sont transférés de l'Institut au Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie. Le Roi détermine, par arrêté délibéré en Conseil des ministres, les modalités de ce transfert.]1
  ----------
  (1)<Inséré par L 2009-12-23/04, art. 209, 011; En vigueur : 09-01-2010>

  Art. 32. § 1er. L'Institut rétrocède à l'Etat le solde des ressources lorsque ces ressources excèdent les frais de fonctionnement de l'Institut.
  § 2. L'Institut ne peut s'engager au-delà de la couverture globale des frais de fonctionnement.
  § 3. L'Institut établit les règles qui président au mode de calcul et à la fixation du montant maximum :
  a) des dotations aux fonds de roulement;
  b) des réserves spéciales et autres provisions qui sont nécessaires en raison de la nature des activités de l'Institut.
  Les règles définies à l'alinéa 1er sont approuvées par le Ministre du Budget.

  Art. 33. L'Institut est assimile à l'Etat pour l'application des lois et règlements relatifs aux impôts directs, taxes, droits et redevances de l'Etat, des régions et communautés, des provinces, des communes et des agglomérations de communes ou toute autre entité étatique.

  CHAPITRE V. - Contrôle.

  Art. 34.[1 [4 ...]4
  [2 Le Conseil établit, dans les douze semaines après l'entrée en fonction de ses membres et tous les trois ans, un plan stratégique triennal. [4 ...]4. Tous les membres composant le Conseil présentent le plan stratégique [4 ...]4 à la Chambre des représentants.]2
   Le Conseil prépare alors un plan d'activité annuel qui s'inscrit dans le plan stratégique. Ce plan annuel est soumis à consultation publique durant [4 minimum]4 deux semaines avant d'être publié sur le site de l'Institut.
   Le Conseil transmet au gouvernement un rapport annuel sur ses activités et l'évolution des marchés des services postaux et des télécommunications. Ce rapport annuel contient, entre autres, un rapport financier et les comptes annuels des fonds pour les services universels en matière de services postaux et de télécommunications [3 , ainsi qu'un rapport sur le contrôle visé à l'article 21]3. Il est mis à la disposition du public [3 au plus tard le 1er juin de l'année suivante]3.
   Tous les membres composant le Conseil sont entendus chaque année par la Chambre des représentants dans le mois qui suit la publication du rapport d'activités annuel.]1
  ----------
  (1)<L 2011-05-31/02, art. 8, 014; En vigueur : 01-07-2011>
  (2)<L 2012-07-10/04, art. 11, 015; En vigueur : 04-08-2012>
  (3)<L 2014-03-27/35, art. 9, 016; En vigueur : 08-05-2014>
  (4)<L 2015-03-16/12, art. 3, 017; En vigueur : 17-04-2015>

  Art. 35.§ 1er. Le projet de budget de l'Institut est élaboré par le Conseil et est approuvé par les Ministres du Budget et de Finances [1 et rendu public par l'Institut]1.
  Le budget est communiqué à la Chambre des Représentants.
  § 2. Les comptes de l'Institut sont élaborés par le Conseil et approuvés par les Ministres du Budget et des Finances.
  § 3. Avant le 31 mai de l'année suivant l'exercice concerné, le Ministre des Finances communique les comptes annuels de l'Institut accompagnés du rapport d'activités à la Cour des comptes pour vérification. La Cour des comptes peut exercer son contrôle sur place.
  ----------
  (1)<L 2012-07-10/04, art. 12, 015; En vigueur : 04-08-2012>

  Art. 36. Le Ministre du Budget exerce, selon les modalités fixées par le Roi, un pouvoir de contrôle sur les décisions de l'Institut qui ont une incidence financière et budgétaire.

  CHAPITRE VI. - Dispositions diverses.

  Art. 37. § 1er. Le Roi peut, par arrêté royal déliberé en Conseil des ministres, (avant le 31 décembre 2007), abroger, compléter, modifier ou remplacer les dispositions de cette loi, afin de prendre toutes les mesures nécessaires pour exécuter les obligations découlant des directives en vigueur de l'Union européenne. <L 2007-04-25/38, art. 163, 009; En vigueur : 18-05-2007>
  L'avis de la section législation du Conseil d'Etat est publié en même temps que le rapport au Roi de l'arreté royal y relatif.
  § 2. L'arrêté royal pris en exécution du § 1er de cet article est abrogé lorsqu'il n'est pas confirme par la loi dans les quinze mois qui suivent sa publication au Moniteur belge.

  CHAPITRE VII. - Dispositions pénales.

  Art. 38. Est punie d'une amende de 1 à 1.000 EUR toute personne qui méconnaît les obligations lui incombant en vertu l'article 17, § 3, alinéa 2 et de l'article 27.
  Toute violation des obligations de secret professionnel visées aux articles 23 et 28 est punie des peines prévues à l'article 458 du Code pénal. Les dispositions du livre premier du Code pénal, sans exception du chapitre VII et de l'article 85, sont applicables à ces infractions.
  Les articles 269 à 274 du Code pénal sont d'application à l'égard des officiers de police judiciaire agissant dans l'exercice de leurs fonctions.
  Toute entrave à l'exécution des missions des officiers de police judiciaire de l'Institut expose celui qui en est coupable à la sanction prévue à l'article 114, § 3 de la loi du 21 mars 1991.

  CHAPITRE VIII. - Dispositions modificatives et finales.

  Art. 39. L'article 14 de la loi du 30 juillet 1979 est abroge.

  Art. 40. Les modifications suivantes sont apportées à la loi du 30 juillet 1979 :
  1° à l'article 3, § 1er les mots " du ministre, " sont remplacés par les mots " de l'Institut ";
  2° à l'article 6, alinéa 3, les mots " Le ministre " sont remplacés par les mots " L'Institut ";
  3° à l'article 8, modifié par la loi du 6 mai 1998, les mots " Le ministre ou son délégué " sont remplacés par les mots " L'Institut " et les mots " au ministre ou à son délégué " sont remplacés par les mots " à l'Institut ".

  Art. 41. Sont abrogés, dans la loi du 21 mars 1991 :
  1° l'article 71, alinéas 2 et 3;
  2° l'article 72;
  3° (...); <L 2003-04-08/33, art. 147, 002; En vigueur : 23-04-2003; NOTE : la loi L 2003-04-08/33, art. 147, stipule que l'article 41, alinéa 1er, 3° est abrogé le jour de la publication au Moniteur belge de l'arrêté royal visé à l'article 17, § 2, de la présente loi L 2003-01-17/30. Cet arrêté est mentionné succintement au M.B. du 23-04-2003, p. 21614-5, comme entrant en vigueur "le jour de la publication"; Justel a supposé que la mention succinte de cet arrêté était assimilable à sa publication.>
  4° l'article 74, modifié par la loi du 10 novembre 1993;
  5° l'article 75, modifié par les lois du 19 décembre 1997 et du 3 juillet 2000;
  6° l'article 76;
  7° l'article 77;
  8° l'article 78, modifié par les lois du 12 décembre 1994, du 19 décembre 1997 et du 9 juin 1999;
  9° l'article 79;
  10° l'article 79bis, inséré par la loi du 19 décembre 1997;
  11° l'article 79ter, inséré par la loi du 19 décembre 1997 et modifié par l'arrêté royal du 4 mars 1999 et par la loi du 2 janvier 2001;
  12° l'article 109quater, remplacé par la loi du 19 décembre 1997 et modifié par l'arrêté royal du 4 mars 1999;
  13° l'article 110, modifie par la loi du 19 décembre 1997;
  14° l'article 115, modifié par la loi du 19 décembre 1997;
  15° l'article 116;
  16° l'article 120, remplacé par la loi du 19 décembre 1997;
  17° l'article 127;
  18° l'article 133, alinéa 4, 2°;
  19° l'article 133, alinéa 5, modifié par l'arrêté royal du 9 juin 1999;
  20° l'article 136, remplacé par la loi du 19 décembre 1997;
  21° l'article 137, insére par la loi du 19 décembre 1997;
  22° l'article 144duodecies, § 1er, inséré par l'arreté royal du 9 juin 1999 et modifié par la loi du 2 août 2002;
  23° l'article 144duodecies, § 2, alinéa 1er, modifié par l'arrêté royal du 13 juillet 2001.
  Les articles 80 et 81 de la loi du 21 mars 1991, modifiés par la loi du 19 décembre 1997, sont abrogés au jour de la publication au Moniteur belge de l'arrêté visé à l'article 3, § 2, alinéa 1.
  Sont abrogés dans la loi du 21 mars 1991, au jour de la publication au Moniteur belge de l'arrêté visé à l'article 8, § 2, alinéa 1er, les articles suivants :
  1° l'article 138;
  2° l'article 139, modifié par l'arrêté royal du 6 juin 1999.

  Art. 42. Les modifications suivantes sont apportées à la loi du 21 mars 1991 :
  1° à l'article 43bis, § 1er, 1°, inséré par la loi du 19 décembre 1997, les mots " du ministre qui a les télécommunications dans ses attributions " sont remplacés par les mots " de l'Institut ";
  2° à l'article 83, § 2, les mots " sur proposition de l'Institut, " sont supprimés;
  3° aux articles 84, § 3, alinéa 2, remplacé par la loi du 19 décembre 1997, et 86ter, § 2, alinéa 2, inséré par la loi du 19 décembre 1997, les mots " , sur avis de l'Institut " sont supprimés;
  4° à l'article 86, § 2, 3°, remplacé par la loi du 19 décembre 1997, les mots " , sur avis de l'Institut " sont supprimés ";
  5° à l'article 86ter, § 2, alinéa 3, inséré par la loi du 19 décembre 1997, les mots " et sur avis de l'Institut " sont supprimés;
  6° à l'article 87, § 1er, remplacé par la loi du 19 décembre 1997 et modifié par la loi du 21 décembre 1999, les mots " du ministre sur proposition de l'Institut " sont remplacés par les mots " de l'Institut ";
  7° à l'article 87, § 2, remplacé par la loi du 19 décembre 1997 et modifié par les arrêtés royaux des 4 mars 1999 et 21 décembre 1999, les mots " du ministre, après avis de l'Institut " sont remplacés par les mots " de l'Institut ";
  8° à l'article 89, § 4, remplacé par la loi du 19 décembre 1997, les mots " le ministre " sont remplacés par les mots " l'Institut " et les mots " , sur avis de l'Institut, " sont supprimés;
  9° aux articles 90bis, inséré par la loi du 19 décembre 1997, 92, remplacé par la loi du 19 décembre 1997 et modifié par l'arrêté royal du 4 mars 1999, et 105decies B les mots " Comité consultatif " sont remplacés par les mots " Comité consultatif pour les télécommunications ";
  10° à l'article 92bis, § 1er alinéa 1er, remplacé par la loi du 19 décembre 1997 et modifié par l'arrêté royal du 21 décembre 1999, les mots " par le ministre sur proposition de l'Institut " sont remplacés par les mots " par l'Institut ";
  11° à l'article 92bis, § 1er, alinéa 2, remplacé par la loi du 19 décembre 1997, les mots " le ministre attribue des autorisations individuelles. " sont remplacés par les mots " l'Institut attribue des autorisations individuelles ";
  12° à l'article 92bis, § 1er, alinéa 5, remplacé par la loi du 19 décembre 1997, les mots " par le ministre " sont remplacés par les mots " par l'Institut ";
  13° l'intitulé du Chapitre X est remplacé comme suit : " CHAPITRE X Opérateurs puissants, orientation sur les coûts et interconnexion. ";
  14° à l'article 109ter, § 2, inséré par la loi du 20 décembre 1995 et remplacé par la loi du 19 décembre 1997, les mots " et dans le rapport annuel visé à l'article 75, § 7 de la présente loi " sont supprimés;
  15° à l'article 144duodecies, § 2, l'alinéa 2, inséré par l'arrêté royal du 9 juin 1999, et l'alinéa 3, inséré par l'arrêté royal du 9 juin 1999 et modifié par l'arrêté royal du 13 juillet 2001, sont remplacés par la disposition suivante :
  " Sans préjudice de l'article 21, § 2, de la loi du 17 janvier 2003 relative au statut du régulateur des secteurs des postes et des télécommunications belges, l'Institut peut en outre selon le cas retirer la licence individuelle et/ou rayer l'opérateur postal de la liste prévue à l'article 148ter.
  L'Institut applique, après avertissement et mise en demeure, une amende administrative d'un montant de 250 EUR au minimum et de 2.500 EUR au maximum à l'encontre de quiconque contracte de manière répétée avec un opérateur postal qui ne figure pas ou plus sur la liste publiée au Moniteur belge conformément à l'article 148ter ou à l'article 148sexies ";
  16° l'article 144duodecies, § 3, inséré par l'arrêté royal du 9 juin 1999, est remplacé par la disposition suivante :
  " Par dérogation à l'article 21, § 2, de la loi du 17 janvier 2003 relative au statut du régulateur des secteurs des postes et des télécommunications belges, en cas d'exécution défaillante par le prestataire du service universel des obligations prévues à la section III du chapitre V du Titre IV concernant le service universel, l'Institut pourra, à la fin de chaque année civile, imposer au prestataire du service universel, pour chaque type de manquement, le paiement d'une indemnité ne pouvant excéder au total 1 % du chiffre d'affaires réalisé en matière de service universel.
  L'Institut peut imposer la même mesure si la cause invoquée à l'article 142, § 3, quatrième tiret, ne peut pas être qualifiée de force majeure;
  17° l'article 144duodecies, § 4, inséré par l'arrêté royal du 9 juin 1999, est remplacé par la disposition suivante :
  " Dans les cas prévus au § 3, la procédure prévue à l'article 21, § 1er, de la loi du 17 janvier 2003 relative au statut du régulateur des secteurs des postes et des télécommunications belges est d'application.

  Art. 43. A l'article 1er, A, de la loi du 16 mars 1954 relative au contrôle de certains organismes d'intérêt public, les mots " Institut belge des services postaux et des télécommunications " sont supprimes.

  Art. 44. Les articles 1er et 2, 13 à 44 entrent en vigueur le jour de la publication au Moniteur belge de l'arrêté visé à l'article 17, § 2.
  Les articles 3 à 7 entrent en vigueur le jour de la publication au Moniteur belge de l'arrêté royal visé à l'article 3, § 2, alinéa 1.
  Les articles 8 à 12 entrent en vigueur le jour de la publication au Moniteur belge de l'arrêté royal visé à l'article 8, § 2, alinéa 1.
  
  (NOTE : Entrée en vigueur des articles 1er et 2, 13 et 44 fixée le 23-04-2003 par DIVERS 2003-04-23/41, voir M.B. 23-04-2003, p. 21614.
  Entrée en vigueur des articles 3 à 7 visés par l'alinéa 2, fixée le 03-07-2006 (AR 2006-06-14/34)
  Pas encore d'entrée en vigueur pour les articles 8 à 12 visées par l'alinéa 3.)

  

Signatures Texte Table des matières Début
   Promulguons la présente disposition, ordonnons qu'elle soit revêtue du sceau de l'Etat et publiée par le Moniteur belge.
Donné à Bruxelles, le 17 janvier 2003.
ALBERT
Par le Roi :
Ministre des Télécommunications et des Entreprises et Participations publiques, chargé des Classes moyennes,
R. DAEMS
Scellé du sceau de l'Etat :
Le Ministre de la Justice,
M. VERWILGHEN.

Préambule Texte Table des matières Début
   ALBERT II, Roi des Belges,
   A tous, présents et à venir, Salut.
   Les Chambres ont adopté et Nous sanctionnons qui suit :
Erratum Texte Début

IMAGE
2003014154
PUBLICATION :
2003-06-04
page : 30428

Errata



Modification(s) Texte Table des matières Début
IMAGE
  • LOI DU 18-04-2017 PUBLIE LE 24-04-2017
    (ART. MODIFIE : 14)
  • IMAGE
  • LOI DU 04-03-2016 PUBLIE LE 29-03-2016
    (ART. MODIFIE : 21)
  • IMAGE
  • LOI DU 16-03-2015 PUBLIE LE 07-04-2015
    (ART. MODIFIES : 15; 34)
  • IMAGE
  • LOI DU 27-03-2014 PUBLIE LE 28-04-2014
    (ART. MODIFIES : 14; 16; 17; 21; 22; 23; 24; 34)
  • IMAGE
  • LOI DU 10-07-2012 PUBLIE LE 25-07-2012
    (ART. MODIFIES : 1/1; 2; 4/1)
  • IMAGE
  • LOI DU 10-07-2012 PUBLIE LE 25-07-2012
    (ART. MODIFIES : 1/1; 14; 15; 16; 20; 21; 21/1; 23; 34; 35)
  • IMAGE
  • LOI DU 10-07-2012 PUBLIE LE 25-07-2012
    (ART. MODIFIE : 17) Entrée en vigueur à déterminer.
  • IMAGE
  • LOI DU 31-05-2011 PUBLIE LE 21-06-2011
    (ART. MODIFIES : 4; 9; 14; 17; 22; 26; 34)
  • IMAGE
  • LOI DU 13-12-2010 PUBLIE LE 31-12-2010
    (ART. MODIFIES : 14; 21)
  • IMAGE
  • LOI DU 30-12-2009 PUBLIE LE 31-12-2009
    (ART. MODIFIE : 17)
  • IMAGE
  • LOI DU 23-12-2009 PUBLIE LE 30-12-2009
    (ART. MODIFIE : 31/1)
  • IMAGE
  • LOI DU 18-05-2009 PUBLIE LE 04-06-2009
    (ART. MODIFIES : 14; 17; 20; 21; 21/1; 23)
  • IMAGE
  • LOI DU 25-04-2007 PUBLIE LE 08-05-2007
    (ART. MODIFIES : 26BIS; 2; 21; 37)
  • IMAGE
  • LOI DU 16-03-2007 PUBLIE LE 05-04-2007
    (ART. MODIFIES : 14; 24; 30)
  • IMAGE
  • LOI DU 21-12-2006 PUBLIE LE 23-01-2007
    (ART. MODIFIE : 8)
  • IMAGE
  • LOI DU 20-07-2006 PUBLIE LE 28-07-2006
    (ART. MODIFIES : 30; 26)
  • IMAGE
  • LOI DU 20-07-2005 PUBLIE LE 29-07-2005
    (ART. MODIFIE : 14)
  • IMAGE
  • LOI DU 13-06-2005 PUBLIE LE 20-06-2005
    (ART. MODIFIES : 14; 24)
  • IMAGE
  • ARRET COUR ARBITRAGE DU 14-07-2004 PUBLIE LE 30-07-2004
    (ART. MODIFIE : 14)
  • IMAGE
  • LOI DU 22-12-2003 PUBLIE LE 31-12-2003
    (ART. MODIFIES : 37; 14; 30)
  • IMAGE
  • LOI DU 08-04-2003 PUBLIE LE 17-04-2003
    (ART. MODIFIE : 41)

  • Travaux parlementaires Texte Table des matières Début
       Chambre des représentants. Documents parlementaires. 50 2192 / (2002/2003) : 001 : Texte adopté en séance plénière et transmis au Sénat. Annales parlementaires. Discussion et adoption. [Séances de 10 et 13 décembre 2002.]. Sénat. Documents parlementaires. 2-1393 - 2002/2003 : 001 : Projet transmis par la Chambre des représentants. 002 : Amendements. 003 : Rapport. 004 : Amendements. 005 : Décision de ne pas amender. 006 : Texte adopté en séance plénière et soumis à la sanction royale. Annales parlementaires. Discussion et adoption. [Séances de 20 et 23 décembre 2002].

    Début Premier mot Dernier mot Modification(s) Préambule
    Travaux parlementaires Table des matières 41 arrêtés d'exécution 17 versions archivées
    Erratum Version néerlandaise